Plus de 4000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un contenu unique, utile, et passionnant! Pour l'abonnement 12 mois! 1 boîte de 12 balles Srixon AD 333 Tour offertes et envoyées chez vous!

Vinaora Nivo Slider

Secrets de Richard : Donner des effets à la balle sans trafiquer le club

Secrets de Richard : Donner des effets à la balle sans trafiquer le club

La plupart des secrets de Richard, des astuces conseils que le coach Richard Hurvitz a accepté de partager avec nous, ont été expérimentés pendant des années pour son propre jeu ou celui de ses élèves. Une grande partie est directement inspirée de son expérience auprès des meilleurs golfeurs avec lesquels il a pu jouer sur le tour aux Etats-Unis, dont Doug Ford Jr, Johnny Miller, Larry Mize ou encore Greg Norman. Pour donner des effets droite-gauche ou gauche droite à la balle, Richard présente un secret qui se veut parfaitement simple à retenir, pas cérébral ou difficilement accessible, et surtout « consommable » par tous les golfeurs amateurs rapidement.

Découvrez nos formules d'abonnements

La philosophie de Richard Hurvitz

A force de côtoyer Richard, de l’interviewer et de reprendre ses paroles pour la préparation de ses articles, je commence à me faire ma propre philosophie sur son fonctionnement, et surtout son approche du jeu de golf.

Une des raisons qui milite pour qu’il y ait plusieurs intervenants techniques sur jeudegolf.org est au moins le fait que chaque pro ou enseignant a une histoire unique, fruit de son expérience, de son jeu, et de ses croyances.

Sur les questions techniques au golf, un sport qui peut être complexe à dominer, il faut pouvoir « parler à tout le monde ».

Chaque golfeur est bien entendu différent. Toutefois, nous appartenons tous à des grandes catégories : les compétiteurs, les golfeurs loisirs, les techniciens, les cogneurs, etc…

Pour citer Jean Garaialde, ce dernier dirait à propos du swing de golf et en direction des amateurs « Ne pensez pas trop. Jouez ! »

Richard est sans aucun doute dans cette philosophie avec cette tendance personnelle à chercher des « trucs » pour s’améliorer la vie… le score sur le parcours.

A 73 ans, c’est une véritable encyclopédie sur l’histoire du golf, des grands joueurs et des techniques de ces grands joueurs.

Le conseil qu’il va vous révéler ci-après n’a pas la prétention d’être d’une technicité révolutionnaire.

Cet article s’adresse donc à des golfeurs qui ne veulent pas s’embarrasser de trop de technique, et qui veulent de la simplicité, ne pas trafiquer les mains ou le club pour faire du draw ou du fade, certains des coups les plus compliqués à réaliser, surtout quand on veut les produire volontairement !

La parole est à Richard…

La parole est à Richard…

Comment donner de l’effet gauche-droite à la balle

Je vais donc vous montrer comment donner des effets gauche-droite ou droite-gauche à la balle sans beaucoup « trafiquer ».

En fait, tout tient dans la position à l’adresse au début, bien avant de démarrer le geste, et sans même penser à changer quelque chose dans le swing.

Plus précisément, pour moi, cela dépend de comment j’arrive au-dessus de la balle. Je veux bien dire comment je marche pour arriver jusqu’à ma balle. Cela se joue dès ce moment, et donc bien avant d’être déjà debout à l’adresse et immobile devant la balle.

La première chose que je fais, consiste toujours à me mettre derrière la balle, quelques mètres derrière et face au point où je veux aller.

Pour faire une balle gauche-droite, tout le monde sait ou quasiment tout le monde qu’il faut avoir les épaules et les hanches ouvertes avec la ligne de jeu, soit le point visé.

C’est justement cette organisation qui vous fait « couper » la balle naturellement à l’impact, sans même essayer de le faire volontairement.

La première chose que je fais, consiste toujours à me mettre derrière la balle, quelques mètres derrière et face au point où je veux aller.

C’est cela qui est très important ! J’arrive à ma balle depuis l’arrière.

Je suis à droite de la balle quand je pose mon club. J’écarte mes pieds pour prendre mon stance, et je suis naturellement ouvert par rapport à la trajectoire.

Je suis à droite de la balle quand je pose mon club. J’écarte mes pieds pour prendre mon stance, et je suis naturellement ouvert par rapport à la trajectoire.

Je n’ai plus qu’à taper mon coup comme d’habitude. Ma balle tourne gauche-droite.

Comment donner de l’effet droite-gauche à la balle

A la différence du coup précédent, ce qui change, c’est encore ma façon d’arriver sur ma balle.

Au lieu de venir de derrière, je viens du côté pour aller en face de ma balle. Comme je suis droitier, cela suppose que je vienne du côté gauche vers la balle, et inversement, si j’avais été gaucher.

Comme je suis droitier, cela suppose que je vienne du côté gauche vers la balle, et inversement, si j’avais été gaucher.

Je vise ma cible, et en fait, je suis assez naturellement orienté avec mes épaules et mes hanches en direction de la droite du fairway, ce qui revient à dire « fermé ».

Comme pour le coup précédent, je fais mon geste sans penser à rien d’autre. La balle part à droite pour revenir à gauche.

En fait, c’est automatique ! Quand vous avez le corps « ouvert » par rapport à la cible, vous pouvez couper la balle naturellement, alors que le corps « fermé », vous enroulez la balle avec votre geste normal.

Quand vous avez le corps « ouvert » par rapport à la cible, vous pouvez couper la balle naturellement, alors que le corps « fermé », vous enroulez la balle avec votre geste normal.

Bonus : Un autre petit secret de Richard pour le driver

Si les conseils précédents fonctionnent avec tous les clubs, ce conseil que je m’apprête à vous donner, ne fonctionne que pour le driver !

Il s’agit toujours de donner un effet à la balle.

Si vous placez le tee très bas, c’est gauche-droite automatique !

Il faut seulement un petit peu d’entraînement pour calibrer sa visée.

Si vous placez le tee très bas, c’est gauche-droite automatique !

J’ai appris ce conseil avec Doug Ford Jr, un golfeur américain qui a remporté le Masters en 1957, et l’US PGA Championship en 1955. Doug a remporté 19 tournois sur le PGA Tour entre 1952 et 1963. C’était un modèle pour moi.

Nous étions dans la même partie pendant l’Open de New York.

Tous les deux, nous étions très loin de la tête…, et même dans la première partie, à savoir les deux derniers de la compétition.

Pendant cette partie, il m’a montré beaucoup de choses dont je me souviens encore, et notamment ce conseil pour faire automatiquement une balle gauche-droite sans trafiquer le geste.


Restez informé

Recevez notre newsletter

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir