Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test bois de parcours TaylorMade M5


Le nouveau bois TaylorMade M5 présente pour la première fois la Twist Face sur un bois de parcours. Surtout, il présente une innovation très intéressante sous la semelle, avec un tout nouveau système pour ajuster les trajectoires entre draw et fade. Est-ce que cela fonctionne véritablement ? Est-ce que le M5 surpasse réellement le précédent M3 ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Les nouveaux arguments du bois de parcours TaylorMade M5

Comparativement au précédent M3, et si on ne devait se focaliser que sur un seul changement visible, ce serait au niveau du réglage du poids sous la semelle.

La twist face est certainement l’argument le plus important pour le fabricant, cependant, ce n’est pas aussi visible que ce très gros poids situé sous la semelle, et qui paraît beaucoup plus concret pour un simple amateur, au moment de le sortir de son rack en magasin.

Alors qu’en 2018 l’ajustement de la trajectoire entre draw ou fade se faisait principalement par un poids coulissant situé relativement près de la face, cette fois, TaylorMade a opté pour un choix radicalement différent.

Il ne s’agit plus de déplacer seulement un petit poids, mais carrément une large pièce de métal pesant 65 grammes.

La marque n’a matérialisé que trois positions : Standard, Draw ou Face. En réalité, il y a plusieurs petits crantages intermédiaires, pour affiner l’angle de direction du lancement.

Comme il s’agit d’un poids de 65 grammes, et non pas un poids de 15 grammes, le changement se sent de manière très significative dans les mains, et au moment de lancer le club vers la balle.

Mis à part ce nouveau procédé pour ajuster la trajectoire, le bois M5 est très semblable au M3, à la question près de la twist face.

Quand j’avais vu ce bois de parcours au siège de la marque en Californie, c’était vraiment le produit qui m’avait le plus interpellé. J’avais donc hâte de le tester au studio à Lyon, avec le Trackman 4 et des balles Srixon Z-Star.

Le bois de parcours M5 testé

Pour cet essai, TaylorMade nous a adressé un bois M5 de loft 15 degrés monté sur un manche stiff.

Le manche, un Mitsubishi Tensei CK Orange 65 est annoncé pour favoriser des trajectoires mid et peu de spin.

Long de 43,25 inches, il est en fait très comparable au modèle de l’an passé, un Fujikura Speeder 77 de la même longueur.

La seule différence réside au niveau du grammage. Le nouveau manche standard est en fait plus léger de 7 grammes par rapport au shaft standard proposé en 2018.

43,25 inches, c’est vraiment la longueur standard du moment dans pratiquement toutes les marques. Il n’y a pas ici d’ajout particulier pour créer de la vitesse de swing artificielle.

Le poids moyen d’un manche stiff sur le marché est autour de 70 grammes. Le M5 n’est donc pas hors norme s’agissant du manche proposé en test.

Test du bois M5 avec un réglage standard

Avant de m’intéresser aux différents réglages possibles, j’ai d’abord testé le M5 sans changer la position du poids sous la semelle.

Pour un manche stiff, il est difficile pour moi d’aller chercher un smash factor beaucoup plus élevé. 1.45 semble être un maximum pour une moyenne d’une dizaine de balles tapées.

Ce premier essai avec la manche Tensei donne un résultat convenable, mais ne semble pas surpasser ce que j’avais déjà pu expérimenter, un an plus tôt avec l’excellent M3.

J’ai reproduit le test du M5 à plusieurs reprises pour finalement arriver au même type de résultat. Dans ce second exemple, le taux de spin me paraît plus cohérent, soit 2600 tours.

Pour parfaitement comparer la seule tête M5 au M3, j’ai effectivement démonté le manche Tensei pour tester alternativement les deux têtes sur les mêmes manches, Tensei de 2019, et Fujikura de 2018.

Comparaison avec le M3

C’est difficile de décrire des sensations avec seulement des mots.

Cependant, à l’impact, j’ai une préférence marquée pour la tête M3. J’ai d’abord pensé que cela venait du shaft, mais quel que soit le manche, les résultats ont été légèrement meilleurs avec le M3.

Le M3 tapé avec le manche Fujikura de 77 grammes donne une moyenne de distance de 222 mètres pour une vitesse de swing de 92,3 mp/h. Le smash factor est de 1.46 à mesure que la balle sort à 134,3 mp/h de la face.

Avec le manche original du M5, le M3 donne un résultat encore supérieur avec notamment un smash factor de 1.46, mais une vitesse de swing supérieure, soit une vitesse de balle nettement améliorée à 136,3 mp/h. Ce sera mon meilleur résultat.

En revanche, dans les deux cas, manche Tensei ou Fujikura, le spin comme la hauteur de trajectoire sont très comparables.

Dans le même exercice avec le M5, je n’ai pas réussi à faire mieux.

Avec le manche Fujikura, le résultat est même le moins performant avec un smash factor en baisse à 1.43.

A ce stade du test, la tête M3 avec le manche d’origine du M5 donne les meilleures sensations, et le meilleur rendement.

Il me semble possible d’obtenir des performances équivalentes entre les deux têtes. Simplement, c’est plus facile avec la M3…

Test des options draw ou fade

C’est le principal intérêt de ce nouveau bois de parcours… La possibilité d’ajuster le poids sous la semelle pour créer de véritables différences en matière de trajectoires.

En positionnant le poids sur la position fade, et au maximum possible, on constate que la position de la face est en moyenne de + 3 degrés ouverte à l’impact, ce qui favorise un lancement franchement à droite de la cible, mais pas nécessairement un effet de fade.

La balle ne part pas à gauche pour revenir à droite, et notamment car mon swing présente déjà un chemin très intérieur-extérieur.

Pour que cela puisse générer ce que l’on appelle réellement du fade, il faudrait un chemin de club inverse, soit extérieur-intérieur.

En changeant la position du poids sur l’autre extrémité, soit draw, dans ce cas, je n’ouvre plus la face en moyenne que de 2 degrés à droite de la cible.

Du fait du chemin de club qui lui ne peut pas changer sans autre artifice, la direction du lancement reste à droite d’environ 2 degrés.

En revanche, comme la position de la face à l’impact se décale par rapport au chemin, dans ce cas, les balles commencent à dessiner des trajectoires en draw.

La courbure des trajectoires est alors de 8 mètres en moyenne contre seulement 2 mètres dans le cas précédent.

Sur certains clubs qui proposent ce type d’ajustement, et notamment à l’arrière de la tête plutôt qu’au milieu ou en avant, il m’arrive de ne pas trouver une réelle correction de la position de la face à l’impact.

Avec le M5, c’est au contraire très net ! Et dans les mains, vous ressentez vraiment la différence du placement du poids. Cela joue très clairement sur l’inertie du club. Il faut quelques frappes pour s’y habituer.

Bilan du test

Un peu comme pour le driver, je n’arrive pas à démontrer une supériorité de la tête M5 par rapport à la M3.

Au contraire, dans ce test, la tête M3 paraît même bien meilleure. La surprise, c’est plutôt le manche Tensei qui apporte un plus par rapport au Fujikura, un peu « fade ».

Pour les deux manches testés, la tête M3 a apporté un léger mieux.

Avec le manche Tensei, la tête M3 apporte un peu plus de régularité, comme on peut le voir ci-dessus, avec la position finale des balles après la roule.

Sur les meilleures balles, le M5 donne des résultats identiques par rapport au M3. Cependant, j’ai plus de mal à répéter des bonnes balles avec la nouvelle tête TaylorMade.

Avec le manche Fujikura, le phénomène est encore plus défavorable au M5.

Là encore, pas de bénéfice très visible de la Twist Face, que ce soit en gain de vitesse de balle ou de dispersion…

L’aspect qui fonctionne très bien avec la tête M5, c’est donc l’ajustement des trajectoires sous la semelle.

Il n’est pas nécessaire de forcément chercher les positions extrêmes, au risque de vraiment lancer très à droite, ou très à gauche.

Pour le coup, le réglage sous la semelle est vraiment très opérationnel.

Ne vous y méprenez pas, le bois M5 est certainement un très bon bois de parcours, et le mieux que puisse faire TaylorMade à ce jour. Cependant, compte tenu du cadre législatif actuel, il paraît difficile d’améliorer sans cesse les produits, et en si peu de temps.

M3 ou M5, j’ai une préférence nette pour le M3, et certainement à cause de l’équilibre de la tête par rapport aux manches proposés par le fabricant.

Plus que le choix d’une tête, c’est surtout le processus de fitting qui ressort renforcé par ce type de test. Le manche Tensei s’est avéré bien plus performant que le manche Fujikura avec la tête M3.

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 0 sur votes)

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.