Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test hybride Mizuno JPX-EZ 16


Mizuno mise gros avec ce nouvel hybride JPX-EZ 16 ! Avec une dimension de tête allongé du talon à la pointe, et l'intégration de la shockwave déjà vue sur le JPX-850, Mizuno entend proposer un hybride qui a plus à voir avec un petit bois de parcours, pour rassurer les golfeurs à vitesse de swing modérée. Trois testeurs aux vitesses distinctes dont un senior, nous ont permis d'en évaluer l'intérêt avec un radar de mesure trackman.

1.LE CLUB TESTE : hybride mizuno jpx EZ

Pour ce test, nous avons utilisé le shaft monté en standard sur l’hybride Mizuno JPX-EZ lorsqu’il est vendu en magasin et sans fitting.

Ci-dessous, les principales caractéristiques de ce shaft « propriétaire ».

Les marques ont leurs habitudes ! Mizuno n’échappe pas à la règle, et continue de miser sur les excellents shaft Fujikura Orochi. Entre le précédent JPX-EZ et le modèle 2016, les caractéristiques sont d’ailleurs identiques.

A savoir un shaft regular pesant 65 grammes, 5 grammes plus lourd que la moyenne des shafts montés sur un hybride vendu dans le commerce.

Concernant la longueur, le manche mesure 40.75 inches, et avec celui du TaylorMade M2, il fait partie des plus longs, sans doute pour privilégier la vitesse de swing.

1.1 La catégorie du club testé

Ci-dessous, un résumé de notre panel de clubs testés en 2015 et 2016, et de leurs configurations (loft, poids du shaft, et longueur du shaft).

Le Mizuno JPX-EZ est un hybride dit « Improvment » par opposition au JPX-850 à la gamme en 2016, et plutôt typé « Player ».

2. Les conditions du test

Pour ce test, nous avons fait appel à trois testeurs au magasin US Golf de Champagne-Au-Mont-d’Or.

Ci-dessous, les données moyennes de nos testeurs par rapport à tous les hybrides déjà testés en 2015 et 2016.

Ces données permettent de fournir un étalonnage.

Le smash factor est l’indicateur de la tolérance (capacité à ramener régulièrement la balle au centre de la face), tandis que le degré d’efficacité est le ratio entre la distance générée au carry (avant la roule), et la vitesse de swing déployée pour générer cette distance.

Ces deux indicateurs sont les plus importants dans nos tests.

Précision : Le profil (20 à 29 d’index) est un senior de 65 ans. Tous sont des golfeurs très expérimentés avec plus de 20 ans de pratique.

3. Ce qu’il faut savoir à propos de l’hybride Mizuno JPX-EZ 16

Concernant la tête de ce nouveau club 2016, elle est plus longue du talon à la pointe, et en même temps plus profonde d’avant en arrière par rapport à la précédente version de 2014.

Il est facile d’imaginer que le niveau de MOI va s’en ressentir.

Techniquement, les japonais ont tout simplement voulu incorporer la semelle Shockwave déjà dessinée sous la semelle du JPX-850, ce qui a eu pour effet d’élargir la base de la tête, et de déplacer de la masse vers l’arrière.

Le principe est simple. La shockwave agit de façon à ce que la tête de club génère un effet rebond en permettant une légère flexion, non pas de la face, mais de l’ensemble de la couronne.

Le but étant bien entendu de générer plus de vitesse de balle à l’impact.

Formant une sorte de vagues successives sous la semelle, la shockwave est plus fine aux extrémités justement pour permettre cette légère torsion.

En théorie, une tête plus large n’implique pas seulement un gain de vitesse, mais en complément, il est aussi possible de trouver un angle de lancement plus élevé, ce qui favorise la portée de balle dans la mesure où le poids est plus bas et en arrière dans la tête.

Sachant de plus que le joueur a toujours la possibilité de choisir un loft plus important si vraiment il a besoin de monter la balle davantage.

Comparativement à un JPX 850, le JPX-EZ nouvelle génération paraît plus gros, et se rapproche beaucoup d’un petit bois de parcours.

Présentation complète de la gamme à retrouver ici.

4. Les enjeux du test

Quel gain de smash factor par rapport au précédent JPX-EZ ? Est-ce un club typé golfeur à vitesse de swing modéré ?

5. Les paramètres clés d’un test de club

Pour nous, un test doit aborder quatre thématiques :

  • La tolérance ou maniabilité exprimée par le smash factor, rapport entre la vitesse de club produite par le golfeur avec le club, et la vitesse de balle produite à l’impact.
  • La puissance ou distance exprimée par le degré d’efficacité du club, rapport entre la vitesse de swing, et la distance finalement générée au carry.
  • L’optimisation du vol de balle, croisement de l’angle de lancement et du taux de spin.
  • La précision ou dispersion des balles tapées avec le club, exprimé en écart horizontal et vertical par rapport au centre du fairway.

5.1 Tolérance & puissance

Ce graphique représente le croisement du smash factor et du degré d’efficacité pour déterminer le rapport entre tolérance et puissance.

Un seul de nos actuels testeurs avait pu tester le JPX-EZ de 2014 et récemment le nouveau JPX-EZ de 2016. Dans ce cas de figure, nous avons trouvé à deux ans d’intervalles, un gain de tolérance, et d’efficacité assez net. Toutefois, sur un tel écart de temps, le swing du testeur peut avoir évolué positivement.

Ceci dit, l’écart est tout de même très favorable au modèle 2016.

Ce qui est corroboré par la progression spectaculaire enregistrée par notre testeur senior.

De tous les tests d’hybrides effectués actuellement, à ce jour, le JPX-EZ 16 est meilleur hybride d’un point de vue tolérance, et efficacité pour ce golfeur, devant le PING G, et nettement devant les autres produits testés.

Ce testeur a profité à plein de la tête plus large et plus profonde.

Le gain se retrouve aussi pour le golfeur d’index inférieur à dix par rapport à son propre panel de tests. Le gain étant plus sensible au niveau de la tolérance par rapport à l’efficacité.

Seul bémol, un testeur sur trois n’a pas trouvé de gains par rapport à son propre panel. Le golfeur de niveau intermédiaire a certes surperformé par rapport au précédent JPX-EZ, d’autres hybrides ont permis de meilleures performances.

La profondeur et largeur de tête ne conviendra pas à tout le monde.

5.2 Distance (carry) en mètres

Veuillez trouver ci-dessous les données brutes du test.

5.2.1 Comparatif

Vision de l’ensemble des hybrides testés en 2015-2016

Dans le domaine des hybrides, effectivement, il y a une prime tolérance et distance en faveur des têtes les plus larges. C’est frappant pour tous les testeurs. En revanche, il y a des disparités.

Pour le testeur senior, le résultat est très net en faveur du JPX-EZ 16, à opposer au modèle Callaway Apex, une des têtes les plus compactes, réservées aux meilleurs golfeurs pour le centrage de balle.

Pour l’index 0-9, il y a aussi un gain de tolérance indéniable. En revanche, ce n’est pas pour autant que le golfeur va aller plus loin avec une grosse tête.

Il y a nécessairement un confort « visuel » et « sensationnel » qui influe sur le résultat.

5.3 Optimisation du vol de balle et dispersion

En théorie, plus l’angle de lancement est élevé, et plus le taux de spin est bas, et plus la balle a des chances de parcourir une distance importante.

La dispersion est bien entendu plus le fait du testeur que du club ! Cependant, certains clubs ou certaines opérations de fitting permettent d’en atténuer les effets.

Testant toujours des configurations standards, nous considérons que tous les clubs sont à armes égales.

Résultat du test 10-19

Avec son loft de 19 degrés, l’hybride 3 offre effectivement une trajectoire très tendue, favorable à la roule, et moins au carry.

Pour ce test, nous avons relevé un angle de lancement de seulement 13.5 degrés, l’un des plus bas pour un hybride.

Logiquement, l’angle d’atterrissage a aussi été un des moins prononcés, soit 38 degrés contre 43 en moyenne.

Logiquement, c’est défavorable au contrôle de profondeur et intéressant pour gagner de la distance supplémentaire. Une nouvelle preuve que ce club cherche à séduire les golfeurs en mal de distance absolue.

Le taux de spin est légèrement supérieur à la moyenne constaté du panel (4200 contre 4100 tpm).

Enfin, la dispersion a été assez élevée, et signe d’un certain manque de régularité du joueur avec 30% de balles hors-jeu.

Résultat du test 20-29

Pour ce testeur, la même configuration n’a pas produit les mêmes effets ! Avec le même loft, certes ce golfeur a produit une trajectoire tendue avec un angle de lancement de 14 degrés, mais il se trouve que c’est sa moyenne usuelle.

Le club n’a pas réellement permis de monter ou baisser l’angle de lancement.

Ceci étant, avec un hybride inadapté pour ce joueur (Callaway Apex), ce dernier a levé la balle à 19 degrés…En somme, cela conforte sur le fait que cet hybride Mizuno lui était plutôt adapté.

Inversement au précédent testeur, cette fois, le niveau de spin est très réduit à seulement 3500 tours contre 3900 en moyenne. A nouveau, avec un club inadapté, il produisait 4400 tpm à vitesse de swing équivalente.

Dernier élément intéressant à relever ! Avec cet hybride, notre testeur senior a obtenu sa meilleure notre de contrôle de profondeur avec un écart de seulement 18 mètres entre la balle la plus courte, et la plus longue. Pour le reste des autres clubs, sa moyenne était plutôt de 40 mètres. Encore un signe indéniable d’un bon fonctionnement club-joueur.

6. Comparaison au panel

Pour établir ce tableau, nous avons fusionné les données de nos testeurs, et comparé le JPX-EZ 16 au Callaway XR 16, et Nike Vapor Fly 16.

L’hybride Mizuno est ainsi en match frontal avec le Callaway XR OS, un autre hybride surdimensionné. Si le Mizuno semble un soupçon plus tolérant et plus efficace, attention au taux de spin qui avantage franchement le Callaway.

7. Données ramenées à un swing de vitesse moyenne

Pour apporter un résultat comparatif à vitesse de swing totalement identique, et dans la vitesse de swing moyenne des golfeurs amateurs français.

Nous avons appliqué un ratio par rapport à la vitesse réellement produite par nos testeurs, et afin de la ramener à une vitesse médiane de 80 mph.

8. BILAN DU TEST

Comparativement au précédent JPX-EZ, le modèle 2016 est indiscutablement supérieur en tolérance, et en efficacité, au bénéfice de deux choix techniques : l’intégration de la shockwave sous la semelle, et l’augmentation de la dimension globale de la tête.

Tous les golfeurs n’y trouveront pas systématiquement leurs comptes. Les golfeurs en manque de confiance ou de vitesse de swing seront rassurés, et auront tendance à « appuyer » inconsciemment un peu plus. En revanche, des golfeurs d’index inférieurs à dix ne seront pas nécessairement séduits par cette tête ultralarge. Si néanmoins, ils bénéficieront d’un gain de tolérance logique, ce n’est pas pour autant qu’ils lanceront plus loin systématiquement.

En cause, un taux de spin un peu trop élevé en comparaison du Callaway XR OS, autre hybride dit « oversized ».

Si on s’en remet aux résultats du testeur senior, les résultats sont éloquents, et en font l’un des meilleurs* hybrides du marché actuel pour la facilité de jeu.

*Ils nous restent des hybrides à tester.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.