Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test du driver XXIO Prime

Pour ce nouvel essai exclusif sur jeudegolf.org, je ne vais pas y aller par quatre chemins pour vous démontrer en quoi le driver XXIO Prime est le meilleur driver du marché pour les seniors. Je ne vais pas me faire que des amis, mais vous pourrez toujours refaire votre propre test, si vous ne me croyez pas sur parole. Vous verrez que je vais vous prouver ce que j’avance comme un et un font deux !

Découvrez nos formules d'abonnements

Le club testé : Driver XXIO Prime 11,5 degrés

Pour cet essai, nous avons utilisé un club classique dans l’offre actuelle du japonais XXIO.

A savoir un loft 11,5 degrés plutôt ouvert par rapport au reste du marché, mais aussi assez logique par rapport à la clientèle visée.

Ce loft aura un impact immédiat sur le smash factor (le faisant baisser) puisque la balle aura tendance à plus glisser qu’à être compressée (c’est pourquoi ce driver ne conviendra pas à un jeune golfeur athlétique avec une vitesse de swing rapide).

Autre caractéristique majeure pour un driver XXIO, le poids du shaft de seulement 36 grammes est à ce jour le shaft le plus léger que nous ayons eu à tester en 5 ans !

Depuis 4 ans, notre testeur senior a testé 38 drivers, pour un poids moyen des shafts proposés par les marques de 57,2 grammes (manches graphites).

Soit pratiquement 20 grammes de moins ! Le précédent shaft le plus léger monté sur un driver de test pour senior était en fait le Wilson D-200 de 44 grammes.

Précision importante, ce test n’a pas été réalisé en indoor avec des balles premiums mais en outdoor avec des balles de practice 2-pièces. A savoir, des balles de practice de meilleures qualités que ce que vous trouvez habituellement. Des balles qui permettent au trackman 3 que nous avons utilisé de recalculer correctement la performance.

Les conditions du test

Pour cet essai, uniquement un testeur senior de 66 ans, 24 d’index, golfeur qui joue entre 12 et 20 fois par an sur le parcours.

Pas de pro pour tester ce club, cela n’aurait pas de sens ! Par exemple, Xavier Bretin qui swingue à plus de 100 mph n’aurait aucun intérêt à taper ce club, ouvert et léger. Il faudrait une autre configuration, ce qui me permet de rappeler ma précaution d’usage : Un test peut être contredit par un fitting, justement parce que vous changez les paramètres pour les adapter encore mieux à votre swing.

Nous testons avec humilité un produit standard pour un golfeur dans la moyenne.

Nos indicateurs de performance dont le nouveau spin/launch angle

Pour déterminer la maniabilité d’un club de golf, nous utilisons toujours la même évaluation purement mathématique : le smash factor (ratio entre vitesse de swing et vitesse de balle à l’impact) qui traduit la bonne utilisation d’un club par un golfeur, et sa capacité à centrer régulièrement la balle dans la face.

Pour déterminer l’optimisation du club par le joueur, et en fait l’efficacité pour produire de la distance, nous utilisons un rapport que nous avons créé, entre vitesse de swing (énergie que vous produisez) et la distance au carry (résultat que vous produisez).

Pour déterminer la bonne utilisation du club par le joueur, nous utilisons aussi en plus et récemment, un ratio entre le nombre de tours de spin donnés à la balle, et son angle de lancement exprimé en degrés.

Chaque golfeur génère un taux de spin et un angle de lancement qui lui est propre avec le matériel qui lui est donné. Cependant, des règles régulières s’observent.

Si une balle de golf part haute et prend beaucoup de spin, par rapport à une vitesse de balle donnée, elle monte au-dessus de la trajectoire idéale, ballonne, et perd en vélocité.

Si une balle de golf part basse et prend peu de spin par rapport à une vitesse de balle donnée, elle descend trop vite en-dessous de la trajectoire idéale, et perd en vélocité.

Avec ces trois ratios en plus des données trackman, nous pensons pouvoir argumenter sur la performance d’un club de golf en toute objectivité, et avec une approche rigoureuse.

Les datas

Nous arrivons au cœur du sujet, et comment je vais vous démontrer la meilleure performance du Prime pour ce profil de golfeur.

Je n’ai pas moins de 8 arguments pour expliquer mon jugement.

Vitesse de swing : Indiscutablement, les chiens ne font pas des chats ! Le shaft le plus léger mais toutefois suffisamment consistant pour permettre un swing de golf, favorise la meilleure vitesse de swing. Avec le Prime, le Senior gagne à conditions de tests équivalentes, 2 mph de vitesse en plus !

Vitesse de balle : Comme notre golfeur n’est pas une machine, ni un golfeur professionnel, il perd en capacité à trouver plus régulièrement le centre de la face, du fait de ce gain de vitesse de swing inhabituelle pour lui, mais surtout, le loft plus ouvert a un effet immédiat sur la compression de la balle. Le taux de compression diminue logiquement. Cependant, de tous les drivers, le Prime est encore celui qui donne la meilleure vitesse de balle.

Angle de décollage : La problématique numéro un pour un senior qui manque de vitesse de swing naturelle, c’est de pouvoir lancer la balle plus haut. Selon nos entretiens avec les ingénieurs des clubs comme Tom Olsavsky (Cobra) ou Benoit Vincent (TaylorMade), le bon angle de lancement pour commencer à optimiser une trajectoire de balle se situe à 17 degrés. Pour ce senior, notez qu’en règle générale, les bons drivers du marché dans les marques dominantes ne lui permettent, sans fitting, que de lancer de 12 degrés en moyenne. C’est trop bas ! Avec le Prime, du fait du loft plus ouvert, ce senior lance à 15 degrés. Ce n’est pas encore l’optimum mais il s’en rapproche.

Degré d’efficacité : Si on neutralise la vitesse de swing pour ne s’intéresser qu’à la performance intrinsèque de ce club, on se rend compte que c’est de loin le plus efficace avec un ratio de 1.87 contre une moyenne de 1.77. Les caractéristiques de ce club favorisent plus de distance naturellement.

Spin / Angle de lancement : Notre nouveau ratio illustre que jusqu’à présent aucun driver n’avait permis à notre senior de se rapprocher d’une bonne valeur de spin par rapport à l’angle de décollage.

En comparaison, et dans les mêmes conditions (outdoor), mon ratio est de 180, et celui du pro Xavier Bretin est de 150 tours par minute par degré d’angle de lancement.

Avec les autres drivers du marché, le senior en était très loin avec une moyenne de 241. En résumé, le senior lance trop bas, et donne trop de spin même quand il génère à peu près une bonne vitesse de balle, et un bon smash factor. La démonstration que tester des clubs sur le seul argument du smash factor est une erreur.

Schématiquement, une balle qui part basse et prend beaucoup de spin, cela donne une très mauvaise optimisation des conditions de lancement, et de distance.

Distance : Je n’aurai pu utiliser que cet argument et faire très court ! Plus long = meilleur ? J’aurai alors occulté le pourquoi du comment. Le gain au carry qui est la mesure la plus fiable du trackman versus la distance totale est de 12 mètres en moyenne pour le Prime !

Distance de la balle la plus courte : De mon récent voyage aux USA et de mon fitting au TPI, j’ai bien retenu que ce ne sont pas les bonnes balles qui nous intéressent, mais les moins bonnes. Sur ce critère, la balle la plus courte a été portée à 144 mètres au lieu de 137 mètres en moyenne, encore un gain de 7 mètres.

Ecart de profondeur : Dernier argument qui compte, moins vous avez d’écart entre votre moins bonne balle et la meilleure, et plus cela signifie que vous utilisez correctement votre driver. Si vous lancez un drive à 200 mètres, et dix autre à 120, êtes-vous dans la performance sur le parcours ?

Non, dans ce cas, le Prime a le plus petit écartement de distance, soit 18 mètres au lieu de 22.

Par A+B, un testeur senior, ce que je ne suis pas, devrait au moins tester ce driver, et juger les 8 arguments que je vous ai présentés. Sans me croire sur parole, testez et vous verrez !

Est-ce que moi, 41 ans, 107 kilos, j’achèterai ce driver ? No way ! Est-ce que je le conseillerai à mon père de le tester ? Absolument !

Efficacité sur tolérance

Si vous êtes un lecteur de jeudegolf.org depuis quelques années, vous avez l’habitude du graphique ci-dessous qui croise smash factor et ratio d’efficacité.

Le cas présent, si vous lisez ce graphique directement, vous pouvez interpréter les résultats de la manière suivante : le Prime n’est pas tolérant mais très efficace !

Ce serait oublié la question du loft ! Mais c’est tout de même un peu vrai. En matière de club, je l’ai déjà souvent écrit : Tout est une question de compromis.

Le Prime veut que vous leviez la balle ! Avec un loft à 11,5 degrés, vous n’allez pas compresser la balle comme vous pourriez le faire avec un M2 ou un GBB EPIC. Si vous êtes capable de sentir la différence dans les mains, ce qui demande pourtant une grande vitesse de balle, le Prime ne sera pas le driver avec le plus de retour d’informations dans les mains. Vous en aurez en fait beaucoup moins, et c’est ce qui est exprimé par ce graphique.

Cependant, comme le senior a levé la balle comme jamais, il gagne une distance énorme, et produit donc un résultat d’une grande efficacité.

Si vous prenez un M2 ou un GBB EPIC pour les régler en 11,5 degrés, est-ce que vous pourriez réaliser les mêmes performances ? C’est possible mais il ne faut pas oublier le shaft Miyazaki de 36 grammes…

Optimisation des conditions de lancement

Est-ce que notre testeur senior est un golfeur professionnel sur le tour ? Non ! Aucun des drivers ne lui permet d’atteindre le niveau d’excellence concernant les conditions de lancement idéales pour jouer sur le tour, à savoir 17 degrés d’angle de lancement pour 1700 tours par minutes, soit un ratio de 100 tpm par degré d’angle de décollage.

En revanche, comme l’angle de lancement du Prime est plus prononcé, il se rapproche de la bonne valeur de manière artificielle. C’est le club qui fait le job plus que la qualité du swing.

Résultat, le taux de spin est en fait encore trop élevé.

A ce propos, les drivers TaylorMade, dans ce cas inappropriés, confirment bien qu’ils sont parmi les moins spinnants du marché. A ce petit jeu, l’EPIC est le moins bien placé. Il ne lève pas assez et donne trop de spin.

Comme la publicité totale, j’espère qu’après ce nouvel article, vous n’achèterez plus jamais de carburant/driver par hasard. Comme disent les américains « Get fit », et surveillez bien toutes les données.

Je n’ai pas la vérité absolue, mais voilà ce que j’ai trouvé ! Au moins jusqu’au prochain test d’un club concurrent !

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.