Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Mieux jouer au golf - Nos conseils techniques

La séquence de swing de Stacy Lewis

La séquence de swing de Stacy LewisActuelle numéro 3 du rolex ranking, l’américaine Stacy Lewis est une des stars du LPGA Tour depuis plusieurs saisons. A 30 ans, elle a déjà un palmarès bien fourni avec deux majeurs et onze victoires, et pourtant, plus jeune, atteinte d’une scoliose, rien n’aurait laissé penser qu’elle aurait pu de nouveau marcher, et encore moins jouer au golf. Aujourd’hui, elle est classée cinquième pour la précision au drive sur le plus exigeant des circuits féminins de golf. Avec l’aide de notre consultant Michel Delbos, nous avons décrypté son swing pour comprendre les raisons d’une telle précision.

Découvrez nos formules d'abonnements

Pourquoi l’analyse de la séquence de swing de Stacy Lewis ?

Toutes les joueuses de golf ont un swing différent, et quelque chose à nous apprendre.

Dans le cas de Stacy Lewis, cela va au-delà du seul swing, son histoire évoque le courage d’une adolescente qui avec le soutien de ses parents a surmonté plusieurs opérations du dos, et fait du golf un leitmotiv pour lutter contre la fatalité.

A l’âge de 11 ans, elle a porté un corset près de 18 heures par jour, et sept jours sur sept pendant un an et demi.

Elle fut encore opérée du dos dans sa dernière année d’université, et depuis elle a accompli l’une des plus belles carrières possibles sur le tour féminin.

Pro depuis 2008, elle a remporté son premier majeur au Kraft Nabisco en 2011.

Epreuve qui allait marquer le début de son irrésistible ascension vers le plus haut niveau, et même la position temporaire de numéro un mondiale.

Rang pour lequel elle bataille encore cette année, notamment contre la sud-coréenne Inbee Park, et la néo-zélandaise, Lydia Ko.

Ne mesurant que 1m65, Stacy Lewis n’est pas d’un gabarit athlétique comme une Suzann Pettersen, néanmoins, elle drive la balle à une moyenne de 256 mètres (29ème plus longue joueuse du tour) avec une très grande rapidité de mouvement des hanches, et un des swings les plus fluides du circuit.

Son swing est même un modèle à démontrer dans toutes les bonnes écoles de golf.

Son swing est même un modèle à démontrer dans toutes les bonnes écoles de golf.

Joueuse très précise, elle est régulièrement classée dans le top 3 des meilleures joueuses pour les greens en régulations, et dans le top-5 de la précision au drive, le signe d’une golfeuse qui dispose d’un swing consistant, et très régulier, en particulier sous pression.

Encore le week-end dernier pour la reprise du LPGA Tour 2016, l’américaine a pris la deuxième place du Pure Silk Bahamas LPGA Classic démontrant une nouvelle fois sa capacité à être régulièrement capable de scorer très bas. Elle a terminé à -16 après quatre tours.

Stacy Lewis propose un swing une très grande consistance, et qu’elle sait particulièrement répéter.

Préambule sur le swing de Stacy Lewis

Il y a beaucoup à dire sur la qualité et la puissance de ce swing. Même chez les golfeuses professionnelles, toutes n’ont pas une telle qualité de mouvement.

Un point peut néanmoins être mis en lumière !

Le fait que Lewis veille à ne pas trop rapidement étendre son bras droit durant le downswing pour conserver sa capacité à ramener la tête de club parfaitement square à l’impact.

En effet, alors que beaucoup d’amateurs ont déjà le bras droit tendu avant la zone d’impact sous l’effet de la vitesse, et dans l’entraînement du bras gauche, Lewis arrive à tendre son bras droit uniquement après l’impact.

Ce n’est donc pas un hasard si cette joueuse est aussi précise et si peu dispersante sur le parcours.

Le swing de Stacy Lewis sous l’œil de Michel Delbos

Qui pense encore que le golf n’est pas un sport athlétique ?

L’avantage de présenter le swing de golfeuses professionnelles réside dans le fait que contrairement aux garçons, et dans certains cas, elles privilégient les shorts ou les jupes aux pantalons.

Résultat, c’est beaucoup plus évident visuellement de constater la puissance des jambes au moment du swing. Sur ce cliché, notez à quel point les cuisses sont bandées à la fin du swing !

Qui pense encore que le golf n’est pas un sport athlétique ?

Adresse

Notez à quel point la joueuse adopte un stance large

Notez à quel point la joueuse adopte un stance large, et même plus large que l’écartement de ses épaules. Elle est clairement en recherche de puissance au drive.

Puissance qui va devoir être supportée par une partie inférieure solide et parfaitement ancrée dans le sol.

L’équilibre de son corps est parfait.

A l’adresse, Stacy tient debout avec une bonne flexion de ses genoux. C’est important car ses jambes ne présentent pas de tensions musculaires. Ainsi, quand elle arrivera dans la zone d’impact, elle pourra justement utiliser toute la puissance des grands muscles des jambes.

Toujours à l’adresse, le pied droit de Lewis est parfaitement square par rapport à la cible. Cela lui facilite le fait de conserver son poids à l’intérieur du pied droit pendant le backswing.

Ce faisant, elle conserve naturellement sa jambe droite en position d’adresse, et son genou droit à l’intérieur pendant le backswing.

Ces deux facteurs combinés vont lui permettre de restreindre la rotation de sa hanche, et au contraire, maximiser la rotation de ses épaules, ce qui va créer cet enroulement complet au sommet du backswing pour ensuite délivrer une puissance maximum à l’impact.

Quand le poids du corps reste à l’intérieur du pied droit, c’est plus facile de rester équilibrer au sommet du backswing, et c’est ce qui facilite le fait de démarrer le downswing avec les jambes, et ensuite rapidement transférer le poids du corps vers le côté gauche pour générer le plein de puissance à l’impact.

Take-away

Plus vous créez un arc de swing ample, et plus vous pourrez taper la balle loin.

Au départ de son swing, la joueuse américaine amène ses mains dans le plan de ses hanches. L’extension du bras gauche est complète pour justement amener le club rapidement parallèle à la ligne du sol. La face du club est légèrement fermée.

Le haut du corps a déclenché la rotation suivi par le bassin.

Vue de derrière, notez comme les bras sont écartés du corps avec une volonté de placer le club à la parallèle du sol, et de créer de l’amplitude.

Vue de derrière, notez comme les bras sont écartés du corps avec une volonté de placer le club à la parallèle du sol

Plus vous créez un arc de swing ample, et plus vous pourrez taper la balle loin. Pour ce faire, la joueuse prend volontairement son temps afin d’amener le club droit, et bas, parallèle avec le sol, et ce avant de le monter au ciel.

Sommet du backswing

Vue de derrière, notez comme les bras sont écartés du corps avec une volonté de placer le club à la parallèle du sol

Au sommet, les épaules ont totalement tourné pour amener le dos face à la cible. Le club est porté à 270° par rapport au sol pour une amplitude parfaite favorable à la création de vitesse maximum au retour.

La joueuse est en appui sur sa jambe droite, et va commencer sa recherche d’appui sur la jambe gauche.

Notez qu’entre le premier cliché, et le troisième, la tête de la joueuse s’est légèrement déplacée vers l’arrière.

Stacy Lewis est le parfait exemple d’un swing à deux plans.

La face de club est légèrement fermée.

La face de club est légèrement fermée.

Vue de derrière, la joueuse a parfaitement tourné ses épaules et son sternum dos à la cible tout en maintenant sa tête comme élément fixe.

Le bras gauche est tendu pendant que le coude droit est à 90°

Pendant tout le backswing, la joueuse maintient son bras gauche tendu et droit pour justement produire un arc de swing le plus ample, et ainsi générer un maximum de vitesse de swing.

Downswing

Le bras droit reste très près du torse tandis que le bras gauche tracte le club.

Dans la phase d’accélération, on distingue nettement qu’elle a bien déclenché le bas du corps avant le haut du corps.

Le bras droit reste très près du torse tandis que le bras gauche tracte le club.

Le transfert du poids vers la jambe avant a été réalisé, et la joueuse maintient sa posture dans la zone de frappe. La face du club est toujours légèrement fermée.

Vue de derrière, le club qui est parti très loin derrière la joueuse au take-away revient au contraire sur un chemin très raide, et très près du corps.

Vue de derrière, le club qui est parti très loin derrière la joueuse au take-away revient au contraire sur un chemin très raide, et très près du corps.

C’est un élément clé dans la création de vitesse, et un point de différenciation entre les pros et les amateurs.

Le bras droit est collé au corps pendant cette étape d’accélération du club vers la zone d’impact.

Au downswing, Stacy Lewis ramène son coude droit qui était jusque-là libre vers la partie droite de sa cage thoracique pour justement ramener le club dans le bon plan au downswing.

C’est ce qui lui permet de swinguer depuis l’intérieur, et de ramener la face du club square à l’impact au lieu d’exécuter un downswing trop raide sur le plan, ce qui aurait causé les conditions d’une tête de club voyageant sur un chemin de la gauche vers la droite avec pour résultante une balle slicée.

Impact et après

Point clé du swing de Stacy Lewis, son bras droit ne s’étend qu’après avoir atteint et dépassé la zone d’impact.

Point clé du swing de Stacy Lewis, son bras droit ne s’étend qu’après avoir atteint et dépassé la zone d’impact.

Autre fait notable, la joueuse a parfaitement amené le haut de son corps vers l’avant à la fin du transfert.

Au contraire, Lewis met plus de poids dans la balle avec une rotation plus directe du haut du corps vers l’avant.

Notez comment Lewis met tout son poids sur la jambe avant et sur l’extérieur de son talon gauche au point de soulever la pointe de sa chaussure !

Sa jambe gauche est totalement tendue, et le bassin entièrement tourné vers la cible.

Pendant ce temps, la partie supérieure du corps et notamment les épaules sont parfaitement à l’horizontale avec le sol.

Pendant le follow-through, Stacy conserve sa tête basse jusqu’après l’impact.

Pendant le follow-through, Stacy conserve sa tête basse jusqu’après l’impact. Ce qui veut aussi dire qu’elle l’a gardé ainsi pendant l’impact, s’assurant que pendant le downswing, elle est restée sur le bon plan, et la tête de club square.

Le fait de conserver la tête basse jusqu’après l’impact a aussi permis à Stacy Lewis d’étendre son swing vers le sol en direction de la cible, lui assurant une face de club square à l’impact, et un coup vraiment plus précis, le point fort de la joueuse.

Finish

La joueuse accentue son geste jusqu’au bout.

La joueuse accentue son geste jusqu’au bout. La balle est partie depuis un certain temps, ceci dit la joueuse cherche l’extension maximum, son club part très loin derrière elle.

Au final, la golfeuse présente un swing vraiment très fluide avec un tempo sans à-coups

Au final, la golfeuse présente un swing vraiment très fluide avec un tempo sans à-coups, qui indique qu’elle n’est pas crispée musculairement pendant le swing, ce qui lui permet de délivrer une puissance maximum dans la balle à l’impact.

C’est une autre leçon que l’on peut retenir de la séquence de swing de Stacy Lewis : Pour frapper aussi loin que possible, il faut chercher un maximum de relâchement !

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.