Plus de 4000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un contenu unique, utile, et passionnant! Pour l'abonnement 12 mois! 1 boîte de 12 balles Srixon AD 333 Tour offertes et envoyées chez vous!

Vinaora Nivo Slider

Secrets de Richard : Quand armer les poignets pendant le swing ?

Secrets de Richard : Quand armer les poignets pendant le backswing ?

S’agissant de l’apprentissage du swing de golf, vous avez les grands fondamentaux qui sont normalement partagés par tous les pros, et puis, vous avez différentes méthodes d’enseignements, et finalement différentes écoles de pensées. C’est ce qu’on appelle les adaptations du pro. Le swing est un mouvement qui peut laisser beaucoup de place à des débats techniques. Le petit problème pour un amateur, c’est à quel saint se vouer ? Pour les bras et les poignets, vous avez des pros qui vous disent que pendant le geste, les deux bras sont d’égales importances, et d’autres qui ont un avis radicalement différent comme Richard. Sauf que sa démonstration à suivre sonne comme une évidence...

Découvrez nos formules d'abonnements

Richard Hurvitz, le pragmatisme pour une réponse simple et intuitive

Pour ceux qui ont la chance de connaître Richard, c’est un golfeur qui sur les questions techniques est un pragmatique. En fait, c’est surtout l’évidence et la simplicité de son approche qui frappe.

Simple n’est pas péjoratif. Simple, cela permet de comprendre plus rapidement et plus instinctivement.

Dans ce que vous allez lire de sa part juste après ces phrases d’introductions, vous verrez que son propos est effectivement accessible, et qu’il n’y a pas de place pour le doute.

La question qui m’est le plus souvent posée…

Il y a une question qui me revient très fréquemment aux oreilles. Tout le monde, sans exception, me demande « Richard… quand est-ce que tu armes les poignets ? » Et je réponds à chaque fois « J’ai aucune f...cking idée de quand j’arme les poignets, et de combien. » Pour moi, il y a plus important…

Je suis connu pour ma méthode d’enseignement du golf, et en particulier comment je place le grip chez mes élèves comme pour moi-même.

Si vous avez un grip parfait, et que vous déclenchez la montée avec la main gauche, le bras gauche, et l’épaule gauche, les poignets vont s’armer naturellement et graduellement.

Quand mon bras gauche arrive parallèle au sol, sans rien forcer, mon poignet gauche est armé à 90 degrés par rapport à cette même ligne formée par mon bras gauche, et mon club de golf qui pointe vers le ciel.

En revanche, dès que vous vous servez de votre main droite pour déclencher le mouvement de montée, le backswing, je peux vous dire que c’est foutu !

Avec la main droite, soit vous allez fermer la face du club, soit vous tirez le club derrière vous, ce qui crée les conditions d’un chemin beaucoup trop intérieur-extérieur-intérieur…

Quel est mon secret ?

Penchez-vous légèrement en avant, sans le club, et laissez vos bras se balancer de droite à gauche.

Dans 100% des cas, je vous promets que le bras gauche est devant le corps !

Si maintenant, vous prenez le club seulement avec le bras gauche, essayez d’aller sur un chemin intérieur ! Vous verrez à quel point naturellement, c’est difficile !

C’est une démonstration évidente que si vous laissez votre côté gauche fonctionner normalement, vous ne créez pas la plupart des fautes de plan que l’on peut pourtant voir sur les practices.

Le golf, c’est simple tant qu’on ne complique pas !

Si vous balancez le club qu’avec le bras gauche vers la droite, vous verrez que non seulement le club est toujours devant vous, mais en plus, en bout de course, il y a armement !

Je me répète ! Pour aller derrière le corps à droite en tenant le club seulement avec la main gauche, je vous promets que c’est difficile à faire.

En revanche, je peux le faire si je monte le club seulement avec la main droite. En fait, je peux à peu près tout faire, et surtout n’importe quoi avec la main droite.

Il y a un mot en français dont je ne peux trouver la traduction et qui correspond à mon propos et c’est « plaqué ».

Quand je place la main droite sur le club, tous mes doigts sont « plaqués » (en fait, Richard veut dire joints)… tous mes doigts sont joints. Il n’y a pas d’espace entre chaque doigt.

Une chose qui est très importante, et que je voudrai vous exprimer une bonne fois pour toute, la main droite ne sert qu’à une chose (pour les droitiers) … empêcher le club de mouliner dans l’air ou si vous préférez…. Elle doit empêcher la tête de club de tanguer comme le mât d’un bateau.

Une telle instabilité empêcherait d’être précis, consistant et régulier.

Si le club devait toujours tanguer, vous ne pourriez jamais faire repartir le club dans la même direction à chaque coup, et ainsi, vous ne seriez jamais capable de produire à peu près deux fois le même coup.

En dehors de cet aspect, la main droite doit être passive. Elle ne doit rien produire à la montée, ni à la descente.

Je sais que pour les droitiers, c’est tentant de se servir de sa main droite ou de son côté droit. C’est plus naturel. Plus vite, vous comprendrez cela, et plus vite, vous arriverez justement à armer correctement les poignets.

C’est hyper important, et encore plus avec le driver et les wedges !

En lien avec mes précédents articles où je faisais référence au wedging, et comment arrêter la balle sur le green en un rebond. C’est justement par cet armement des poignets à 90 degrés que l’on arrive à arrêter une balle relativement rapidement sur un green.

De cette façon, on met toujours la même vitesse à la balle, et le même nombre de tours de spin à la balle. Derrière, bingo ! La balle fait un rebond et elle s’arrête.

Encore une chose à propos du rythme… Si vous venez me voir au practice de Salvagny. Si je suis au fond du practice, et que vous me voyez taper des coups. Vous ne pourrez pas voir si je tape un wedge ou un driver parce que j’adopte toujours le même rythme avec tous les clubs.

Quand je demande à un élève quelle distance il parcoure avec chaque club, il me répond par exemple 120 mètres avec un fer 9, 130 mètres avec un fer 8, etc… et s’agissant du driver, on me répond trop souvent… le maximum possible !

Non, non, non ! C’est une erreur ! Quand on veut frapper le maximum possible au drive, on force, on accélère au-dessus de sa capacité, et on commet des fautes.

Pour moi, le rythme doit toujours être le même, l’amplitude doit toujours être la même… à ceci près qu’avec les wedges 56 et 60, je ne tape jamais de pleins coups, car ces clubs sont pour la précision.


En résumé

Pour les poignets, laissez-faire en jouant avec votre côté gauche.

Plus rapidement, vous arriverez à démarrer votre swing par épaule gauche, bras gauche, main gauche, et plus rapidement vous arriverez à produire un swing consistant.

Si j’ai expliqué que le bras droit ne sert pas à donner de la vitesse, c’est parce que c’est bien le bras gauche qui donne le rythme en même temps que le contrôle de la face du club.

Les poignets s’armeront alors naturellement à 90 degrés quand vos bras seront parallèles à la ligne de jeu.

Restez informé

Recevez notre newsletter