Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Secrets de Richard: Mon astuce pour devenir un bon joueur de bunker

Secrets de Richard: Mon astuce pour devenir un bon joueur de bunker

En complément du précédent sujet « Mes sorties de bunkers plus faciles », Richard Hurvitz, pro au golf de La Tour de Salvagny, très heureux de vous faire partager son expérience, et sa passion pour le jeu de golf, a voulu vous apporter toute une série de ses astuces pour être performant dans les sorties de bunkers. Ici, découvrez une autre de ses expérimentations qui a fini par faire de lui un excellent joueur de bunker, et permis de battre des joueurs tels que Tom Kite, ou Johnny Miller.

Découvrez nos formules d'abonnements

Une expérience malheureuse dans un match-play

25 ans en arrière, je jouais un championnat de match-play à New York, et dans le bunker, je touche à peine le sable à la montée de mon club, ce qui ne m’empêche pas de poser la balle tout près du trou !

Mon adversaire me félicite, et me donne le trou. A ce moment-là, je lui réponds que j’ai en fait touché le sable, et donc de facto perdu le trou.

Il me répond « Richard ! Tu es un vrai gentleman ! Peu de gens auraient admis cela. » d’autant qu’il n’avait pas pu me voir le faire, pas plus que le public autour de nous.

Cette expérience m’a fait réfléchir, car je ne voulais plus perdre un point en match-play pour une erreur aussi bête et insignifiante.

Ma solution toute simple pour ne plus risquer de toucher le sable au backswing

Pour ne pas reproduire cette erreur, je me suis mis à placer mon club non pas derrière la balle, ni même près, mais bien à 4/5 centimètres au-dessus de la balle.

Effectivement, à l’inverse, placer le club trop près du sable peut engendrer un risque.

Placé plus haut, il n’y a aucun risque.

C’est ainsi et un peu par hasard que je suis devenu un bon joueur de bunker.

En réalité, en mettant mon club plus haut, cela me permet de monter mon club plus directement, et plus naturellement sans trop me poser de questions.

Avec un club trop près du sable, la tentation est forte de monter comme avec un driver, et donc de toucher le sable.

Ce qu’il ne faut jamais oublier à propos du bunker…

Dernière chose ! Pour ceux qui ont peur du bunker, je dirai toujours une chose qui me paraît évidente : le sable sera toujours plus fort que moi !

Je voudrai vous démontrer que si je joue le plus fort possible dans le sable sans tourner à gauche. La balle n’avance pas ! Le sable est plus fort que moi.

En revanche, si mon club tape 3 centimètres avant la balle, et surtout, je tourne à gauche dans mon mouvement. Je vous garantis que dans 100% des cas, non seulement, la balle sort, mais surtout elle ne va pas trop loin !

Bien entendu, si vous touchez la balle directement…elle part trop loin ! Retenez…le sable est plus fort que moi !


Alors comme pour les coups roulés, la seule chose que je ne peux pas enseigner…c’est le dosage !

Pour cela, c’est des heures, des mois, des années d’entraînements…

Pour ne pas vous laisser sans réponse sur le dosage, je vais vous donner un autre de mes secrets qui va pouvoir vous aider.

Mon secret pour vous aider dans le dosage

Si j’ai un petit coup de bunker à jouer, je choisis une amplitude modérée aussi bien au backswing qu’au downswing.

Ce qui veut dire que je monte le club à l’horizontale, et je traverse en tournant à gauche jusqu’à ramener mon club sur la même horizontale à la sortie.

Si j’ai un coup de bunker plus long à jouer, je choisis une amplitude plus importante, aussi bien au backswing qu’au downswing. Je monte mon club plus haut. Je tourne à gauche, et mon club finit plus haut.

Avec cela, bien sûr la vitesse compte. Par contre, pour cela, je suis désolé ! Il faut vous entraîner.

En conclusion, si vous suivez mes conseils, promis, vous sortirez à chaque fois ! Après ça…dosage…c’est dosage.


Mon conseil matériel pour vos sorties de bunkers

Concernant le choix du club, pour les sorties de bunkers, je privilégie mon lobwedge (60°) parce que j’aime ce club.

Juste une précaution ! Le bounce n’est pas similaire sur tous les lobwedges.

Certains lobwedges présentent un bounce entre 6 et 12 degrés.

De mon point de vue, avec un lobwedge d’un bounce de 6 degrés, vous ne pouvez pas sortir du bunker !

Le minimum, c’est au moins 9 degrés, et j’insiste, c’est vraiment un minimum. Je dirai qu’un bon lobwedge, c’est 12 degrés, ce qui va aussi bien dans le bunker que sur le fairway.

Concernant le sandwedge (56 degrés), le bounce minimum est de 10 degrés pour sortir du bunker.

En matière de sorties, vous pouvez aussi bien prendre le sandwedge ou le lobwedge. Pour ma part, je prends le sandwedge quand je veux réaliser des coups un peu plus longs.

Après avoir vu une posture plus simple (moins d’ouverture et plus d’actions du corps pour tourner à gauche), après avoir la question d’une montée plus directe et la gestion de l’amplitude pour doser, Richard n’en a toujours pas terminé avec ses conseils pour bien sortir des bunkers, et veut vous exposer sa stratégie très singulière pour sortir des bunkers avec une longue distance à parcourir.

Ci-après, veuillez découvrir son troisième et dernier article consacré au fait de sortir plus facilement et plus régulièrement des bunkers : La sortie de bunker à 20 ou 30 mètres.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.