Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Pros, Enseignants et Coachs de golf

Secrets de Richard: Ne balancez plus vos balles à gauche !

Secrets de Richard: Ne balancez plus vos balles à gauche !

La problématique la plus fréquemment rencontrée par les golfeurs qui luttent avec le score est très certainement le contrôle des trajectoires. Au risque de choquer, créer de la distance est moins ardue que de résoudre les différents problèmes qui peuvent engendrer une perte de contrôle sur la trajectoire de la balle. Les golfeurs parlent souvent de slice, mais un autre problème est tout autant gênant : les balles à gauche en pull hook ou en push hook. Et parfois sans l’œil avisé d’un pro de golf bienveillant, il est difficile de détecter tout seul ce qui peut en être la cause !

Découvrez nos formules d'abonnements

Sur jeudegolf.org, nous n’avons jamais prétendu remplacer une leçon individuelle avec un coach de golf bienveillant.

En revanche, nous souhaitons nous faire le relais de coachs tels que Richard Hurvitz qui ont une expérience extraordinaire à partager avec les golfeurs, et les golfeuses.

Dans cet article, Richard nous a livré de précieux conseils pour lutter contre des balles qui partent systématiquement à gauche.

Précieux car abordable par tout un chacun (à condition d’être concerné par le problème des balles à gauche), et simple de sorte que l’on pourrait faussement croire que c’est anodin.

Sur Internet, vous avez beaucoup de faiseurs de miracles, mais bien souvent, la difficulté pour un golfeur, ce n’est pas le problème, c’est déjà le diagnostic !

Pourquoi envoie-t-on sa balle à gauche ? Il peut exister des myriades de raisons.

Premièrement, vous n’avez pas nécessairement besoin d’un trackman ou d’un capteur swing motion pour faire le premier constat.

Comme le dit notre consultant, le premier juge de paix de la qualité d’une frappe de balle, est la trajectoire de la balle en elle-même.

Trop haute, trop basse, trop à droite, slice, push slice, ou ce qui nous intéresse le pull hook et le push hook. La balle vous indique immédiatement ce que vous avez mis en place pour produire telle ou telle trajectoire.

Dans le cas du pull hook, il s’agit d’une face de club swingué sur un chemin extérieur vers l’intérieur pour que la balle démarre à gauche et termine loin à gauche.

Dans le cas du push hook, il s’agit d’une face de club orienté à gauche de la cible avec un chemin intérieur-extérieur. La balle démarre à droite et courbe vers la gauche.

Maintenant que nous avons les définitions, et dans ce cas, nous passons volontairement sous silence le pull, et le pull slice, vous n’êtes pas nécessairement plus avancé sur comment résoudre le problème ?

La théorie c’est bien mais concrètement qu’est-ce qui fait qu’un golfeur réalise par exemple systématiquement un push hook ?

Pour Richard Hurvitz, deux raisons parmi d’autres peuvent être invoqués : un main droite trop forte pour un droitier, ou une hanche droite pas assez dynamique toujours pour un droitier.

Le coach américain a trois solutions pour contrer ce phénomène.

La première consiste à s’approprier le grip de Jim Furyk typiquement concerné par le problème de la main droite trop forte.

La seconde consiste à coordonner avant le release le coude droit avec la hanche droite. Cette astuce est celle que Johnny Miller a inculqué à Richard.

Et la troisième est une adaptation de Richard, un de ses petits secrets, et consiste à passer la hanche droite au-dessus de la balle après l’impact.

La première solution présente un intérêt selon le coach en dehors de neutraliser une main droite trop active : Vous n’avez besoin de penser à rien !

C’est donc une solution qui est assez peu coûteuse en énergie mentale.

En revanche, les deux autres solutions suivantes demandent de la concentration.

Nous avons testé les trois solutions.

Pour vous livrer un premier avis, la solution du grip de Furyk est la plus séduisante au premier abord, car elle est très évidente.

La solution de Johnny Miller est la plus difficile à appliquer à court-terme car il s’agit de travailler sur la coordination haut-bas du corps, bras-hanche.

Et enfin, le secret de Richard est notre préférée, car même si elle demande de penser à quelque chose « amener la hanche droite au-dessus de la balle », non seulement comme les autres, cela marche, et immédiatement, mais c’est en fait la plus facile à appréhender et à répéter.

La solution du grip de Furyk est intéressante, notamment quand vous êtes en « crise de balles à gauche ». Elle peut même servir d’échauffement.

Richard va vous présenter ce grip spécifique, mais avant cela, à l’usage, nous considérons qu’elle présente un avantage, et un inconvénient.

Avantage, les mains sont immédiatement et sans réfléchir neutralisées.

Inconvénient, à force de répéter des swings, il y a un petit caractère inconfortable.

Dernière précaution d’usage : Cet article s’intitule « ne balancez plus vos balles à gauche », ce qui ne veut pas dire que les astuces de Richard présentées ici envoient systématiquement les balles dans l’axe.

Ici, on résout un problème, pas tous !

Quand nous avons testé ces techniques, nous avons constaté que nous n’envoyons plus aucune balle à gauche, mais l’honnêteté nous oblige de dire que la nouveauté de ces techniques pour les « cobayes » a induit quelques ratés à droite, et globalement des frappes à 4/5 mètres à droite de la cible.

Par rapport à des frappes envoyés à 10/15 mètres à gauche, vous conviendrez qu’il y a déjà un grand bénéfice.

Alors dans le détail, qu’est-ce que le grip Furyk ?

Le grip Furyk

Cela consiste à ne pas croiser les doigts sur le manche avec un seul doigt comme dans 95% des cas, mais avec deux doigts !

Ainsi, vous neutralisez une main droite trop forte pour un droitier, et vous appliquez le principe défendu par le coach tout au long de sa vie d’enseignant : main gauche, bras gauche, hanche gauche pour diriger le mouvement.

Franchement, le fait de croiser deux doigts sur le manche n’a rien de naturel.

Sur le grip, ce n’est pas inconfortable, par contre, quand vous devez déclencher le mouvement, cela change votre perception du déplacement du club dans l’espace.


Dans cette organisation, impossible d’envoyer la balle à gauche sauf à commettre une autre faute indésirable, mais disons que le pire que vous risquez, c’est un topon à droite.

Comme indiqué plus haut, cet exercice nous paraît une bonne « mise en jambes ».

Qu’est-ce que l’astuce Johnny Miller ?

Pour la star des chroniqueurs de golf aux USA, ex-grand joueur de golf, vainqueur de majeur, des push hook peuvent et doivent être combattus par une coordination coude droit-hanche droite qui avancent de concerts juste avant le release.

Coordination coude-hanche droite

Ce faisant, les bras ne peuvent pas tourner avant les hanches et donc créer les conditions d’une balle à gauche.

En théorie, c’est simple…Dans la pratique, ce n’est pas aussi évident, surtout quand votre maladie chronique, c’est justement de faire passer les bras avant les hanches.

Qu’est-ce que le secret de Richard ?

Comme évoqué plus haut, il s’agit tout simplement de swinguer en ayant à l’esprit « d’envoyer » la hanche droite au-dessus de la position de la balle dans le stance de départ, et même de la dépasser comme Richard le démontre dans sa vidéo.

Non seulement, cela marche immédiatement, mais en plus, ce n’est pas tant consommateur de concentration, et moins inconfortable que le grip Furyk.

De plus, c’est tout de même une astuce qui vous permet d’être le plus prêt de la vérité d’un bon swing de golf.


Au bout de quelques frappes, vous sentez que cela tire dans les muscles au-dessus de la hanche droite…C’est sans doute plus flagrant pour un golfeur qui justement n’a pas eu l’habitude de faire travailler sa hanche droite suffisamment par le passé !

Mais quel plaisir de limiter, et même annuler les effets indésirables d’un push hook qui dans les meilleurs des cas donnaient une impression de draw, et dans les pires, une balle hors limite à gauche !

En conclusion, il ne faut pas retenir que la solution, mais surtout la justesse du diagnostic pour aller à la bonne solution.

Des balles à gauche ? Auriez-vous pensé spontanément que c’était le résultat d’une hanche droite trop peu active ? Il y avait plein d’autres explications possibles.

Faire le bon diagnostic est donc aussi important que la correction.

A vous de tester, et de vous faire votre propre expérience sur ces trois méthodes…

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.