Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Circuits PRO de golf

Ryder Cup 2014: McGinley nouveau capitaine européen

Paul McGinley, premier Irlandais nommé capitaine en Ryder Cup

Après un long suspense, l’Europe vient de nommer Paul McGinley à la tête de l’équipe européenne de Ryder Cup pour les deux années à venir, et le rendez-vous contre les Etats-Unis, prévu du 26 au 28 septembre 2014 à Gleneagles, en Ecosse.

Il s’agit d’un choix logique et qui ne souffre aucune contestation !

Darren Clarke, héros de la Ryder Cup 2006, un temps pressenti, se réserve pour l’édition 2016 qui aura lieu aux Etats-Unis, où sa côte de popularité outre-Atlantique pourra être utile, d’autant qu’en 2014, il s’agira peut-être d’une de ses dernières chances de tenter la qualification dans l’équipe en tant que joueur.

Enfin, la candidature de Colin Montgomerie, légitimé par le déroulement de la Ryder Cup 2014 chez lui en Ecosse, et par le souci d’opposer un capitaine expérimenté face au retour de Tom Watson, côté américain, s’est heurté à une double difficulté : celle pour le joueur, déjà vainqueur en tant que capitaine de Ryder Cup de risquer une défaite, et d’autre part, la prise en compte du facteur stress et fatigue représenté par les deux années à venir, où il faut mettre sa vie de golfeur entre parenthèses.

Montgomerie aura sans doute écouté les propos de bon sens du dernier capitaine européen, José Maria Olazbal, qui déclarait qu’il ne trouvait pas approprié le retour de Montgomerie pour deux raisons : la première, c’est que lui-même n’entend plus jamais le refaire tant c’est usant mentalement, et d’autre part, il faut savoir laisser la place aux plus jeunes.

Le choix de Montgomerie aurait probablement fermé définitivement la porte McGinley, qui pourtant présente toutes les qualités pour enfiler le costume de capitaine européen.

Deux fois vice-capitaines sous Olazabal et Montgomerie, et membre victorieux de l’équipe européenne à trois reprises, l’irlandais, né Dublin en 1966, est un passionné de cette épreuve, et c’est non sans émotion, qu’il a accueilli sa nomination annoncée par le comité européen en marge du tournoi d’Abu Dhabi.

McGinley restera dans l’histoire de la Ryder Cup, comme l’homme qui a rentré le putt de la victoire sur le parcours du Belfry en 2002, pour l’une des plus belles victoires européennes dans cette compétition, et probablement un des tournant dans l’histoire de la rivalité Europe/Etats-Unis.

Premier Irlandais à prendre les commandes de l’équipe européenne de Ryder Cup, McGinley a l’expérience nécessaire, et l’aura suffisante auprès des jeunes joueurs, pour conserver le trophée déjà remporté en 2010 et 2012 par les européens.

En plus de son expérience irremplaçable en Ryder Cup, Paul McGinley a aussi été le capitaine victorieux du Vivendi Seve Trophy 2009 et 2011 aux couleurs de l’équipe Britannique et Irlandaise.

Pour Richard Harris, patron du comité Ryder Cup, le choix de Paul McGinley s’est imposé comme une évidence, par rapport à sa compréhension unique, de ce qu’il faut faire pour être un capitaine victorieux.

Le petit Paul McGinley contre l'ogre Tom Watson ?

Et il aura fort à faire avec la future équipe américaine, emmené par le vétéran Tom Watson, déjà capitaine par le passé, et rappelé par les américains pour tenter de mettre fin à une incroyable série de défaites.

La presse US présente déjà le match McGinley/Watson comme une sorte de remake de David contre Goliath, tant il place haut leurs espoirs dans leur légende vivante du golf.

Tom Watson a déjà été membre à quatre reprises de l’équipe US entre 1977 et 1989, et capitaine en 1993 contre Bernard Gallacher pour une victoire américaine au Belfry (Angleterre).

A l’époque, le choix de sélectionner Raymond Floyd, golfeur de 51 ans, et alors le joueur le plus âgé à jouer en Ryder Cup, s’était avéré un coup de poker décisif de la part de Tom Watson, avec notamment une victoire contre Olazabal.

Les européens sont prévenus, Tom Watson peut créer la sensation à Gleneagles ! Pourtant, justement le statut d'outsider réussit souvent très bien aux européens...

Des francophones membres de la prochaine équipe de Ryder Cup 2014 ?

A commencer par le golfeur belge Nicolas Colsaerts, qui a été l’une des révélations de la dernière édition disputée à Medinah, près de Chicago, et qui a toutes les chances de faire encore partie de l’équipe de McGinley en 2014, si il parvient à maintenir son jeu de golf actuel.

Côté français, les deux années à venir vont être déterminantes pour briguer une des douze places disponibles pour faire partie de l’équipe, en prévision de la Ryder Cup 2018, qui elle, sera disputée à Paris, où alors l’absence de tout golfeur français pourrait faire tâche.

Depuis Thomas Levet en 2004, aucun autre golfeur français n’est parvenu à se qualifier pour la plus prestigieuse des compétitions de golf par équipes.

Dubuisson, Wattel, Quesne symbolisent la « nouvelle vague », sans toutefois être encore tout à fait prêt de se qualifier parmi les 12 meilleurs golfeurs du continent européen.

Ils ne leur restent plus que deux éditions (2014 et 2016) pour se préparer au plus grand évènement golfique jamais accueilli par la France.

Plus expérimenté à l’heure actuelle, Levet, Jacquelin, Bourdy, et Havret ont peut-être encore moins de temps pour se hisser au plus haut niveau.

A suivre…

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.