Test Bois 3 Callaway Mavrik (SubZero) : Le bois de parcours qui casse le Smash Factor ?

 

A l’image du dernier driver MAVRIK, Callaway propose un bois de parcours qui se veut anticonformiste ou plutôt qui devrait défier les conventions. Pour cela, la marque Californienne a misé sur l’utilisation de l’intelligence artificielle afin de développer sa nouvelle face Flash S20. Si vous pensez que les tests de clubs se ressemblent tous, vous pourriez être surpris. Sur JeudeGolf.org, si nous testons des clubs depuis 2012, c’est toujours sans aucun à priori préalable au test, et justement pour détecter parfois des résultats qui sortent de l’ordinaire…

Découvrez nos formules d'abonnements

Les bois de parcours Mavrik et Mavrik Subzero

Pour la rédaction de ce nouvel article, Callaway m’avait envoyé en Janvier deux nouveaux bois de parcours Mavrik numéro 3 de loft 15 degrés, une tête standard, et une tête Subzero, plutôt destinée aux joueurs à la recherche en plus d’ajustements sous la semelle.

La tête standard comme la tête Subzero correspondent à des têtes « collées », et donc non ajustables au niveau du hosel, pour changer le loft ou le lie.

Mis à part les poids sous la semelle, à l’œil nu, il est pratiquement impossible de distinguer les deux têtes.

Elles semblent être de volume identique.

En-dehors du fait que sous la semelle, Callaway a pris le soin de rajouter la mention Subzero pour nous aider à les distinguer, le dessin des rainures sur les faces se différencient, alors que le Subzero présente effectivement deux poids sous la semelle censés peser 14 et 2 grammes, tandis que la tête standard ne présente qu’un seul poids à l’arrière, pour suggérer que le club propose plus de moment d’inertie.

Ces poids sous les semelles sont effectivement à propos du déplacement du centre de gravité, et de proposer pour le Subzero, une alternance entre centre de gravité avancé ou reculé.

Avancé, il est censé proposer moins de spin, et moins de tolérance. A l’impact, la tête de club est moins « stable ».

Reculé, il favorise un moment d’inertie plus élevé, et en contrepartie plus de spin, mais en théorie, un meilleur smash factor pour les golfeurs qui ont du mal à centrer la balle dans la face. Avec plus de poids vers l’arrière, en théorie toujours, ce principe devrait augmenter la stabilité de la tête dans la zone d’impact.

En résumé, visuellement, les différences entre les deux têtes sont très réduites. La tête Subzero est censée être plus compacte, mais franchement, cela ne se voit pas.

En plus du bois 3 Subzero, Callaway propose un bois 3+, un bois 4 et un bois 5 au prix de 329 euros.

Selon Callaway, la principale innovation se situe donc au niveau de la face, une Flash Face SS20 + en acier maraging C300 imaginée à l’aide de l’intelligence artificielle.

Son dessin a tenu compte des autres technologies déjà développées par Callaway : Jailbreak, Face Cup, couronne en carbone T2C, avec toujours et invariablement le même objectif : Augmenter la vitesse de balle à l’impact.

C’est pourtant curieux, car les législateurs ont fortement bridé le coefficient de restitution maximum autorisé (1.50), tandis qu’en moyenne selon les données enregistrées par Trackman, les professionnels tapent à 1.48 avec un bois 3, soit par exemple pour 100 mph de vitesse de swing, une vitesse de balle maximum possible de 150 mph.

J’y reviendrai.

Dernière caractéristique concernant la tête, le bord d’attaque (leading edge) est dit évolutif, ce qui ne veut pas dire grand-chose pour nous, amateurs.

A bien y regarder, peut-être veulent ils indiquer que le leading edge a été encore aplati pour être plus adapté aux frappes directement sur le fairway, ce qui commence à devenir le point faible des bois 3 modernes, de plus en plus des mini-drivers, et de moins en moins des bois de parcours.

S’agissant du bois standard, la différence tient peut-être dans le fait que Callaway va jusqu’à proposer un bois 7, et affirme pouvoir proposer différents poids pour le seul emplacement situé sous la semelle.

On pourrait finir par se dire qu’il n’y a pas véritablement de différences entre les deux têtes, et pourtant ce serait ignorer à tort la position de la face.

Sur le modèle standard, le shaft est collé par le hosel à la tête pour convenir aux golfeurs qui délivrent un chemin de club plutôt extérieur-intérieur, et luttent contre le slice.

A l’inverse, la tête Subzero permet une face naturellement plus square, et donc moins closed à l’adresse pour laisser aux golfeurs, plus de choix de trajectoires, entre draw ou fade, ou à minima, ne pas forcer le draw pour des golfeurs avec un chemin de club naturel intérieur-extérieur.

Cette segmentation est très importante à prendre en compte au moment du choix, et rarement expliquée. Elle justifie à elle-seule l’existence des deux têtes.

Pour le manche, Callaway nous a proposé deux Aldila Rogue, un 70 S (Stiff) pour le bois standard, et un 70 X (extra stiff) pour le Subzero, voulant certainement me proposer pour moi, les manches les plus adaptés, mais du coup, moins représentatif de 80% du marché, un manche regular.

Sans trop vous surprendre, j’ai adoré ces manches Aldila Rogue. Je ne sais pas si ces derniers sont des versions grandes séries du modèle Aldila Rogue qui est en fait un très haut de gamme, ce qui laisse perplexe quant au prix de 329 euros.

En effet, le prix d’un manche Aldila Rogue seul ne serait pas loin de faire la totalité du prix du bois de parcours.

D’autant plus que Callaway a vraiment mis les petits plats dans les grands en équipant de série ses manches avec des grips Golf Pride Align Tour Velvet.

Des grips qui ne sont pas parmi les moins chers à l’achat unitaire pour un particulier.

Grip, manche et tête, Callaway semble avoir vraiment mis le paquet pour vous séduire, et ce ne serait pas juste de ne pas le reconnaître.

Depuis quelques saisons, au-delà du marketing, Callaway semble vraiment vouloir se distinguer du reste du marché pour la qualité des détails (grip en particulier) et qualité des composants essentiels (shaft en particulier).

Le rapport qualité/prix est déjà un point fort de ces nouvelles offres Mavrik.

Mon premier test

Contraint par le confinement, je suis donc le seul à avoir testé ces bois 3 Mavrik.

Si pour le modèle Standard, je n’ai donc pas réalisé de modifications. Pour la tête Subzero, je vous propose 3 essais : Poids principal vers l’avant, vers l’arrière, et tous les poids enlevés de la tête !

Sans faire plus de suspense, avec les deux têtes, et surtout la Subzero, j’ai dépassé à plusieurs reprises un smash factor de 1.51 et même 1.52.

C’est arrivé trop souvent pour que cela soit le fruit du hasard.

Cela signifie donc deux choses : Le rendement de ces clubs sont extrêmement élevés, et parmi les plus élevés que j’ai testé ces dernières années. Sans être législateur et compétent pour mesurer le coefficient de restitution ou plus exactement, le « Characteristic Time » utilisé par l’USGA et le R&A, ces têtes sont-elles au-delà de la limité autorisée ?

Merci à Callaway de me permettre de démontrer l’utilité des tests pour détecter des choses qui sortent de la norme.

Les set-up testés

Dans le cas du Mavrik Subzero, quand j’enlève les deux poids, le swing weight descend de D3 à C3. Le poids de la tête baisse d’environ 20 grammes, de 335 à 315 grammes.

Les manches proposés sont d’une longueur standard, soit 43,25 inches.

Test du bois 3 Mavrik Standard

1.49 de Smash Factor, c’est très élevé pour un bois de parcours, y compris pour un golfeur amateur…

… justement pour un amateur, la fonction Optimizer de Trackman nous apprend que pour les 6 principaux critères à prendre en compte, si je dépasse la distance moyenne optimale au carry (207 mètres au lieu de 197 mètres pour ma vitesse de swing), les données sortent du cadre !

Dans la partie droite du graphique, pour 6 critères, la zone bleue est la zone idéale de mesure, tandis que le curseur orange représente la valeur que j’ai réellement généré.

Mon angle d’attaque est nettement plus prononcé qu’il ne devrait l’être.

Deux valeurs attirent mon attention : La vitesse de balle est très supérieure à ce qu’elle devrait être, alors que la plupart du temps, mon geste d’amateur me place plutôt en-dessous !

Le taux de spin est plus bas que la norme d’un bois 3 (autour de 3600 tours normalement)

Test du Mavrik Subzero, réglage low spin

Avec cette forme de tête, mon chemin de club moyen à l’impact se réduit par rapport à la précédente tête. Bénéfice : Je disperse moins les balles. Cette tête correspond mieux à mon swing intérieur-extérieur. A l’inverse, si votre swing est extérieur-intérieur, elle vous conviendra moins.

Surtout, notez le smash Factor à 1.51 de moyenne sur 12 balles, sachant que j’en ai tapé beaucoup plus, mais conservé que les balles où la mesure du spin était exacte.

A ce propos, la différence de spin par rapport à la tête standard est vraiment très limitée (moins de 200 tpm).

Comme pour le test précédent, je suroptimise la distance, mais toujours pas en respectant les « normes » idéales. Ma vitesse de balle est au-delà de ce qu’elle devrait être, et le taux de spin très inférieur à la norme.

Test de la tête MAVRIK Subzero, Sans les vis

C’est un test plutôt incongru, puisqu’il ne s’agit pas en théorie d’enlever les vis sous la semelle, et de jouer avec un club gruyère.

J’ai pourtant réalisé ce test pour détecter l’intérêt des vis.

Dans les mains, confirmé par le swing weight descendu de D3 à C3, la tête parait trop légère, et même instable dans la zone d’impact.

Les vis amènent au moins un bénéfice de confort.

En revanche, les 20 grammes de moins ont un impact minoré sur la création de vitesse de balle. Clairement, elle baisse mais ce n’est pas si spectaculaire, confirmant que c’est bien la face qui génère le gros de la distance.

En réalité, le fait d’enlever les deux vis agit surtout sur la trajectoire de balle qui se tend, et perd notamment jusqu’à 7 degrés d’angle d’atterrissage.

Test du Mavrik Subzero, réglage high Moi

Contrairement aux idées reçues, le réglage des vis pour favoriser plus de stabilité et augmenter le spin ne se confirme pas. Le spin est sensiblement équivalent quel que soit le réglage des vis.

Des deux réglages, le premier m’a donc mieux convenu.

Bilan du test bois 3 Mavrik Standard et Subzero

C’est principalement le niveau de smash factor qui doit retenir notre attention.

Pour des bois de parcours, ce ratio est très élevé, et pose la question des limites avec les règles de coefficient de restitution. Je ne crois pas que cela soit lié au set-up proposé par Callaway, à savoir un manche stiff ou un manche extra-stiff.

Entre tête standard ou tête Subzero, la différence se fera essentiellement sur la nature du chemin de club du golfeur, intérieur-extérieur ou extérieur-intérieur, et non pas sur une supposé question de bons joueurs par rapport à d’autres joueurs…

Les manches Aldila Rogue sont excellents.

Les composants proposés par Callaway valorisent le rapport qualité/prix de l’ensemble.

Le réglage des vis sous la semelle du Mavrik Subzero ne m’ont pas convaincu ou au mieux, un réglage semble être plus pertinent. Entre les deux possibilités offertes, les écarts ne sont pas assez prononcés pour créer un bon débat.

Finalement, sans doute l’une des meilleures offres de bois de parcours du moment, sous réserve de cette question des smash factor au-delà de 1.51, et même 1.52…

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 5 sur 2 votes)

Commentaires   

admin
0 #2 réponseadmin 14-04-2020 19:13
Bonjour André, pour les tests de bois 3 sur le site, le test prioritaire est toujours sur tee. En complément, sur certains tests de bois 3, je réalise en plus le test sur tapis ou sur fairway, pour illustrer les différences d'angles de décollages. Le cas présent, et vous connaissez sans doute ma philosophie sur les bois de parcours, de plus en plus des mini-drivers, je me suis borné au test sur tee.
Concernant les trajectoires, ce paramètre reste systématiquement sur mid-trajectory, un test n'est bien entendu pas un fitting, ni-même le mien. Concernant les erreurs du trackman, je suis d'accord, j'en constate tous les jours, mais pas sur une série complète et des répétitions. Les erreurs se situent beaucoup au niveau du spin imprécis, et ou des erreurs de calculs de vitesses balles/swings qui peuvent s'identifier quand on commence à avoir de la bouteille sur l'outil.
Dans le cas présent, il y a certainement un petit quelque-chose sur la tête... Portez-vous bien, et en bonne santé,
golfnswing@gmail.com
0 #1 Réglagesgolfnswing@gmail.com 14-04-2020 00:00
L'optimizer est réglé sur "Mid trajectory", il aurait fallu le mettre sur "High trajectory".
Deux raisons raisons possibles, par ailleurs, à des smash anormaux :
- Dans une production, les COR varient et, en général, les fabricants donnent à tester les clubs avec ceux qui ont les plus élevés et qui peuvent parfaitement être supérieurs au .83, conduisant à des smash supérieurs à 1.5.
- Les mesures du Trackman et autres LM ne sont pas toujours exactes, et la vitesse n'est pas toujours mesurée au centre de masse. Le design du club peut avoir une incidence sur le point où la vitesse est mesurée et, ainsi, faire ressortir un smash plus élevé. Les ingénieurs de Callaway sont certainement assez forts pour jouer avec cela et faire ainsi apparaître des smash supérieur à 1.5

Je m'interroge , par ailleurs sur l'angle d'attaque remontant. La balle était elle sur un tee ? Et quels étaient les spin lofts ?

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.