Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test driver Callaway XR Speed

Test driver Callaway XR Speed

Avec le concours de plusieurs testeurs, nous avons distingué les différences entre le dernier driver Callaway XR Speed, et le TaylorMade M4, son concurrent direct. Quels bénéfices par rapport au précédent XR 16 ? Speed ? Peut-on réellement générer plus de vitesse avec un driver en 2018 ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Le driver Callaway XR Speed testé

Pour ce nouvel essai, Callaway nous a passé un driver XR Speed sur un manche regular standard de la marque Project X.

Ces dernières années, on observe que les manches proposés en regular par les fabricants tournent autour d’une moyenne de 45,5 inches, et d’un grammage de 56 grammes.

Le manche proposé ici est dans la moyenne du marché. Le fabricant espère donc convaincre au travers de sa nouvelle tête, qui ne présente qu’un seul ajustement : Le loft.

S’agissant du choix du manche monté en standard dans le commerce (avant fitting), on observe une légère baisse du grammage au fil des années (autour de 60 grammes entre 2014 et 2016), alors que la longueur des manches n’est plus trop une variable d’ajustement.

Les manches de drivers Callaway sont résolument longs (45,5 inches), pour favoriser en théorie la vitesse de swing.

En matière de têtes, on a pu observer une sensible amélioration des faces depuis 2016, et le précédent driver XR 16, qui avait été un des meilleurs produits de la saison.

Depuis, Callaway a réalisé un joli coup marketing et commercial avec le driver EPIC, certainement la meilleure vente de l’année 2017, un peu partout dans le monde.

En 2018, c’est autour de TaylorMade de réaliser un joli coup dans les ventes avec le M4.

Pour Callaway, la saison 2 de son driver Jailbreak, à savoir le Rogue est forcément plus délicate.

Le cycle de ventes sur un rythme de tous les deux ans continue de se vérifier.

Dans ce contexte, pour ne pas laisser le champ libre à TaylorMade, Callaway sort un nouveau driver XR Speed, qui est très bien réalisé d’un point de vue esthétique.

Sur ce point, le XR Speed est même plus beau que certains drivers qui se disent Ultra Premium.

Pour mémoire, Callaway avait déjà sondé le marché l’an passé avec le bois de parcours Steelhead, un produit très ressemblant, et aussi très réussi d’un point de vue visuel.

Bois 3 Steelhead hier, et aujourd’hui driver XR Speed, le lien de parenté semble direct.

Commercialement, il ne faut pas longtemps pour comprendre que la cible est TaylorMade avec son M4 à 399 euros, numéro un des ventes sur le début 2018, et ce, même si le marché est morose, et en recul de plus de 10% sur les drivers dans l'hexagone.

Le driver XR Speed est donc proposé au même prix avec simplement le loft ajustable, tout comme le M4.

En réponse à la Twisted Face, Callaway n’argumente pas spécialement sur le Jailbreak, mais plutôt sur la face X VFT, et le carbone triaxial pour alléger la couronne de 45% par rapport au précédent XR 16.

Dans un environnement où les marques se battent sur des micro-écarts de performances, que peut-on attendre de ce nouveau driver ?

On vous propose le test par trois profils différents, un senior (Jean, 70 ans), un pro (Xavier, 36 ans), et moi en qualité d’amateur (42 ans) ayant testé tous les drivers Callaway depuis 2012.

Pour ce test, on vous proposera des données comparatives avec un M4 et les précédents drivers XR.

Les principaux chiffres pour établir notre analyse et évaluer la performance d’un club

La distance totale n’est pas un élément suffisant pour juger de la réelle performance d’un club de golf.

Il faut prendre en compte principalement les paramètres que sont la vitesse de swing, la vitesse de balle, l’angle de lancement, et le taux de spin donné à la balle.

Nous ajoutons en plus le smash factor qui est le ratio entre la vitesse de swing et la vitesse de balle, ce qui traduit l’optimisation du set-up club/joueur.

Nous allons plus loin avec le degré d’efficacité qui est un ratio que nous avons créé, entre la vitesse de swing, et la distance produite au carry. Cela résume l’énergie déployée pour produire une distance.

Et enfin, nous utilisons en plus le ratio spin sur angle de lancement, qui traduit la performance balistique d’un club.

Le bénéfice d’utiliser des ratios permet de neutraliser des effets extérieurs comme les variations de vitesses de swings entre plusieurs essais.

Les données pour 3 testeurs avec le Callaway XR Speed

Ce premier tableau illustre les données pour 3 testeurs, et une comparaison avec les drivers déjà testés dans des conditions similaires.

Il s’agit à chaque fois de drivers 10,5 degrés montés sur des manches en regular.

Pour chaque testeur, vous avez la moyenne toutes marques et tous clubs testés confondus, la moyenne pour tous les drivers Callaway testés, et enfin, la moyenne avec le XR Speed.

Pour un senior

Pour Jean, testeur senior de 70 ans, le test du driver Callaway XR Speed a produit les résultats suivants :

En bonne forme physique, avec Xavier, on a été surpris de constater un net gain de vitesse de swing de sa part. Il a swingué 3 mph de plus que sa moyenne récente.

Ce phénomène doit être pris en compte dans l’analyse.

Bien que notre testeur ait été agréablement surpris par le XR Speed, il n’a pas forcément tiré le meilleur partie de la face améliorée. La vitesse de balle reste proche par rapport au XR 16.

On observe seulement un léger de gain de spin (200 tours) qui peut expliquer 1 mètre de distance supplémentaire entre les deux clubs.

Jean a surtout noté la facilité de frappe du XR Speed. Un driver qu’il a pris en main assez facilement.

D’un point de vue des trajectoires, alors que Jean produit naturellement un swing extérieur-intérieur assez prononcé, qui aurait tendance à cutter les balles en slice, avec le XR Speed, sa face est relativement fermée à l’impact, ce qui le prémunit de gros slice.

Jean ne serait pas du tout un bon candidat pour un driver comme le M4, plutôt typé bon joueur ou joueur athlétique, car l’orientation de la face de ce driver ne corrigerait plus assez son défaut de swing, ou alors il faudrait qu'il procède à des adaptations, et notamment corrige son chemin de club.

Dans le cas du test du M4, Jean a plus franchement poussé les balles à droite du fairway.

Pour un amateur à vitesse de swing rapide

Pour ma part, le test du driver Callaway XR Speed a produit les résultats suivants :

Dès les premières frappes avec le XR Speed, j’ai été positivement surpris par le smash factor qui a oscillé régulièrement entre 1.47 et 1.49, signifiant que j’arrivais assez facilement à transférer un maximum d’énergie à la balle.

La répartition des masses au niveau de la tête est certainement l'explication.

Bien que le centre de gravité du club ne soit pas ajustable, il y a fort à parier que la masse se situe à l'arrière de la tête.

C’est un trait caractéristique de ce driver : Il semble assez facile à manier.

Comparativement au précédent XR 16, je ne trouve pas de gains significatifs. Il faut dire que j’avais particulièrement bien tapé ce driver à l’époque.

En revanche, par rapport au M4 que j’ai tapé plus récemment, je constate un rendement du XR Speed supérieur.

Rendement supérieur pour une distance pourtant complètement équivalente. Le XR Speed est plus facile à manier, alors que le M4 donne très peu de spin.

Entre les deux clubs, la répartition des masses semblent complètement inverse. La tête du M4 est beaucoup plus légère, ce qui permet de swinguer plus vite.

Finalement, cela revient un peu au même en termes de distance.

Entre les deux clubs, les sensations sont cependant meilleures avec le Callaway, alors que l’acoustique réussie du M4 pourrait laisser penser le contraire.

Pour un pro

Pour le pro Xavier Bretin, le test du driver Callaway XR Speed a produit les résultats suivants :

Des trois profils, Xavier présente l’avantage de dérouler le swing le plus régulier. Ces résultats facilitent l’analyse et les comparaisons.

Il en est à un stade où d’un driver à un autre, il n’enregistre que très rarement un bénéfice de la part d’un nouveau club par rapport à un autre.

Quand on compare le XR Speed par rapport à ses précédents tests de driver Callaway, on ne trouve pas réellement de données améliorées.

En revanche, dans un Mano à Mano M4/XR Speed, le duel tourne à l’avantage du XR Speed.

La moyenne du M4 ci-dessus est le résultat de deux tests : La tête en 10° et la tête en 7,5°, car Xavier voulait voir si le réglage du loft aurait impact plus positif.

Dans les faits, le fait de baisser drastiquement le loft, n'a eu qu'un effet relatif sur la trajectoire et le smash factor. Il a fait tomber l'angle de lancement de seulement un degré malgré un loft baissé de 2,5 degrés.

Dans les deux cas, son smash factor est resté bas (1.44). Le M4 tire son épingle du jeu par le fait de donner très peu de spin (2000 tours).

A vitesse de swing équivalente, la face du XR Speed restitue mieux la vitesse de balle.

Les commentaires de Xavier

Il y a vraiment un truc que je trouve top… c’est qu’il est beau, et notamment la couronne à l’arrière. L’imitation bleu carbone du XR Speed est très sympa.

Le manche Project X m’a paru plus rigide par rapport à ce que l’on peut trouver par ailleurs en manche regular. C’est la réputation de ce fabricant.

Pour les performances, j’ai noté un bon smash factor, une vitesse de balle dans la moyenne.

Le rapport qualité/prix me paraît bon.

Bilan du test driver Callaway XR Speed

Frontalement opposé au M4 sur le marché, le XR Speed présente pourtant une caractéristique radicalement différente.

La face est de fait légèrement orientée à gauche, alors que sur le M4, se serait presque l’inverse.

Le XR Speed vise clairement une clientèle de golfeurs qui pourraient potentiellement slicer.

Avec une face légèrement orientée à gauche, les golfeurs qui présentent un chemin de club intérieur-extérieur pourrait bénéficier de ce détail technique, et ramener plus facilement la face square à l’impact, tout en générant facilement du draw.

Cela se retrouve dans les tests de Xavier, et dans mon cas. Le smash factor est directement amélioré par un meilleur centrage.

Si dans mon cas, je travaille mon swing pour limiter ce chemin intérieur-extérieur, je ne vais pas raffoler de cette orientation de la face, car elle me rappelle trop qu’en cas de coup manqué, la balle va plus facilement partir à gauche en hook plutôt qu’en draw.

A l’inverse, Xavier, plus grand, swingue encore plus intérieur-extérieur, et apprécie le fait de créer des trajectoires en draw. Par rapport à son différentiel face-chemin, un tel driver serait même indiqué.

Pour le testeur senior, qui lui swingue extérieur-intérieur, cette face lui assure d’être le plus souvent à gauche du fairway, plutôt qu’en slice à droite.

A titre de comparaison, avec le M4, il est systématiquement à droite.

Ce détail d’orientation de la face lié au placement du shaft sur la tête présente donc une réelle importance sur la trajectoire finale de la balle.

Au lieu de pousser la face nettement à droite, sa face est à gauche à l’impact, tout en restant dans une valeur inférieur au chemin, du coup il peut faire du draw.

Entre les deux clubs, le M4 tire une grande partie de son succès commercial dans son acoustique pleinement réussi.

Comme le souligne Xavier, même une balle mal centrée génère un bruit qui donne faussement l’impression d’une balle bien frappée, alors que le Trackman montre qu’elle n’avance pas.

Au même prix dans le commerce, entre M4 et XR Speed, vous avez un véritable choix, entre d’un côté un club qui potentiellement donne moins de spin, mais une restitution de vitesse de balle plus difficile à obtenir (attention à l’acoustique), et un club qui sans conteste donne plus de vitesse de balle, mais aussi en contrepartie plus de spin.

Le M4 favorise des trajectoires à droite (ce qu’un joueur de Hook comme moi pourrait apprécier) alors que le XR Speed va favoriser des trajectoires plus en draw.

En début de saison, j’ai eu l’occasion de dire que j’avais été déçu par le M4 en comparaison de l’excellent M2 de l’an passé, ou même du M3. Je ne change pas mon point de vue.

Le XR Speed est un beau et bon driver, mais d'un point de vue performance, il ne démontre pas un gain exceptionnel par rapport à la concurrence, ou par rapport au précédent XR 16.

Avec beaucoup de pincettes, j’avoue ne pas comprendre la position de numéro 1 des ventes du M4, qui ne me paraît pas, sur le papier correspondre au problème de la majorité des golfeurs.

Le M3, certes plus cher, me paraîtrait déjà beaucoup plus pertinent, car ajustable.

Le XR Speed me semble aussi être plus « dans le marché ». Il correspond assez bien à l’attente des golfeurs (lutter contre le slice, et facile à manier).

Le seul hic, c’est que sans fitting, il n’y a pas un driver qui surpasse franchement les autres.

Avant d’acheter un driver, je vous invite à vraiment surveiller l’orientation de la face posée au sol, et vous assurer de l’adéquation avec votre recherche de trajectoire.

C’est finalement beaucoup plus pertinent puisque les drivers se valent beaucoup en termes de distance.

Attention, ce n’est pas le driver qui pousse la balle à droite ou à gauche, c’est bien la mécanique du swing propre au joueur, qui s’accorde plus ou moins à l’orientation de la face du club.

Il est toujours possible de modifier le chemin de club, et par exemple, en raccourcissant la longueur du manche pour changer les paramètres de vol.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.