Plus de 4000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un contenu unique, utile, et passionnant! Pour l'abonnement 12 mois! 1 boîte de 12 balles Srixon AD 333 Tour offertes et envoyées chez vous!

Vinaora Nivo Slider

Test driver King Cobra F7+

Cobra a été assurément la marque la plus surprenante en 2016 avec son offre de drivers F6, F6+ et King Ltd. En 2017, Rickie Fowler utilise le nouveau King F7+. Que vaut-il réellement par rapport au modèle précédent ? Les poids sous la semelle ont-ils un réel impact sur les trajectoires de balles ? En somme, Cobra peut-elle challenger TaylorMade et Callaway ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Le club testé : Driver Cobra King F7+

Pour cet essai, nous remercions COBRA de nous avoir fait parvenir plusieurs têtes (King F7, King F7+ et King F7 ht) ainsi que plusieurs shafts.

Concernant les manches, rien de particulièrement extravagant au niveau des longueurs ou des poids à noter.

Sur les douze derniers mois, la moyenne constatée a été de 45,4 inches en longueur, et 59,4 grammes pour le poids en prenant en compte l’ensemble des clubs que nous avons pu tester.

Comme le King F7+ permet un ajustement du centre de gravité au niveau de la tête, en plus du test classique, nous vous proposerons un comparatif entre les différentes positions testées, favorable au spin, ou au MOI (tolérance).

Ce test a été réalisé en indoor au magasin US Golf de Champagne-Au-Mont-d’Or, avec le concours de notre consultant, Clément Morelle, et en outdoor au Golf de la Sorelle avec le concours de Xavier Bretin.

Les conditions du test

Ci-dessus, la moyenne des trois testeurs régulièrement utilisés pour comparer des clubs sur notre site.

Dans le cas présent, il s’agit des résultats pour le driver tous shafts et tous lofts confondus.

Un senior de 66 ans, Jean, golfeur amateur d’index 24 s’est prêté au test avec une vitesse moyenne de swing de 72 mph avec son driver.

J’ai participé au test avec une vitesse de swing relativement élevée (96 mph) mais avec un certain manque de régularité dans ma capacité à centrer correctement la balle dans la face, ce qui est aussi bien illustré par le smash factor (1.45) et le spin donné par angle de lancement (182 au lieu de 162 pour le pro, sachant que l’idéal théorique se situe autour de 100).

Enfin, le pro, Xavier Bretin, swingue en moyenne à 99 mph avec une bien meilleure capacité à centrer la balle, comme en atteste son smash factor élevé (1.47).

Nos indicateurs de performances dont le nouveau spin/launch angle

Pour déterminer la maniabilité d’un club de golf, nous utilisons toujours la même évaluation purement mathématique : le smash factor (ratio entre vitesse de swing et vitesse de balle à l’impact) qui traduit la bonne utilisation d’un club par un golfeur, et sa capacité à centrer régulièrement la balle dans la face.

Pour déterminer l’optimisation du club par le joueur, et en fait l’efficacité pour produire de la distance, nous utilisons un rapport que nous avons créé, entre vitesse de swing (énergie que vous produisez) et la distance au carry (résultat que vous produisez).

Pour déterminer la bonne utilisation du club par le joueur, nous utilisons aussi en plus, et récemment, un ratio entre le nombre de tours de spin donnés à la balle, et son angle de lancement exprimé en degrés.

Chaque golfeur génère un taux de spin et un angle de lancement qui lui est propre avec le matériel qui lui est donné. Cependant, des règles régulières s’observent.

Si une balle de golf part haute et prend beaucoup de spin, par rapport à une vitesse de balle donnée, elle monte au-dessus de la trajectoire idéale, ballonne, et perd en vélocité.

Si une balle de golf part basse et prend peu de spin par rapport à une vitesse de balle donne, elle descend trop vite en-dessous de la trajectoire idéale, et perd en vélocité.

Avec ces trois ratios, en plus des données trackman, nous pensons pouvoir argumenter sur la performance d’un club de golf en toute objectivité, et avec une approche rigoureuse.

Les datas pour le pro

Xavier a testé le King F7+ en loft 9,5 et 10,5 sur des shafts stiff et regular. Ci-dessus, le résultat complet de ce test avec des comparaisons sur les 18 derniers mois.

Si on compare le F7+ versus le F7, quel que soit le loft ou le shaft, les écarts sont très faibles.

En toute logique, la configuration préférentielle pour Xavier va correspondre au 10,5 stiff.

Et ce pour au moins deux raisons :

Etant donné son angle de lancement relativement bas, Xavier n’a pas de réel intérêt à abaisser le loft du driver à 9,5.

S’agissant du shaft, il a assez de vitesse de swing pour privilégier un shaft stiff, et ce, dans le but de réduire la dispersion, même si en contrepartie, il peut perdre un peu en vitesse de balle par rapport à un shaft regular.

Dans le cas où il opterait pour un loft plus bas à 9,5 degrés, il abaisserait l’angle de lancement de son driver de près de 2 degrés (13 contre 11) ce qui finirait par pénaliser la portée de la balle, et donc la distance. Ce n’est pas spectaculaire, mais entre le F7+ testé en 9,5, et en 10,5, le loft le plus élevé lui permet de gagner 3 mètres.

Pour mémoire, selon les ingénieurs, l’idéal balistique est à 17 degrés. Ceci étant, entre l’idéal et la réalité, il y a encore du chemin…

Même des longs frappeurs sur le tour comme Bernd Wieisberger envoient des drives avec un angle de lancement de 14 degrés, et non pas de 17 degrés, ce qui est en fait très haut.

Avec la configuration préférentielle, sans toucher au placement des cartouches sous la semelle du KING F7+, Xavier obtient un smash factor élevé (1.48), et un degré d’efficacité proche de son maximum (2.42).

Si on compare le F6+ de 2016 et ce nouveau F7+ à iso-conditions de test, même si Xavier a swingué légèrement moins vite avec le nouveau modèle, on peut statuer sur le fait que le niveau de performance est très semblable, au moins pour la version parfaitement comparable, à savoir en 10,5 regular.

Les chiffres laissent penser que le F6+ serait plus performant. C’est surtout Xavier qui avait swingué un peu au-dessus de sa moyenne à l’époque du test.

Pour un très bon joueur, si vous aviez acheté le F6+ l’an passé, l’achat du nouveau F7+ sur le seul aspect de la performance ne semble pas se justifier.

Le F6+ était déjà un des très bons drivers de la saison passée. Il ne souffrirait pas trop de la concurrence cette année.

En revanche, dans le cadre d’un nouvel achat de driver, ce nouveau F7+ est tout autant une valeur sûre du marché actuel.

Retrouvez ses commentaires dans la vidéo suivante :


Les datas pour un amateur à vitesse de swing rapide

Je n’ai beau swingué que 3 mph de moins par rapport à Xavier, clairement, dans mon cas, le shaft stiff ne se justifie pas.

Moins régulier, et moins habile pour centrer la balle dans la face, le manche plus rigide me prive de tolérance à l’impact et de distance.

Entre le loft 9,5 et le loft 10,5, c’est blanc bonnet et bonnet blanc ! Seulement 1 mètre d’écart entre les deux lofts… à choisir, autant prendre le 10,5 car le niveau de smash factor est le plus élevé en moyenne (1.50 contre 1.42).

Choix judicieux, notamment pour Cobra, en 10,5 degrés sur shaft regular, le niveau de smash factor et le niveau d’efficacité constatés sont parmi les plus élevés de la catégorie me concernant.

A noter, toujours selon les ingénieurs, le niveau de spin optimal au drive est de 1700 tours par minute. En moyenne, je suis assez loin de cette statistique avec 2500 tpm donnés à la balle. Par contre, avec le driver Cobra King F7+, je m’en rapproche franchement avec seulement 1900 tpm… un gros point fort pour ce driver, tolérant, efficace, et donc peu spinnant !

En version regular, Xavier avait aussi donné assez peu de spin. Le manche Fujikura Pro 60 semble être un excellent choix !

S’agissant de la comparaison avec le F6+, là-aussi, force est de constaté que l’on plafonne un peu. Et c’est peut-être logique ! F6+ ou F7+, nous sommes au maximum du niveau de tolérance possible… Il devient très difficile d’optimiser la distance, et la vitesse de balle sans dépasser les limites autorisées par l’USGA et le R&A.

A mon niveau, je constate toutefois un très léger gain au niveau du spin. Les marques, Cobra en particulier, améliorent leurs produits d’année en année, mais les gains sont de plus en plus petits, compte tenu de la limitation du coefficient de restitution.

Retenez que les drivers Cobra King sont parmi les plus tolérants du marché, et les moins spinnants. Au-delà du marketing, Cobra fait vraiment des bons drivers !

Entre 2016 et 2017, à vitesse de swing quasi identique, il semble que j’ai gagné 2 mètres de distance totale moyenne.

Avec un driver regular de loft 10,5 degrés, ma moyenne de distance totale tous drivers confondus a été de 243 mètres. Avec le F7+ en ayant swingué 3 mph de moins, j’ai atteint cette même distance !

Test complémentaire entre les différents réglages des poids

En complément de ce test, j’ai voulu comprendre le fonctionnement des poids sous la semelle.

Placé devant ou derrière, le poids de 12 grammes modifie le centre de gravité de la tête pour donner plus de spin, et de MOI, ou à l’inverse, moins de spin, mais aussi moins de MOI (tolérance).

En jaune, quand le poids est placé de sorte à favoriser la tolérance (MOI), et en blanc, quand le poids est placé de sorte à réduire le spin.

A première vue, sur la distance totale, on commence à distinguer un léger avantage de distance pour la version avec moins de spin (logique), mais par contre, pas moins de dispersion avec la version avec plus de MOI…

Avec une autre vue, on peut distinguer une tendance à générer des trajectoires un peu plus hautes (pourtant à loft égal) avec la version où le poids est placé à l’arrière, de sorte à augmenter le MOI.

De cet essai, je retiens une vérité et un paradoxe.

La réduction du spin fonctionne puisque d’une configuration à une autre, j’arrive à réduire le spin de près de 500 tpm, ce qui est assez considérable.

En revanche, la version la plus tolérante ne m’a pas permis de maximiser le smash factor, ou comme vu précédemment, réduire la dispersion.

Il me semble que le déplacement du poids permet surtout de gérer l’angle de lancement et la hauteur de trajectoire de la balle.

En version « low spin », même si j’ai swingué moins vite, la réduction du spin cumulé à une trajectoire plus tendue, et c’est finalement l’assurance d’une distance plus longue à la faveur de la roule augmentée.

Les datas pour un senior à vitesse de swing modérée

Encore un exemple qu’avec uns shaft senior, même un golfeur avec une vitesse de swing relativement modérée n’obtient pas systématiquement un meilleur rendement par rapport à manche regular !

En comparant le King F7+ monté sur un shaft regular par rapport à un shaft senior, notre testeur a été nettement plus long avec le shaft regular, en ayant à peu près swingué à la même vitesse ! Il nous faudrait d’autres tests avec d’autres seniors pour confirmer cette intuition…mais cela ne semble pas impossible à prouver.

Dans le cadre de ce test, cela représente une distance de 138 mètres avec le shaft regular contre seulement 135 mètres avec le shaft senior.

En plus d’être plus long, le smash factor est meilleur (1.40 contre 1.36).

Alors qu’avec le F6+, notre testeur avait été particulièrement adroit l’an passé. Il n’a pas reproduit le même résultat. Toutefois, sa vitesse de swing au moment du test 2017 a été vraiment plus basse qu’à son habitude. C’est plus imputable au joueur plutôt qu’au club.

Ceci étant, le King F7 paraît largement suffisant par rapport au F7+ ce qui est traduit dans les chiffres, et par un écart de distance de 3 mètres en faveur du F7.

Bilan du test driver Cobra King F7+

Un peu comme les sondages, nos tests sont une « photographie à un moment donné et avec des configurations figées » qui peuvent être remis en cause par un fitting, ou un changement de set-up au niveau des clubs.

Passé cette mise en garde, vous pouvez considérer que les drivers Cobra, et le King F7+ en particulier sont d’excellents drivers.

Certainement, parmi les plus tolérants (smash factor élevés), et les moins spinnants, ce qui donne un mélange extrêmement positif.

Cela fait longtemps que je n’ai pas donné un avis assez enthousiaste concernant des clubs de golf, surtout à la vue du nombre de tests réalisés.

Entre le F7+ et le F6+ de l’an passé, les écarts sont extrêmement réduits.

On peut considérer une légère amélioration du taux de spin, et un plafonnement du MOI, et donc de la tolérance à un niveau proche du maximum.

J’irai plus loin en me risquant à penser que ce driver est assez bien adapté pour les golfeurs amateurs avec une vitesse de swing modérée à rapide.

Ce n’est peut-être pas le driver le plus joué sur le tour… (notre pro a obtenu de meilleurs résultats avec d’autres drivers, et en particulier, le Cobra King Ltd), il est toutefois joué par Rickie Fowler (loft 8,5 degrés), notamment au moment de sa victoire au Honda Classic.

Dernier élément que j’ai finalement trouvé anecdotique, le système Arccos qui permet de mesurer ces drives sur le parcours n’a pas fonctionné dans mon cas. A savoir, le parcours qui me sert de base d’essai n’est tout simplement pas référencé. J’ajoute que je commence à être un peu moins enthousiaste concernant tous ces nouveaux gadgets censés révolutionner la pratique du golf demain.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

A chacun sa balle Srixon !

Découvrez nos formules d'abonnements

Accédez aux offres US Golf !