Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test bois 3 Callaway XR16

Test bois 3 Callaway XR16

Pour le test du bois de parcours numéro 3 Callaway XR 16, nous avons fait appel à deux testeurs masculins, l’un disposant d’une vitesse de swing dépassant les 90 mph, et l’autre senior qui flirte avec les 70 mph. Deux profils aux antipodes pour tester la polyvalence de ce nouveau bois 3 2016 conçu avec l’aide des ingénieurs de Boeing, experts en aérodynamique.

Découvrez nos formules d'abonnements

Ce qu’il faut savoir à propos du bois n°3 Callaway XR 16

Le bois de parcours XR 16 est plus large et plus tolérant que son prédécesseur. Il est doté d’une toute nouvelle Face Cup qui accroît la vitesse et la distance.

Pour les ingénieurs Callaway, toute la question était d’en faire un bois de parcours plus tolérant, mais surtout plus facile à taper.

« La forme de la tête est plus grande, et nous avons intégré une combinaison faite de notre meilleur moment d’inertie, d’un centre de gravité bas et du COR le plus élevé jamais vu dans un bois de parcours. La tolérance offerte par la couronne la plus légère que nous ayons jamais conçue nous permet de déplacer le poids là où nous le souhaitons. Ce bois de parcours semble facile à frapper car c’est justement le cas ! Il est également extrêmement polyvalent grâce à sa semelle cambrée prévue pour vous permettre tous les coups que vous souhaitez. Il est plus long et offre une meilleure jouabilité à partir de n’importe quel lie. »

Plus facile à taper donc, mais cela n’aurait pas suffi ! Il fallait donc pouvoir promettre une vitesse de balle plus élevée avec une face cup plus performante. « Nous avons pris notre technologie Face Cup Hyper Speed forgée leader sur le marché et l’avons améliorée et affinée pour encore plus de vitesse et un sweetspot plus grand. »

Les conditions du test bois 3 Callaway XR 16

Cet essai a été réalisé début janvier au magasin US Golf de Champagne-Au-Mont-D’or où nous accédons à un radar trackman pour recueillir vitesse de swing, vitesse de balle, distance au carry, distance totale, et taux de spin.

Données qui nous permettent de calculer des ratios comme le smash factor (indicateur de tolérance) ou le degré d’efficacité (indicateur de puissance).

Le shaft testé : Fujikura Speeder Evolution 565 FW en graphite regular d'une longueur de 43,3 inches et d'un poids de 50 grammes.

La moyenne des poids de shafts testés est généralement de 58 grammes, et d'une longueur moyenne de 43,2 inches.

Les testeurs

Pour ce nouvel essai, deux testeurs ont été mis à contribution : un senior (66 ans) swinguant à 70 mph de moyenne avec un bois de parcours, et un golfeur plutôt puissant (95 mph), sans toutefois être un golfeur classé un chiffre.

Les enjeux du test

Plus de tolérance ? Plus de vitesse ? Ce sont bien les arguments de Callaway ? Qu’avons-nous trouvé à la moyenne ? pour un senior ? pour un golfeur swing rapide ?

Les 4 paramètres clés d’un test de club

Pour nous, un test doit aborder quatre thématiques :

  • la tolérance ou maniabilité exprimée par le smash factor, rapport entre la vitesse de club produite par le golfeur avec le club, et la vitesse de balle produite à l’impact.
  • la puissance ou distance exprimée par le degré d’efficacité du club, rapport entre la vitesse de swing, et la distance finalement générée au carry.
  • l’optimisation du vol de balle, croisement de l’angle de lancement et du taux de spin.
  • la précision ou dispersion des balles tapées avec le club, exprimé en écart horizontal et vertical par rapport au centre du fairway.

En plus de ces paramètres, nous pouvons expliquer les résultats par le taux de spin donné à la balle, l’angle de décollage et d’atterrissage, et in fine, la distance parcourue en moyenne au carry (portée avant la roule).

1-Tolérance et puissance

Ce graphique représente le croisement du smash factor et du degré d’efficacité pour déterminer le rapport entre tolérance et puissance.

Ce tableau illustre le ratio tolérance sur puissance pour les deux testeurs.

Pour chaque joueur, nous avons illustré la performance du Callaway XR 16 (bleu), et la comparaison avec la moyenne réalisée par le testeur avec l’ensemble des bois qu’il a déjà testé (gris) ainsi que le précédent XR (rouge).

Pour le golfeur senior disposant d’une vitesse de swing de 71 mph, le XR 16 n’est pas franchement meilleur que le XR de 2015. Malgré les arguments techniques avancés par Callaway, ce testeur n’a pas tiré profit des aménagements. A ce jour, le XR reste le meilleur bois 3 qu’il ait tapé par rapport à son panel moyen…

Ceci dit, au cours du test du XR 16, ce golfeur a swingué légèrement en-dessous de sa vitesse de swing moyenne ! C’est la seule explication plausible dans la mesure où structurellement entre les deux clubs, il y a dans les faits très peu de différences (shafts de poids identiques entre les deux modèles testés).

Pour le golfeur disposant d’une vitesse de swing de 90 mph, le XR 16 est tout juste plus performant par rapport au XR (là, c’est l’inverse, ce joueur a swingué légèrement plus vite que sa moyenne lors du test).

Plus intéressant, le XR 16 est à nouveau au-dessus de la moyenne du panel, et donc dans la catégorie des clubs plutôt tolérants et puissants.

2-Distance au carry

Finalement un indicateur assez simple et assez fiable concernant la performance d’un club de golf.

Ci-dessous, nous avons réalisé un tableau comprenant les derniers bois testés et pour lesquels, nous avons un minimum de deux testeurs. Nous avons réalisé une moyenne de leurs performances avec chaque clubs pour dresser un classement par degré d’efficacité.

Comme vous pouvez le constater, à la moyenne, le XR reste en tête de notre panel, talonné mais dépassé par le XR 16.

Dans le détail, pour un golfeur swinguant à 90 mph, ce classement diffère légèrement.

Si le testeur a swingué plus vite avec le XR 16 (pas forcément totalement imputable au club), le R15 reste son meilleur club d’un point de vue efficacité (ratio qui annihile les variations de vitesse de swing).

Le Mizuno JPX-850 reste aussi pour l’instant son club le plus tolérant (smash à 1.49).

Ceci étant, le XR 16 qui talonne le XR est un club polyvalent à la fois tolérant et puissant, et pas l’un ou l’autre.

Pour le testeur swinguant à 70 mph, ce classement est aussi différent et fait la part belle aux deux clubs Callaway, le XR et le XR 16, mais toujours un avantage pour le précédent modèle…

Ce tableau illustre aussi que swinguer vite pour un senior n’est pas toujours un argument indiscutable. Mieux vaut prendre la balle au centre de la face plus régulièrement que de chercher 2 ou 3 mph de vitesse en plus au risque de perdre 10 mètres en moyenne…

3-Optimisation du vol de balle

En théorie, plus l’angle de lancement est élevé, et plus le taux de spin est bas, et plus la balle a des chances de parcourir une distance importante.

Selon les ingénieurs, pour optimiser le vol d’une balle de golf au maximum dans le but de faire de la distance, l’angle de lancement idéal est de 17°, et le taux de spin de 1700 tours, en-dessous ou au-dessus de ces valeurs, la balle perd en performance.

En prenant ci-dessus la moyenne des testeurs avec le XR 16 et le total panel, on constate aisément que le bois Callaway est plutôt moins spinnant que la moyenne, mais aussi un peu moins « lanceur ».

Par rapport au XR, le taux de spin est équivalent. Ce n’est donc pas réellement un progrès.

4-Précision & Dispersion

La dispersion est bien entendu plus le fait du testeur que du club ! Cependant, certains clubs ou certaines opérations de fitting permettent d’en atténuer les effets.

Tester des clubs de golf est un exercice de recherche authentique et juste, mais aussi un exercice d’humilité où il faut savoir admettre des limites.

La dispersion est un élément qui doit être réduit à une analyse du type binaire : plutôt peu dispersant ou plutôt très dispersant.

Sachant que les clubs qui permettent les plus longues distances sont naturellement ceux qui sont susceptibles de générer le plus de dispersion.

Passé ces remarques préventives, nous n’avons pas trouvé d’éléments suffisamment notables pour affirmer que le XR 16 puisse être dispersant. En tout cas, ce n’est pas un élément discriminant.

Ci-dessous, les données du testeur 90 mph

Ci-dessous, les données du testeur 70 mph

Bilan du test bois 3 Callaway XR16

En réalité, Callaway est dans une forme de continuité après la série des X Hot, puis des XR qui année après année restent dans les meilleurs bois de parcours que nous ayons pu tester. Pour cette catégorie de produits, ils se sont toujours distingués comme des produits faciles. Pour autant, est-ce que le XR 16 marque une étape révolutionnaire par rapport à l’étape précédente ?

Non, pour un amateur normal, et d’un point de vue performance, ce n’est qu’une petite évolution. Si vous devez changer votre bois 3 vieux de dix ans, vous serez stupéfait, si au contraire, vous avez acheté le XR de l’an passé, le XR 16 ne le surpassera pas de manière notable.

Bilan du test bois 3 Callaway XR

Précisons que le XR 16 s’inscrit dans la lignée des bois de parcours qui donnent peu de spin, ce qui est favorable à la distance.

La nouvelle technologie développée avec Boeing ne nous a pas sauté aux yeux au regard des données trackman, sauf à analyser un éventuel gain de vitesse de swing chez le golfeur le plus rapide (ce qui est très difficile à analyser), et contredit par le fait qu’à l’inverse, le golfeur senior a finalement swingué moins vite.

En conclusion, si on s’en fie à nos seules données, pour un senior, entre XR et XR 16, pas de réelles différences de performances…Cet essai ne remplacera jamais un avis que vous pourriez vous faire en swinguant vous-même le club.

Pour un golfeur avec une vitesse de swing rapide, les gains seront à la marge…mais cela ne devrait pas vous surprendre.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.