Posté par le dans Matériel de Golf, fabricants et test

Les scooters de golf : Bonne ou mauvaise idée ?

Dans l’idée première de réaliser un article sur les chariots électriques de golf, pour femmes plus précisément, je suis tombée sur la nouveauté 2020 : les scooters électriques de golf. Encore peu présents sur les parcours, ils sont peut-être sur le point de devenir de plus en plus communs dans les golfs. Afin de comprendre les avantages, et inconvénients de ce trois roues destinés aux golfeurs, j’ai interrogé le PD-G de la marque numéro une française de fabrication de chariots électriques, M. Xavier Bataille, Président de la société Trolem. Dans le but de savoir ce que vous, golfeurs et golfeuses, vous pensez de cette innovation, j’ai également sondé quelques joueurs et joueuses, pour qu’ils me donnent leur avis sur la question.

Sur le marché depuis plus de 43 ans, et leader dans la fabrication de chariots électriques de golf, Trolem est une société française, qui mise elle aussi sur l'innovation.

Le scooter électrique, s’adresse à tous les joueurs qui ont des problèmes de mobilité évidemment, pour les joueurs seniors, les joueurs blessés, ou encore ceux qui ne peuvent pas porter des sacs trop lourds.

Il peut également être utile aux personnes qui habitent sur un golf pour se déplacer.

Qu’est-ce qu’un scooter électrique apporte de plus qu’une voiturette de golf ?

Xavier Bataille répond que les scooters sont tout d’abord conçus pour apporter plus de fluidité dans le jeu.

La voiturette doit faire les quatre coins du fairway pour arriver à la balle, tandis que le scooter de golf va directement à la balle, sans faire de détour, il passe partout.

Abîme-il les fairways ?

La réponse est non, grâce à ses roues très larges. Il n’abîme pas le parcours. « Il abîme bien moins qu’une voiturette de golf, il marque moins le terrain. » nous assure Xavier Bataille.

De plus, il représente un avantage financier non négligeable par rapport aux voiturettes de golf.

Un scooter de golf est bien moins coûteux, puisqu’il est en vente à 4,000 euros TTC, tandis qu’une voiturette de golf 2/4 places coûte minimum 6000 euros.

A la location, même constat, le scooter de golf revient moins cher au joueur, qui parfois devait louer une voiturette pour lui tout seul.

Selon le chef d’entreprise, une voiturette se louerait selon les golfs entre 20 et 40 euros par partie, contre 10 à 25 euros pour un scooter.

Par rapport aux autres scooters de golf qui commencent à fleurir sur le marché, Trolem met en avant la simplicité d’utilisation de ses produits, puisqu’ils sont démontables, pour être rangés facilement dans un coffre de voiture.

Le scooter, conçu avec une batterie lithium, se recharge grâce à un chargeur vendu avec le produit.

Il offre une autonomie suffisante, dans la mesure où il peut tenir deux parties entières sans être rechargé. Il est aussi doté d’une marche arrière, et de deux vitesses.

Cependant, et malgré les avantages qu’offre aux joueurs ce nouveau compagnon de jeu, les golfeurs sont-ils prêts à voir des scooters de golf se multiplier sur les parcours ?

Cela ne crée-t-il pas des distorsions de temps dans la partie ? Des asymétries dans le rythme de jeu d’un joueur à un autre ?

Du golf à scooter, est-ce encore du « vrai » golf ?

Du point de vue de la santé, enlever la marche inhérente à ce sport ne prive-t-il pas les joueurs d’une grande partie des bienfaits du golf ?

Afin de compléter cet article, j’ai recueilli quelques témoignages, avis et réactions de golfeurs et golfeuses sur la question de l’arrivée de ces scooters dans leur golf.

Qu’en pensent-ils ?

Sont-ils favorables à voir des scooters de golf se multiplier sur les parcours, ou même au sein de leur partie ?

Manuel Hezkia, golfeur depuis 1985 nous livre son avis sur ces nouveaux engins.

« Je n’ai encore jamais vu ce genre d’engins… C’est peut-être sympa pour ceux qui ont du mal à marcher. Dans le midi, en plein soleil, c’est sûrement plus facile. Mais sinon, l’idée de jouer au golf sans marcher, je n’aime pas trop. A la limite, je préfère une voiturette, car on est deux, on peut discuter. »

Il soulève également un inconvénient de taille pour lui : « Si chaque partie de quatre se balade en scooter dans le golf, le week-end cela risque d’être pire qu’une sortie du bureau ! ».

Après réflexion, il ajoute même « J’ai l’impression que cela tue le jeu… Marcher ne fait-il pas partie du sport ? »

Malgré la réticence de certains joueurs à adopter ces nouveaux outils, certains golfs font maintenant des voiturettes de golf une obligation.

Par exemple, à Sainte-Maxime la voiturette est obligatoire, mais peut se justifier par le dénivelé important du parcours.

C’est le seul moyen de garantir le temps de jeu nécessaire au parcours l’été.

 

Christian, golfeur senior, 72 ans, nous explique que les scooters de golf doivent être une bonne alternative aux voiturettes, moins polluante et autorisant plus d’indépendance au joueur.

Pour l’instant, il préfère tout de même marcher, mais il pense aux années à venir, et se dit que ça lui sera peut être utile, « pour plus tard ».

Jacques Rein, golfeurs senior également, pense qu’en dehors de certains parcours (et surtout en été), marcher fait partie du sport, et est important pour maintenir la forme des joueurs.

Il ajoute que la marche permet également de profiter davantage de l’environnement, et du paysage.

« Ne sommes-nous pas aussi golfeurs pour cela, la beauté des paysages magnifiques que nous offrent les parcours ? » S’interroge-t-il.

Il avoue avoir testé l’expérience de la voiturette de golf, malgré lui, et ne pas avoir adhéré au concept.

« Mais parfois, certaines personnes n’ont pas d’autres choix physiquement » admet-il.

Cécile Sabatier, professeure des écoles et golfeuse passionnée, a déjà testé les scooters de golf.

Cette golfeuse a plusieurs fois eu l’occasion d’essayer ces scooters de golf, au golf de Talloires.

Ce golf étant un golf de montagne avec beaucoup de dénivelés, les scooters ont été maintenant remplacés par des voiturettes individuelles, car ils étaient considérés comme trop dangereux.

Cependant, elle admet préférer conduire un scooter qu’une voiturette, qu’elle juge plus ludique et plus agréable à conduire.

Le gros avantage pour elle, c’est que les scooters sont individuels contrairement aux voiturettes.

Etant une joueuse gauchère avec un mari golfeur droitier, les balles n’atterrissent jamais du même côté, et avec une voiturette pour deux, cela complique les choses. Au moins, avec un scooter, chacun va à sa balle, sans faire de détours.

Elle explique que privilégier les scooters de golf aux voiturettes s’avère être une bonne idée, lorsque le dessin du parcours comporte des passages trop escarpés, et sinueux, pour faire passer une voiturette.

« Néanmoins, l’inconvénient de ces scooters, c’est qu’il n’y a pas de protection pour le golfeur ou la golfeuse », nous dit-elle.

Malgré son retour positif sur l’expérience, elle précise cependant privilégier la marche, qui représente pour elle, une grande partie des avantages de ce sport.

Elle n’utilise les voiturettes et scooters, que pour les parcours au dénivelé difficile.

Les scooters restent tout de même une bonne alternative, selon la joueuse amatrice, lorsque cela permet aux personnes seniors ou avec des problèmes de santé de continuer leur pratique du golf.

« Cela doit rester un outil pour permettre aux joueurs de continuer à jouer dans des conditions compliquées. Mais une file de scooters sur un terrain plat, cela polluerait le paysage. »

Pour résumer, ces scooters de golf peuvent être une bonne idée pour les étés caniculaires où bon nombre de joueurs seniors souffrent de la chaleur, pour les joueurs à mobilité réduite ou encore en cette période de Covid-19.

En effet, les scooters, de fait individuels, correspondent mieux aux mesures sanitaires nécessaires à la période que les voiturettes, où plusieurs joueurs sont côte à côte, sans respecter nécessairement la distanciation sociale.

Cependant, bien que le public visé par ces scooters soit plutôt les seniors, les joueurs d’un certain âge vont-ils préférer le scooter à la traditionnelle voiturette ?

Une chose est sûre, une grande partie des golfeurs et golfeuses espèrent tout de même, ne pas voir leur golf pollué par un excès d’utilisation de ces engins, qui pourraient gâcher le plaisir du jeu de certains.

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 5 sur 1 votes)

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.