Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test driver Cleveland Launcher HB

Test driver Cleveland Launcher HB

Pour son retour, Cleveland revient avec sa philosophie propre de clubs légers et adaptés aux seniors. Driver sans ajustement, sans fioriture, proposé à 329 euros, le HB Launcher veut séduire les golfeurs qui ne jouent pas sur le tour, mais composent pourtant la majeure partie du contingent des amateurs. Trois testeurs ont testé ce nouveau driver à l’aide d’un radar de mesure pour déterminer smash factor, degré d’efficacité, taux de spin, et distance. Par rapport au principal argument technique de ce driver, lance-t-il vraiment plus haut avec moins de spin ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Le driver Cleveland Launcher HB testé par nos soins

Proposé sur un manche Miyazaki C KUA en regular, le driver HB Launcher présente un swing weight en D3 avec un grammage de seulement 55 grammes contre 59 grammes en moyenne pour les drivers testés en 2017.

Le shaft Miyazaki C Kua est plutôt une bonne référence du marché, et réalisé à partir de carbone T11OO de Toray Industrie. Plus léger, il n’en est pas moins consistant.

Pour son retour, Cleveland mise toujours sur une couronne Hibore pour développer un maximum de vitesse de balle. La couronne est ainsi censée restituer un plus grand retour à l’impact, et donc augmenter le smash factor.

De tous les arguments mis en avant, c’est le hosel ultraléger qui doit justement selon Cleveland augmenter les ratios de performances, et favoriser un meilleur angle de lancement.

Les principaux chiffres pour établir notre analyse et évaluer la performance d’un club

La distance totale n’est pas un élément suffisant pour juger de la réelle performance d’un club de golf.

Il faut prendre en compte principalement les paramètres que sont la vitesse de swing, la vitesse de balle, l’angle de lancement, et le taux de spin donné à la balle.

Nous ajoutons en plus le smash factor qui est le ratio entre la vitesse de swing et la vitesse de balle, ce qui traduit l’optimisation du set-up club/joueur.

Nous allons plus loin avec le degré d’efficacité qui est un ratio que nous avons créé, entre la vitesse de swing, et la distance produite au carry. Cela résume l’énergie déployée pour produire une distance.

Et enfin, nous utilisons en plus le ratio spin sur angle de lancement, qui traduit la performance balistique d’un club.

Le bénéfice d’utiliser des ratios permet de neutraliser des effets extérieurs comme les variations de vitesses de swings entre plusieurs essais.

Ainsi, nous estimons que nous pouvons passer derrière le discours marketing, pour distinguer ce qui est de la performance du blabla, et pour quelles raisons.

Les données pour 3 testeurs avec le Cleveland HB Launcher

Ce premier tableau illustre les données pour 3 testeurs, et une comparaison avec les drivers déjà testés cette année dans des conditions similaires. Il s’agit à chaque fois de drivers 10,5 degrés montés sur des manches en regular.

Pour un senior

Pour Jean, testeur senior de 69 ans, le test du driver Cleveland HB Launcher a produit plusieurs résultats favorables.

Dans un premier temps, Jean a swingué dans sa vitesse moyenne, soit 69 mph. Avec ce driver, il a surtout obtenu un gain de vitesse de balle de près de 3 mph supplémentaire par rapport à sa moyenne.

Alors que son smash factor moyen est cette année de 1.39, le HB Launcher a donné un rendement de 1.43.

Pour ce test, tous les voyants sont aux verts. L’angle de décollage est légèrement amélioré au-dessus de 16 degrés. L’idéal pour un driver se situe à 17 degrés. A la vue de ce test, les résultats sont très cohérents.

Le niveau de spin n’est pas particulièrement abaissé (plus de 3000 tours), mais pour ce testeur, le résultat est très convenable (en moyenne 3200 tours).

Sur le seul critère de la distance, Jean a obtenu sa deuxième meilleure moyenne de l’année (145 mètres) avec le HB Launcher.

Pour un amateur à vitesse de swing rapide

Pour ma part, deuxième testeur, j’ai constaté, après avoir swingué dans ma vitesse moyenne de swing (96 mph), que la vitesse de balle était tout à fait convenable (140 mph).

Si le smash factor et le degré d’efficacité sont cohérents, le spin est légèrement trop important (500 tours au-dessus de ma moyenne), et entraîne une tendance à ballonner.

Avec une vitesse de swing plus rapide que celle de Jean, le manche sans doute trop léger a plutôt favoriser un spin un peu trop prononcé. Le test du pro Xavier Bretin peut confirmer ou infirmer cette relation entre vitesse de swing, et spin.

Pour ma part, je ne peux pas confirmer que ce driver me permet de réduire mon taux de spin, en tout cas, dans cette configuration.

Je n’ai pas non plus lancer franchement plus haut (14,5 degrés).

Globalement, les chiffres traduisent des résultats convenables, mais pas nécessairement hors normes.

Pour un pro

Pour le pro Xavier Bretin, ce dernier testeur a swingué légèrement en-dessous de sa vitesse moyenne (97 mph au lieu de 98 mph). Toutefois, le résultat est là-aussi positif avec un smash factor élevé (1.49).

La distance produite par rapport à la vitesse de swing est plutôt bonne (degré d’efficacité à 2.46). Le taux de spin constaté est tout à fait dans la moyenne (2443 tours).

Au final, Xavier tape ce driver dans sa moyenne de distance, soit 243 mètres.

Le manche ne semble pas avoir affecté sa performance. Comme pour le deuxième testeur, son angle de décollage n’a pas semblé être plus important (13 degrés au lieu de 13,7 degrés en moyenne).

Les commentaires de Xavier :

J’ai eu de bonnes sensations dans cette version. Le design est plutôt sympa. Le manche n’était toutefois pas adapté pour moi avec une tendance de la face de club a « traîné » légèrement à droite au downswing d’où des trajectoires plutôt à droites. C’est certainement imputable au fait de tester un manche un peu trop souple. Le smash factor est bon, et le taux de spin correct par rapport à la vitesse de balle. C’est un driver dans la moyenne de ce que nous avons testé en 2017. Ce n’est pas le plus court. Ce n’est pas le plus long.

Bilan du test driver Cleveland HB Launcher

Nos tests sont une « photographie à un moment donné, et avec des configurations figées », qui peuvent être remis en cause par un fitting, ou un changement de set-up au niveau des clubs.

Néanmoins, avec le concours de trois testeurs distincts, on retrouve des tendances qui méritent d’être relevées.

En définitive, seul Jean, le testeur senior a vu son taux de spin légèrement baissé, et son angle de lancement légèrement augmenté. Tant mieux pour Cleveland, Jean a plutôt le profil du golfeur ciblé par ce nouveau driver.

Bilan du test driver Cleveland HB Launcher

Si Jean est le seul à avoir réellement senti une amélioration par rapport à sa base, cela ne veut pas dire que ce driver est décevant en performance.

Au contraire, à en juger par la comparaison avec le reste du panel, en tenant compte du prix proposé sur un marché qui a subit une forte inflation depuis deux ans, le Cleveland HB Launcher semble être un driver « refuge » pour ceux qui ne veulent pas mettre un budget excessif, ni trop se focaliser sur des réglages infinis.

Le Launcher HB est plutôt un driver polyvalent pour tous les profils.

La technologie mise en avant par le fabricant ne ressort pas complètement dans ce test, et par rapport à la concurrence.

Disons que c’est un driver dans une bonne moyenne, et qui ne présente pas de risque de se tromper, surtout pour un prix décroché de près de 200 euros par rapport à des clubs qui jouissent d’une meilleure notoriété sur le papier, mais qui ne font pas nécessairement plus la différence sur le terrain.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.