Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un contenu unique, utile, et passionnant! Pour le 1er abonnement 12 mois! 1 boîte de 12 balles Srixon Z-Star ou Z-Star XV au choix offertes et envoyées chez vous!

Vinaora Nivo Slider

Secrets de Richard: Comment gagner des coups sur les par-5

Secrets de Richard: Comment gagner des coups sur les par-5

Sur un par-3, la place de la stratégie dans le jeu de golf est assez limitée. Sur un par-4, elle est souvent imposée ! En revanche, sur un par-5, vous avez de véritables options stratégiques qui peuvent s’ouvrir devant vous, les bonnes et les moins bonnes. Richard Hurvitz vous dévoile sa méthode infaillible pour gagner 2 à 3 coups par parties sur les par-5.

Découvrez nos formules d'abonnements

La relation entre score bas sur les par-5 et score bas sur la carte de score totale

L’australien Adam Scott est l’un des meilleurs golfeurs du monde pour le nombre de birdie réalisé sur les par-5.

Sa moyenne de score est en 2017 de 4,67 coups sur ces trous, alors que dans 45% des cas, il réussit à rentrer son putt pour birdie ou mieux, quel que soit le tournoi du PGA Tour disputé.

L’actuel numéro 8 mondial est connu pour la qualité de son driving et de son jeu du tee au green.

Il ne tape pas seulement des bons coups de golf, c’est aussi un fin stratège qui fait le plus souvent possible les bons choix de clubs et de coups à jouer.

Sur 120 trous comptabilisés en 2017, cela représente 54 birdies ou mieux. Ce qui pèse lourd dans son total birdie qui est pour l’instant de 143 pour 612 trous joués, et donc sa moyenne de score global de seulement 70,04 (15eme meilleur total en cours).

Cette statistique n’est pas anodine, car elle n’est pas loin de justifier l’actuel numéro un mondial de golf.

Nous avons déjà détaillé les qualités du jeu de Dustin Johnson, mais dans le détail, on s’aperçoit qu’il domine aussi cette catégorie statistique.

En 2017, il est le golfeur qui rentre le plus de birdies sur les par-5 avec une moyenne de score de 4,47 ex-aequo avec le Japonais Hideki Matsuyama.

En 2016, il était déjà quatrième de ce classement avec une moyenne de 4,54, seulement devancé de peu par Bubba Watson, Jason Day et Rory McIlroy, ce dernier à 4,46.

On comprend bien qu’il y a un lien évident entre le classement mondial, la carte de score, et le nombre de birdies ou mieux sur les par-5.

Dans le cas de Dustin Johnson ou celui d’Adam Scott, on n’imagine sans peine que drive-bois 3 est la stratégie la plus fréquente pour jouer des par-5 d’une longueur de près de 550 yards (environ 500 mètres).

A Augusta cette année, la distance moyenne des par-5 oscillait entre 510 et 575 yards (environ 460 à 520 mètres).

DJ est classé 5eme pour la précision des approches autour de 100 mètres. Il pose sa balle à environ 5 mètres du drapeau depuis cette distance.

Au golf, on dit souvent « joue ton coup en prévision du coup suivant » C’est souvent plus facile à dire qu’à faire !

Pourtant, c’est tellement vrai !

Pour Richard, dans pratiquement 100% des cas, vous essayez de copier les pros, et tapez driver-bois 3 pour être le plus près possible du green au moment du troisième coup.

En réalité, chez les pros, c’est plus subtil ! Le but du jeu n’est pas de se rapprocher au plus près du green sauf quand il y a possibilité de prendre le green en deux.

Dans un de ses précédents articles, il vous a démontré comment étalonner les wedges 52, 56 et 60.

Retrouvez ci-après la suite de son raisonnement appliqué au par-5

Je vous avais parlé de rotation mi-chemin à la hanche droite, ou rotation jusqu’à l’épaule droite, soit au moins deux amplitudes différentes pour chacun des trois wedges, soit six possibilités de distances différentes.

Pour ma part, mon coup préféré, celui que je réussis le plus souvent, c’est le wedge 56 degrés tapé à mi-chemin. Avec ce coup, pour moi, c’est pratiquement tout le temps 70 mètres !

Si j’augmente l’amplitude à l’épaule droite avec mon wedge 52 degrés plié à 51 degrés, je lance ma balle à 86-87 mètres.

Si vous me donnez une dizaine de balles et que je répète la même amplitude… à chaque fois, je vais poser ma balle dans la même zone à plus ou moins un mètre. Boom Boom Boom !

Le tout sans forcer, sans trop accélérer…

Si je prends toujours mon « 51 degrés », mais je limite ma rotation à hanche droite-hanche gauche, je lance 10 mètres moins loin, soit environ 75 mètres.

La balle part moins haute, et roule un peu plus.

Je vous recommande de vous entraîner pour trouver vos distances avec chaque club, et chaque amplitude.

A partir de là, je vous invite à faire un peu de mathématique, et calculer votre deuxième coup sur les par-5, en fonction de votre approche préférée. Celle où vous êtes le plus consistant.

Si votre approche la plus efficace est à 75 mètres, choisissez un deuxième coup sur un par-5 qui vous laisse 75 mètres sur le troisième coup.

Certains golfeurs sont moins à l’aise à 50 mètres. Pourquoi aller se mettre à 50 mètres, si vous êtes moins efficace, et à partir du moment où vous n’avez pas la distance pour toucher le green en deux.

D’autre part, le deuxième coup plus long pour être à seulement 50 mètres est peut-être un coup plus délicat à réaliser, et avec plus de chances de disperser et quitter le fairway.

Une approche depuis le fairway ou depuis le rough, ce n’est pas du tout le même coup à jouer.

A 70 mètres depuis le fairway, Dustin place sa balle en moyenne à 3 mètres du drapeau (statistiques PGA TOUR 2017).

Depuis la même distance mais du rough, le numéro un mondial place sa balle environ à 8 mètres de moyenne du drapeau !

Ce n’est pas du tout le même résultat à la sortie du trou ! Si c’est valable pour lui… c’est encore pire pour vous !

La bonne distance pour donner du spin à la balle

Je vais vous donner un autre secret de Richard très important. En fait, ce n’est pas un secret mais généralement très peu d’amateurs le savent.

A moins de 30 mètres du green, personne ne met assez de spin pour arrêter la balle rapidement sur le green ou en tout cas pour faire « un rebond et s’arrête » !

C’est très rare ! Même chez les pros, et pourtant tout le monde tente ce genre de coups.

Croyez-moi, à moins de 30 mètres, la balle va rouler un peu.

A 50 mètres, vous pouvez encore taper un coup de wedge qui va faire que la balle va produire un rebond et va s’arrêter.

Attention, elle ne recule pas ! Elle s’arrête !

Tout le monde me demande pourtant « Richard ! Comment tu fais pour que la balle recule sur le green ? »

Je réponds humblement que je ne sais pas faire reculer la balle ! En réalité, moi, je veux que la balle prenne un rebond et qu’elle s’arrête.

Je peux contrôler la balle en l’air. Je ne peux pas contrôler comment la balle va rouler.

Quand vous regardez les pros à la télévision qui tapent des coups 8 mètres après le drapeau, et que cette dernière recule pour revenir à hauteur du drapeau. Oui, vous pouvez être impressionné pour cela.

Cependant, les pros n’aiment pas cela ! Tout simplement parce qu’ils ne peuvent pas contrôler de combien la balle va reculer, en fonction de la vitesse du green.

Si vous jouez avec moi, vous verrez qu’à partir de 50 mètres, mes balles font toutes un rebond et puis elles s’arrêtent. Elles reculent peut-être de 20 centimètres, mais pas de 8 mètres ! On ne veut pas ça !

Je répète : Je peux contrôler la distance en l’air. Je ne peux pas contrôler ce qui va se passer au roulement, et surtout définir de combien elle va reculer : Vous non plus, et Sergio Garcia non plus !

Combien de fois avez-vous un pro taper une balle 3 mètres après le drapeau, et puis finalement, la balle descend et sort du green de plus de 10 mètres ?

Vous croyez que les pros veulent ça ? Non, Non, Non…Ils veulent que la balle s’arrête le plus vite possible.

Avec tous les nouveaux wedges, la législation sur les rainures permet beaucoup plus de spin qu’auparavant.

La plupart des pros changent leurs wedges toutes les 2 à 3 semaines. C’est bien pour une raison !

Par exemple, Padraig Harrington change ses wedges chaque semaine. Bien entendu, vous ne pouvez pas faire cela.

Je ne connais pas vos distances, mais si vous prenez un wedge 52 degrés et vous tapez un demi coup (hanche droite-hanche gauche), promis, la balle va prendre assez de spin pour faire un rebond et s’arrêter.

C’est la même chose pour chaque wedge.

Il vous suffit de prendre une surface plane et d’aller étalonner vos wedges pour connaître vos distances.

Pourquoi je vous incite à jouer à hauteur de hanche droite et hanche gauche ? Parce qu’à partir de cette amplitude, vous êtes certain que votre bras gauche sera tendu au backswing, et que vos poignets seront armés à 90 degrés.

Si vous contrôlez votre geste. A savoir que vous ne laissez pas le club filer dans le dos à la fin du geste, mais que vous arrêtez sa course à hauteur de votre hanche gauche, vos balles vont toujours aller à la même distance avec un rebond, et elles s’arrêteront immédiatement.

J’en reviens à l’exemple du par-5. Si vous êtes à 50 mètres du green, et le drapeau à 20 mètres. Si vous voulez poser la balle à 65 mètres, vous devez automatiquement connaître le club et le coup à jouer.

Ainsi, vous allez gagner au moins deux à trois coups sur les par-5 sur une partie de 18 trous.

Dernière précision, des trois fois deux possibilités que j’ai avec mes wedges, j’enlève le plein coup avec le 56 et le 60. Les wedges sont fait pour la précision, pas pour taper des coups le plus loin possible.

Je vous invite relire mon article glisser-coller-tourner…

La seule fois où j’ai besoin de taper un plein coup avec un wedge, c’est quand j’ai un obstacle devant moi en hauteur qui nécessite que je fasse monter la balle très vite et très haute.

Bonus : A chaque fois que je tape un wedge, je nettoie la face du club. Je vous invite à mouiller la moitié de votre serviette, et de garder l’autre moitié sec.

Avant de taper un coup, je nettoie toujours la face du club, et même je prends un tee pour racler les rainures et enlever les éventuels débris.

Autrement, vous ne donnerez pas le même spin à chaque coup.

Restez informé

Recevez notre newsletter