Test du driver Srixon ZX7

A l’occasion de la venue au Studio JeudeGolf, à Caluire, du représentant Sud de la Marque Srixon, Alexandre Frisou, j’ai pu tester le driver ZX7 en même temps de retester ou plutôt de recontretester le driver ZX5, qui lui, ne m’avait pas impressionné pour son rendement. Le ZX7 peut-il faire mieux ? La marque Srixon se replace-t-elle dans la course des drivers qui proposent le plus de moment d'inertie ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Dans cet article de test 100% indépendant, vous allez retrouver un découpage en plusieurs rubriques : La présentation objective, la prise en main, les performances mesurées au Trackman 4, le profil du golfeur ciblé (ne se résume pas à une simpliste question d’index), l’opposition Points forts/points faibles, le prix, et le bilan « J’achète/J’achète pas ».

Présentation du driver ZX7

Le driver Srixon ZX7 a fait l’objet d’un article complet de présentation et complémentaire sur notre site. Vous pourrez le retrouver en cliquant sur le lien suivant : Driver Srixon ZX7 : Pour créer plus de rebond

La principale caractéristique à retenir des drivers Srixon ZX5 et ZX7 pour 2020/2021 sera la notion de Rebound Frame, à savoir un plus grand transfert d’énergie, non pas de la face, mais de l’ensemble de la tête du driver vers la balle. Ce principe rappelle celui du principe Jailbreak cher à Callaway…mais proposé et dessiné autrement.

Autrement dit, Srixon aspire à proposer un driver avec un smash factor le plus optimisé possible. Est-ce que cela sera possible compte tenu du dessin très aplati de la tête ZX7 ?

Prise en main, premier contact

Sans tourner autour du pot, le nouveau driver Srixon ZX5 est plutôt décevant sur un aspect : Le rendement ou smash factor.

Cela ne suffit pas à dire que le driver n’est pas performant, mais de manière étonnante, pendant les tests, et avec l’aide de plusieurs autres testeurs, nous avons eu du mal à monter le smash factor à un ratio plus élevé que 1.44 (optimum à 1.50 pour un driver).

J’ai creusé la question, au point de m’interroger sur le poids de la tête, la forme de la tête, et le loft, sans réellement arriver à trouver la raison de ce rendement en vitesse de balle plutôt bas.

Toutefois, il semblerait bien que le loft soit une partie de la réponse… (loft de 10.5 degrés trop élevé pour une vitesse de swing autour de 100 mph).

Avec le ZX7, testé en 9.5 degrés, les premiers résultats ont été plus concluants.

Je n’ai rien eu de notables à relever.

A l’inverse d’autres chroniqueurs du dimanche qui se lancent dans des divagations, sur la stabilité d’un driver dans l’espace, je serais plus sobre dans mon commentaire : C’est un driver normal au fonctionnement normal.

Il est surtout attendu au tournant de la vitesse de balle.

Comment se situe-t-il par rapport à la concurrence, et propose-t-il des contreparties gênantes, par exemple en taux de spin ou en dispersion ?

Ci-dessus, les principales caractéristiques des clubs testés, soit 4 configurations différentes…

Les performances des drivers Srixon ZX5 et ZX7

Pour un driver, je vous propose 3 niveaux de lectures : La comparaison des performances essentielles par rapport aux précédents modèles Srixon testés depuis 2013, la comparaison des performances versus des modèles équivalents sur le marché sur la période 2019-2020, et le match ZX5 versus ZX7 pour mon avis final.

Ce tableau résume les performances d’un driver. Il se lit de gauche à droite.

Pour une vitesse de swing donnée (la mienne, celle du test), pour un loft affiché, je délivre un loft dynamique qui doit être cohérent avec la vitesse de swing pour parfaitement optimiser la distance.

Le club est monté sur un manche d’une longueur et un poids affichée ci-dessus.

Je génère une vitesse de balle donc on peut en déduire le smash factor (ratio entre les deux vitesses, de swing et de balle).

Le driver délivre un taux de rotations (spin) à la balle, de même que selon la vitesse de swing, et le loft dynamique, la balle part selon un angle de lancement plus ou moins élevé.

On peut calculer le ratio de spin sur angle de lancement qui est une des mesures qui trahit la conception réelle d’un club de golf, et notamment sa performance.

La distance au carry me permet de calculer un ratio d’efficacité entre la distance produite, et l’énergie nécessaire (la vitesse de swing).

En résumé, les 3 mesures clés pour parler de distance sont le smash factor, le spin sur angle de lancement, et le degré d’efficacité.

Dans le tableau, pour certains modèles (bleu ciel), je n’ai un test qu’en version manche regular, alors que pour les ZX5 et ZX7, j’ai bien les deux manches testés, regular et stiff.

Au fil des années, ma vitesse de swing ayant bougé, il ne faut regarder que les ratios, et pas forcément la distance totale en mètres.

En somme, ce tableau nous apprend que le Z545 était pour moi le driver avec le meilleur rendement.

Le spin sur angle de lancement révèle que les nouveaux drivers ZX5 et ZX7 proposent sans doute plus de moment d’inertie que les modèles précédents, et confirment une partie du discours de la marque. En revanche, c’est au détriment de l’optimisation des conditions de vol. Ces nouveaux drivers sont susceptibles de donner trop de spin en conséquence de la hausse du moment d’inertie, et diminuent les gains de distances potentiels.

Enfin, les ratios d’efficacité traduisent le fait que Srixon est proche de son maximum. Le ZX7 fonctionne très bien en stiff alors que le ZX5 en regular est trop en retrait.

Toutefois, comparativement au Z785, les performances sont très comparables…

De manière générale pour les deux drivers ZX5 et ZX7, il y a un manque de rendement de la face, et dans les configurations testées.

Ce second tableau illustre cette fois la comparaison des deux drivers Srixon versus le reste du marché des drivers entre 2019, et 2020, testés sur JeudeGolf.

Le tableau se sépare en drivers testés en regular, et en stiff.

La première ligne en bleu ciel est la moyenne de tous les drivers testés en regular.

Dans ce cas, ZX5 et ZX7 sont légèrement en retrait sur la vitesse de balle, et haut en spin pour le ZX7. Le shaft riptide ne semble pas permettre la meilleure optimisation de ces deux têtes.

Le ZX7 donne néanmoins un meilleur angle de lancement, et donc finalement une distance au carry très légèrement supérieure. Le degré d’efficacité est dans la moyenne du marché, ce qui n’est pas le cas du ZX5 en retrait.

Même exercice avec une comparaison des manches stiffs… il ressort que la têtes ZX5 en 10,5 degrés contre-performe. Il faudrait la régler sur un loft plus bas…Le loft dynamique est en fait trop élevé, ce qui n’est pas le cas de la ZX7 en 9.5 degrés.

La vitesse de balle du ZX7 est alors plus performante sur un manche stiff, y compris par rapport à la moyenne du panel. Le taux de spin reste son petit point faible.

Cependant, cette façon de comparer permet de constater que le driver ZX7 sur un manche stiff adapté est plutôt efficace en comparaison du panel, et surclasse le ZX5.

Troisième élément de comparaison, le match entre ZX5 et ZX7 par les aires de dispersions…Le ZX7 avec un manche regular est le plus en retrait sur la distance, mais pas nécessairement le plus dispersant.

Le ZX5 avec un manche stiff n’est pas nécessairement très convaincant.

Si le ZX7 sur manche stiff est globalement la meilleure configuration, force est de constater qu’aucune configuration ne m’a donné distance, et précision ou régularité.

Mon objectif était de trouver pour 100 mph de vitesse de swing, 150 mph de vitesse de balle... je n'y suis pas parvenu.

Pour quel profil ?

Le driver ZX5, surtout avec un loft de 10.5 degrés est à considérer pour des golfeurs avec une vitesse de swing inférieure à 100, et peut-être 95 mph, surtout avec le manche regular.

Le loft dynamique est à surveiller au moment d’un fitting, et ne doit pas excéder 15 degrés, sous peine de perdre en optimisation de trajectoire.

Le driver ZX7 s’adresse effectivement à des golfeurs qui swinguent au-delà de 100 mph, surtout avec son loft de 9.5 degrés. Je regrette son taux de spin un peu élevé avec le Smoke.

Ce taux de spin trahit toutefois un moment d’inertie élevé, aussi bien pour le ZX5 et le ZX7, ce que recherchent actuellement une majorité de golfeurs seniors. Ces produits sont bien dans la tendance du marché actuellement.

Points forts/points faibles

 

Le moment d'inertie est le point fort de ce club, ce qui va bien dans la tendance actuelle du marché. En contrepartie, le niveau de spin donné à la balle est un peu élevé pour un long-frappeur, et moins notable pour un profil plus senior. Attention de trouver le bon rendement dans le cadre d'un fitting "fin", pour trouver le bon manche, et le bon loft...

Le Prix

Le premier modèle, le ZX5 est proposé à 499 euros, tandis que le second, le ZX7 est proposé à 529 euros.

C’est sensiblement dans le prix de marché actuellement.

Si les performances du ZX7 sont intéressantes, le consommateur aurait peut-être eu besoin d’un petit coup de pouce tarif pour douter encore un peu plus, et versus les offres des leaders américains.

Ne perdons pas de vue que le PING G410 est actuellement le driver le plus vendu en France...

Bilan J’achète/J’achète pas ?

Pour le ZX7, joue positivement en sa faveur sa grande ajustabilité, qui du coup se paye dans le prix par rapport au ZX5, mais me paraît nécessaire.

S'agissant du ZX5 justement, je n'achète pas, ayant le sentiment de ne pas pousser la vitesse de balle au maximum.

Ce n'est pas un chèque en blanc, je ne prends pas le ZX7 en l’état et sans un fitting poussé, mais en revanche, du fait de toutes les options d’ajustements de la tête, des poids sous la semelle, et des shafts à choisir, en y passant du temps, je pense pouvoir justement trouver le meilleur compromis.

A cela, j'ajoute que le look représente un net progrès par rapport à la version précédente.

En revanche, si je n’arrive pas à monter le smash factor, et baisser le taux de spin pendant une longue séance de fitting… le driver ZX7 restera à quai…

Restez informé

Recevez notre newsletter

(Note moyenne de 5 sur 1 votes)

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.