Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Comment sortir plus facilement d’un bunker de fairway?

Comment sortir plus facilement d’un bunker de fairway?

Savez-vous combien de fois un golfeur d’index 18 touche un green depuis un bunker de fairway situé à 100-120 mètres ? Dans moins de 17% des cas selon l’étude du site shotbyshot.com, soit 3% de moins que depuis le rough, et pire 22% de moins que depuis une position sur le fairway ! Autant dire que les sorties de bunkers de fairways posent problème à une grande majorité de golfeurs. Comment y remédier ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Plusieurs paramètres sont à prendre en considération pour une sortie de bunker de fairway

Comme toujours le lie, la distance à parcourir, les obstacles et en particulier la lèvre du bunker si cette dernière est proche de votre balle, la nature du sable (sec ou humide)…

Concernant la problématique de la lèvre, si cette dernière est proche, vous devrez sans doute prendre un club avec plus de loft pour vous assurer d’un angle de décollage de la balle suffisant.

Dans le cas contraire, optez pour un fer plus fermé que nécessaire par rapport à votre distance habituelle.

Si pour un coup à 120 mètres, vous optez régulièrement pour un fer 8, vous pouvez partir sur une hypothèse de fer 7.

Ne perdez pas de vue le fait que vous allez perdre en distance par rapport à votre coup de référence joué sur un lie idéal, et ferme sur lequel votre club va pouvoir s’appuyer pour projeter la balle.

Concernant la nature du sable, ce paramètre est légèrement moins déterminant que pour une sortie de bunker de green, car vous allez moins mettre en jeu le fait de passer sous la balle en prenant un maximum de sable. Au contraire, un sable humide et lourd peut même être un avantage dans cette situation à l’inverse d’une sortie de bunker de green classique.

Les deux éléments clés de ce coup

Sur ce type de sortie de bunker qui implique de parcourir une grande distance, vous avez déjà une première grande différence avec la sortie de bunker de green : la posture.

Ici, il ne s’agit pas de s’enfoncer dans le sable, et même de s’asseoir, au contraire, vous aurez besoin de vous grandir.

L’objectif n’est pas de faire décoller la balle sous l’effet d’un club qui pénètre dans le sable pour que ce dernier finisse par soulever la balle vers le green.

Au contraire, et c’est pourquoi, il faut souvent opter pour un club plus fermé, dans ce cas, vous chercherez à limiter le frein que pourrait constituer le sable entre votre club, et la balle.

Enfin, pour revenir sur la statistique annoncée en début de ce sujet, la principale raison qui explique l’important déchet entre une sortie de bunker de fairway, et une approche depuis le fairway tient dans le fait que les amateurs jouent ces deux coups…la plupart du temps, de la même façon !

Pour le coup, pour un golfeur qui utilise le bas de son corps, et en particulier ses jambes, le sable représente une sanction.

En effet, sur un coup classique, l’action du bas du corps est nécessaire pour transférer de la vitesse et de la solidité à une balle de golf.

A l’inverse, dans un bunker de parcours, une action du bas du corps au downswing va favoriser le fait d’amener le club avec un angle d’attaque plus vertical sur la balle car cette dernière sera placée sur le centre droit du stance.

Pour parer à ce problème, deux astuces, celle déjà vu qui consiste à se grandir devant la balle, et deuxièmement, swinguer dans un tempo plus lent, et moins agressif pour laisser passer la tête de club sans risque de plonger dans le sable.

Autrement dit, jouez en douceur !

Pour le reste, c’est un coup relativement classique qui nécessite de respecter les mêmes fondamentaux que pour un swing de golf classique.

Les éléments de tronc commun à un swing classique

Contrairement à une sortie de bunker de green, vous n’avez pas besoin d’ouvrir votre stance pour chercher à faire passer la tête de club dans le sable pour la faire rebondir sous la balle sous la balle en conservant votre face square.

Vous optez pour un stance classique, d’autant que vous ne devez pas chercher à écarter le stance outre mesure puisqu’à nouveau, il ne s’agit pas de planter le club dans le sable sous l’effet d’une recherche de puissance maximum.

Laissez votre club faire la distance pour vous. Surtout, en prenant un club de plus, swingué cool plutôt que de chercher l’épreuve de force.

Pour le coup, esquivez l’affrontement avec le sable !

Réalisez un backswing normal, en cherchant à monter autant que vous le feriez pour un coup classique, puis déclenchez votre backswing par les hanches pour aller chercher la balle comme si vous vouliez la ramasser plutôt que la puncher.

Finissez bien devant vous pour achever le transfert de poids de l’arrière vers l’avant.

Dernière mise en garde

Dans les bunkers à proximité des greens, souvent les amateurs tentent de cueillir la balle avec les mains ou une action excessive des bras, comme s’ils voulaient donner un coup de pelle pour soulever la balle.

Pour ce faire, ils n’actionnent pas du tout le corps, et laissent agir les mains d’arrière en avant.

Au lieu de cela, cherchez à faire un follow-through complet avec la poitrine face à la cible en fin de geste.

C’est ce phénomène de rotation complète avec la poitrine en face de la cible qui vous prémunira d’un ralentissement du swing avant l’impact, et d’un coup manqué par la faute d’une décélération liée à la peur de taper trop long.

Mieux vaut un coup tapé avec l’impression d’avoir joué lentement, qu’un coup forcé par le bas ou le haut du corps.

Quel que soit le bunker, c’est donc plus souvent une question de tempo, et une question de savoir si vous voulez que le club traverse profondément le sable ou pas.

La vidéo de démonstration

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.