Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test driver Callaway Epic Flash Sub Zero: Y-a-t-il un truc?

Test driver Epic Flash Sub Zero : Y-a-t-il un truc ?

Le driver Callaway Epic Flash Subzero 10,5 degrés monté sur un manche regular est récemment arrivé au studio pour son essai. L’occasion de vérifier si l’intelligence artificielle apporte un réel bénéfice de vitesse de balle ou si c’est un énième truc marketing ? Deux ans après la sortie du premier driver EPIC qui avait rencontré un certain succès, Callaway pourra-t-elle rallumer la flamme ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Les nouveaux arguments du driver Callaway Epic Flash

Avec l’intelligence artificielle, Alan Hocknell espère réaliser une nouvelle avancée dans la conception des faces d’un driver.

La face flash dissimule à son revers, une forme un peu indescriptible censée améliorer le smash factor depuis plusieurs points d’impacts possibles, et autour du sweet spot.

Augmenter la vitesse de balle est en effet le meilleur moyen d’accroître la distance. Un gain d’un mp/h est bien plus significatif qu’une baisse du taux de spin de 200 ou 300 tours par minute.

Cependant, si c’est plus significatif, c’est aussi beaucoup plus difficile à promettre étant donné la limitation du coefficient de restitution imposé depuis quelques années par le législateur.

Le COR est limité à 0.83 au point d’impact le plus performant de la face.

Les marques tournent autour, en espérant améliorer cette restitution d’énergie… tout autour.

Il existe peut-être une petite marge d’amélioration, mais pour tester des drivers depuis plusieurs années, il faut admettre qu’elle est alors vraiment très petite.

Le smash factor qui est déterminé par le ratio entre la vitesse de club et la vitesse de balle est un excellent indicateur de performance, mais il faut toutefois savoir l’interpréter, et surtout comprendre ce qu’il peut cacher.

Le poids de la tête est en fait l’élément déterminant pour comprendre un smash factor élevé ou bas.

Une tête légère génère moins d’effet « marteau », et donne intrinsèquement un peu plus de vitesse de swing (meilleure aérodynamique), mais moins de vitesse de balle, car il y a tout simplement moins de masse à impacter dans la balle.

Inversement, une tête plus lourde, comme par exemple, la TS2 de Titleist va donner moins de vitesse de swing (toujours l’aérodynamique) mais plus d’effet marteau, et donc autant de vitesse de balle qu’une tête plus légère swinguée pourtant plus vite.

Autrement dit, les gains finissent par s’annuler, et en vitesse de balle, souvent, cela revient au-même.

Alors, au-delà du smash factor, peu importe que vous swinguiez vite ou lentement, ce qui compte, c’est la vitesse de balle maximum qui sort à l’impact.

Est-ce que la face flash peut générer plus de vitesse de balle ?

C’est ce que je me suis évertué à vérifier, en tapant à nouveau plusieurs centaines de balles en indoor, et avec des Z-Star.

Le deuxième élément qui peut retenir votre attention se trouve derrière la semelle, avec ce poids amovible allant de draw à fade.

Est-ce que cela joue vraiment sur la trajectoire de la balle ? Surtout positionné à l’arrière de la tête ?

Enfin, dernier élément plutôt appréciable, Callaway n’a pas mégoté en équipant ses manches de séries avec des grips Golf Pride Align, plutôt le haut de gamme du moment en matière de grip.

Toutes les marques ne font pas cet effort, surtout qu’il rappelle astucieusement la couleur de la tête.

Esthétiquement, avant de parler de performance, le driver Epic Flash est au moins l’un des plus beaux du marché.

La couronne en carbone est plus sobre et moins distrayante avec des traits rouges ou autres qui peuvent parasiter la vision.

Le driver Callaway Epic Flash Subzero testé

Le Sub Zero présente un taux de spin censé être moindre par rapport au modèle standard, tout en maintenant un moment d’inertie relativement élevé.

Equilibré en D4, il est le véritable rival du TaylorMade M5.

Comparativement à cet autre driver déjà testé sur JeudeGolf.org, qui lui-aussi revendique plus de vitesse de balle avec la Speed Injection en 2019, le test va effectivement révélé un niveau de spin équivalent.

Le match va donc bel et bien se situer sur le terrain de la vitesse de balle…

Sur le papier, il part avec un petit handicap, puisque le manche ne fait « que » 45,5 inches de long, ce qui est en fait le standard actuel pour un driver.

M5 ou M6, TaylorMade a fait un choix que je juge non pertinent en allongeant encore ses manches Fujikura à 45,75 inches.

Le driver Callaway est plus court, ce qui le rend aussi plus maniable, et donc plus facile pour ramener la tête square à l’impact.

Le manche Mitsubishi Tensei AV Blue 65 R donné pour réaliser des trajectoires low-mid (moyennes) va s’avérer jouer un rôle clé dans ce test, surtout en comparaison du Fujikura Atmos 5 plus long, mais aussi plus léger (seulement 54 grammes).

65 grammes, c’est même un peu plus lourd que la moyenne des manches regular récemment testés (55 grammes) dans toutes les marques.

Après plusieurs swings, il semble présenter une rigidité en tip moindre, et donc plus de « fouetté » par rapport au Fujikura Atmos, finalement plus raide bien que plus léger.

Au moment de la première prise de contact, les première frappes m’ont laissé entrevoir une très bonne impression.

Était-ce l’euphorie d’une première ? J’avais eu le même effet avec le test du M5.

Le niveau de spin du Sub Zero est effectivement plutôt contenu (moins de 2500 tours).

En comparaison avec des drivers récemment testés, et notamment les derniers TaylorMade M5 et M6, j’ai tout d’abord noté effectivement une vitesse de balle supérieure à l’impact avec le driver EPIC Flash Sub Zero, allant jusqu’à me dire qu’il y avait effectivement un truc…

Bien que j’aie tapé plusieurs dizaines de balles, j’ai gardé un échantillon restreint et utile à l’analyse (j’ai en fait écarté les anomalies) pour observer un gain de vitesse de balle de l’ordre de 2 mp/h par rapport à la moyenne des autres drivers du moment.

Pourtant, s’agissant des distances totales, les niveaux de performances sont très comparables, et ce malgré, effectivement une meilleure vitesse de balle du Callaway Epic Flash Sub Zero.

Ci-dessus, un test réalisé au même moment, dans les mêmes conditions entre le TaylorMade M6 et le Callaway Epic Flash Sub Zero, révèle qu’il n’y a pas un driver qui surpasse l’autre.

Je suppose que le gain de vitesse de balle se perd un peu en moyenne avec un angle de lancement plus bas, versus les modèles TaylorMade.

C’est essentiellement les sensations qui sont meilleures avec le Callaway, et notamment à la faveur du manche Tensei AV Series, qui de mon point de vue fait la différence par rapport au Fujikura Atmos 5 sur les meilleures balles.

Si en moyenne, je n’arrive pas à distinguer franchement le Callaway des TaylorMade, sur les meilleures balles tapées, je constate un petit mieux.

La balle la plus longue étant même envoyée à 243 mètres contre 238 ou 239 mètres pour les TaylorMade.

Si la face restitue une bonne sensation à l’impact, c’est surtout le shaft qui explique ce petit plus, confirmant une fois de plus que le fitting est toujours le principal élément clé, au moment du choix d’un nouveau driver.

A ce propos, le manche Project X EvenFlow Graphite pourrait bien être une des sensations du moment.

Pour avoir testé le M6 avec aux Etats-Unis, il se passait bien quelque chose avec cette combinaison.

A ce stade du test, c'est le shaft qui fait une différence...

Le test du rail coulissant

En 2019, Callaway a la bonne idée, tout comme PING avec le G410 plus, d’ajouter un réglage supplémentaire à l’arrière de la tête, pour essayer de faire varier les trajectoires entre Draw et Fade.

D’abord testé en fade, l’option que je préfère pour ne pas trop fermer la face à l’impact, compte tenu de mon chemin de club très intérieur, je ne suis pourtant pas arrivé à dessiner les trajectoires désirées.

J’ai effectivement lancé les balles en moyenne à plus de 4 degrés sur la droite par rapport à la cible, cependant, le rapport du chemin par rapport à la face est resté négatif (-2,4°), et la balle a courbé à gauche de 16 mètres en moyenne.

Avec le réglage draw, on pourrait imaginer que les balles vont tourner encore plus à gauche.

Eh bien non, la direction du lancement est identique alors que le rapport entre la position de la face, et le chemin du club est un peu moins prononcé (-1,4°).

La courbure moyenne des balles n’a été que de 13 mètres sur la gauche.

Draw ou fade, pas d’effets sur la position de la face à l’impact… Le défaut de mon swing est trop prononcé pour être corrigé par ce simple ajustement. Sur d’autres drivers, j’y arrive pourtant.

Le poids placé sous la semelle n’est peut-être pas assez lourd pour pouvoir jouer un rôle aussi important dans la correction de la trajectoire.

Ce test permet néanmoins de mettre en lumière le fait qu’à 95 mp/h de vitesse de swing moyenne, le smash factor a été plus élevé (entre 1.48 et 1.47) alors que j’avais trouvé un peu moins à 97 mp/h (entre 1.45 et 1.44).

C’est encore là une limite liée à mes compétences de testeurs.

Si je peux swinguer plus vite, et parfois passer la barre des 100 mp/h, je perds en qualité de centrage de balle dans la face, et donc en efficacité pour générer de la vitesse de balle (smash factor moins élevé).

A une vitesse plus médiane, 95 mp/h, la restitution du Callaway parait plutôt bonne, mais comme évoqué plus haut, le juge de paix d’un driver, c’est la vitesse de balle.

Quand j’essaie de gagner 2 mp/h de vitesse de swing, en réalité, je ne gagne qu’un 1 mp/h de vitesse de balle, sauf quand de temps en temps, je tape une balle au-dessus de mes compétences moyennes, et dans ce cas, le gain est plus important.

De mon point de vue, un bon golfeur, un meilleur joueur que moi pourra obtenir de très bonnes vitesses de balles avec le Callaway Epic Flash Sub Zero, commentaire qui vaut aussi sans doute pour les TaylorMade M5 et M6.

Bilan du test Callaway Epic Flash Sub Zero

Cela ne ressort pas franchement du test quand on regarde les moyennes, mais les bonnes balles avec ce driver sont vraiment très bonnes.

Sur certains swings, j’ai monté la vitesse de balle à 143, 145 et même 147 mp/h, alors que pour ma part, en ce moment, mes compétences ne me permettent pas souvent d’aller au-delà de 140 mp/h.

Revers de la médaille, je n'arrive pas à reproduire ces vitesses très fréquemment.

La bonne surprise avec ce driver provient donc du manche, qui pourrait être plus pertinent pour une majorité d’amateurs avec des vitesses de swings entre 85 et 95 mph.

Avec moins de rigidité près du tip, il est plus facile à « accélérer », et donc pour transmettre de la vitesse de balle à l’impact.

Cela démontre une fois de plus qu’il n’est pas utile de rallonger outre-mesure un manche de driver pour gagner en vitesse…

45,5 ou 45,75 inches, les manches des drivers actuels sont de toute façon majoritairement trop longs, ce qui agit négativement sur la dispersion, et le centrage de balle dans la face.

Avec un manche à 45 inches, je suis à peu près certain que j’aurai pu swinguer à 97 mp/h, et obtenir une vitesse de balle très satisfaisante.

Esthétiquement, le Callaway est très réussi, largement plus que le Rogue qui a en fait moins de "personnalité".

Callaway pousse astucieusement le trait jusqu’à vous proposer un grip qui rappelle la couleur verte dominante de la semelle.

Comparativement à TaylorMade, c’est donc essentiellement sur le choix du manche proposé en standard que Callaway fait une petite différence.

Petite différence qui se retrouve aussi sur le choix du grip plus qualitatif !

Pour tous ces petits détails anecdotiques ajoutés au fait qu’une très bonne balle est effectivement légèrement meilleure, ce driver me paraît légèrement devant, et dans les bons choix possibles avec le Titleist TS2.

En revanche, Speed Injection ou intelligence artificielle, il n’y a pas encore là de révolution, notamment pour bouleverser un coefficient de restitution toujours bloqué à 0.83, et donc des gains qui ne sont pas toujours évidents pour des joueurs amateurs.

C’est plus sur le terrain des sensations, et du look que Callaway pourrait reprendre un léger avantage en 2019.

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 0 sur votes)

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.