Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Peut-on réellement gagner 50 mètres au drive?

Peut-on réellement gagner 50 mètres au drive?C’est un sujet qui revient régulièrement sur la table dans la presse : Comment gagner 50 mètres au drive ? Bien entendu, c’est un sujet important pour beaucoup de golfeurs amateurs. Un tel écart créé des possibilités de choix de clubs très différentes sur les coups suivants. Même sur le circuit professionnel, la tendance est à plus de longs frappeurs vainqueurs de tournois que de joueurs plus précis que longs…Pourtant, n’est-ce pas une fausse promesse ou tout du moins une promesse irréaliste ? Dans ce sujet, je vais vous présenter une étude sur cinq ans, pour vous fournir un étalon sur ce qui est du domaine du possible ou pas.

Découvrez nos formules d'abonnements

Une expérience de la distance au drive

Pour ce sujet, il s’agit une fois n’est pas coutume d’une expérience assez personnelle.

Au départ, mon intention n’a jamais été de rechercher un but précis comme par exemple gagner 50 mètres, ou 52 mètres ou 64 !

Je ne crois pas qu’aucun golfeur ne réfléchisse la problématique de la distance de cette manière.

Beaucoup d’amateurs peuvent souhaiter être plus long au drive, et pas seulement au drive, mais d’emblée, je ne connais pas beaucoup de golfeurs qui se réveillent un matin, et se disent, et si je gagnais 50 mètres au drive !

Au niveau des questions fréquemment posées sur Internet, celle-ci n’apparaît pas clairement. La préoccupation des internautes étant plus largement, à quelle distance jouer avec les différents clubs du sac.

Autrement dit, les golfeurs sont plus soucieux de s’étalonner que de fantasmer sur une distance supplémentaire.

C’est déjà donc une première méconnaissance des golfeurs que de leur faire croire qu’ils veulent ou peuvent gagner 50 mètres au drive.

En fait, c’est surtout une manière d’exciter la curiosité…une technique marketing !

La recherche de distance additionnelle est plus un absolu, quelque chose d’assez abstrait, car pour beaucoup, la première étape, c’est déjà de définir ce qui constitue la distance.

Quels sont les paramètres qui interviennent dans la création de distance ?

Là-aussi, en jouant avec d’autres amateurs, et même de très bons joueurs classés, 4, 5 ou 7 d’index, je me suis rendu compte que chez certains longs frappeurs normaux (comprenez hors des joueurs professionnels), ils n’utilisent pas toujours consciemment ou inconsciemment tous les éléments qui peuvent intervenir : amplitude du swing, vitesse de rotation des hanches, tempo, plan du club, et bien entendu l’ensemble de ce que l’on peut appeler la maîtrise technique, et enfin les dispositions physiques.

La création de distance, et même de longue distance obéit à une logique.

Une logique qui n’est pas nébuleuse, bien au contraire !

Dans un précédent sujet, nous avions déjà abordé la manière d’optimiser la distance au drive : A quelle distance maximum pouvez-vous réellement porter vos drives ?

Sans reprendre l’ensemble de cet article, nous avions abordé les notions de vitesse de club, de vitesse de balle, d’angle de lancement, de taux de spin, et donc de résultat au carry, et en distance totale.

Sans rentrer dans trop d’explications, pour générer plus de distance, vous pouvez augmenter la vitesse de club (le moteur de la distance) par une meilleur technique ou un meilleur physique, augmenter à la marge la vitesse de balle (soit par l’augmentation de la vitesse de club, soit par l’optimisation du club), augmenter ou réduire l’angle de lancement pour jouer sur la portée, et diminuer le taux de spin pour influer sur le vol de balle.

Ces éléments sont liés. Plus de vitesse de swing permet plus de vitesse de balle, et souvent moins de spin (ce n’est pas systématique), et un angle de lancement plus tendu.

A ce stade du sujet, la question est donc comment augmenter de manière considérable la distance.

Alors qu’en moyenne, les amateurs loisirs tapent des drives qui parcourent 190 mètres…le fait de gagner 50 mètres représente un gain de 25% !

Un gain qui n’est pas marginal, c’est une révolution !

Certes, les golfeurs considèrent de plus en plus l’achat de nouveaux produits ou d’aides à l’entraînement pour avoir des résultats significatifs.

Encore faut-il que la promesse soit réaliste et atteignable.

Que peut-on réellement espérer en matière de gain au drive ?

Ci-dessous, je veux vous illustrer la progression de mon driving depuis 2012.

Je viens d’avoir quarante ans, et je joue au golf depuis l’âge de 10 ans. J’ai été plus assidu autour de 20-25 ans, une fois mes études terminées, de plein pied dans la vie active, et un peu moins passé trente ans avec l’installation dans une vie de couple et de famille.

Aujourd’hui, et après cinq ans de mesures, je drive plus loin que par le passé.

Ce n’est pas le fruit du hasard, ni d’un coup de baguette magique, et au contraire, une progression constante, et explicable.

Le tableau ci-dessus reprend en toute transparence ma moyenne de frappe au driver sur les cinq dernières années.

Dans ce laps de temps, sans être golfeur professionnel, j’ai gagné 34 mètres pour passer de 209 mètres en moyenne à 243 mètres.

Je ne suis pas professionnel (ce serait de toute façon très insuffisant – les pros flirtent avec les 280/290 mètres pour des moyennes à 265 mètres), mais je ne suis plus tout à fait un amateur comme les autres.

Dans une saison, je m’astreins à taper plusieurs milliers de balles sur plusieurs séances par semaines et tous les mois, notamment pour tester de nouveaux clubs, ou de nouvelles techniques proposées par les consultants du site.

Le but de mon exemple n’est pas d’affirmer qu’on peut ou on ne peut pas gagner 50 mètres, mais simplement de vous fournir un étalon de distance par rapport à un contexte.

La suite de mon argumentation, sans faire de mystère est effectivement de faire preuve de scepticisme par rapport à un gain colossal de distance au driver.

Comment j’explique ma progression et comment un autre golfeur pourrait en tirer avantage ?

Le tableau exprime ma vitesse de swing, le résultat en vitesse de balle à l’impact, l’angle de décollage de ma balle, le smash factor (ratio entre vitesse de club et vitesse de balle) qui détermine l’optimisation joueur-club, le degré d’efficacité (ratio entre vitesse de club et distance parcourue), la distance au carry, la distance totale, et le taux de spin donné à la balle.

Des données qui sont systématiquement reprises quand nous publions des tests avec plusieurs profils de golfeurs.

Les chiffres clés à retenir

Le smash factor est à son meilleur niveau quand il se rapproche de 1.50, et parfois même 1.52

L’angle de décollage idéal au drive est de l’ordre de 17° quand il est combiné à un taux de spin de 1700 tours pour maximiser la portée et la roule de la balle.

C’est de ce point de vue, plus une question de logique balistique qu’une problématique propre au golf.

Les golfeurs pros drivent à une vitesse de club supérieure à 120 mph !

A l’aide du tableau ci-dessus, il faut avoir en tête ce qui est le plus important… j’ai gagné 7 mph en cinq ans alors que globalement dans 95% des cas chez les amateurs, c’est un chiffre stable.

J’ai par conséquence abaissé l’angle de lancement de 16.3° à 15.4° en utilisant toujours des drivers de loft 10,5°, et baissé mon taux de spin moyen de 2600 tours à 2300 tours.

Toutefois, l’élément le plus déterminant, c’est bien le gain de vitesse de swing !

De 2012 à 2014, je considère que le gain de vitesse a été le résultat d’une pratique, et d’un entrainement plus régulier, et quasi hebdomadaire pour un gain modéré de 2 mph.

Jusque-là, c’est du domaine de l’envisageable pour tous les amateurs.

En 2015, après avoir ajouté une préparation physique spécifique (test du programme BeAthletik), j’ai à nouveau gagné en vitesse de swing.

A partir de là, il faut déjà considérer le gain de distance au driver par un travail physique additionnel sérieux.

Et ces dernières semaines (de septembre 2015 à janvier 2016), les cinq derniers mphs gagnés ont été le fruit du cumul de séances hebdomadaires de préparation physique, d’un travail spécifique sur l’augmentation de mon amplitude (technique), et le contrôle de ce travail technique à l’aide d’outils tel qu’un analyseur de swing (type Zepp golf).

Plus précisément, les derniers mois, j’ai travaillé à augmenter mon amplitude totale de mouvement au drive pour passer de 235 degrés à 260 degrés par rapport au sol (gain en élasticité du haut du corps), ce qui a eu un effet non-négligeable sur ma vitesse, et bien sûr sans trop perdre en stabilité, et en contrôle.

En résumé, pour gagner au moins 30 mètres au drive, il faut une bonne base physique, et être un sportif assidu (pratiquer d’autres sports régulièrement est une bonne chose), travailler quotidiennement sur les fondamentaux techniques tel que l’amplitude du mouvement, le plan de swing, le déclenchement du downswing par les hanches et le bas du corps, et non pas le haut du corps, un meilleur tempo pour une meilleure création de retard du club dans la zone d’impact, et en dernier lieu, choisir le driver qui sera le plus adapté.

Ce gain sera aussi variable en fonction de l’âge. Entre 20, 40 ou 60 ans, la même méthode ne produira pas les mêmes effets.

Et enfin, quoi qu’il arrive… cela prendra du temps, dépendra de votre investissement personnel, de votre capacité à accepter de faibles progrès pendant de longs mois, et d’utiliser des outils d’autocontrôles, pour toujours vérifier si vous êtes sur la bonne voie, sans oublier un pro de golf qui vous parle de biomécanique de swing.

Conclusion

De mon point de vue, ce n’est pas atteignable en l’espace de quelques jours, ou suite à la lecture d’un article de presse magazine papier d’une ou deux pages !

On ne peut pas gagner 50 mètres au drive en lisant un simple article ou en changeant de driver (sauf s’il est vraiment très vieux).

Pour ma part, sans chercher spécifiquement une telle distance, et en créant des conditions vraiment très favorables…des conditions qui ne sont plus tout à fait, celles d’un amateur loisir, j’ai eu besoin de cinq ans pour gagner 34 mètres.

Si je devais garder deux paramètres par rapport à tous ce que j'ai testé : le travail athlétique réalisé avec BeAthtetik (et poursuivi après), et le travail sur l'amplitude du mouvement à l'aide de l'application ZEPP.

Peut-être que vous, en bénéficiant d’un étalon (cet article), vous pourrez aller plus vite, et plus loin…de là à gagner 50 mètres en quelques jours…c’est une promesse que je ne vous ferais jamais.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.