Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Labo Golf : Taper des approches à 60 mètres en ligne avec la cible

Labo Golf : Taper des approches à 60 mètres en ligne avec la cible

Sur le parcours, il vous arrive peut-être de vous retrouver à 50, 60 ou 70 mètres en position idéale pour approcher le green. Vous venez de taper un très bon coup de fer ou de bois, et face à vous, le drapeau est très abordable. Vous avez alors une véritable chance de birdie ou de par. Vous prenez un sandwedge. Vous tapez à la distance, mais malheureusement, pour quelques degrés d’écarts au départ de la balle, vous finissez à 3, 4, 5 ou même 10 mètres à droite ou à gauche, et votre belle opportunité de birdie s’échappe. Pour ma part, j’avais régulièrement ce problème jusqu’à ce que je comprenne la relation entre le plan de swing, le chemin du club, et l’angle de la face…

Découvrez nos formules d'abonnements

Scorer dans la zone avec un sandwedge

Quelle frustration d’attaquer un par-4 ou un par-5 en réussissant son engagement, et même le coup de fer suivant pour se positionner en situation idéale de score sur un trou, et ne pas arriver à convertir l’occasion, en un bon score sur la carte !

Pour beaucoup de golfeurs, et j’en fait partie, le coup de départ suffit largement à épuiser toute chance de faire un bon score sur un trou.

Alors quand tout démarre bien, on a vraiment envie que l’histoire connaisse un happy end.

Sur le parcours, à moins de 70 mètres d’un green, et sur le fairway, on se retrouve le plus souvent dans ce qu’il est commun d’appeler la « hot zone » ou plutôt la zone de scoring.

Selon Marie Fourquier, joueuse française sur le LETAS (seconde division du Ladies European Tour), à 100 mètres du drapeau, elle doit impérativement mettre la balle dans un périmètre maximum de 4 mètres autour du drapeau. C’est sa zone de score.

Pour un amateur, on pourrait dire qu’à 60 mètres, l’objectif d’une balle à moins de 5 mètres du drapeau, à droite, à gauche, devant ou derrière, est une bonne option pour sauver le par, ou tenter un birdie.

Bien entendu, la plupart du temps, la grosse difficulté pour nous, c’est d’arriver jusqu’à cette zone de score, et dans un nombre de coups qui en vaille la peine.

On arrive toujours plus ou moins à se trouver dans cette zone. Pour qu’elle s’appelle zone de score, encore faut-il que ce soit en deux ou trois coups maximums.

Dans mon cas, j’ai souvent fait l’expérience de me retrouver dans cette zone, prendre un sandwedge, et taper le plus souvent nettement à gauche de la ligne cible, et ce, alors que je ne commets pas systématiquement cette erreur avec un fer, et depuis une plus longue distance. Quezako ?

Il m’a fallu beaucoup de temps pour comprendre l’origine de cette faute.

J’ai tenté beaucoup de choses sans succès, comme changer la position de ma balle dans le stance, trafiquer les mains, ouvrir les hanches… rien n’y a fait jusqu’au jour très récent où plus qu’un cours de golf, j’ai sorti ma calculette.

Plus sérieusement, à l’aide du launch monitor « Trackman » toujours lui… j’ai enfin compris pourquoi je tapais systématiquement un wedge à gauche de ma cible, ce qui pourrait tout aussi bien être à droite pour d’autres. Mon swing est atypique.

Une affaire de chiffres et de degrés

Qu’est-ce qu’un swing atypique dans un environnement où chaque swing est unique ?

J’ai une définition très mathématique. Un swing peut se résumer par un plan de swing, un chemin de club, et un angle de face à l’impact.

Dans cette phrase est la clé de mon swing, et peut-être de votre swing…

Si vous acceptez de prendre cette idée un peu mathématique en compte, cela pourrait changer votre vision du jeu de golf.

Pour Guillaume Sauzet "Les launch monitors ont justement permis de changer cet aspect de l'enseignement. En mettant des chiffres sur des situations techniques, cela a aidé l'enseignant et l'élève à percevoir l'écart entre ce qui était réalisé, et ce qu'il fallait réaliser."

Mon swing est atypique car en gros, je couche le club au backswing au lieu de le maintenir très « steep ».

Ce faisant, je créé les conditions d’une sortie du plan de swing idéal, que par une espèce de miracle, je finis par plus ou moins bien corriger à l’impact.

En gros, au lieu d’aller simplement à la balle, je me complique le chemin, mais disons que cela marche à peu près, et surtout que je ne sais pas faire autrement.

Les cours n’ont pas fonctionné dans mon cas, car mes anciens enseignants, qui n’avaient pas forcément de Trackman à l’époque, essayaient tant bien que mal, ne me faire rentrer dans un standard.

Comme un éléphant dans un magasin de porcelaine, c’était peine perdue.

Si sur un mouvement ample, comme par exemple un coup de fer à 135 mètres, le phénomène ne me perturbait pas trop…. C’était aussi du fait d’une exigence de précision moindre à mon niveau d’amateur.

Taper un fer 7 ou 6 à 135 mètres, et la poser à 7,8 ou 10 mètres n’était pas encore quelque chose de préjudiciable.

En revanche, le même problème sur un coup de sandwedge à 60 mètres pour finalement placer la balle à plus de 5 mètres du drapeau… c’était vraiment dommage.

En somme, si vous avez le même problème, à savoir taper à gauche ou à droite d’une cible sur une distance courte, de ce que j’ai expérimenté, j’en ai retiré plusieurs enseignements :

Le premier, Quand vous tapez plusieurs balles d’affilées à gauche ou à droite et de manière semblable, il faut changer un paramètre.

Le second, il faut apprendre à connaître son swing et repérer la véritable origine du mal.

Cela peut paraître facile à dire.

Balle à gauche, dans mon cas, clairement, c’était la face du sandwedge qui à l’impact était systématiquement à gauche ! De là, j’ai cherché à trafiquer les mains, changer de stance, déplacer la balle entre les pieds, etc. Rien n’y a fait !

C’est là que j’ai compris que pour modifier la position de la face à l’impact, et la rapprocher de square (0° degré), il fallait dans mon cas, non pas changer les mains, mais changer le chemin du club.

Je précise que c’est un exemple personnel. La face peut bouger indépendamment du chemin de club.

Pour faire simple, il existe trois grands chemins de club possibles : tout droit, extérieur-intérieur et intérieur-extérieur.

J’en viens au troisième enseignement pour un amateur. Il y a une grande différence entre ce que l’on croit réaliser, et ce que l’on réalise réellement.

Si vous me demandez quel est mon chemin de club naturel, et sans trackman. Je vais vous répondre le plus naïvement du monde : Tout droit !

En réalité, et seul un radar peut vous le dire : Il ne l’est pas du tout.

Comme beaucoup d’amateurs, il m’arrive d’oublier de jouer avec mes hanches, et de trop activer mon swing avec le haut du corps, et les bras.

A l’inverse, quand j’active mes hanches, comme par hasard, j’arrive beaucoup plus facilement à contrôler le chemin de mon club… mais c’est une autre histoire.

Ici, je voudrai vous proposer sur la base de mon observation des données Trackman, comment on peut faire pour simplement remettre des balles dans l’axe quand on n’est pas un expert du golf, et surtout en tenant compte d’un paramètre que j’ai souvent mésestimé : Le plan du club.

J’envoie naturellement mes balles à gauche, car effectivement à l’impact, la face de mon club est excessivement fermée.

Elle est fermée, car je couche mon club pendant la descente. Mon plan de swing avec un sandwedge 56 degrés n’est plus dans la norme, ce qui altère en fait le chemin du club, puis comme un jeu de domino, la face du club.

La norme ? Avec un sandwedge, sans tenir compte de la taille du joueur, ou du type de lie du club, on pourrait grosso modo admettre que le plan devrait être autour de 70 degrés.

Dans mon cas, le plan est inférieur à 60 degrés…

Pas de fatalité !

En plus de 20 ans, je n’ai jamais réussi à changer le plan du swing, par contre, j’ai découvert que je pouvais adapter mon chemin de club, et par conséquent, l’angle de la face, ce qui in fine nous intéresse ici pour taper plus droit.

Le problème

Sur une série de frappes assez imprécises, j’ai isolé un coup très à gauche du centre du fairway.

Le plan de swing est à 60 degrés.

Malgré la perception d’une organisation standard pour ma part, le chemin du club est -3,3 degrés à gauche, et pire, la face à -5 degrés orientée à gauche. La balle finit logiquement sa course à 4,6 mètres à gauche du trou, sans que je sache pourquoi au moment de taper.

La balle part à gauche et finit à gauche car chemin et face sont à gauche.

Première action pour tenter de corriger

Sur une série de 5 frappes, j’ai essayé de jouer intérieur-extérieur de manière exagérée (à savoir déplacer le club au début du backswing derrière moi, puis ramener le club vers la balle au downswing comme si je voulais la faire sortir à droite de ma cible).

C’est là où la notion de différence entre ce que l’on croit produire, et ce que l’on produit effectivement est essentiel !

En m’organisant de cette façon, au lieu de taper vers la droite, je tape une balle parfaitement en ligne.

Le plan de swing est de 58 degrés. Il est donc encore plus « couché », par contre, le chemin de club est à 0, et la face à 0. La balle ne peut pas bouger autrement que de suivre la ligne droite.

Entre les deux coups, j’ai principalement agi sur le chemin du club, qui tient compte de mon plan naturel. J’ai aggravé la différence entre mon plan de swing et ce qu’il faudrait produire en théorie. C’est une solution non-conventionelle.

Deuxième action

Je continue l’expérience cette fois en déplaçant le club dans ce que j’appelle ma perception de l’axe.

Autrement dit, je cherche la neutralité au départ du backswing, comme si je suivais une ligne droite tracée derrière la balle au démarrage.

Dans ce cas, j’arrive aussi à taper une balle droite, mais il y a une chose que j’ai dû me forcer à faire : Tourner les hanches, et jouer davantage avec le bas du corps.

C’est cette action qui a permis une balle dans l’axe alors que le chemin du club est à nouveau à gauche de la cible (-3,6 degrés).

L’action des hanches a permis de ramener la face de club square à l’impact (0 degré).

En revanche, si je suis moins précis sur cette action des hanches, étant donné que le chemin est à gauche, attention, gare au risque de faute au niveau de la face…

Dans cet exemple, mon plan de swing est plus proche de 60 degrés. Le club est moins couché.

Troisième action

Troisième expérience, j’inverse le processus, et je déplace volontairement le club au début du backswing vers l’extérieur pour le ramener ensuite à l’intérieur, et comme si je cherchais à faire partir la balle à gauche de ma cible.

Le plan de swing augmente à 61,4 degrés, l’inverse de ce que je fais naturellement.

Le chemin de club est très franchement orienté à gauche (-6,5 degrés), et par contre, la face est ouverte à droite (+2,5 degrés).

La relation de la face au chemin est très exagérée (9 degrés), pourtant la balle dans l’axe, et termine à 70 centimètres du centre du fairway !

De cet exemple, il faut retenir que dans une certaine mesure, et c’est le cas le plus compliqué, un chemin à gauche avec une face à droite peuvent engendrer… une balle dans l’axe.

Résultats

En résumé, pour taper droit dans mon cas, il y a trois possibilités, et à condition de ne pas se mélanger !

Le cas qui m’a semblé le plus évident est une organisation que je perçois comme frappe intérieur-extérieur, car elle me maintient dans ma zone de confort. Inconvénient, elle ne fait pas progresser, et apprendre une nouvelle compétence.

J’ai adapté mon chemin de club à mon plan de swing, ce qui m’a permis de mettre plus facilement la face square à l’impact.

En conclusion, je vous invite à demander à votre pro de mesurer votre plan de swing naturel, et de vérifier la relation avec le chemin de club.

Quel que soit votre cas de figure, il existe une solution. Le tout, c’est d’aligner vos planètes.

Pour ma part, le fait de savoir que mon plan trop incliné s’accorde mieux avec un chemin intérieur-extérieur avec un sandwedge (attention le plan du swing évolue selon le club) me donne beaucoup plus de confiance au moment de taper ce type de coups.

Je peux toujours faire une petite faute de face à l’impact, mais j’ai statistiquement plus de chances de taper dans l’axe…

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.