Posté par le dans Mieux jouer au golf - Nos conseils techniques

Qui est George Gankas, le nouveau gourou de l’enseignement du golf?

Un jour, un joueur de golf junior prometteur de 14 ans avec un swing chaotique, nommé Matthew Wolff, a trouvé un endroit près de Westlake où enseignait George Gankas. « J'ai juste commencé à frapper des balles », a dit Matt Wolff, « et Gankas m'a regardé et m'a dit : « Mec, c'est ton vrai swing ? » Et je lui ai répondu : « Ouais, mec ! » Il a dit : « c’est le swing le plus dingue que j'aie jamais vu ». Vous connaissez peut-être la suite de l'histoire, Matthew Wolff est devenu un des golfeurs professionnels parmi les plus connus. Ci-après, nous voulions vous présenter Georges Gankas, son parcours lui aussi atypique, et sa vision d'un swing de golf, qui lui est propre, et source de son succès auprès de plus en plus d'amateurs ou de professionnels...

Découvrez nos formules d'abonnements

Wolff et Gankas indissociables...

Le swing de Wolff ne semblait pas être un problème pour George Gankas, qui commençait à développer sa réputation pour répudier une grande partie de l'orthodoxie moderne, sur ce que devrait ou ne devrait pas être un swing de golf.

Wolff et Gankas se sont entendus et ont formé un partenariat qui perdure encore. Aujourd'hui, Matt Wolff, à 22 ans a toujours le même swing étrange qu'il avait à 14 ans, mais depuis il est devenu un vainqueur sur le PGA Tour et a même été classé douzième joueur mondial.

De son côté, George Gankas, qui enseigne toujours à Westlake, est devenu l'un des instructeurs de golf les plus célèbres et les plus influents de la planète.

George Gankas a grandi dans une maison boostée littéralement boostée à la testostérone, près de Santa Barbara, en Californie. Son père, Frank, était en effet un bodybuilder de compétition, tout comme sa belle-mère, Nikki.

Il s'est donc logiquement orienté vers les sports plutôt virils comme le football américain et la lutte.

George Gankas considérait alors le golf comme le sport des « petits potes » et ne l'a essayé qu'à la fin de sa dernière année de lycée, après avoir remporté le tournoi d'État de lutte. Il est pourtant devenu instantanément accro.

Son amour pour le jeu de golf est devenu une sorte de fanatisme, et en un an, il jouait à peu près dans le Par, et suffisamment bien pour gagner une place dans l'équipe du Ventura Community College, ce qui lui a aussi permis d’obtenir une bourse pour le Cal State Northridge.

Cependant, Gankas a vite dénoté dans l'univers bien propre et bien rangé du golf. Il n'a pas tardé à dévoiler son véritable visage... mais aussi son sens de l'observation, et une forme d'intelligence pour comprendre la mécanique d'un swing de golf.

Le golf est un jeu conservateur dans le sens ou il y a des règles sur presque tout. Les apparences et l'étiquette en font partie.

S'agissant du swing, la façon dont vous swinguez un club est évaluée non seulement pour son efficacité, mais aussi et peut-être à tort, pour son élégance.

Si vous suivez un tournoi du PGA Tour, ce n'est qu'une question de temps avant que les commentateurs choisissent quelqu'un comme Adam Scott, le doux champion australien, comme l'exemple à imiter pour le téléspectateur fan de golf devant sa télévision.

Le swing de Scott est ce que beaucoup appelleraient techniquement parfait : en rythme, élégant et sans précipitation du début à la fin.

Mais, pour George Gankas, pourquoi aujourd’hui ce genre de swing est-il considéré comme parfait, alors que cela n'a pas toujours été le cas ?

Alors que la carrière de Gankas en tant que joueur touchait à sa fin, il a justement commencé à regarder des vidéos des générations précédentes de golfeurs, des légendes du golf comme Sam Snead ou Ben Hogan.

Et ce qu'il a remarqué, c'est que ces légendes du golf ont fait toutes sortes de choses que vous ne devriez pourtant pas être censé faire, en tout cas d'un point de vue académique. 

Ils ont soulevé leur pied avant du sol. Ils ont étendu leur colonne vertébrale. « Leurs bras volaient, ce qui créait plus de vitesse », dit Gankas. « Ils se sont installés différemment, d'une manière qui permet de tourner plus, d'une manière qui crée plus de vitesse. Et nous nous en sommes éloignés… ».

George Gankas est aujourd’hui l'un des plus célèbre instructeurs de golf au monde et l'un des entraîneurs de golf les plus regardés, cités et suivis sur les réseaux sociaux aujourd'hui, car justement, il a pris le contrepied de toute cette pensée sur le swing...

Pour ses adeptes, George Gankas est même un gourou qui inspire à ses disciples, une ferveur réservée habituellement aux faits religieux. Gankas compte plus de 100 000 disciples sur Instagram et des dizaines de jeunes joueurs de haut niveau, qui traitent ses posts comme des écritures sacrées.

Ils affluent vers lui, parce que ses idées sont à la fois simples et radicales, et qu'il prêche avant tout la vitesse de swing.

Mis à part DeChambeau, Cameron Champ et quelques autres, peu de golfeurs sur le PGA Tour ne donnent en moyenne jusqu'à 125 miles par heure de vitesse de tête de club avec le driver. (Par exemple : Dustin Johnson culmine à 121).

Gankas aurait quant à lui 20 joueurs dans son écurie de collégiens et de guerriers sur les mini-tours, qui swingueraient à 130 mph ou plus.

Ce n'est pas tout...son originalité transcende la simple mécanique du swing.

À 47 ans, George Gankas, est la quintessence du californien qui se veut "cool", enseignant généralement en tongs et en bermuda. Son patois est issu à la fois de la culture hip-hop et du surf.

Ses élèves sont appelés frère ou mec, même s'ils sont des femmes. Ils n'ont pas de discussions sur la théorie du swing, mais ils en parlent.

Faites un swing particulièrement bon, et vous pourriez gagner le commentaire ultime : « c'est malade ».

Un enseignant atypique loin des cartes postales habituelles pour une académie...

L'attitude sans prétention de George Gankas se reflète dans son port d'attache : le Westlake Golf Course, un modeste golf public à une cinquantaine de kilomètres au nord de Los Angeles.

Le practice est modeste mais grâce aux innombrables vidéos que George Gankas a diffusées sur YouTube et les réseaux sociaux, c’est devenu l'un des parcours de golf les plus sacrés des Etats-Unis.

Comme George Gankas le constate : « Cela arrive encore et encore, les gens se présentent ici pour la première fois, et ils s'arrêtent net et disent : « Mec, c'est exactement à quoi ça ressemble sur le Gram (Instagram) ».

George Gankas a construit son public, et son entreprise (il facture 350 $ de l'heure alors qu'il faut réserver des mois à l'avance) avec une volonté de technophile de mettre ses idées en évidence pour tout le monde.

Mais son produit principal est la passion. Personne ne croit plus en ce qu'il enseigne ou ne le transmet avec plus d'enthousiasme. « C'est un tragédien du golf », a déclaré Adam Scott, 13 fois vainqueur sur le Tour.

« Il adore le swing de golf. Bien qu'il ait cette attitude californienne et qu'il semble un peu absent pour le golfeur traditionnel, il a passé 20 ans à regarder et à penser au swing de golf, et il en sait beaucoup ».

Adam Scott, comme beaucoup d'autres, a lui aussi trouvé George Gankas grâce à des vidéos YouTube, et était tellement intrigué qu'il l'a appelé en février 2018, pour qu'ils puissent travailler ensemble.

Scott, le modèle du swing si parfait, a immédiatement intégré une nouvelle posture à l'adresse et une variété d'autres ajustements inspirés par son nouveau coach... atypique.

Et très bientôt, la marque Gankas va encore s'étendre.

Au lieu de continuer à diffuser gratuitement ses enseignements sur Internet, le coach a opté pour un modèle par abonnement, dans lequel ses inconditionnels auront un accès illimité à d'innombrables heures de nouvelles vidéos, et ce, pour environ 30 $ par mois. 

Pour aller plus loin, nous nous sommes intéressés au contenu de son enseignement, et à sa vision du swing...

George Gankas était fasciné par la connexion corps-esprit du swing, alors il a poursuivi un diplôme en psychologie, et en même temps, il appréhende déjà lui-même le swing comme s'il était un professeur de laboratoire.

Pendant des années, chaque week-end, il enregistrait les émissions télévisées du Tour sur son magnétoscope, puis les regardait encore et encore. « Je ralentissais chaque swing, puis je le mettais en pause à l'impact, essayant de deviner dans quel sens la balle allait partir », dit-il.

Poursuivant « Je regardais sans cesse comment le corps bougeait, et ce que le club faisait au bas du swing. Mais c'était déroutant, car chaque joueur faisait quelque chose de différent. J'ai donc dû déterminer moi-même ce qui fonctionnait vraiment ».

Il a disséqué plus profondément, et notamment les swings d'anciennes gloires comme Bobby Jones, Ben Hogan, Sam Snead et Gay Brewer, mais pas seulement, il s'est aussi intéressé à ceux qui créent beaucoup de vitesse de swing, comme par exemple Jamie Sadlowski, réputé et spécialiste du long-drive.

À Westlake, il s'est lié d'amitié avec son compatriote, un obsédé de swing comme lui, Chris Como, qui deviendra plus tard l'entraîneur de swing de Tiger Woods.

Sur les conseils de Como, George Gankas s'est plongé dans la biomécanique et la physiologie.

Chaque swing est monitoré avec un radar Flightscope et une caméra vidéo. Il court littéralement entre son ordinateur portable et le tapis, dans le  but de traiter instantanément les informations, et appliquer des changements.

Ses élèves témoignent : « George fait un très bon travail pour comprendre que le golf est un jeu émotionnel, un jeu mental, et que tout n'est pas aussi noir et blanc que les données Trackman…».

« Il comprend nos peurs, nos tendances, il comprend que les choses changent du practice au parcours, que ça change du mardi au jeudi, et ça change encore du jeudi au dimanche. Lorsque nous parlons d'un coup en particulier, il demandera : « Qu'avez-vous fait sur le trou précédent ? Où avais-tu la tête ? Y avait-il de la tension dans tes bras ? Comment respirais-tu ? ».

La plupart des entraîneurs se concentrent strictement sur la mécanique, pour George Gankas, n'importe qui peut faire ça.

Bien qu'il ait des principes fondamentaux, la flexibilité est justement la marque de son enseignement.

« Chaque swing est différent », dit-il.

« Tout le monde est construit différemment. Pour moi, essayer de mettre tout le monde dans une petite boîte serait une affaire d'ego.»

Il ajoute « Vous pouvez tenir le club comme vous le souhaitez. Vous pouvez le reprendre comme vous le souhaitez. La clé est de faire correspondre les tendances. Si vous faites « x », alors vous devez faire « y » pour revenir à une position d'impact ».

Matt Wolff: Son meilleur exemple ?

Son swing de golf a toujours développé une énorme vitesse, mais très peu de mouvements traditionnels. « Les professeurs qui voulaient travailler avec moi », dit Wolff, « ont tous dit la même chose : « Je peux faire de toi un très bon joueur ».

Ils voulaient tous me « réparer ».

Cela m'a fait douter de mes capacités. La première fois que j'ai rencontré George, à l'âge de 14 ans, il m'a dit : « J'adore ton swing, ne laisse jamais personne t'en éloigner. »

Wolff ajoute « Il m'a dit que je pourrais être le meilleur joueur du monde. Je ne pouvais même pas vraiment gérer cela parce que toute ma vie, on m'a dit que je devais changer de swing. »

Ensemble, ils ont perfectionné le swing le plus époustouflant du golf de haut niveau.

À la montée, Wolff se lève sur la pointe de son pied gauche comme un cogneur de baseball.

Au sommet, le club n'est pas parallèle, mais s’agite vers le ciel, et si loin à travers le plan qu'il pointe à 45 degrés à droite de la cible. Mais ce qui suit est une poésie à la fois pure et floue...

Rétrospectivement, le grand défaut de George Gankas en tant que joueur, était la peur.

Maintenant, il apprend à ses élèves à surmonter la peur par l'acceptation.

Restez présent, dit-il.

Lorsque vous êtes sur le parcours de golf, ne vous enfoncez pas trop dans vous-même, levez les yeux de la balle, admirez la beauté du monde naturel, et sortez de votre propre corps, de votre propre ego monstrueux…

Le succès très médiatisé de Matt Wolff a conduit à l'idée fausse que George Gankas était un scientifique fou préparant des swings fous, mais la vérité, c'est le contraire ! C'est un pragmatique à l'esprit ouvert qui travaille avec ce qu'il trouve. 

Crédit Photo : George Gankas et Icon Sportswire

Restez informé

Recevez notre newsletter

(Note moyenne de 5 sur 1 votes)

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.