Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Comment contrôler la face par rapport au chemin du club de golf?

A l’occasion d’une récente partie de golf, j’ai pu observer sur une golfeuse avec 2 ans d’expériences qu’elle n’avait pas le contrôle sur deux paramètres essentiels du swing de golf, et en relation : le chemin et la face du club à l’impact. A chaque drive, sa balle démarrait à droite de la cible pour finir sans puissance très fortement à droite en slice, et hors limite. La gestion de ces deux paramètres est en fait un objectif parfois mal compris par tous les golfeurs. A l’aide du trackman, on peut comprendre ces notions, et surtout travailler des solutions.

Découvrez nos formules d'abonnements

Pour cette golfeuse, et d’autres, peut-être concernés, il n’y a pas de fatalité.

Bien au contraire, c’est peut-être même le premier sujet à traiter au practice.

A défaut, c’est typiquement une des raisons pour lesquelles beaucoup d’amateurs peuvent arrêter de jouer au golf, ne prenant pas de plaisir sur le parcours.

Le golf : Un sport de chiffres, d’angles et de degrés ?

Sans doute parmi les golfeurs et les golfeuses, certains ne sont vraiment pas portés sur les mathématiques, les angles, et les degrés. Surtout, vous ne vous attendiez peut-être pas à ce qu’au golf, on vous parle avec un langage arithmétique.

On compte beaucoup de choses, et notamment le score, mais on peut aussi à l’aide d’un launch monitor, un radar de swing, mesurer tous les angles pour réellement comprendre ce qu’il se passe sur un swing qui dure moins de deux secondes, notamment au driving pour un bon joueur.

Quand on parle de moins de deux secondes, c’est bien de la position de départ à l’adresse jusqu’au finish.

Le backswing (temps pour amener la balle de l’adresse jusqu’au sommet) peut durer légèrement moins d’une seconde, alors que le downswing peut prendre trois fois moins de temps (amener la balle du sommet à la balle). Il ne reste plus alors que le finish qui prend encore quelques centièmes de secondes.

Autrement dit, pendant un swing tout va très vite. Trop vite pour que vous ayez le temps de tout analyser, et contrôler en temps réel.

Quelque soit votre swing, vous déplacez votre club selon un chemin, et votre face de club arrive dans une position ouverte, fermée ou square à l’impact, et les deux paramètres de votre swing peuvent être indépendants.

Pour caricaturer, retenons que le chemin du club (sa circulation dans l’air) peut être à gauche, à droite, au centre, alors que la face peut être à gauche, à droite ou au centre, soit 3x3=9 combinaisons possibles.

Ça, c’est la théorie. Dans la pratique, si vous aviez un trackman à chaque fois que vous allez au practice, vous pourriez voir que tous les joueurs amateurs, et vous compris, démontrez une grosse tendance.

Finalement, chez tous les golfeurs et golfeuses, il y a une consistance. Cette fameuse consistance que l’on demande de rechercher.

Le problème, c’est que nous sommes consistants dans ce qu’il ne faut pas faire sans vraiment trop savoir comment le contrôler.

Depuis que j’utilise le trackman pour les tests de clubs, j’en profite aussi pour améliorer mon swing, et justement en me focalisant sur chemin et face de club.

Dans l’ordre, je dirai qu’il faut commencer par travailler le chemin pour finir par le management de la face.

Et de ce que j’ai vu de ma partenaire de jeu, c’est aussi ce qu’elle devrait faire pour considérablement redresser la trajectoire de ses frappes.

Avant d’aborder cette première étape, il faut encore expliquer ce qu’est concrètement le rapport du chemin à la face.

Le rapport du chemin à la face

C’est tout simplement la différence entre l’angle de la face à l’impact, et l’angle de déplacement du chemin de club.

Concrètement, pour un droitier (le cas de la golfeuse observée), si son rapport chemin à la face avait été négatif, cela aurait voulu dire qu’à l’impact, sa face était fermée (à gauche) par rapport à son chemin ou plus axial ou même plus à droite, alors qu’à l’inverse, et c’est ce qu’elle faisait au drive, son rapport était très positif, car son chemin de club était à droite, et sa face encore plus à droite par rapport au chemin !

J'ai essayé de le reproduire ci-dessous avec un trackman. On peut constater à gauche la trajectoire en direction du hors-limite à droite, et sur le second écran, on peut voir un chemin de club (club path à 5,6 degrés à droite), alors que la face est encore plus à droite (8,4 degrés).

Du coup, le rapport du chemin à la face est de 2,8 degrés à droite au lieu d'être à 0 degré.

En réalité, nous devons tous chercher à obtenir un rapport à 0, ce qui implique que le chemin est dans l’axe, et la face aussi (square) pour tirer des balles droites.

Il faut déplacer le club dans l’axe de la cible, tout en amenant la face dans ce même axe (square), et pour y arriver, la condition : C’est de connaître son swing !

Cela implique que chaque golfeur aille faire un tour une fois dans sa vie dans un centre équipé d’un radar, pour au moins obtenir ses valeurs, et afin de les comprendre, et ensuite pouvoir les corriger.

Sur ce point, je suis catégorique. Sans ces notions, vous ne pourrez jamais comprendre ce qui se passe, et encore moins corriger. Un pro qui enseigne sans radar aujourd’hui, c’est vraiment incroyable !

Pour donner un exemple, il m’a fallu quelques mois contre des années pour comprendre ces notions, et améliorer mes ratios. J’avais un chemin très intérieur-extérieur au drive qui expliquait pourquoi mes balles partaient très fortement à droite alors qu’avec la face, je la ramenais en draw sur la cible.

Aujourd’hui, sans aucune prétention, je tape à 215-230 mètres au drive sur le parcours droit pour toucher 70% de fairways en régulation (dernière partie sur le Stadium Course du PGA Catalunya).

Si j’ai encore une grosse marge de progression, un an en arrière sans trackman, je prenais 30% de fairway en régulation pour 30% de balles à gauche, et 30% de balles à droite en raison d’une absence de contrôle sur le chemin, et la face, parce que je ne m’en rendais pas compte.

En préambule, j’ai écrit que le golf est un sport de chiffres. Cela peut vous paraître rébarbatif.

Cependant, dépassez cette petite peur des chiffres pour vous dire qu’au contraire, les datas peuvent vous permettre de mettre des « mots » concrets sur la nature profonde de votre swing.

Pendant la partie avec ma partenaire, je n’avais pas emmené le trackman sur le parcours.

Par contre, je pourrai dire, et pour schématiser que son chemin était à plus de 10 degrés orientés à droite, et sa face encore à plus de 10 degrés à droite.

Et tout simplement parce que la balle partait immédiatement à droite, et courbait en plus encore à droite.

Le rapport face-chemin était forcément positif dans son cas.

Le fait de se dire « mon chemin est à 10, 5 ou 0 degrés » permet de plus facilement mettre un mot, un chiffre sur son mouvement, et sortir du caractère abstrait du swing de golf.

Pour moi, avant de connaître ses notions, le swing de golf était abstrait.

On me demandait de taper droit, mais c’était quoi taper droit ? Comment on pouvait faire ça ?

Nous sommes orientés de profil à la cible, et le club se déplace en grande partie sans qu’on puisse le voir dans notre dos !

Encore quelques notions fournies par Trackman, chez un pro qui drive à 250 mètres au carry (270 mètres au total), quand la face au chemin est 2 degrés négatif (la face est plus fermée que le chemin), on peut trouver jusqu’à 17 mètres de courbure de la balle sur la gauche.

A l’inverse, avec une face plus ouverte que le chemin de 5 degrés, la balle va courber sur 40 mètres vers la droite !

Maintenant, pour une joueuse du LPGA Tour qui tape à 200 mètres au carry, pour les mêmes degrés d’écarts, soit -2 degrés ou +5 degrés, la courbure va être de 12 mètres à gauche ou 29 mètres à droite.

A l’évidence, plus vous tapez vite, plus vous tapez loin, et plus les valeurs qui s’éloignent de 0, peuvent créer une courbure dans un sens ou un autre par rapport à la trajectoire centrale.

Donc premier conseil qui est une nécessité absolue, pour soigner le mal, il faut impérativement le connaître.

Conseil/avis numéro 1 : Connaître son swing

Sans trackman, vous pouvez déjà observer la trajectoire de vos balles au practice, en regardant deux choses : la direction du lancement (où la balle démarre sa trajectoire), et la dispersion latérale (où la balle termine sa course).

Je sais que sur le parcours quand vous ratez une balle, qu’elle part hors de contrôle, c’est très frustrant. Je ne devrais pas l’écrire, car c’est contraire à l’étiquette, mais dans mes jeunes années, j’ai cassé des clubs pour cela, et essentiellement parce que je ne comprenais pas.

Je sais que c’est frustrant, mais ne vous arrêtez pas à « zut, j’ai encore raté mon coup tout en pensant déjà aux conséquences ». Prenez une seconde pour vous demander pourquoi ?

Ma balle part à droite pour finir encore plus à droite ? Chemin à droite, face encore plus à droite, sur le coup suivant, vous pouvez déjà changer les choses.

Conseil/avis numéro 2 : Travailler en inverse

Deuxième conseil sur la base de l’expérience, vous pouvez travailler en exagération du mouvement opposé !

Pour notre joueuse en exemple, si elle swingue à plus de 10 degrés à droite du chemin central, il faut qu’elle travaille sur l’impression de swinguer à l’inverse 10 degrés à gauche, pour en fait être dans l’axe !

Les chiffres ne servent pas à autre chose : Développer votre impression physique (votre swing) par rapport à eux.

Un chemin de club au drive à 10 degrés positif signifie un club qui se déplace très intérieur-extérieur au downswing (moment où elle ramène le club à la balle).

La cause de ce downswing à droite tient déjà dans son démarrage très intérieur.

Dans son cas particulier, cela vient aussi du fait qu’elle couche le club au sommet du backswing, et au moment de relancer, elle décale le haut de son corps vers l’arrière (la tête et le buste s’éloigne de la balle), ce qui accentue le fait d’être en arrière à l’impact, tout en lançant le club vers la balle sans trop tourner les hanches à l’impact et après.

Il suffit qu’elle démarre le chemin par l’action des mains, des avant-bras, et des épaules plus à l’extérieur, et même qu’elle exagère franchement pour qu’à l’arrivée, le chemin se « redresse » significativement.

On en arrive au point concernant la face, qui me paraît le plus difficile.

Vous verrez que vous pourrez modifier très rapidement votre chemin. Vous n’arriverez pas à 0 du jour au lendemain, mais vous pourrez diviser par deux la déviation de votre chemin en très peu de temps…

Pour la gestion de la face, il faut à nouveau être dans l’observation de la trajectoire de la balle pour comprendre.

La face revêt une importance capitale dans la trajectoire finale de la balle.

Le chemin n’est finalement que la trajectoire de lancement. La face donne la position finale de la balle sur le parcours.

A haute vitesse, c’est difficile de la changer.

Concernant l’exemple de notre golfeuse, au bout de quelques départs ratés, par hasard, je me trouvais dans son dos sur le tee de départ, et j’ai vu qu’elle plaçait son tee pratiquement au milieu des pieds.

En amenant son tee vers le pied gauche, et franchement en face du pied gauche, sur le coup suivant, sa balle est nettement moins partie à droite dans le hors-limite.

Elle n’a pas franchement changé le chemin de club toujours à droite.

En revanche, elle a amené les mains plus à gauche (pour elle), et plus au-dessus d’une balle plus à gauche pour elle, et donc commencé à fermer la face qu’elle laissait au contraire traîner fort à droite.

La gestion de la face, cela peut être tout simplement cela ! Changer la position du tee de départ !

Ce problème de face à droite pour notre joueuse vient aussi du fait que si sa rotation des hanches est plutôt convenable… elle ne dissocie pas du tout le haut et le bas du corps dans l’effort de rotation. Tout le corps embarque la face du club à droite !

L’absence de dissociation la prive partiellement de puissance.

A l’inverse, dans mon cas, ma tendance naturelle est de fermer la face à l’impact (autour de -2 degrés à gauche alors que mon chemin est à l’inverse à droite).

Je me suis aperçu en plaçant une balle de couleur vive devant moi (environ à 1 mètre de la balle à frapper) légèrement décaler vers la droite de ma trajectoire, qu’en visant cette balle à la sortie de mon swing (quand les mains dépassent la balle à l’impact) que je redressais cette face dans l’axe !

Autrement dit, bien que je pensais que c’était plus ou moins impossible de contrôler la face, cette aide visuelle (une balle de couleur) m’a permis de sentir comment déplacer mes mains dans la zone d’impact pour taper des coups avec une face square.

Dans mon cas, il fallait que j’aie l’impression de lancer la face à droite !

C’est le mot de la fin : L’impression ! Les chiffres vous aident à travailler vos impressions. Les chiffres permettent de mettre des valeurs sur quelque chose de foncièrement abstrait.

Les chiffres permettent de corriger ce qui peut paraître une fatalité, et faire croire que le golf est un sport impossible, et que vous êtes condamné à l’envoyer n’importe où.

Pour ma partenaire, si elle continue comme ça, je fais le pari que dans peu de temps, elle abandonne le golf, car elle ne prendra aucun plaisir, alors que la solution n’est pas loin… Il faut juste qu’elle sache chercher dans la bonne direction, qu’un pro lui mesure chemin, face, et rapport entre les deux.

Si elle travaille son chemin en exagération inverse, elle va redresser. De là, elle n’aura plus qu’à gérer la face pour considérablement réduire la dispersion.

Vous pourriez penser que la face est le plus important, et éventuellement sauter la phase du chemin… De mon observation, la face est un facteur aggravant, donc ce ne serait pas illogique.

Mais si vous corrigez le chemin en premier, les fautes de faces aggravent un problème bien moins grave, et la dispersion diminue quand même fortement.

Le dernier conseil concernant le management de la face, et sans chercher des tips ou solutions compliquées, comme on peut trouver sur Internet, c’est de placer un objet (une balle) de couleur vive devant soi, à portée des yeux (moins d’un mètre), à gauche, au centre ou à droite de sa cible, pour viser d’amener les mains vers cette balle ou cet objet de couleur après l’impact.

La position de cette balle de couleur devra être déterminée par votre tendance à ouvrir ou fermer la face.

Pour ma part, j’ai besoin de l’ouvrir (à droite), alors que la golfeuse de l’exemple a besoin de la fermer (à gauche).

En créant cette intention, on arrive à transformer ses coups.

Je vous recommande vivement d’aller voir un pro, de lui demander de vous mesurer chemin, face, et rapport entre les deux sur dix frappes, pour avoir vos moyennes, et savoir quoi travailler.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.