Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Mieux jouer au golf - Nos conseils techniques

La séquence de swing de Jim Furyk

La séquence de swing de Jim Furyk

Sur jeudegolf.org, le mois d’août 2016 est un peu le mois « Jim Furyk » ! Sans vouloir vous rabattre les oreilles avec son incroyable carte de score de 58 réalisée sur le dernier tour du Travelers Championship, c’est aussi l’occasion de regarder son swing de plus près. Nous avons sollicité notre consultant, Michel Delbos, et commandé des photos à notre photographe Mark Newcombe, pour vous présenter les clés de succès du swing de Furyk, sans doute le plus atypique de tout le circuit professionnel américain.

Découvrez nos formules d'abonnements

Inédit avec clichés hautes qualités, nous vous présentons un comparatif étapes par étapes entre le swing de Furyk, et celui de Jason Day, vous pourrez réellement comprendre les différences !

Pourquoi l’analyse de la séquence de swing de Jim Furyk ?

Pour au moins deux raisons évidentes, d’une part, effectivement, il a battu cet été le record de la carte de score la plus basse jamais réalisée sur un tournoi de golf du PGA Tour, et d’autre part, à 46 ans, il est l’anti-modèle d’un swing de golf à montrer dans les écoles de golf.

Pourtant, dans sa carrière, Furyk a déjà remporté un US Open en 2003 et 21 victoires chez les professionnels.

Dans notre histoire récente, il se classe même quatrième pour les gains en tournoi avec plus de 66 millions de dollars pour ses seules performances sur le parcours.

A titre de comparaison, le numéro un est bien entendu Tiger Woods avec 110 millions de dollars, mais Furyk est encore largement devant l’actuel numéro un mondial à l’ordre du mérite, Jason Day à 34 millions de dollars de gains.

Si Furyk n’a pas été en mesure de gagner un majeur depuis une petite dizaine d’années, il reste chaque saison extrêmement consistant, comme en atteste encore son actuel classement à l’ordre du mérite (22ème mondial).

Avec Mickelson, il est le seul joueur de plus de 45 ans dans l’élite du top-50 mondial dominé par des joueurs de 25 à 35 ans.

A noter, il est apparu pour la première fois dans le top-20 mondial à l’été 1997 pour ne jamais en sortir qu’une seule fois en avril 2012.

Soit une carrière au plus haut niveau sur près de 20 ans, même Tiger Woods n’affiche malheureusement pas une aussi belle longévité.

En réalité, il n’y a qu’un seul joueur qui fait mieux, c’est Mickelson qui lui est entré dans ce classement en 1994.

Depuis sa saison 2010 où il avait remporté trois victoires, et surtout la Fedex Cup, prix du meilleur joueur de la saison du PGA Tour, Furyk n’est plus aussi dominateur, la faute à la concurrence des jeunes bombardiers.

Mis à part son exploit du Travelers Championhip, il réalise même cette année sa moins bonne saison depuis fort longtemps. Signe d’un déclin ?

Peut-être mais avant de se poser cette question, il faut constater son incroyable régularité.

Par exemple, en 2014, sur 21 tournois disputés, il a passé 21 cuts ! Furyk a toujours été un joueur à passer beaucoup de cuts, et même cette saison, où en 11 tournois disputés, il en a passé 9 !

L’an passé, sur 19 tournois disputés, il en a terminé 10 dans le top-25.

Furyk est l’exemple même du golfeur régulier sur une saison, et sur une partie.

Pourtant, son swing est tout sauf académique, mais vous verrez que cela ne l’empêche pas d’être extrêmement répétitif.

Pourtant, son swing est tout sauf académique, mais vous verrez que cela ne l’empêche pas d’être extrêmement répétitif.

Les chiffres clés à propos du jeu de golf de Jim Furyk

Quand on analyse le jeu de Furyk, on peut constater qu’il n’est pas le golfeur le plus long au drive (180 eme sur près de 200 sur le PGA tour avec actuellement une moyenne de 255 mètres). Ce n’est donc pas dans ce compartiment qu’il gagne des coups.

Son talent est essentiellement dans le jeu vers le green, fers en mains en même temps qu’autour du green à des distances inférieures à 50 mètres.

Ceci dit, s’il n’est pas très long, il est en revanche plutôt peu dispersant au driver avec un pourcentage de 66% de fairways pris en régulation (25 eme du tour).

Statistique qui lui permet d’être encore le vingtième meilleur joueur pour le score global (moyenne de 70.1 sur 18 trous).

Le point le plus frappant concernant Furyk est certainement sa capacité à viser juste. Il se classe actuellement 9 eme pour sa capacité à poser la balle le plus près du trou !

Et à plus de 180 mètres, il est même le troisième meilleur dans cet exercice !

Derrière, la qualité exceptionnelle de son putting fait le reste…

Le swing de Jim Furyk sous l’œil du coach

Dès son plus jeune âge, Jim Furyk a été entraîné par son père, Mike Furyk. Lui-même défini le swing de son fils de la manière suivante : « Jim présente un swing de type sous-rotation/sur-rotation. »

Il veut ainsi dire que Furyk ne tourne pas assez ses hanches au moment du backswing, et les tourne de manière excessive au follow-through, ce qui donne une tendance gauche-droite à la balle.

Furyk ne laisse pas beaucoup d’espace entre les mains et le corps.

Vous noterez qu’il se distingue de beaucoup de swings, déjà par le fait de présenter des mains très proches du corps à l’adresse. Furyk ne laisse pas beaucoup d’espace entre les mains et le corps.

Résultat, le club n’a pas beaucoup d’autre espace possible pour se déplacer que de monter en l’air, ce que vous verrez sur les plans suivants de Mark Newcombe.

C’est tout à fait ce qui crée ce mécanisme de boucle si propre à Furyk.

Sur ce premier double cliché à l’adresse et au démarrage du club, l’organisation favorisant une faible rotation des hanches, son swing va forcément êtres très « upright ».

Sur ce premier double cliché à l’adresse et au démarrage du club, l’organisation favorisant une faible rotation des hanches, son swing va forcément êtres très « upright ».

Pour compenser, Furyk doit amener le club très vite sur le plan pendant le downswing, et ensuite tourner ses hanches de manière extrêmement rapides au moment du follow through pour que le club puisse passer devant son corps.

Notez sur le plan de droite, comment la tête de club reste à l’extérieur des mains.

Bien que le swing de Furyk soit un cas d’école connu depuis longtemps, cela ne veut pas dire que l’américain ne l’a pas fait évoluer au cours de ces 5 dernières années !

Les différences sont mêmes nombreuses.

Au sommet du swing, par le passé, ses mains venaient au-dessus de sa tête, et son club pointait à droite de la cible.

Depuis, Furyk a fait mûrir son swing. Désormais, ses mains vont derrière sa tête, et surtout le club pointe en direction de la cible.

Ce simple changement n’est sans doute pas l’idéal pour faire de la distance, mais c’est terriblement efficace pour la précision au drive. Comme expliqué plus haut, il n’est jamais sorti du top-20 mondial depuis 1996 pour la précision dans ce compartiment du jeu.

Notez le retard qu’il donne à la tête de club sur le plan de gauche, mais surtout sur le plan de droite, tout est parfaitement aligné vers le centre du fairway, le secret de la précision de Furyk

Le fait de jouer depuis le milieu du fairway a une incidence certaine sur ses bons résultats en tournoi, et sur sa dernière carte de 58.

Notez le retard qu’il donne à la tête de club sur le plan de gauche, mais surtout sur le plan de droite, tout est parfaitement aligné vers le centre du fairway, le secret de la précision de Furyk.

Du swing de Furyk, il faut surtout retenir l’importance du fonctionnement par rapport au style.

Le talent de ce golfeur est de pouvoir répéter son geste, même atypique, avec une grande consistance

Atypique ? Cela ne veut pas dire qu’il ne respecte pas scrupuleusement les grands enjeux d’un swing de golf, et notamment d’amener la face du club square à l’impact.

Il prouve que peu importe ce qui peut se passer avant ! Ce qui est important, c’est d’être toujours capable de ramener la face de club square.

Regardez la position de sa poche de pantalon arrière droite…

Regardez la position de sa poche de pantalon arrière droite…

En complément de ce qui a été écrit à propos de sa performance au Travelers ou dans sa carrière, j’ajouterai que le propre du jeu de golf est d’être…inconsistant.

Notez que si Furyk a joué 58 le dimanche, il avait joué plu 2 la veille, moins 4 l’avant-veille, et encore plus 3 le premier jour !

Soit 15 coups d’écarts sur le même parcours entre sa meilleure partie et la moins bonne !

La vérité, c’est que même les pros n’arrivent pas à être parfait tout le temps. Pour un amateur, il faut surtout chercher à optimiser son jeu, et notamment ses points forts.

Furyk n’est pas un long frappeur ? Il est toujours sur la piste ! Furyk n’est pas un long frappeur ? Il plante des drapeaux à 180 mètres !

A vous de trouver votre domaine d’excellence, et de faire en sorte de le jouer le plus souvent possible sur le parcours.

Le swing de Furyk comparé étapes par étapes avec celui de Jason Day

Entre Jason Day, l’actuel numéro un mondial, et sans doute le swing le plus académique et puissant du tour, et celui de Jim Furyk, c’est ainsi plus facile de réellement comprendre et distinguer le geste atypique du plus âgé des deux golfeurs.

Sur ce premier plan, à l’adresse, notez comment Furyk est plus « voûté » sur la balle. Surtout, vous pouvez constater à quel point, il restreint l’espace entre ses mains et son corps.

Sur ce premier plan, à l’adresse, notez comment Furyk est plus « voûté » sur la balle. Surtout, vous pouvez constater à quel point, il restreint l’espace entre ses mains et son corps.

Enfin, il est beaucoup plus « debout » par rapport à Jason Day.

L’espace pour déplacer ses mains est toujours restreint, et surtout son club démarre beaucoup plus vite à l’intérieur du plan.

Sur le plan ci-dessus qui représente le démarrage du backswing, on note que Furyk est logiquement toujours plus debout et voûté. L’espace pour déplacer ses mains est toujours restreint, et surtout son club démarre beaucoup plus vite à l’intérieur du plan.

Dernière remarque aussi vu à l’adresse, Furyk est connu pour jouer avec un faible écartement des pieds…(stance).

Notez aussi la différence de positionnement du bras gauche…

Sur le plan suivant, comparant la montée des deux golfeurs, Furyk se distingue avec son club qui pointe vers le ciel, quand celui de Day n’est pas absolument vertical.

Furyk se distingue avec son club qui pointe vers le ciel, quand celui de Day n’est pas absolument vertical.

Ceci étant, à ce stade, Furyk génère un mouvement du bas du corps à l’inverse de Day qui lui cherche l’extension.

La position du bras gauche est radicalement différente !

Notez que le poignet gauche de Jason Day est parfaitement plat…

Comme sur le plan précédent, Jason Day présente une rotation des hanches plus actives, alors que par comparaison, Furyk ne paraît pas avoir ouvert la hanche droite.

à la relance, Furyk a totalement changé le plan de son club qui désormais pointe à l’extérieur de la ligne.

Sur le plan suivant, à la relance, Furyk a totalement changé le plan de son club qui désormais pointe à l’extérieur de la ligne.

Par rapport à Jason Day, il est toujours beaucoup plus fléchi alors que souvenez-vous, à l’adresse, il était debout.

Son poignet gauche est très légèrement incurvé alors que celui de Jason Day est toujours parfaitement plat.

Le bras gauche de Day est beaucoup plus en arrière que celui de Furyk.

Notez les différences d’espacements au niveau des bras par rapport aux corps des deux athlètes…

Sur le plan suivant, si la rotation des hanches de Furyk ne défraie pas la chronique, en revanche, il s’est rapidement remis en extension (debout). Son côté gauche est déjà très en amont de la balle par rapport à Jason Day, qui pour le coup est encore en arrière de la balle à ce même stade.

Notez les différences d’espacements au niveau des bras par rapport aux corps des deux athlètes…

Après l’impact, Furyk est non seulement déjà debout en extension sur ses jambes avec un resserrement très important entre les deux, mais sa tête est déjà partie pour lui permettre de distinguer la balle du regard.

Après l’impact, Furyk est non seulement déjà debout en extension sur ses jambes avec un resserrement très important entre les deux, mais sa tête est déjà partie pour lui permettre de distinguer la balle du regard. Le plan de ses épaules est très différent de celui de Day qui lui est encore en phase de rotation avec les épaules qui pointent encore vers le sol.

On aurait presque l’impression que Day est en retard de rotation alors que c’est bien Furyk qui est extrêmement en avance.

Les hanches de Furyk sont déjà totalement faces à la cible. Sa tête est plus haute que celle de Day qui lui commence seulement à distinguer sa balle.

Sur le plan suivant, notez la position de la chaussure droite des deux joueurs. Celle de Furyk est nettement décollée du sol par rapport à celle de Jason Day.

Les hanches de Furyk sont déjà totalement faces à la cible. Sa tête est plus haute que celle de Day qui lui commence seulement à distinguer sa balle.

Alors que Furyk pourrait presque jouer debout, Jason Day incarne parfaitement cette génération de golfeurs qui donnent la puissance maximum avec un maximum de souplesse, et d’action du corps par le bas du corps.

La tête se relève très tard dans ce type d’organisation.

Au finish, Furyk a non seulement totalement pivoté, mais si vous notez sa pochette de pantalon  à droite, elle est pratiquement alignée à gauche du fairway alors que Jason Day présente lui des hanches parfaitement centrées face au fairway.

Au finish, Furyk a non seulement totalement pivoté, mais si vous notez sa pochette de pantalon à droite, elle est pratiquement alignée à gauche du fairway alors que Jason Day présente lui des hanches parfaitement centrées face au fairway.

Le haut du corps de Day est beaucoup plus incliné que celui de Furyk qui joue « debout » !

Enfin, le club de Day obéit à la logique du plan de départ, tout comme celui de Furyk sauf que si le club de Furyk est orienté à droite alors qu’il était orienté à gauche au sommet du backswing, celui de Jason Day revient tout droit.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.