Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Secrets de Richard: Mon coup roulé qui marche à tous les coups

Secrets de Richard: Mon coup roulé qui marche à tous les coups

A 73 ans, Richard Hurvitz a une très longue expérience du jeu de golf. Il a non seulement joué avec les meilleurs golfeurs de sa génération (Johnny Miller, Tom Kite, Greg Norman...), appris d’eux, mais aussi transmis à bon nombre d’amateurs. Il a aussi et surtout cherché et développé des astuces pour mieux jouer, et parfois pris des options non-conventionnelles. Dans ce nouveau document exclusif, il nous dévoile le secret de son coup roulé. Pourquoi il est plus facile, et plus efficace autour du green…

Découvrez nos formules d'abonnements

Richard Hurvitz, pro au golf de Salvagny a disputé plusieurs fois le British Open, et joué sur le circuit professionnel américain. Au cours de sa carrière, comme beaucoup de golfeurs, il a connu des journées avec, et des journées sans.

Ce qui l’a particulièrement intéressé, c’était justement de trouver des parades pour néanmoins jouer dans le par dans ces fameuses journées sans.

Dans cet objectif, il a développé toute une série d’astuces et de techniques qui pour le coup, peuvent être particulièrement intéressantes pour des amateurs. Surtout ceux qui galèrent pour reproduire un swing parfait ou un swing digne des meilleurs joueurs, et souvent les plus athlétiques.

Mon coup roulé : Mon arme secrète pour rentrer très souvent à un ou deux mètres du green

Ici, il s’agit d’un coup que j’ai inventé 40 ans en arrière : Mon fameux coup roulé !

Avant, je faisais le coup roulé comme Monsieur et Madame Tout le monde…Je mettais la balle à droite du stance, les mains à gauche (devant), je ne bougeais pas la tête, et puis je faisais mon geste.

Bien entendu, la balle avançait, mais je considérais que ce n’était jamais vraiment assez précis.

Et comme je suis plus ou moins intelligent, je me dis mais « Richard ! Qu’est-ce que le coup le plus précis au golf ? »

Evidemment, c’est le putting !

Est-ce que j’ai besoin de puissance dans cette situation de jeu ? Non !

C’est là que m’est venu l’idée d’inventer un coup qui correspondait à la fois à mon besoin de précision, de facilité, et sans chercher spécifiquement la puissance.

En somme, je fais le coup roulé exactement comme je fais le putt !

Donc, avant, je faisais comme tous les pros enseignent : Le poids à gauche, les mains à gauche, la balle à droite, et je faisais le coup roulé.

Au contraire, j’ai décidé de prendre ma position de putting. J’ai raccourci ma prise sur le grip avec mon shaft centré au milieu des pieds, pratiquement au niveau de mon sternum.

Je tenais mon grip exactement comme si je devais putter, pouvant balancer mon club de droite à gauche exactement comme un putt.

Surtout rien ne bougeait alors qu’à l’inverse, avec l’autre geste, il fallait que le corps tourne pour déplacer le club.

Avec mon nouveau style de coup roulé inspiré du putting, je peux vous certifier que la balle partait toujours tout droit.

La seule chose qui comptait et qui faisait la différence : c’était le dosage !

Comment je réalise ce coup, et comment vous allez pouvoir en faire de même

Pour réaliser ce coup, je choisis mon club préféré, à savoir le fer 8.

Après des années d’entraînements et d’expérimentations, j’ai trouvé que mon fer 8 me donne les mêmes sensations de dosages que mon putter.

Cela ne m’a pas empêché de faire ce geste avec le 5,6,7,8 et même le sandwedge.

Sans oublier le rescue dans les situations spéciales !

Alors concrètement, pour réaliser ce coup, je me mets derrière la balle pour visualiser ma ligne, un peu comme si je devais putter.

Si je rentre le coup, je suis content, mais je ne suis pas surpris, car finalement, je le rentre très souvent !

Cela se passe de la manière suivante : Je vise. Je prends mon point de repère. Je me penche. J’ai la balle 4 à 5 centimètres intérieure du talon gauche, et je putte !

Je peux recommencer la même procédure avec mon hybride ! Je passe derrière la balle. Je prends mon alignement. Je pose le club, cependant mon grip est plus raccourci par rapport au fer 8, car le club est plus long.

D’ailleurs, comme le club est plus long. Ma balle est légèrement plus à gauche…

Finalement, je vise, je regarde, et je…putte.

Quel que soit mon club, ma balle sort toujours tout droit !

Avec l’ancienne façon, celle qui est plus traditionnelle, la balle peut aller à gauche, à droite, n’importe où, et c’est difficile à doser.

Donc, avec ma méthode, la balle part toujours tout droit. La difficulté, c’est le dosage.

Plus la face du club est ouverte, et plus, ce coup est difficile à faire car cela oblige à ce que les poignets restent fermes.

Si je prends le sandwedge parce que j’ai une distance relativement importante entre ma balle et le green, et que je veux absolument faire tomber la balle sur le green avant qu’elle ne roule, surtout parce que dans le cas inverse, vous ne pouvez pas réellement contrôler le rebond.

La seule différence avec mon club préféré, le fer 8, c’est que la balle est 7 à 8 centimètres à l’intérieur du talon gauche.

Si le drapeau est près du bord de green. Le problème avec mon fer 8, c’est que la balle va rouler trop loin !

Avec mon sandwedge, la seule différence, la balle est moins à gauche dans mon stance.

Automatiquement, la balle va moins loin…

Que ce soit avec le sandwedge ou avec le lobwedge, il faut beaucoup d’entraînement pour arriver à maîtriser ce coup.

Pourquoi ?

Parce que pour tout le monde, la tendance avec ce type de club consiste à casser les poignets pour cueillir la balle plutôt que de la putter !

Enregistrez que c’est l’ouverture du club qui fait monter la balle ! Pas le geste !

Tout le monde commet cette erreur, et gratte la balle.

Ce qui est important, c’est de se souvenir qu’il s’agit bien d’un geste de putting, et donc mes poignets ne cherchent pas à cueillir la balle dans la zone d’impact.

C’est véritablement ce qu’il faut retenir pour ce coup roulé, et quel que soit le club utilisé.

Cette technique est selon moi beaucoup plus précise, mais en revanche, elle demande beaucoup d’entraînement pour sentir le dosage.

Si vous passez assez de temps à vous exercer, vous trouverez rapidement un bénéfice.

A commencer par la simplicité du geste, ce qui vous permet de vous concentrer uniquement sur la distance à parcourir, et moins à focaliser sur la trajectoire que pourrait prendre la balle.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.