Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Circuits PRO de golf

Les États-Unis remportent la Ryder Cup 2016

Ryder Cup, victoire du Team USALes États-Unis remportent la Ryder Cup 2016 en battant l’Europe ce dimanche à Hazeltine. Une victoire indiscutable par 17-11, la première depuis huit ans pour les Etats-Unis. On retiendra d’abord de cette ultime journée à Hazeltine, la première partie opposant Patrick Reed à Rory McIlroy, cette première partie ayant sans doute influencé la suite de la journée et les parties suivantes. En se répondant birdies après birdies jusqu’au 18e trou, le résultat final a semblé imprévisible jusqu’au bout. Sans doute le match de Ryder Cup du siècle, tant leur duel aura été une démonstration de plus haut niveau du jeu de golf.

Découvrez nos formules d'abonnements

La partie du siècle entre Patrick Reed et Rory McIlroy

Patrick Reed a remporté un point important, il n’a pas gagné tout seul dimanche, mais a sûrement donné l'impulsion pour permettre la première victoire en Ryder Cup des Etats-Unis depuis 2008.

Reed a été constant, et sans jamais se laisser impressionner par les drives de feu de Rory McIlroy. De toutes les parties du jour c’était celle où semblait régner la meilleure ambiance entre les deux joueurs, comme sur le 8, où après que McIlroy ait rentré un incroyable putt de 15 mètres, Reed égalise et reçoit l’accolade de McIlroy.

Quand Reed a quitté le green, McIlroy l'attendait avec un sympathique échange poing contre poing, et un sourire. Ils ont échangé des accolades, Reed a gardé le sourire et nous avons pu apprécier un grand moment de sportivité alors que la tension était à son comble, mais aussi un enchaînement de sept birdies et un eagle sur quatre trous. Ils s’apprécient bien ces deux là, mais c’est peut être se climat amical qui a détourné McIlroy de sa rage de vaincre, et lui a fait perdre sa partie.

Patrick Reed semblait décontenancé après son match d’anthologie qui a finalement pris fin avec le premier point de la journée apporté aux Etats-Unis. « C’était difficile » a t-il dit. « J’ai regardé une partie de la retransmission la nuit dernière. Ils disaient que Rory n’avait pas raté un match de toute la semaine. Je savais que ce serait difficile. Ce fut finalement un plaisir et une rencontre âprement disputée. Gagner ma première épreuve par équipe à la maison, c’était incroyable. Jouer comme je l'ai fait cette semaine, je ne sais pas vraiment quoi dire… ».

À l’inverse, on a été surpris par l’attitude de Jordan Spieth, jetant son club après un mauvais coup sur le 15, un comportement d’enfant gâté qui ne l’aide pas vraiment à avancer parmi les grands.

Ils ne partiront pas en vacance ensemble…

Une autre partie était surprenante, celle de Phill Mickelson et Sergio Garcia qui doivent sans doute avoir un contentieux, au point de s’ignorer pendant toute leur partie. À l’issue du 18 et leur match à égalité, Mickelson tend la main à tout l’entourage, caddys et arbitres, sauf à Sergio Garcia, ambiance…

Pourtant, que leur partie était belle, sans doute presque aussi belle que celle opposant Patrick Reed à Rory McIlroy. L’émotion et la tension dépassées, Mickelson en a convenu en déclarant : « Ce fut une dure bataille aujourd'hui, beaucoup d'émotion, nous avons tous deux très bien joué ».

« Il a été incroyable», a déclaré Sergio Garcia à l’issue d'un match qui nous a fait apprécier 19 birdies. « J'étais là pour obtenir un point, et non pas un demi-point. J'ai essayé de le gagner pour l’équipe. J'étais un peu court, mais je suis très fier de la façon dont j’ai joué toute la semaine ».

Derrière le match d'ouverture, l'Europe a bien tentée une percée. Henrik Stenson a battu Jordan Spieth 3 & 2, Rafa Cabrera-Bello a de nouveau impressionné en battant Jimmy Walker 3 & 2, tandis que belge Thomas Pieters est devenu le premier rookie à inscrire quatre points avec une victoire 3 & 2 sur JB Holmes.

Ryder Cup 2016, Lee Westwwod

L’émotion de Davis Love, le capitaine de l’équipe des Etats-Unis

Quand Davis Love III avait rentré le putt décisif pour remporter la Ryder Cup en 1993 à Belfry en Angleterre, il était tellement ému qu'il en avait oublié de ramasser sa balle dans le trou. Il ne l'a jamais revue.

Cette fois Davis Love regardait Ryan Moore décrocher la première victoire de la Ryder Cup de l'Amérique depuis huit ans sur le 18e green de l’Hazeltine National ce dimanche, il a vu alors Moore faire le même oubli. Davis Love a récupéré la balle, et quand il est allé vers Moore pour le féliciter, le capitaine lui tendit sa balle.

« Et puis Ryan m’a à nouveau donné sa balle » a déclaré Davis Love quelques heures plus tard lors de la conférence de presse des lauréats.

La différence entre les deux équipes était sans doute que les Etats-Unis pour battre l’Europe se sont vraiment cette fois comportés comme une équipe, une famille…

Si Tiger Woods et Bubba Watson se sont portés volontaires pour être vices capitaines, et mis leurs egos sous leurs mouchoirs pour faire partie de cette famille, il semble bien que cela a permis de passer une nouvelle étape pour cette équipe Américaine.

Et cela a payé. C’est la première fois depuis 1975 que les 12 joueurs Américains ont chacun gagné au moins un point, 10 d’entre eux gagnant au moins deux points. C’est également la première fois depuis 1975 que les Américains ont autant dominé la première journée. Le capitaine de cette équipe de 1975 était alors Arnold Palmer, et ce n’est pas un hasard s’il a inspiré le sac de golf de cette année.
« Arnold était avec nous cette semaine », a déclaré Davis Love.

Le point de la victoire a été remporté par Ryan Moore, alors qu’il ne faisait pas partie de l'équipe jusqu'au dernier dimanche soir, quand Davis Love a annoncé le choix définitif de son équipe. Moore était mené 2 par Lee Westwood avec trois trous restant à jouer, un eagle au 16e trou et ensuite un birdie au 17, puis il a remporté le 18e trou permettant aux États-Unis d’atteindre le seuil de 14 ½ point dont ils avaient besoin pour l'emporter.

Ryan Moore n’est pas un long frappeur, mais il a quand même touché le green du 15, un par cinq, en deux, pour putter et faire son eagle. Au 18, il a frappé le coup de fer de sa vie, pour regarder ensuite Westwood rater une tentative de par.

Ryan Moore, 32 ans, a terminé en secouant la tête et sans arriver à trouver ses mots. « C’est un peu difficile à expliquer » dit-il. « Je ne savais même pas que je serais ici il y a une semaine ».
La victoire a permis au capitaine Davis Love de tirer un trait sur la défaite cuisante de Medinah en 2012, pour son premier rendez-vous en tant que capitaine de l’équipe des États-Unis. En outre, cette victoire justifie l’implication du groupe de travail rassemblé par les États-Unis pour cette tentative réussie de mettre fin à la domination européenne qui a vu celle-ci remporter sept des neuf Ryder Cup précédentes.

« Je suis fier de ces gars-là », a déclaré Davis Love. « Ils ont eu beaucoup de pression sur eux. Je n’ai jamais vu une équipe se réunissant comme une famille de cette façon là ».

Et demain pour l’équipe Européenne ?

Pour l’équipe Européenne, on pourra toujours critiquer les choix, notamment dans les doubles, du capitaine Darren Clarke, qui va rentrer au port comme un skipper perdant.

Que faisait dans cette équipe Martin Kaymer, n'y avait il pas d'autres talents pour renforcer cette équipe ?

C’était cette année une équipe de Ryder Cup Européenne du changement de génération. Six nouvelles recrues, et cela n’a pas été facile de les intégrer, mais ils deviendront des joueurs plus forts après cette épreuve.

Lee Westwood a certainement joué sa dernière Ryder Cup et cela a été aussi une semaine extrêmement difficile pour Danny Willett, mais il est a gagné le Masters. Chris Wood et Andy Sullivan sont des joueurs qui seront beaucoup plus forts suite à cette expérience, et s’ils restent sur la même trajectoire, ils seront là à Paris.

Ryder Cup 2016, Rafa Cabrera Bello

Dans les deux ans à venir, nous attendrons toujours Rory McIlroy, Henrik Stenson, Justin Rose et Sergio Garcia qui devraient être encore là. Rafa Cabrera-Bello et Thomas Pieters pourraient être les étoiles montantes du golf Européen.

De beaux matches et de grandes émotions

Il y avait des larmes d’émotion dans les yeux de nombreux membres de l’équipe Américaine, de la tristesse dans le regard des joueurs Européens, qui s’ils n’ont pas démérités, ont simplement été battus par plus fort qu’eux cette semaine.

La prochaine Ryder Cup sera sur le sol Européen, en 2018 à Paris. Les Américains n’ont plus gagné à l’extérieur depuis 23 ans, mais cette nette victoire va continuer de les pousser vers l’avant. Et il reste deux ans à l’équipe Européenne pour qu’à l’image de celle donnée par les Américains cette année, elle devienne aussi une vraie famille…

Rendez-vous au Golf National en 2018.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.