Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Comment modifier l’angle d’attaque au drive et pour quels résultats ?

Comment modifier l’angle d’attaque au drive et pour quels résultats ?

Grâce aux « launch monitor », on peut apprendre des choses très précieuses sur un swing de golf, et comment générer de la distance. C’est aussi un excellent moyen de quantifier des faits techniques, et de faire des comparaisons entre différentes organisations à l’adresse. Pour ce nouvel article, nous avons sollicité deux de nos consultants : Clément Morelle pour son swing (photos et données trackman au drive), et Michel Delbos pour son analyse des données, et ses conseils d’organisations au drive.Objectif : Quantifier l'angle d'attaque de la balle au drive et ses conséquences sur la trajectoire, et la distance de la balle.

Découvrez nos formules d'abonnements

Qu’est-ce que l’angle d’attaque ?

A l’aide d’un radar type Trackman, Flightscope ou GC2, nous pouvons mesurer plusieurs paramètres liés soit au club, soit à la balle.

L’angle d’attaque exprimé en degrés est une mesure qui quantifie la position du club au moment de l’impact avec la balle, haute ou basse.

Avec différents clubs et dans différentes conditions, les golfeurs peuvent swinguer la balle avec un angle d’attaque légèrement positif, avec un angle d’attaque neutre ou avec un angle d’attaque négatif.

Avec les clubs les plus courts, l’angle d’attaque a tendance à être plus incliné vers le bas, et donc plus négatif.

Avec un fer, il est préférable d’obtenir un angle négatif d’attaque sur la balle pour justement la compresser, et éviter de gratter.

Avec les clubs intermédiaires, l’angle d’attaque n’est pas aussi incliné, mais il a toujours tendance à être négatif.

Avec les clubs les plus longs, y compris les hybrides et les bois, l’angle d’attaque a tendance à se rapprocher de zéro, tout en restant encore négatif.

Avec un driver, pour optimiser la distance, l’angle d’attaque doit au contraire être plus positif.

Bien entendu, tout ceci est de la théorie, et un swing de golf peut être perturbé par de nombreux autres paramètres, d’ailleurs aussi quantifiables avec un launch monitor.

La plupart du temps, la grande majorité des amateurs présentent un angle d’attaque trop bas avec le driver, et cela peut être le résultat d’une position à l’adresse erronée, ou d’un chemin de swing mal maîtrisé ou encore un phénomène de pivot inversé lors de la rotation.

Un golfeur peut être confronté à l’un de ses problèmes ou même les trois en même temps, et donc plonger le club trop par-dessus la balle avant l’impact.

Conséquence, un drive ainsi tapé ne s’élève pas beaucoup dans les airs, et compte plus sur la roule que sur la distance au carry.

Parfois, cela peut être une bonne chose pour faire de la distance, notamment quand le sol est ferme ou quand il y a un fort vent de face.

Ceci étant, pour la plupart des parcours actuels, le meilleur moyen de faire de la distance est encore de porter la balle le plus loin possible.

Ci-dessous, Michel Delbos va nous expliquer comment s’organiser à l’adresse pour modifier l’angle d’attaque, et ainsi optimiser le vol de balle au drive.

Comment augmenter l’angle d’attaque au drive ?

Comme écrit plus haut, beaucoup d’amateurs ont tendance à frapper la balle trop vers le bas, ce qui a pour effet de provoquer un vol de balle trop plat, et une distance au carry réduite.

Si cela correspond à votre jeu, suivez les indications ci-dessous, et votre angle d’attaque va passer de trop bas à un coup plus ascendant.

Trois paramètres sont à respecter :

  1. Mettre la balle sur le tee le plus haut possible.
  2. Mettre la balle le plus en avant possible du stance.
  3. Incliner légèrement la colonne vertébrale par rapport à la cible au moment de l’adresse.

A partir du moment où un golfeur porte sa balle plus haut sur le tee, il augmente automatiquement l’angle d’attaque, et tout simplement parce qu’il est plus facile de taper la balle en remontant avec un tee plus haut.

A l’inverse, un tee positionné plus bas induit forcément un chemin de club plus plat jusqu’à la balle, et un angle d’attaque plus négatif.

Le fait d’avancer la balle dans le stance a aussi pour effet d’augmenter l’angle d’attaque tout simplement parce que le point bas du swing va se trouver juste en dessous de l’épaule gauche.

En avançant la balle en avant de l’épaule gauche, cela permet aussi de frapper la balle plus en remontant.

Enfin, le fait d’incliner la colonne vertébral à l’inverse de la cible modifie aussi le point bas de l’arc de swing, et favorise le fait de frapper plus haut.

Désormais, constatons cette organisation avec le swing de Clément, et ses données mesurées au trackman.

Dans le cas présent, Clément qui propose généralement un swing avec un angle souvent négatif a modifié son organisation naturelle pour justement augmenter son angle d’attaque.

Vous pouvez constater que son angle est passé légèrement positif à +0.2°.

Pour un amateur qui ne dispose pas d’une vitesse de swing aussi rapide que celle de Clément, il serait utile que cet angle remonte à 3 ou 4°.

L’angle de lancement est de 11.7° avec une vitesse de balle de 151.6 mph.

Le loft dynamique de ce coup a été de 13.3° pour une distance au carry de 230.7 mètres.

La balle a roulé près de 25 mètres.

Ces petits changements d’organisations à l’adresse ont permis à Clément de remonter son angle d’attaque.

Maintenant, voyons son organisation habituelle et comment abaisser l’angle d’attaque de son driver.

Comment baisser l’angle d’attaque au drive ?

Si au contraire, vous voulez frapper la balle avec un angle d’attaque plus bas pour favoriser une trajectoire plus tendue, il convient d’ajuster le set-up à l’adresse.

Dans le cas présent, il s’agit de l’organisation naturelle de Clément.

A nouveau, il suffit de respecter trois paramètres :

  1. Mettre la balle plus bas sur le tee. Vous devriez voir la moitié de la balle dépasser de la face de votre driver.
  2. Déplacer la balle très légèrement en arrière du pied gauche (pour un droitier). Pour chaque golfeur, il n’existe pas de remède miracle. Il vous faudra faire plusieurs essais pour trouver votre position préférentielle.
  3. Centrer votre position à l’adresse avec une colonne vertébrale neutre pour favoriser une position plus au-dessus de la balle.

En réduisant la hauteur du tee, le golfeur va immédiatement réduire l’angle d’attaque, et aplatir le vol de la balle. C’est la meilleure chose à faire pour jouer dans le vent ou pour maximiser le contrôle de son driver.

A partir du moment où on déplace la balle en arrière du stance, on positionne la balle plus en retrait de l’épaule gauche (le point bas de l’arc de swing).

Cette position va contribuer à réduire l’angle d’attaque.

Toutefois, cette modification du stance agit faiblement.

En revanche, quand on recule trop la balle dans le stance, cela peut créer de plus gros problèmes sur la distance, et le contrôle de la balle.

Enfin, dernier paramètre, le fait de se centrer à l’adresse avec une colonne vertébrale maintenue dans l’axe, permet de positionner les yeux au-dessus de la balle, et non pas derrière, ce qui favorise une frappe plus basse dans la balle.

Désormais, constatons cette organisation avec le swing de Clément, et ses données mesurées au trackman.

Cette fois, l’angle d’attaque a été de -1.1° alors que dans la précédente organisation, son angle d’attaque était très légèrement positif à +0.2°.

Notez que l’écart n’est pas extrêmement flagrant.

Dans ce cas, l’angle de lancement a été de 13.4°, ce qui dans ce cas ne valide pas notre théorie en pratique avec une balle qui n’est pas plus aplatie.

Le loft dynamique a été de 15.4° avec une distance au carry de 246.6 mètres.

Paradoxe avec cette organisation normalement favorable à une balle plus tendue, Clément a généré une balle plus haute et plus longue.

La balle a là-aussi roulé près de 25 mètres.

Pourquoi ?

Tout simplement parce que Clément n’a pas modifié réellement deux paramètres : il n’a pas abaissé la hauteur du tee, et n’a pas franchement reculé la balle dans le stance.

Ce contre-exemple démontre qu’il faut réunir tous les éléments pour modifier le vol de balle.

Bien que l’angle d’attaque ait été plus bas, d’autres éléments ont contribué à lever la balle.

D’où un deuxième exemple démontré ci-dessous.

Cette fois avec la même organisation, Clément a réalisé un swing présentant un angle d’attaque franchement plus négatif à -4.2°.

A nouveau, nous n’arrivons pas à démontrer la théorie en pratique avec un angle de lancement encore plus élevé à 14.8° et un loft dynamique de 17° pour un carry de 225 mètres.

En revanche, cette fois, le carry est nettement inférieur aux deux autres exemples (20 mètres de moins !)

La balle a roulé 11 mètres, soit deux fois moins que dans les cas précédents.

Conclusion :

En théorie, des changements à l’adresse permettent de modifier clairement l’angle d’attaque de la balle.

Toutefois, ce n’est pas parce qu’on change l’angle d’attaque seul que l’on peut modifier concrètement l’angle de lancement de la balle.

A l’aide d’un launch monitor, vous pouvez constater que les choses sont souvent plus nuancées que l’on veut bien le croire.

Les principes généraux sont bien sûr les bons, mais dans un swing de golf exécuté en moins d’une seconde, il serait illusoire de croire qu’une règle serait immuable pour tous et tout le temps.

Dans le cas de notre cobaye, Clément, ce dernier est organisé naturellement pour générer un angle d’attaque négatif.

Quand on lui demande de s’organiser pour augmenter l’angle d’attaque, bien qu’il y parvienne, ce n’est pas pour autant qu’il augmente son angle de lancement, et son loft dynamique.

Tout ceci pour dire qu’avant de digérer de tels changements d’adresses, il faut taper plusieurs dizaines de balles, et même plus, pour que la pratique commence à rejoindre la théorie, car le poids des habitudes ne peut pas être minoré d’un seul coup.

En tout état de cause, retenez qu’un angle d’attaque ne peut pas bouger dans un sens ou dans un autre de manière trop exagérée (dans notre exemple, l’angle a oscillé entre –4 et 0.2°).

Au cours de cette expérience, Clément a modifié le taux de spin qu’il donnait à la balle, augmenté sa vitesse de swing, et in fine augmenté sa distance totale, par le simple fait de décaler la balle plus en avant dans son stance, et plus près de son épaule gauche.

En l’état, et en toute transparence, partagée avec Michel Delbos, l’objet de cet article était de démontrer l’importance de l’angle d’attaque, tout en relativisant le fait qu’il n’y a pas qu’un seul paramètre pour influer sur le vol d’une balle.

L’angle d’attaque est un élément primaire qui va jouer sur l’angle de lancement de la balle, alors que le fait de réaliser des ajustements à l’adresse peut donner des changements très importants.

L’autre éclairage, c’est qu’entre la théorie et la pratique, il y a des écarts, car contrairement à ce que certains aimeraient faire croire, il n’existe pas toujours une leçon unique, et immuable applicable à tous, pour toujours le même résultat.

Dans le cas présent, Clément n’est pas tout à fait un golfeur amateur comme les autres puisqu’il swingue le driver à une moyenne de 109 mph quand la moyenne des professionnels sur le PGA tour est de 114 mph !

En espérant vous avoir donné envie d’expérimenter votre angle d’attaque, et de faire vos propres tests d’angles de lancements.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.