Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Ryder Cup 2014: Notre pronostic

Ryder Cup 2014 : L’Europe n’a peut-être jamais été aussi favorite !

Dans à peine quelques jours, le capitaine de l’équipe américaine de Ryder Cup, Tom Watson va annoncer le choix de ses 3 wild-cards. Dans l’autre camp, l’équipe européenne a vu 2 de ses 3 membres éminents se retirer du Deutsche Bank Championship, pour privilégier la récupération avant l’événement majeur de la saison…

Tour d’horizon à un mois du rendez-vous de Gleneagles !

Sommaire de l'article :

  1. Dernier appel pour Gleneagles !
  2. Qui pour remplacer les grands absents ?
  3. Expérience ou forme du moment : le dilemme de Watson
  4. Les atouts européens sont les plus importants !

Dernier appel pour Gleneagles !

Ce week-end, les meilleurs golfeurs du monde sont engagés sur la deuxième manche des play-offs de la Fedex Cup 2014, le plus haut niveau possible pour le golf professionnel.

Du côté américain, c’est l’occasion pour les derniers joueurs en balance de prouver au capitaine, leurs formes du moment, et leurs envies de faire partie de la team USA.

Pour les européens, tenant du titre, et plutôt sereins, Justin Rose et Sergio Garcia ont pris la décision très impactante de ne pas concourir cette semaine, et de la même occasion renoncé à la très importante prime du vainqueur (plus de 10 millions de dollars).

En effet, en abandonnant le champ des joueurs du Deutsche Bank Championship, deuxième étape sur quatre des play-offs de la Fedex Cup, ils ne pourront pas revenir les deux prochaines semaines.

Chaque tournoi étant éliminatoire d’une semaine sur l’autre pour ne laisser qu’un très petit champ de 40 meilleurs joueurs sur le dernier tournoi, le Tour Championship à Atlanta.

Cette décision de deux des meilleurs joueurs de l’équipe européenne est significative de l’importance qu’ils donnent à la Ryder Cup.

Pas sûr qu’aucun américain aurait pris cette décision…

Au contraire, c’est la même dernière chance pour ceux qui ne font pas partie des 9 choix automatiques de se montrer.

Qui pour remplacer les grands absents ?

Mardi prochain au lendemain du tournoi, Tom Watson va sans doute choisir ses 3 hommes parmi Ryan Moore, Brendon Todd, Keegan Bradley, Webb Simpson, Brandt Snedeker et Hunter Mahan.

De mon point de vue, seul Keegan Bradley se détache comme un choix incontournable.

Autant pour ses performances que son impressionnante campagne de Ryder Cup 2012, où il avait brillé aux côtés de Mickelson, se distinguant comme l’une des seules bonnes surprises de son pays pendant cette Ryder Cup manquée.

Privé de Tiger Woods, et Dustin Johnson, deux atouts majeurs pour l’équipe, Tom Watson aura un soupçon de stress supplémentaire pour remplacer ses grands absents.

Sans compter qu’il existe un doute raisonnable sur la participation de Jason Dufner, récemment blessé.

L’équipe américaine, emmenée par Bubba Watson (vainqueur du Masters cette année) parait donc moins forte que celle de 2012, qui sans un incroyable retournement de situation aurait largement dû emporter le morceau à Chicago, et devant son public, ce qui avait porté un coup terrible au golf américain, tant ils ont à cœur de redevenir la première puissance golfique mondiale sur la Ryder Cup.

Et pourtant, ils n’y parviennent pas, même avec les meilleurs golfeurs de la planète…La faute au Fighting Spirit des Européens ? Pas seulement, depuis plusieurs saisons, les européens s’imposent réellement comme les meilleurs golfeurs de la planète.

Après les années de domination de Woods, l’arbre qui cachait la forêt, et les succès de Mickelson, les 3 victoires en majeurs cette saison des européens, démontrent bien le renversement de tendance.

L’allemand Kaymer a remporté l’US Open. McIlroy a carrément remporté deux majeurs, le British et l’US PGA pour finalement deux victoires sur sol américain, et trois victoires sur quatre majeurs disputés en 2014.

Motif de soulagement et presque d’espoir pour l’expérimenté Tom Watson, Hunter Mahan, un des prétendants à une Wild-card, vient tout juste de remporter le Barclays, et se placer comme un des golfeurs à la main chaude du moment.

D’autant que Mahan a le mérite d’avoir été champion du monde de match-play dans un passé très récent, un autre atout qui en fait un sérieux candidat pour la deuxième wild-card.

Expérience ou forme du moment : le dilemme de Watson

Pour le dernier strapontin pour Gleneagles, autant dire que Moore, Todd, Simpson et Snedeker devront tout donner ce week-end.

Logiquement, le texan Brandt Snedeker devrait faire office de favori.

Le vainqueur de la Fedex Cup 2012 ne s’est pourtant toujours pas complètement remis en selle d’une blessure aux côtes intervenue au plus fort de sa belle période sur le PGA Tour, en février 2013.

Monté jusqu’au 5ème rang mondial, Snedeker peine depuis à se mêler aux dernières parties du dimanche.

Toujours concernant l’équipe américaine, les neufs qualifiés automatiques, Bubba Watson, Rickie Fowler, Jim Furyk, Jimmy Walker, Phil Mickelson, Matt Kuchar, Jordan Spieth, Patrick Reed et Zach Johnson auront à s’imposer comme les patrons pour faire oublier les absents, et épauler les wild-cards.

Si d’un point de vue du classement, Ryan Moore et Brendan Todd devraient être des choix logiques, il me semble que Watson ferait une erreur d’emmener deux rookies de plus en Ecosse, alors que Snedeker ou Simpson ont déjà de l’expérience à ce niveau de compétition.

Or l’expérience n’est pas un petit facteur en Ryder Cup !

Bien entendu, Brendan Todd ne partage pas ce point de vue. « Je pense qu’il va sélectionner des joueurs qui sont en formes, et qui l’ont prouvé tout au long de la saison. »

Et Todd a effectivement remporté un gros tournoi cette année (le Byron Nelson) et enregistré six top-10 en complément.

Selon ce golfeur, si Watson peut avoir expérience et forme du moment, c’est bien sûr l’idéal, mais à choisir, autant prendre celui qui joue bien.

Les atouts européens sont les plus importants !

Concernant les européens, le seul fait que Garcia et Rose se mettent en retrait à un mois de la Ryder Cup n’est pas mon seul argument pour en faire les favoris de la Ryder Cup 2012 !

Comme décrit plus haut, il y a d’abord, McIlroy de nouveau boss du golf mondial, enfin redevenu irrésistible sur un parcours de golf.

Que dire de Martin Kaymer, dominateur au printemps, double vainqueur du Players et de l’US Open ?

Et enfin, cocorico, Victor Dubuisson ne va pas aller en Ecosse pour faire de la figuration !

Le français semble même être un des atouts majeurs de l’équipe depuis sa place de finaliste aux championnats du monde de match-play à Marana en février dernier, où il a seulement cédé contre l’australien Jason Day.

Avec son instinct et son jeu imprévisible pour ses adversaires, Dubuisson sera sans doute l’attraction, et même un facteur clé pour le succès de l’équipe européenne.

Enfin, Stenson, Rose, Garcia, McDowell et Donaldson sont de très gros clients en match-play tout en étant parmi les meilleurs joueurs du monde.

A ses noms, le capitaine européen, Paul McGinley devrait sans doute y associer celui de Ian Poulter, et vous obtenez l'une des meilleures équipes de Ryder Cup possible.

En 2012, j'avais désigné les USA comme favoris au vue de la saison éblouissante réalisée par les joueurs du capitaine Davis Love III, souhaitons pour l'Europe et Dubuisson, que cette fois, mon pronostic s'avère juste...

ps :Comment prédire que lors de la dernière journée, l'Europe allait remonter un retard abyssal, et remporter tous ses matchs ? Admettez que j'avais des circonstances atténuantes...

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.