Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test bois de parcours PING G

Test bois de parcours PING G

18 mois après la sortie du précédent bois de parcours G30, la mission de PING était difficile pour encore améliorer les performances. Avec le nouveau bois de parcours G, la marque n’a pas seulement voulu proposer une mise à jour, mais offrir la même vitesse de balle avec plus de facilité et de maniabilité. Nous avons fait tester ce club par trois golfeurs de vitesse de swing allant de 75 à 105 mph, dont un senior pour en vérifier la réalité.

Découvrez nos formules d'abonnements

1.LE CLUB TESTE : BOIS DE PARCOURS PING G

Pour ce test, nous avons utilisé le shaft monté en standard sur le bois de parcours PING G lorsqu’il est vendu en magasin et sans fiting.

Ci-dessous, les principales caractéristiques de ce shaft « propriétaire ».

Comme à son habitude, PING propose un shaft légèrement plus court que la moyenne du marché. A savoir un shaft de 42.75 inches contre 43.25 inches pour le reste du panel, et la raison est très certainement le fruit d’une réflexion privilégiant le contrôle par rapport à la vitesse de swing. Un choix qui est plébiscité par les meilleurs golfeurs, ceux qui ne cherchent pas à gagner en vitesse, mais plutôt à réduire la dispersion.

Comparativement au G30, le nouveau G est très légèrement plus long de 0.25 inches.

Concernant le poids du shaft, PING a changé de stratégie par rapport au précédent G30. Le nouveau shaft Alta 65 est en fait plus lourd que la moyenne du panel, soit 64 grammes contre 60 en moyenne sur 2016, et 55 grammes sur le G30.

C’est un changement très notable, et qui cette fois, a sans doute pour objet d’améliorer le smash factor.

Sur ces seules premières caractéristiques, le bois de parcours G semble ne pas être un club pour golfeur en manque de vitesse, au contraire, c’est un club pour golfeur en recherche de contrôle.

1.1 La catégorie du club testé

Ci-dessous, un résumé de notre panel de clubs testés en 2015 et 2016, et de leurs configurations (loft, poids du shaft, et longueur du shaft) pour des shafts en graphite regular.

Concernant un bois de parcours, la séparation théorique du marché entre club player et improvment est justement très « théorique ».

Considéré comme un club « Improvment », le PING G a tous les atouts d’un club « Player ». De notre point, cette segmentation n’est pas réellement opérante sur ce type de clubs, sauf à aller dans le détail des caractéristiques du club (loft, swingweight, rigidité du manche, longueur du manche,….)

2. Les conditions du test

Pour ce test, nous avons fait appel à trois testeurs au magasin US Golf de Champagne-Au-Mont-d’Or.

Ci-dessous, les données moyennes de nos testeurs par rapport à tous les bois de parcours déjà testés.

Ces données permettent de fournir un étalonnage.

Le smash factor est l’indicateur de la tolérance (capacité à ramener régulièrement la balle au centre de la face), tandis que le degré d’efficacité est le ratio entre la distance générée au carry (avant la roule), et la vitesse de swing déployée pour générer cette distance.

Ces deux indicateurs sont les plus importants dans nos tests.

Précision : Le profil (20 à 29 d’index) est un senior de 65 ans. Tous sont des golfeurs très expérimentés avec plus de 20 ans de pratique.

3. Ce qu’il faut savoir à propos du bois de parcours PING G

Concernant le nouveau G, le leitmotiv est « lever la balle plus facilement » et pour en comprendre la globalité de l’enjeu, il faut raccrocher ce leitmotiv au précédent G30.

En résumé, lancer avec le même niveau de vitesse de balle tout en procurant un meilleur smash factor, signe d’une meilleure maniabilité ou meilleure tolérance.

Pour les ingénieurs PING, un premier élément technique est fondamental pour atteindre cet objectif : le bord extérieur de la semelle situé sous la semelle !

En réduisant la hauteur du « bounce » à cet endroit précis, PING imaginait pouvoir « descendre » le club encore plus près du sol, un peu à l’image d’une voiture de course dont le bas de caisse aurait été abaissé.

Objectif pour un club de golf : Améliorer les conditions de l’impact avec la balle. Après toute une phase de test, ils ont réussi à réduire le bord externe de la semelle situé sous la face de 3.5 millimètres.

Quand ils ont pu tester le club en situation « naturelle », sur un fairway, et avec un launch monitor, ils ont trouvé un gain de lancement de près de 12% en hauteur de face.

Comprenez que l’impact avec la balle se faisait plus haut dans la face par rapport au précédent G30.En contactant la balle plus près de l’axe neutre, vous obtenez une efficacité améliorée, et matérialisée par une vitesse de balle plus rapide, un angle de lancement plus élevé.

Comme en parallèle PING avait travaillé sur la réduction de la masse sur la couronne du driver G, la marque a appliqué le même principe sur son bois de parcours, allant jusqu’à gagner sept grammes.

Soit une réduction du poids de l’ordre de 25% utilisée pour améliorer le moment d’inertie du club. Toujours concernant la technologie du club, le bois de parcours PING G présente un nouveau design au niveau de la semelle.

Ce nouveau dessin est d’ailleurs appelé « Cascading shape » par les ingénieurs, et pourrait se traduire par « forme en cascade ».

Concrètement, sous la semelle, d’un tiers du club à un autre, l’objectif était de réduire le « stress » exercé sur la face à l’impact.

Conséquence de cette technique, PING a pu affiner encore davantage la face du club à ses extrémités pour augmenter la vitesse de balle sur les coups décentrés.

Présentation complète de la gamme à retrouver ici.

4. Les enjeux du test

Par rapport aux arguments avancés par PING, allons-nous obtenir un meilleur smash factor par rapport au G30 ? Un meilleur degré d’efficacité ? Un angle de lancement plus élevé ?

5. Les paramètres clés d’un test de club

Pour nous, un test doit aborder quatre thématiques :

  • La tolérance ou maniabilité exprimée par le smash factor, rapport entre la vitesse de club produite par le golfeur avec le club, et la vitesse de balle produite à l’impact.
  • La puissance ou distance exprimée par le degré d’efficacité du club, rapport entre la vitesse de swing, et la distance finalement générée au carry.
  • L’optimisation du vol de balle, croisement de l’angle de lancement et du taux de spin.
  • La précision ou dispersion des balles tapées avec le club, exprimé en écart horizontal et vertical par rapport au centre du fairway.

5.1 Tolérance & puissance

Ce graphique représente le croisement du smash factor et du degré d’efficacité pour déterminer le rapport entre tolérance et puissance.

Pour deux testeurs sur trois, nous avons les données comparatives du G30 et du G testés dans les mêmes conditions.

D’une manière générale, le nouveau bois de parcours PING G est systématiquement meilleur que le panel pour l’efficacité. C’est particulièrement spectaculaire pour le joueur senior, qui réalise une de ses meilleures performances avec ce bois, et même meilleure qu’avec le G30, aussi bien en tolérance qu’en efficacité.

Pour le golfeur à la vitesse de swing la plus rapide, nous n’avons pas trouvé de gains notables en termes de tolérance, mais un réel gain d’efficacité.

Pour le testeur de niveau intermédiaire, le test démontre un léger mieux par rapport à son panel, mais pas de gains notables par rapport au G30.

Pour ce test, nous allons nous baser sur les résultats du senior qui à iso vitesse de swing stricte obtient de meilleurs résultats.

5.2 Distance (carry) en mètres

Veuillez trouver ci-dessous les données brutes du test.


5.2.1 Comparatif

Vision de l’ensemble des bois de parcours testés en 2015-2016

5.3 Optimisation du vol de balle

En théorie, plus l’angle de lancement est élevé, et plus le taux de spin est bas, et plus la balle a des chances de parcourir une distance importante.

Ci-dessous, la hauteur de trajectoire pour les trois testeurs.

De manière assez conventionnelle, le meilleur index lance la balle plus loin et plus haut, avec plus de régularité.

A l’inverse, le golfeur senior obtient des trajectoires plus tendues, tandis que le golfeur intermédiaire se situe entre les deux, et avec une certaine irrégularité, et c’est d’ailleurs le principal aspect qui le différencie du golfeur classé à un chiffre.

Dans le cas du golfeur senior, son angle de lancement avec le bois G est de 15.4 degrés contre une moyenne de 17.1 pour son panel de tests.

En revanche, en comparaison de ce qu’il avait produit avec le G30, effectivement, il lance plus haut de 0.5 degrés avec le G.

Idem concernant le spin, ce même testeur obtient un taux de 3600 tpm contre 4100 avec le G30, et 3800 pour son panel.

Dans son cas, les éléments proposés par PING se vérifient. Ce club lance plus haut avec moins de spin, et donc un gain notable d’efficacité.

5.4 Précision & dispersion

La dispersion est bien entendu plus le fait du testeur que du club ! Cependant, certains clubs ou certaines opérations de fitting permettent d’en atténuer les effets.

Testant toujours des configurations standards, nous considérons que tous les clubs sont à armes égales.

6. Comparaison au panel

Pour établir ce tableau, nous avons uniquement retenu les données des deux golfeurs 10-19 et 20-29 qui ont tapé dans les mêmes conditions les trois clubs pris en exemple, le G, le G30, et le M2.

La moyenne des coups tapés pas ces deux testeurs confirme que le G est légèrement plus tolérant, plus efficace et moins spinnant. En revanche, l’angle de lancement parait inférieur. Dans ce cas, nous considérons que notre test est à relativiser, compte tenu d’une vitesse de swing qui a varié entre le G30 et le G pour testeur 10-19.

Toutefois, avec un loft de 14.5 degrés, les PING G et G30 proposent naturellement des conditions de lancement inférieures aux autres bois du panel qui sont plus souvent proposés en loft 15 degrés ou plus.

7. Données ramenées à un swing de vitesse moyenne

Pour apporter un résultat comparatif à vitesse de swing totalement identique, et dans la vitesse de swing moyenne des golfeurs amateurs français.

Nous avons appliqué un ratio par rapport à la vitesse réellement produite par nos testeurs, et afin de la ramener à une vitesse médiane de 85 mph.

Dans cet exercice, le bois de parcours PING G est pour l’instant et avant d’autres tests dans le peloton de têtes des meilleurs bois de parcours du marché avec le Mizuno JPX-850, le TaylorMade M1, et le Callaway Big Bertha Alpha.

8. BILAN DU TEST

Malgré des caractéristiques qui devraient naturellement privilégier le contrôle sur la vitesse de club, le PING G parvient très bien à tirer son épingle du jeu pour se classer parmi les bois de parcours les plus longs de notre panel de test 2016.

Et malgré des caractéristiques en standard plus favorable aux bas handicaps, notre testeur senior a obtenu ses meilleures performances de la saison avec le PING G !

C’est pour l’instant avec le PING G qu’il a obtenu sa distance moyenne la plus longue (156 mètres contre une moyenne de 143 mètres à vitesse de swing constante), et naturellement son meilleur niveau d’efficacité (2.04 contre une moyenne de 1.88).

En revanche, si la tolérance est dans les meilleures, le Mizuno JPX-EZ 16 a été encore plus tolérant (1.45 contre 1.43 pour le PING G alors que la moyenne est de 1.38).

Au-delà des aspects évoqués par PING, il y a une forme de logique !

Le PING G présente un loft plus bas que la plupart des autres bois 3 (à savoir 14.5 degrés contre 15 en moyenne) !

Si vous arrivez à proposer un club aussi tolérant avec un angle de lancement plus bas, en théorie, vous avez plus de chances de fournir une trajectoire plus tendue.

Par rapport aux précédents bois de parcours PING, et notamment les G20 et G25, c’est dans le domaine du spin que la marque américaine a le plus progressé pour rattraper et même parfois dépasser ses concurrents.

En conclusion, le PING G est une valeur sûre, et apporte un léger bénéfice par rapport au G30, conformément à ce qui est avancé par la marque, notamment pour un golfeur senior.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.