Test driver Inesis 500 HL

Il nous arrive d’acheter de plus en plus régulièrement du matériel de golf dans le cadre nos essais réalisés en toute indépendance (chariots, télémètres, accessoires…). Il est vrai que jusqu’à présent, nous n’avions pas encore acheté de clubs Inesis. Ci-après, nous vous proposons donc un test du driver Inesis 500 HL commercialisé au prix de 190 euros. Pour un prix autant décroché de la moyenne du marché des drivers en France (entre 300 et 600 euros), la qualité ou la performance sont-elles vraiment au rendez-vous ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Le produit testé

Sur le site Internet du généraliste du sport français, Decathlon, l’offre proposée aux consommateurs est sans doute volontairement très sommaire (on trouve quelques modèles TaylorMade et Titleist assez anciens) pour laisser une large place à sa marque de distribution, dans le jargon une MDD, Inesis.

Si vous filtrez sur Inesis, vous pourrez trouver une bonne dizaine de références séparées selon trois segments (Vitesse lente, moyenne ou rapide), et deux tailles.

D’un point de vue du consommateur, en particulier néophyte, cette présentation est plutôt astucieuse.

Nous avons donc commandé un produit qui nous paraissait le plus adapté (vitesse rapide et taille 2) pour notre test, d’autant que cela n’a aucune incidence sur le prix, toujours identique à seulement 190 euros.

Cependant, qu’est-ce qu’une vitesse rapide ?

Quelle est la bonne définition ?

80 mph, 90 mph, 100 mph, 110 mph…. En fait, cela ne veut rien dire de vraiment utile, et en revanche, il aurait été pertinent de proposer un choix en matière de loft.

Le cas présent, le seul choix possible est un modèle HL que l’on croit deviner à 12 degrés de loft, toujours sur le site du distributeur.

Heureusement, vous pouvez être rassuré par le descriptif ultra-détaillé laissé par le marchand « Notre équipe de passionnés de golf a conçu ce driver pour les joueurs entre 15 et 30 d’index. Obtenez le meilleur de votre swing en choisissant la bonne longueur de driver et le shaft adapté à votre vitesse de swing. Le driver 500 associe puissance et tolérance. »

Nous voilà bien avancé…

Vitesse élevée, 15 à 30 d’index, 12 degrés de loft… sur le papier, il y a des questions qui se posent…car ce n’est pas très conventionnel.

Et encore plus quand vous recevez le driver, et que vous constatez qu’il présente énormément d’offset, soit une correction amenée par la position de la tête par rapport au manche, et pour contrer un chemin de club très extérieur-intérieur… soit le slice.

Bref, un rapide coup d’œil aux caractéristiques soulève plus de questions qu’elles n’apportent de réponses sur le profil idéal du golfeur pour ce club.

De là, nous avons utilisé les outils à notre disposition, pour mesurer la fréquence du manche, mesurer le swing weight, contrôler le poids, et la rigidité.

Avec le grip, la fréquence mesurée du manche a été de 244, mais cette mesure à mettre en corrélation avec la longueur exacte du manche, doit être prise sans le grip.

Nous avons donc dégrippé pour trouver une fréquence du manche UST Mamiya Eléments Proto 6F4 à 259 pour une longueur de manche de 45 3/8 inches, soit légèrement au-dessus de 45.25 inches.

En croisant ces deux informations, le manche est donc proche de ce que l'on pourrait qualifier d'extra-stiff, ce qui nous a paru plus qu’étonnant pour un swing rapide d’un index compris entre 15 et 30 !

Toujours en cherchant à comprendre le produit que nous avions dans les mains, nous avons une réponse de rigidité de ce manche spécifique d’UST Mamiya, qui serait en fait ultra-rigide au niveau du grip (10 sur 10), moyen en milieu de section (5 sur 10), et faible près du tip (3/10).

En bref, ce serait un manche ultra-rigide mais dont à première vue, dans les mains, le ressenti ne serait pas complètement confirmé.

La faible rigidité en tip pourrait justement donner un effet notable d'accélération facilitée à l’impact.

Autre mesure, le club pèse au total 324 grammes, et notre machine affiche un swing weight étonnant pour un club standard : D5.4, soit un club considéré comme très lourd en tête.

En résumé, sur le papier, avant de taper, les caractéristiques sont très surprenantes…

Beaucoup d’offset, un loft de 12 degrés, un manche en extra-stiff, un swing weight en D5 quand l’offre du marché en standard, même pour les vitesses rapides, se trouve le plus souvent en D2 et D3, et une rigidité de manche qui passe de 10 à 3, du butt au tip…

Ce serait intéressant d’avoir une discussion avec l’ingénieur qui a conçu ce club pour savoir ce qui a présidé à ces choix tonitruants ou si simplement ils ont jeté une pièce en l’air…

Bref, au-delà des 190 euros, c’est un club déjà atypique.

Les tests du driver INESIS 500 HL

Comme nous ne savions pas ce que voulait dire « vitesse rapide », nous avons appliqué un protocole de test déjà utilisé sur JeudeGolf, qui consiste à tester avec plusieurs vitesses de swings : 70, 80, 90, 100 et 105 mph.

Veuillez trouver ci-après ces différents essais...

Test pour une vitesse de swing modérée de 70 mph

Pour une vitesse finalement modérée, la première bonne surprise, c’est de constater un niveau de rendement tout à fait convenable avec, et sur une moyenne de 10 balles, un smash factor de 1.47, et malgré un loft dynamique de 17.1 degrés, plutôt haut, et lié à la mécanique du testeur avec ce club, et aux caractéristiques évoquées plus haut (loft 12 degrés).

A cette vitesse, les notions de direction du swing et de chemin du club ne sont pas très marquées (autour de 0 degré), ce qui fait que le contrôle de la trajectoire des balles est satisfaisant.

Le test n’est pas réalisé par un professionnel qui peut mettre 10 balles sur 10 au centre du fairway.

On peut encore noter une tendance qui va se révéler sur les essais suivants : Un très faible taux de spin donné par le couple tête/shaft.

Pour information, sur la question du profil du golfeur qu’il nous reste à résoudre avec ce test, un golfeur professionnel comme Sébastien Gros qui swingue à plus de 120 mph au drive rejette ce type de club, qui donne trop peu de spin pour lui…

Un golfeur professionnel ne semble donc pas être le profil envisagé, et malgré ce manche en extra-stiff.

Ce second tableau fourni par Trackman permet d’établir l’optimisation du club pour une vitesse donnée.

Il en ressort que pour 70 mph, le club est justement très bien optimisé au joueur !

Toutes les valeurs (spin loft, vitesse de balle, angle de lancement, taux de spin, et hauteur) sont cohérentes, et le testeur drive à 170 mètres avec la roule. Il ne pourrait pas vraiment faire mieux avec un autre club, et toujours à cette même vitesse.

Test pour une vitesse de swing de 80 mph proche de la moyenne inférieure des golfeurs masculins

A nouveau, bonne surprise, même si la vitesse de swing augmente, le smash factor reste élevé à 1.47 identique au test précédent.

Pas de perte d’efficacité de la face, et alors que les balles ne sont pas parfaitement prises au centre de la face, et comme dans l’exemple précédent.

Le niveau de spin reste très bas, ce qui couplé à une trajectoire de balle en moyenne tendue va favoriser une accentuation de la roule de balle.

La distance moyenne au drive est alors de 180 mètres, en revanche, avec l’augmentation de la vitesse, la tendance naturelle de swing du golfeur apparaît : Un swing intérieur-extérieur pour 3.8 degrés qui va commencer à mal s’accommoder de l’excès d’offset forcé sur la tête, et donc provoquer immanquablement des balles à gauche du fairway.

Précisions que le testeur est droitier.

Pour une mécanique de swing intérieur-extérieur, la construction du driver Inesis implique forcément les trajectoires illustrées ci-dessus.

Par conséquent, ce driver semble plutôt conçu pour des profils qui swinguent inversement extérieur-intérieur, et plus sujet au slice.

 

Avec la vitesse de swing en hausse, le niveau de dispersion augmente alors que l’optimisation baisse.

Le taux de spin et la hauteur de balle ne sont plus optimisés à 80 mph, et pour la mécanique de ce testeur. On peut donc, dans ce cas, commencer à perdre quelques mètres (177 versus 184 mètres).

Test pour une vitesse de swing de 90 mph proche de la moyenne supérieure des golfeurs masculins

Le smash factor reste convenable à 1.46 sur une moyenne de 10 balles, et pour une vitesse de swing de 88.6 mph.

Avec l’augmentation de la vitesse de swing, la direction du swing continue de s’écarter de l’axe, et par conséquent, du fait de l’offset trop prononcé du club, les balles s’écartent de plus en plus vers la gauche du fairway.

Le loft dynamique reste haut, mais sans être exorbitant, surtout pour une tête de 12 degrés de loft.

Pour 88.6 mph de vitesse de swing, le trio tête, manche, grip semble encore assez optimisé pour la mécanique du testeur.

Le testeur produit une distance de 210 mètres. Il ne pourrait pas faire plus avec un autre club, et toujours pour cette vitesse de swing. En revanche, c’est un tout autre sujet concernant la dispersion.

Test pour une vitesse de swing de 100 mph au-dessus de la vitesse moyenne des golfeurs masculins

Le test se complique, et les résultats sont décevants !

A cette vitesse de 97.5 mph, difficile de contrôler correctement la tête de club. La direction du swing s’accentue encore plus alors que dans le même temps, la face se ferme beaucoup trop vite.

Le smash factor s’effondre, et sur certaines balles, le loft dynamique est trop élevé.

Les balles étant prises trop hautes dans la face, la vitesse de balle n’est clairement pas optimisée.

Il y a une perte nette d’efficacité et de distance versus une autre optimisation ou un autre club, soit 217 mètres seulement contre 240 mètres en théorie pour 97.5 mph de vitesse de swing.

Attention, cela ne veut pas dire qu’à 97 mph, le club ne fonctionne plus ! Ce test illustre seulement que le testeur a rencontré une difficulté à s’ajuster avec ce club, et pour cette vitesse de swing…

Pour justement en avoir le cœur net, nous avons ajouté une étape de test, en cherchant volontairement à produire du draw, et notamment pour sortir la balle à droite de l’axe de la cible.

Test pour une vitesse de swing de 100 mph au-dessus de la vitesse moyenne des golfeurs masculins, et en draw

En optant pour une autre organisation, en draw, en accentuant alors la direction du swing encore plus intérieur-extérieur avec une orientation de la face vers la droite du fairway, et toujours pour une vitesse de swing autour de 95 mph, le résultat change.

Les balles sont mieux centrées dans la face, et le smash factor remonte automatiquement à 1.47.

Cependant, la forme de trajectoire en courbe de droite à gauche ne peut pas réellement changer, du fait de l’offset très prononcé de la tête…

Malgré cette tentative d’ajustement du testeur au club, l’optimisation n’est plus parfaite avec un angle de lancement trop bas, et une hauteur de balle trop basse.

Il y a là une perte de distance de 17 mètres par rapport au potentiel vitesse de swing du joueur.

Test pour une vitesse de swing de 105 mph très au-dessus de la vitesse moyenne des golfeurs masculins

En cherchant à se « déchausser » pour produire une vitesse vraiment plus importante avec un club d’une longueur de manche de 45.25 inches, curieusement, les trajectoires de balles redeviennent un peu plus cohérentes, et prédictibles.

Le smash factor revient une fois encore à 1.47 sur 10 frappes de balles. Le niveau de vitesse de balle est très intéressant (150 mph) sans avoir grand-chose à envier à des drivers de marques comme Callaway ou TaylorMade.

La distance de 248 mètres avec la roule en moyenne n’est pas négligeable alors que le taux de spin est encore resté bas.

A 9 mètres près, le driver n’est pas loin d’être optimisé. Il manque encore un peu de hauteur de balle alors que la vitesse de balle est dans la limite basse…

C’est plutôt la bonne surprise de ce test.

De là, chacun pourra se faire une opinion.

Les golfeurs intéressés par le rapport performance-prix, et pour seulement 190 euros, cela ne peut pas être autre chose qu’imbattable.

Avec des drivers à 500 euros pour des niveaux de performances qui ne pourront pas faire beaucoup mieux, TaylorMade, Callaway, Ping et tous les autres, si le golfeur s’arrête à la question du smash factor, c’est perdu d’avance pour eux. Le driver Inesis 500 HL fait le travail.

En revanche, si vous cherchez un driver ajusté, là en revanche, il y a des choses à dire.

Les caractéristiques imposées par ce modèle forcent à considérer qu’il ne va correspondre qu’à un profil très précis de golfeur, et non, la vitesse de swing n’est pas le critère de choix principal comme illustré par ce test.

Le golfeur qui va optimiser ce club de droitier devra centrer la balle dans la face, présenter un chemin de club notablement extérieur-intérieur avec un angle d’attaque vers le sol neutre ou négatif afin d’éviter un loft dynamique trop élevé.

Ce sera aussi un golfeur qui appréciera un manche très rigide en butt et peu rigide en tip.

Rien à voir avec une question de l’index ou de la vitesse de swing… des données qui ne sont jamais suffisantes pour déterminer si un driver est optimisé, sauf à jeter une pièce en l’air, et espérer.

En résumé, Decathlon vend un produit qui présente des caractéristiques très particulières, et sans possibilité d’ajustement, à une population de golfeurs qui sans le niveau d’information maximum ne peut pas être certain de son achat.

Nous ne décernons pas de médaille en chocolat pour dire que c’est le moins bon ou le meilleur driver.

Ce driver Inesis n’est pas moins bon qu’un driver d’une marque plus réputée, puisqu’il obéit aux mêmes normes imposées de fabrications.

En revanche, les choix de caractéristiques qui ont été réalisés sont à minima très étonnants, et pas nécessairement adaptés au plus grand nombre, maintenant pour seulement 190 euros, comme évoqué plus haut, un golfeur sensible au prix finira par s’y retrouver.

Exemple d’un autre driver du marché ajusté (M5 sur manche project X Black stiff)

Finalement pourquoi payer plus cher si le rendement ne peut guère être meilleur ?

Illustré ci-dessus, pour le même testeur, le même jour, la même balle, dans les mêmes conditions, et pour une vitesse de swing de 100 mph, le rendement n’est pas moins bon ou meilleur par rapport au Inesis 500 HL.

On retrouve un smash factor de 1.47, et comme quoi, cela ne peut pas être le seul critère de choix d’un driver…

L’énorme différence se situe dans le contrôle des trajectoires puisque ce driver ajusté sur-mesure au joueur permet de limiter la direction du swing intérieur-extérieur, et surtout de placer plus souvent la face de club proche de square (0.9 degrés).

Par conséquent, les trajectoires de balles sont nettement redressées dans l’axe, en comparaison du test du driver Inesis 500 HL.

Toutes les mesures sont optimisées, et en plus, les balles présentent une dispersion plus pertinente par rapport à un usage sur le parcours.

Le sujet, ce n’est donc pas nécessairement et toujours la distance, mais plus souvent la distance avec la dispersion.

Pour rappel, il s’agit ici d’un test réalisé par un amateur, et non pas un professionnel. 5 balles sur 10 sont au centre du fairway…

Echantillon à vendre à 50% du prix d'achat

Comme évoqué plus haut, nous n’avons pas vocation à stocker des drivers au Studio. Ce produit a été seulement acheté pour les besoins de notre indépendance, et du test.

Il est donc en état neuf moins 60 frappes de balles, et prêt à être revendu à un lecteur à 50% de sa valeur, soit 95 euros (ce qui n’inclut pas les frais de port).

Vous constaterez que ce faisant, nous respectons notre charte qui n’est pas de commercialiser des clubs de golf.

Nous revendons seulement à perte, un produit de test, et n’avons pas vocation à vendre des clubs de golf en dehors de ce cas de figure.

A la lecture de cet article, si un golfeur se reconnait dans le profil présenté à travers le test, nous serons heureux de lui faire plaisir.

Merci de nous contacter à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. pour organiser les modalités de la cession, et l’envoi.

Information : Le driver a été vendu à un abonné qui s'est manifesté vendredi 16 avril, sitôt la parution de la newsletter. Merci de votre compréhension. Nous ne manquerons pas de vous tenir au courant de notre prochaine opération.

Nota bene

Le directeur commercial d’Inesis a pu commenter certaines de nos parutions en s’offusquant qu’Inesis ne soit pas citée systématiquement.

La mémoire de tout un chacun peut être sélective.

Nous avons toujours un article en ligne sur le site en date du 21 décembre 2019 intitulé « Comment Decathlon peut bouleverser avec Inesis la vente de clubs de golf en France, et dés 2020 ? », et un autre article sur le test d’un chariot à pousser Inesis, déjà acheté par nos soins pour les besoins du test, et déjà pour 120 euros.

Nous constatons que son représentant préfère donc commenter notre page Facebook, plutôt que de nous adresser des informations, des communiqués, ou même des échantillons.

Rappelons que l’enseigne détenue à 51% par la famille Mulliez, a réalisé 11.4 milliards d’euros de chiffre d’affaires dans le monde en 2020, en baisse de seulement -6% dans le contexte de la pandémie de COVID_19.

Selon BFMTV qui publie les chiffres, le bénéfice de la société est resté en ligne avec 2019, à un niveau comparable de 550 millions d’euros.

Restez informé

Recevez notre newsletter

(Note moyenne de 4.5 sur 4 votes)

Commentaires   

mhezkia@gmail.com
0 #1 Nouveaumhezkia@gmail.com 16-04-2021 12:06
A noter qu'iIneis a annoncé un nouveau driver qui sera réglable... A suivre...

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.