Posté par le dans Test matériel et clubs de golf

Test des drivers Titleist TSi2 et TSi3 2020 à Chantilly

A l’occasion de la sortie prochaine des nouveaux driver Titleist TSi2 et TSi3, nous avons été invités par Benoit Delcambre, responsable du fitting chez Titleist pour l’Europe du Sud, à les découvrir, les essayer en avant-première, dans le fitting center de la marque installé sur le golf de Chantilly. Yannick Baduel, rédacteur pour JeudeGolf basé à Paris, et détenteur du driver TS2 première génération, était très curieux de découvrir les nouvelles têtes, leur design, les nouveautés techniques associées, mais surtout le bénéfice que ce driver pourrait bien apporter à son jeu.

Découvrez nos formules d'abonnements

Le contexte :

Le fitter center de Titleist présente plusieurs avantages qui rendent la visite sur place agréable.

Un grand practice sur herbe qui permet de s’échauffer dans les meilleures conditions.

Le fait de taper des balles Pro v1 ou Pro v1x lors de votre fitting.

Jouer ces balles depuis le local de fitting vers le practice offre un retour sur la trajectoire de la balle au plus près de vos conditions habituelles de jeu, et donc un meilleur feedback.

De plus, si vous venez en semaine, vous pouvez bénéficier d’une offre préférentielle pour manger au club-house, et jouer sur un parcours d’une grande qualité, qui a accueilli plusieurs fois l’Open de France, et plus récemment le Championnat d’Europe Boys.

Les nouveautés :

Titleist avait jusque-là une réputation sur la qualité de leurs produits qui dominaient les sacs sur le tour, cependant auprès de joueurs pour qui la distance n’a jamais été un frein à la performance, mais pour qui la dispersion, l’homogénéité des frappes sont des points cruciaux.

La première gamme TSi a été développée pour répondre au mieux à l’évolution des attentes des golfeurs amateurs vers plus de distance au driver, et ainsi combler un gap dans l’offre proposée au grand public.

En ce sens, Titleist a été aspiré par la tendance forte des autres marques, et notamment Callaway, Cobra, et TaylorMade, à vendre plus de vitesse de clubs aux amateurs.

Le travail de développement a été ainsi dominé par une notion de rendement : Trouver une forme aérodynamique performante, avec les matériaux permettant la meilleure restitution possible.

Les drivers TSi2 et TSi3 2020 ont été développé dans cette continuité :

1/ Obtenir une plus grande vitesse de la tête de club, via une forme plus biseautée, permettant une baisse de 15% de la résistance à l’air.

2/ Améliorer le rendement de la face, en la rendant plus résistante et plus élastique. Cela passe un nouveau partenariat avec la société ATI, réputée pour la qualité de son titanium, et en exclusivité pour Titleist dans le secteur du golf.

3/ Afin de garder les qualités de ses drivers en matière de tolérance, le centre de gravité des drivers a été retravaillés pour permettre de le reculer.

 

Objectif : Une tête plus stable, grâce à un MOI plus élevé (Moment d’inertie). Pour compenser le risque que cela donne des trajectoires trop hautes, le loft des clubs a été revu, et baissé de 0.5°, le réglage de base est donc proposé en 9°.

La combinaison de ces paramètres a également pour objectif de limiter la dispersion, et améliorer la tolérance sur les coups décentrés.

Vous pourriez vous égarer à droite ou à gauche, mais le but est de limiter la perte de distance.

A jouer du rough, autant le faire le plus près possible du drapeau…

Afin d’améliorer, la qualité de sa production, la chaine de production s’est dotée de nouveaux robots destinés aux contrôles qualité de la production, et afin de sortir des drivers qui soient les plus identiques possible, une fois sortis de l’usine.

Le but est de venir concurrencer les finitions manuelles que peuvent apporter des marques dédiées au club-maker, mais sur ce point, il faut constater que TaylorMade d’abord, puis Callaway ont déjà investi ce terrain depuis plus de deux ans. Titleist est plus suiveur qu’innovateur en la matière.

Les deux modèles sont pour autant différents.

Le TSi2 2020 a une forme plus allongée, avec un poids tout à fait à l’arrière de la tête du club.

Cela va aider les joueurs pouvant avoir des difficultés à faire suffisamment monter la balle.

Pour des joueurs à grande vitesse, le risque de cette organisation est de générer trop de spin.

Le TSi3, à la différence du TSi2, intègre un réglage à l’arrière du club sur cinq positions permettant de favoriser un draw ou un fade, et selon la tendance du joueur.

Déplacée à l’arrière du club, ce réglage se différencie totalement du modèle précédent, qui ne comptait que trois réglages possibles.

Finies les barrettes de poids que l’on plaçait dans un sens ou dans un autre, selon le but visé.

De plus, en déplaçant ce réglage vers l’arrière, cela va donner plus de tolérance au club.

A noter que comme pour le TSi2, le poids qui fait le réglage est amovible pour proposer plusieurs configurations de +/- 2 grammes, et ainsi optimiser l’angle de décollage.

Le TSi3 a une forme plus ramassée, ce qui favorisera des trajectoires plus tendues et moins de spin.

Je n’ai pu comparer le nouveau modèle avec l’ancien, mais il est clairement plus « court » que le TSi2 première génération.

On peut voir sur la photo ci-dessous que le modèle TSi2 2020 est plus « long » que le TSi2 première génération, lui-même plus long que le TS3 nouvelle génération.

 

D’un point de vue esthétique, l’esprit des drivers reste le même.

A l’adresse, très peu de changement, couronne noire, brillante… le triangle qui précisait le centrage est remplacé par le logo TSi.

Le dos présente une esthétique destinée à inspirer une idée de vitesse, aves un dessin quelque peu futuriste, avec des lignes tranchées, qui ne dépareilleraient pas dans le coffre d’une Toyota CHR.

Les visuels des deux modèles sont plus proches que lors de la première génération.

Le visuel de la face est tout à fait différent de la précédente génération.

La partie centrale est mat et texturée via des micros gravures que permettent ce nouveau titanium, les extérieurs de la face ont un dessin avec des traits plus clairs.

Le but est de faciliter le centrage du club à l’adresse avec une face, qui va réagir différemment à la lumière, et vous aider à bien vous positionner.

L’essai :

Pour s’assurer que le retour soit le meilleur possible, la marque veut prendre le temps de régler le matériel mis entre mes mains, et via un protocole de fitting complet.

En la matière, le défi est d’autant plus grand parce que je joue déjà un driver de la marque, et je vais le comparer à son dernier modèle.

En termes de comportement dans le swing, je n’ai pas noté de différences particulières.

Les changements que j’ai pu constater ont été au niveau de l’impact.

J’ai trouvé le son des nouveaux drivers plus mat, plus sourd, plus lourd, ce qui je trouve plutôt agréable.

Cela donne le sentiment de frappes plus lourdes.

A titre personnel, je n’aime pas les bruits aigus que j’assimile à des casseroles de certains drivers.

Pour continuer la comparaison automobile, BMW utilise un « sound designer » pour le simple bruit de ses portières, en effet dans l’imaginaire collectif le son participe d’une image premium.

Taper un driver Titleist me donne ainsi plus le sentiment de conduire une voiture haut de gamme qu’une petite citadine d’entrée de gamme.

Autre bénéfice constaté, je trouve la face plus réactive, plus précise dans la réponse donnée.

Quand je décentre le coup, je sais où je l’ai tapé.

Pour autant, le résultat n’est pas pénalisé, en revanche cela me donne une meilleure information, et donc à la longue une meilleure capacité à progresser.

J’avais constaté la même chose entre les faces des putters avec insert ou monobloc.

Les faces monobloc donnent une réponse plus tranchée quand le coup n’est pas centré.

Le test des différents shafts proposés par la maque m’a permis de trouver le meilleur compromis pour moi.

L’objectif de Benoit Delcambre a été d’essayer de m’apporter une trajectoire plus pénétrante, avec moins de spin.

Pour cela, il m’a conseillé le TSi3 avec un shaft Project X HZRDUS Smoke RDX en 60 grammes.

A l’arrivée, je n’ai pourtant pas swingué plus vite avec cette nouvelle configuration.

Ancien driver TSi2 : Moyenne : 96.4 mph Max : 97.8 mp

Nouveau driver TSi3 : Moyenne : 95.3 mph / Max : 96.4 

En revanche, mon smash factor a été meilleur 1.48 de moyenne vs 1.47, et avec des écarts de performance très faibles : de 1.47 à 1.50 (vs 1.44 à 1.49 pour mon driver TSi2 actuel).

L’écart le plus significatif se situe au niveau du spin, et au niveau de l’angle d’atterrissage. Je suis passé de 2639 tours à 2002 (en moyenne) et de 35.3 d’angle d’atterrissage à 30.7.

Conséquence d’une vitesse légèrement plus faible, j’ai un carry qui est passé de 210.1 mètres à 206.3 mètres.

Par contre, j’ai gagné en distance total, moins de spin et moins d’angle de décollage = plus de roule, ainsi mon total est passé de 231.7 à 234.7 en moyenne.

Mon sentiment est que grâce au bonus de tolérance amené aux drivers 2020, je peux me permettre de jouer un driver plus typé « low spin ».

Reste que l’hiver arrive avec ses terrains boueux… à avoir le choix, il me faudrait pouvoir choisir en fonction de la période de l’année, pour optimiser selon les saisons, entre le carry et la roule.

Dans tous les cas, la fonction « Optimizer » du Trackman montre bien que la nouvelle configuration proposée est plus « optimisée ».

Dans l’idée, il faut essayer d’avoir chacune des flèches dans la zone bleue, pour optimiser la vitesse créée.

Première génération TSi2

TSi3 2020

Bilan de ce premier test réalisé chez le fabricant

En conclusion, si le nouveau driver Titleist ne me propose pas de changements suffisamment significatifs versus mon driver actuel pour justifier d’investir près de 600€, force est de constater que Titleist a optimisé son offre actuelle, et amélioré la consistance des frappes que l’on peut réussir avec.

Ce que je résumerais par : Toujours aussi long, mais aussi plus tolérant.

Au final, c’est bien cet équilibre qu’il nous faut trouver « frapper loin mais longtemps… 18 trous c’est long. »

Reste un dernier conseil : N’oubliez pas de faire un fitting, je reste convaincu que cela restera déterminant dans vos performances futures. Les drivers actuels ont trop de réglages pour ne pas mettre cela dans les mains d’un spécialiste.

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 5 sur 1 votes)

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.