Test des grips Golf Pride MCC 4+ Align Midsize

L’idée de ce sujet est le fruit de discussions avec un abonné de JeudeGolf.org, Yannick, passionné de golf et lecteur assidu. Il n’hésite pas à me challenger sur les expériences que je peux mener dans le cadre de tests. Mi-novembre, il m’a interpellé sur une expérience qu’il avait pu faire de son côté, concernant ses mains, un grip, et dans l’idée de mieux contrôler les trajectoires de balles, et donc la face du club de golf. Ce fichu truc qui nous embête tous, nous les amateurs. Avec l’aide d’un clubfitter/clubmaker, Yannick a posé des grips que vous ne connaissez peut-être pas, et qui auraient pour vertu de l’aider à refermer moins vite la face dans la zone d’impact, et par une incidence sur les mains, et le corps.  Est-ce vraiment possible ?

Le grip Golf Pride MCC4 Plus Align Midsize: Une solution anti-hook ou anti-slice ?

Quand Yannick m’a contacté à propos de sa trouvaille, il a piqué ma curiosité, et stimulé mon envie de mener moi-aussi l’expérience.

Est-ce qu’un simple grip de golf pourrait agir comme une solution ou un remède au swing ?

Yannick, joueur régulier (13 d’index) aspire à jouer très prochainement moins de 10 d’index, et s’en donne les moyens.

Parmi les coups qui lui coûtent encore des points sur le parcours, une tendance à frapper, selon ses termes de « fichus hook » incontrôlables, ou à l’inverse quelques pushs.

Déterminé à progresser, il a fait une première découverte au sujet des grips Golf Pride MCC4+, des grips dont la forme plus régulière sur toute la longueur, et contrairement aux grips vendus habituellement qui sont plus fins au sommet, et plus larges à la base.

Ils auraient pour fonction de rendre les mains plus passives, notamment dans la zone d’impact, pour justement éviter cette tendance à laisser la main droite recouvrir la main gauche trop vite.

Dès notre première discussion à ce sujet, j’ai exprimé mes doutes à Yannick sur cette théorie, et ce lien de cause à effet entre le grip, et la face.

Cependant, trop curieux de trouver une bonne astuce, j’ai commandé les grips, et d’ailleurs mis en place une solution pour gripper des clubs dans le studio (Voir l’article sur Tesi Golf).

Dans mon idée, il fallait réaliser un test au trackman avec des clubs dont les grips seraient ceux utilisés habituellement, puis changer avec les nouveaux grips, et tester à nouveau.

Ensuite, quel que soit le premier résultat, tester sur le parcours, ce qui impliquait de changer tous les grips sur une série complète, et même les bois et les wedges.

Je me sentirai prêt à écrire qu’une fois toutes ces étapes réalisées.

En savoir plus sur les grips Golf Pride MCC4+

La « technologie » Plus4 (aujourd’hui n’importe quelle astuce porte le nom ronflant de technologie) consiste à placer quatre couches de matière, principalement au niveau de la main basse sur le grip, et pour élargir cette section du grip.

De l’avis de Golf Pride, fabricant numéro 1 dans le domaine des grips, une partie basse plus large aurait pour effet de réduire les tensions des mains jusqu’au bras pour générer plus de puissance.

Golf Pride utilise l’artifice marketing « Secret de pros » pour justifier ce grip aux antipodes de ce que vous pouvez trouver actuellement sur le marché.

Comme souvent s’agissant du matériel de golf, c’est du déclaratif, non prouvé, et non démontré.

J’ai donc testé...

Sans faire de suspense, je n’ai jamais réussi à démontrer un lien de cause à effet, entre le type de grip, la taille du grip, un éventuel repère sous le grip (ALIGN), et la position de la face à l’impact.

D’une part, il faut sans doute des outils de mesures encore plus pointus (robot et système GEARS), mais surtout cela veut dire qu’un simple golfeur amateur ne pourra pas non plus établir un tel lien.

Or, si ce n’est pas évident pour un golfeur, l’information n’est pas utile.

Cependant, cette expérience n’a pourtant pas été inutile, et bien au contraire.

Si le grip n’agit pas de manière absolument vérifiable sur la face du club, j’ai trouvé au moins trois bénéfices, et notamment du fait de la taille du grip Midsize :

Un plus grand confort, notamment pour la main droite

Plus de vitesse de swing avérée, car plus de contrôle et plus de confiance

Des mains moins actives pour des chips en bord de green

Un grip Midsize ou de type MCC4+ n’empêche pas de donner des grands coups d’épaules ou de tourner trop vite ou pas assez vite le haut du corps par rapport au bas.

Je ne croyais pas dans cette possibilité initialement, car j’avais pu identifier au travers de mes expériences précédentes, que la rotation du corps joue un grand rôle sur le chemin du club, comme la posture à l’adresse a une influence réelle sur le contrôle de la face, dixit Rudy Olmos.

Le grip est la seule partie du club qui entre directement en contact avec le corps, et via les mains.

Pourquoi est-ce que cela devrait-être l’élément le moins important, et le moins valorisé d’un club de golf ?

Pas totalement satisfait du grip qui lui a été proposé par le clubmaker, Yannick a interrogé des marques, des distributeurs et dans 95% des cas, il n’a pas obtenu de réponses claires à ses questions sur le grip, et son influence sur le swing ; jusqu’à rencontrer John Lawson à Paris, un clubfitter indépendant qui traite le sujet via le protocole Wright Balance (qui fera l’objet d’un prochain article).

Ce sujet est en réalité trop méconnu, et trop sous-estimé par l’ensemble de la profession, enseignant compris.

Le MCC4+ Align a pour ma part agit comme une véritable révélation.

Si j’ai rapidement compris que cela ne changerait pas mon contrôle de trajectoire, j’ai eu des sensations dans les mains, et comme je n’en avais jamais eu depuis bientôt 25 ans de golf.

Comme beaucoup d’amateurs, je n’ai jamais été affranchi à cette question des grips, et notamment de la taille ou de la forme.

Le MCC4+ offre effectivement un plus grand confort dans le placement de la main droite, et effectivement moins de tension dans le bras droit.

Au Trackman, dans le studio, avec un fer 8, j’ai effectivement constaté un gain de 3 mp/h de vitesse de swing, après avoir monté ce grip sur mon club.

C’est surtout l’impression de facilité qui m’a bluffé.

Non seulement, j’ai gagné en vitesse de swing, mais j’ai retrouvé ce gain sur la vitesse de balle qui a augmenté de 5 mp/h, signe qu’au passage, le smash factor a été nettement amélioré.

A quelques minutes d’intervalles (le temps de monter le grip), j’ai gagné 11 mètres de moyenne au carry.

Comme si le confort ressenti dans les mains m’autorisait de lâcher plus de puissance.

J’ai reproduit le test avec les autres clubs de la série, mais sans arriver à un résultat aussi spectaculaire. Par exemple, avec le fer 5, le résultat a été plutôt similaire.

J’imagine qu’à ce stade de cette toute nouvelle expérience, le fait de changer le grip n’agit pas comme une baguette magique.

Il se passe quelque chose, mais qui implique des changements au niveau du ressenti, du corps, et peut-être même au niveau de l’inconscient.

Utilisateur de grips standards Golf Pride MCC Align depuis 2 ans, j’ai aussi testé la question de la taille du grip, pour isoler la perception de la technologie MCC 4+.

En passant du standard au midsize, et pourtant, j’ai de petites mains, je ne voudrais plus revenir en arrière, et mettre du standard sur mes grips !

Définitivement, le Midsize permet de mieux garder le club dans mes mains, et notamment après l’impact. La sensation de contrôle est renforcée.

A l’inverse, quand on mène ce type de comparaisons, on finit par constater qu’un grip standard, et même avec deux couches d’adhésifs, les mains sont pratiquement en prises directes avec l’acier du shaft (sur des fers), ce que je ne trouve pas personnellement très agréable.

Cependant, entre le MCC et le MCC4+, le second nommé est vraiment une révélation pour moi.

Ce n’est pas seulement la taille Midsize qui me procure de bonnes sensations, mais bien la partie épaissie au niveau de la main basse sur le grip.

Fort de ces découvertes, j’ai pu profiter d’un temps plus clément en décembre pour jouer 18 trous avec l’intégralité de mon sac de clubs convertis avec ces nouveaux grips MCC4+, du driver au wedge 58 degrés.

Après 4/5 trous un peu erratique pour s’habituer, mais déjà quelques très bons coups, ma première très bonne surprise est venue du chipping, avec la sensation de nettement mieux contrôler un club qui se déplace plus lentement par rapport à mon plein swing.

J’ai toujours été en difficulté quand il s’agissait de ne pas taper à plein régime.

Dans ce cas, au contraire, avec un objet plus lourd et plus volumineux dans les mains, j’ai comme eu l’impression de pouvoir tenir le club au ralenti, pour en faire ce que je voulais.

Fait rare, j’ai réussi 28% de chips-putts contre 16% en moyenne, et encore j’ai manqué 2 petits putts sur la partie qui aurait encore pu augmenter ce ratio.

Je suis sorti frustré de ma partie car je n’ai pas scoré par la faute de trois trous vraiment mauvais, dont deux balles perdues hors-limite, alors qu’en contrepartie, j’ai la certitude d’avoir tapé moins de mauvais coups que d’habitudes.

En résumé, j’ai mieux joué et mieux contrôlé ma partie. Il me faut sans doute un peu plus de temps pour digérer le changement.

Le tableau ci-dessus résume ma partie jouée sur le parcours de Mionnay (près de Lyon), et dans des conditions de terrains gras (15 décembre). Chaque qualité de coup est évalué par le système Arccos que j’utilise sur mes clubs depuis plus de deux ans, et qui établit mes moyennes.

Sur l’ensemble de la partie, je n’ai tapé que deux très mauvais coups (en rouge), pour 18, au contraire très bons (sans compter les putts) illustrés en vert ou vert foncé.

Ci-dessus, sur une partie précédente, jouée 15 jours plus tôt sur le même parcours, et sans changer de grips, je n’ai raté qu’un coup, mais j’en ai réussi seulement 9 très bons, d’où la frustration d’avoir réalisé le même score entre les deux parties, mais pas avec le même contenu.

Notez aussi l’écart de distance du premier putt entre les deux parties, dans le premier cas, au total des 18 premiers trous, j’ai eu besoin de 61 mètres. Dans le second cas, la partie moins bonne, ce total était de 151 mètres !

Entre les deux parties, c’est principalement au putting que je n’ai pas assez exploité le bénéfice obtenu du tee au green.

Je peux seulement noter que j’ai battu mon record de distance personnel sur un drive tapé sur sol plat (262 mètres) en hiver, contre 252 mètres précédemment cette année, et en été !

Effet du grip ? C’est peut-être possible.

Cela étant, je n’affirme pas que ce grip pourra agir de la même façon pour tout le monde.

Dans les prochains sujets, je vais développer l’importance du grip, et interroger les professionnels Laurent Poncelet et John Lawson, d’une part pour donner la parole à de nouvelles personnalités, et d’autre part, ils affirment avoir mené des études poussées sur ce sujet. (Wright Balance)

De ce que j’ai déjà pu explorer, inspiré par l’expérience de Yannick qui m’a influencé, c’est que le grip est à raccrocher au profil du joueur.

L’individu dans sa globalité ne peut pas rentrer dans un cadre figé et standardisé. Le même grip pour tout le monde, cela paraît totalement hors de propos, et c’est pourtant, ce qui se passe dans 95% des cas.

De mon côté, je vais continuer l’expérience avec un avis très positif sur les grips Golf Pride MCC4+ Align.

Sur la « technologie » ALIGN, je serais moins euphorique. On est typiquement dans l’exemple du Placébo. Le fait de mieux sentir les grips dans les doigts pour mieux placer la face à l’impact, je n’y crois pas du tout. J’étais déjà dubitatif à l’occasion de mon premier test. Je le suis toujours aujourd’hui, même si j’ai acheté et monté ces grips sur tous mes clubs.

C’est un placebo.

La leçon que j’ai apprise de ce début d’expérience, et que je peux vous transmettre, c’est « N’hésitez pas à remettre en question vos grips ! »

Cherchez, sentez, changez…le grip est plus important que ce qui est sous-entendu. Peu de professionnels se sont sensibilisés à ces questions. Il va falloir que cela change.

Un fitting ne devrait plus se résumer à essayer des têtes et éventuellement des manches. Il faudra fitter des grips, des manches, et des têtes.

Si vous hésitez à changer de série, pensez d’abord composants (grips, manches, têtes) plutôt que globalement série.

Restez informé

Recevez notre newsletter

(Note moyenne de 5 sur 1 votes)