Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un contenu unique, utile, et passionnant! Pour le 1er abonnement 12 mois! 1 boîte de 12 balles Srixon Z-Star ou Z-Star XV au choix offertes et envoyées chez vous!

Vinaora Nivo Slider

Test bois 3 XXIO10

Après le test du driver et des fers, nous vous présentons le test du bois de parcours XXIO 10. Entre le driver et le bois de parcours, vous allez retrouver les mêmes caractéristiques, à savoir le smart impact shaft, la true-focus technology et en fait un club ultra-léger avec un swingweight très léger. Ceci étant, qu'en est-il en termes de performances ? Pour un golfeur senior, est-ce qu'un bois 3 XXIO 10 signifie nécessairement plus de vitesse de swing ? Quels sont les bénéfices réels d'un tel club de golf ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Le bois 3 XXIO 10 testé

Comme souvent, on retrouve les principaux arguments techniques d’un driver sur la déclinaison bois 3. Le XXIO 10 n’échappe pas à la règle.

Les arguments du fabricant concernent notamment la face à épaisseur variable, un hosel raccourci, un profil de tête élargi, et une couronne allégée.

La légèreté est toujours au cœur de l’offre XXIO pour essayer de donner plus de vitesse de swing aux golfeurs, et golfeuses.

Pour le modèle que nous avons testé, le bois 3 en loft 15 degrés présentait un volume de tête de 186 cc pour un angle de lie de 58 degrés.

Le club pesait au total 279 grammes avec un manche légèrement plus long que la moyenne (43,25 inches).

S’agissant du shaft, nous avons testé un manche MP1000 de XXIO en régular avec un point de flexion MID pour un poids de seulement 40 grammes (à rapprocher des 279 grammes total).

A titre d’information, le bois 3 en version lady ne pèse que 263 grammes pour un manche de seulement 36 grammes, mais toujours en mid, à torque identique (6.9).

A bois équivalent, le loft du bois Lady est un degré plus ouvert (bois 3 à 16 degrés).

Au cours de la présentation de la gamme, XXIO a mis en avant la consistance de ses nouveaux shafts réalisés avec le carbone de Toray Industrie. Plus consistance, plus long, mais plus léger, reste à déterminer si cela apporte un réel bénéfice pour le jeu…

Les principaux chiffres pour établir notre analyse et évaluer la performance d’un club

La distance totale n’est pas un élément suffisant pour juger de la réelle performance d’un club de golf.

Il faut prendre en compte principalement les paramètres que sont la vitesse de swing, la vitesse de balle, l’angle de lancement, et le taux de spin donné à la balle.

Nous ajoutons en plus le smash factor qui est le ratio entre la vitesse de swing et la vitesse de balle, ce qui traduit l’optimisation du set-up club/joueur.

Nous allons plus loin avec le degré d’efficacité qui est un ratio que nous avons créé, entre la vitesse de swing, et la distance produite au carry. Cela résume l’énergie déployée pour produire une distance.

Et enfin, nous utilisons en plus le ratio spin sur angle de lancement, qui traduit la performance balistique d’un club.

Le bénéfice d’utiliser des ratios permet de neutraliser des effets extérieurs comme les variations de vitesses de swings entre plusieurs essais.

Ainsi, nous estimons que nous pouvons passer derrière le discours marketing, pour distinguer ce qui est de la performance du « blabla », et pour quelles raisons.

Les données pour 3 testeurs avec le XXIO10

Ce premier tableau illustre les données pour 3 testeurs, et une comparaison avec les bois de parcours déjà testés cette année dans des conditions similaires. Il s’agit à chaque fois de bois 3 montés sur des manches en regular. Il arrive que selon les fabricants, le loft diffère d’un degré.

Pour un senior

Pour Jean, testeur senior de 69 ans, l’argument de la perte de vitesse de swing avec l’âge est effectivement une question.

Comme demandé par des lecteurs, on vous propose ci-après la comparaison avec les précédents clubs XXIO testés.

Pour information, le XXIO 8 avait été testé en décembre 2015 alors que le XXIO Prime avait été testé en janvier 2017.

Comme déjà évoqué dans une étude sur le swing des seniors, Jean est complètement concerné par le problème de la réduction de sa vitesse de swing d’année en année.

Depuis que Jean nous aide dans les tests, en près de 4 ans, sa vitesse de swing naturelle a chuté de 74 mph à 69 mph au drive. Il peut en être de même avec un bois de parcours.

Pour rappel, Jean n’est pas un golfeur professionnel. Même s’il joue régulièrement, ce n’est pas un stakhanoviste de l’entraînement. Il a un profil de Monsieur Tout le Monde.

Avec une préparation physique adaptée, et un entraînement soutenu, il pourrait limiter les effets de l’âge.

Dans la gamme XXIO, on retrouve donc cette baisse de vitesse de swing avec le bois 3, puisqu’en deux ans, sa vitesse est tombée de 70 à 68 mph avec un club comparable.

Simplement, on notera qu’entres les trois modèles XXIO, il y a des différences qui méritent d’être commentées.

Le poids et la longueur du manche ne sont pas rigoureusement identiques dans l’offre standard du fabricant. Le XXIO 10 est plus léger mais aussi légèrement plus court. Le phénomène peut donc favoriser la perte de vitesse de swing (la longueur du manche peut prendre le pas sur le poids).

A clubs de marque équivalente, le résultat est sans appel en faveur du XXIO 10 !

Smash factor et spin sont meilleurs. Ainsi, malgré une vitesse de swing en baisse, Jean maintient à peu de choses près, sa distance, à défaut de la voire progresser.

Avec un bois 3, il continue à porter sa balle autour de 140 mètres.

Par contre, quand on compare le XXIO 10 aux autres bois déjà testés dans d’autres marques, le résultat n’est pas forcément aussi lisible.

Jean ne génère pas un gain de vitesse de swing puisqu’il swingue à 67 mph contre 70 mph en moyenne cette année. Poids et longueur de shafts ne signifie pas toujours automatiquement une vitesse de swing supérieure pour tous les golfeurs.

Concernant notre test, nous devons rester humble puisqu’il ne s’agit que d’un testeur dans cette catégorie d’âge. Plusieurs seniors pourraient produire des résultats différents. Disons que nous ne vérifions pas le gain de vitesse de swing dans ce cas.

En revanche, par rapport à d’autres bois 3, Jean maintient son smash factor, et son degré d’efficacité dans un niveau proche de celui des autres clubs.

Cela traduit le fait que le club plus léger donne une maniabilité légèrement supérieure et donc un peu plus de facilité… pour produire la même distance.

Avec le XXIO 10, Jean n’a pas battu son record de distance de l’année.

En revanche, au cours du test, il a répété les frappes avec une régularité tout à fait convenable qui se traduit par le plus faible écart entre la meilleure et la moins bonne balle (16 mètres).

Pour un amateur à vitesse de swing rapide

Deuxième testeur, à 42 ans, je suis moins concerné par ce produit, et moins dans la cible imaginée par le fabricant.

Toutefois, en comparaison du bois 3 XXIO 8 déjà testé, avec 3 grammes de moins au niveau du shaft et une longueur légèrement amoindrie (0,25 inches), j’ai visiblement gagné 5 mph.

L’écart me paraît important au point qu’il soit possible d’en être autant la cause que le club. Je relativiserais donc ce gain.

Paradoxalement à ce gain de vitesse de swing qui se retrouve dans un gain de vitesse de balle de près de 4 mph (le plus important pour lancer loin), et bien, le smash factor a dans mon cas décru versus le XXIO8.

Si je gagne 3 mètres au carry avec le XXIO 10 à la faveur d’une meilleure vitesse de swing et de balle, je perds 6 mètres en raison du taux de spin qui bondit de près de 1000 tours entre les deux bois de parcours.

C’est principalement la roule qui baisse notablement.

Un test n’est pas un fitting. Clairement, un manche plus adapté pourrait potentiellement complètement changer les résultats. Ceci étant, le test du pro Xavier Bretin va illustrer la même tendance.

Dans cette configuration, le bois de parcours numéro 3 XXIO 10 est très favorable au spin, car la tête est tolérante, et génératrice d’un moment d’inertie élevée.

Dustin Johnson ne jouerait pas avec ce club sur le PGA Tour. On en revient à l’intention assumée du fabricant de proposer un club avant tout… léger.

Des chiffres ci-dessus, me concernant, je conclus que ce bois 3 me donne des résultats satisfaisants avec un MAIS.

Le smash factor est un peu bas, et le spin beaucoup trop haut, ce qui qui freine majoritairement mes balles plutôt autour de 180 mètres versus 210 pour la meilleure.

Pour un pro

Pour le pro Xavier Bretin, nous n’avons pas la comparaison avec d’autres modèles XXIO. L’an passé, à tort ou à raison, nous ne jugions pas utile de lui faire tester des clubs typés seniors.

Concernant le XXIO 10, le test démontre sensiblement les mêmes choses dans mon cas, sur le deuxième testeur, à la différence que Xavier Bretin est plus consistant.

A savoir, il est moins sensible aux variations de vitesses de swings.

Sans battre de record de vitesse, il a swingué dans sa moyenne, soit 95 mph, ce qui donne aussi un résultat équivalent en vitesse de balle (139 mph).

Sur cet aspect de vitesse, on ne détecte aucune réelle différence par rapport aux autres bois testés récemment.

En revanche, le smash factor et le degré d’efficacité baissent. Le taux de spin est en fait plus important. C’est simplement la confirmation d’un club plutôt typé à fort moment d’inertie pour favoriser les vitesses de swings lentes. Le test pas un joueur à vitesse rapide est beaucoup moins pertinent.

Bilan du test bois 3 XXIO10

Nos tests sont une « photographie à un moment donné, et avec des configurations figées », qui peuvent être remis en cause par un fitting, ou un changement de set-up au niveau des clubs.

Néanmoins, avec le concours de trois testeurs distincts, on retrouve des tendances qui méritent d’être relevées.

Comme pour le cas du driver XXIO 10, le test du bois de parcours va arriver sensiblement à la même conclusion. Les choix techniques sont tellement marqués autour d’une vitesse de swing plus lente que les tests réalisés par un pro ou par un golfeur avec une vitesse de swing relativement rapide perdent de leur intérêt.

Seul le cas de Jean mérite d’être retenu puisqu’il est concerné. Comparativement, entre des clubs XXIO, si Jean perd en vitesse de swing, effectivement, il parvient à maintenir sa distance avec le modèle XXIO 10.

Comparativement à d’autres bois de parcours, l’argument de la légèreté du manche n’est pas systématiquement décisif.

A titre de comparaison, pour rester dans la même maison, quand Jean a testé un Srixon plus lourd de 14 grammes au niveau du manche, il a lancé en moyenne 8 mètres plus loin.

Ce qu’il faut retenir, c’est finalement ce que le club propose. Un XXIO 10, c’est, test ou pas, un club plus léger que la moyenne qui peut en l’occurrence proposer plus de maniabilité ou de facilité pour un golfeur qui en a besoin.

Pour un pro comme Xavier Bretin, plus léger pourrait signifier surtout perdre de la masse à transférer dans la balle, et donc moins de distance. Le test confirme cette tendance.

A l’inverse, pour un golfeur qui n’a pas cette possibilité, un club léger peut potentiellement rendre le coup à effectuer plus facile.

Dans le cas de Jean, ce que le test ne dit pas mais que j’ai observé en le voyant taper, c’est un certain plaisir. Il a eu le sentiment de facilité même si dans les chiffres, les résultats ne traduisent pas un immense bénéfice, sauf peut-être un plus faible écart entre la meilleure, et la moins bonne balle.

Un test est un exercice d’humilité.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.