Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Mieux jouer au golf - Nos conseils techniques

Faut-il un ou plusieurs clubs pour chipper autour du green?

Faut-il un ou plusieurs clubs pour chipper autour du green?

C’est une question qui peut se poser dans l’esprit de bons nombres d’amateurs, et la question suivante est souvent quel est le bon club pour chipper autour du green. Quand vous vous intéressez à ce que produisent les golfeurs professionnels, vous entendez souvent parler de créativité. En quoi, taper un coup de golf est une action faisant appel à l’imagination ? Un coup de golf n’est-il pas sensiblement le même d’un geste à un autre ? Justement, la créativité, c’est la façon d’imaginer une distance, un vol de balle, un point d’arrivée, et un roulement…Il existe une infinité de possibilités. C’est le talent créatif que de choisir la meilleure. Parlons de créativité et options tactiques autour du green avec notre consultant, Michel Delbos.

Découvrez nos formules d'abonnements

Réponse en fonction du profil du golfeur ou de la golfeuse

Quand un amateur me demande s’il doit toujours utiliser le même club ou en changer autour du green, et en fonction du coup à jouer, j’ai envie de répondre que pour un débutant, il est bon d’en utiliser plusieurs.

Il me semble que c’est plus facile de répéter le même geste, en se contentant de faire varier les lofts pour parcourir différentes distances.

Il n’est pas encore temps d’inciter le débutant à en plus de gérer la distance, régler son élan, la position de la balle dans le stance, la position des mains, et la fin du geste.

Le changement du loft du club doit suffire à gérer la trajectoire, et la hauteur de la balle.

Quand un bon joueur me pose la même question, ma réponse est généralement plus nuancée, et c’est là où il faut parler de créativité au golf.

Pour un golfeur expérimenté, il convient justement d’expérimenter les deux stratégies, et de voir celle qui fonctionne le mieux.

Changer de club ou changer de geste !

Sachant que pour un golfeur qui ambitionne de très bien jouer, il faut être capable de s’adapter à n’importe quelle contrainte sur le parcours, où vous n’avez jamais vraiment les mêmes situations à jouer.

Ceci dit, plus la biomécanique et le feeling (touché) d’un golfeur évolue, et plus, il y a de bonnes raisons de l’inciter à n’utiliser qu’un seul club.

Et je remarque que les bons joueurs qui aiment n’utiliser qu’un club en situation de chipping, sont souvent ceux qui passent le plus de temps autour des zones d’approches des practices !

A force d’entraînement, surtout à varier les situations, ils finissent par développer un feeling qu’ils mettent plus facilement en place avec un seul club, mémorisant l’élan nécessaire pour une distance à 5, 10 ou 15 mètres, ainsi que les autres paramètres du chipping comme le lie, et la hauteur de trajectoire désirée.

La créativité autour d’un green de golf est liée au fait qu’avec un seul club, vous avez une infinité de possibilités. Alors avec deux, trois, quatre ou même cinq clubs, imaginez….

Je ne veux pas vous influencer dans un sens ou un autre. Simplement, les esprits les plus cartésiens, préféreront sans doute opter pour un seul club, enregistrant mentalement les différentes solutions aux différentes contraintes. Les esprits les plus créatifs et instinctifs voudront privilégier le feeling brut, et moins calculé.

Pour n’utiliser qu’un seul club dans toutes les situations, cela demande énormément de pratique pour bien mémoriser chaque préparation.

C’est un entraînement plus laborieux.

Une étude menée au trackman par un enseignant américain illustre les différences de vols de balles

Pour vous donner un avis encore plus précis, je me suis documenté, et j’ai trouvé aux Etats-Unis, une petite étude réalisée par un confrère enseignant (Tom Stickney) sur la différence entre un fer 9 et un lobwedge (56°) dans la même situation de chipping, et mesurée avec un radar pour constater les différences de trajectoires (hauteur, carry, dispersion, angle de lancement et d’atterrissage).

Question à résoudre : Déterminer si le fait de chipper avec plusieurs clubs permet de taper des coups plus réguliers ou consistants, et des trajectoires de balles plus régulières OU si cela n’a pas d’effets particuliers ?

Se positionnant dans le pré-rough en bord de green, à savoir un léger lie, et muni de son radar, le pro a commencé à chipper, sachant que dans cette position, effectivement, en théorie, vous pouvez utiliser n’importe quel club du lobwedge jusqu’au fer 9.

Pour ne pas fausser le résultat, il a tapé 5 coups avec chaque club sans chercher à se régler pour viser la perfection, ce qui aurait faussé le résultat.

Simplement, chipper de manière naturelle.

Résultats de son étude :

La portée

  • Avec son wedge 56°, il a porté la balle (avant la roule) entre 6.4 et 8.2 mètres.
  • Avec le fer 9, il a porté la balle (avant la roule) entre 2.7 et 3.6 mètres.

L’écartement

  • Avec son wedge 56°, l’écart entre la balle la plus courte et la plus longue a été de 3.6 mètres
  • Avec son fer 9, l’écart entre la balle la plus courte et la plus longue a été de 1.8 mètres

Angle de lancement

  • Avec son wedge 56°, il a lancé la balle en hauteur entre 26 degrés et 31 degrés.
  • Avec son fer 9, il a lancé la balle en hauteur entre 15 degrés et 16 degrés.

Premier commentaire : Quand vous changez les conditions de lancement d’une balle, vous changez le loft dynamique, ce qui créé des hauteurs de trajectoires et de carry plus aléatoires.

Entre les deux clubs, vous pouvez constater les différences de vol de balle, et c’est le fer 9 qui est en fait le plus régulier.

Et comme avec ce club, le pro est plus régulier dans cette situation, l’écartement et la précision s’en trouve améliorée, notamment la roule qui est plus facile à prédire, en particulier sur un terrain plat.

Effectivement, quand on change l’angle de lancement, on change l’angle d’atterrissage !

Au cours de son exercice, le pro a modifié l’angle d’atterrissage avec son lobwedge de près de 6 degrés entre tous ses coups, alors qu’avec le fer 9, cet écart n’a été que de 1.5 degrés.

Ce faisant, la roule de sa balle a été plus répétitive avec le fer 9.

Qu’en est-il de la dispersion ?

Comme il s’agit de coups joués à seulement quelques mètres de la cible. La dispersion ne peut pas être très distincte entre les deux clubs, toutefois, ce ne sera plus vrai si on augmente la distance à parcourir.

Logiquement, le fer 9 devrait porter la balle et atterrir plus près de la ligne cible, surtout parce qu’il n’a pas à porter la balle très haute dans l’air pour atteindre la cible.

A l’inverse, le lobwedge ne devrait pas rouler trop en-dehors de la ligne par rapport à un fer 9, surtout quand il y a des pentes.

En résumé, en cas de mauvais coup, il y a des inconvénients dans les deux cas.

Conclusion

Le fer 9 donne plus de consistance et de précision dans une situation de chip en bord de green, notamment pour mieux prédire le comportement de la balle, ce qui valide l’hypothèse d’utiliser plusieurs clubs pour un golfeur débutant, car cela minimise le nombre de variables à analyser, et donc le besoin de créativité.

Néanmoins, pour un bon joueur, aucun argument ne peut expliquer la confiance en soi et la gestion de la pression, donc si ce joueur estime qu’il chippe mieux avec un seul club…qu’il continue.

Je ne serais dire à quel point, il est toujours intéressant de savoir maîtriser tous les types de coups, et tous les clubs en bord de green, pour justement favoriser la confiance en soi devant des situations totalement inédites sur le parcours.

Les meilleurs golfeurs performent sur le parcours par leurs capacités non pas en tapant un bon coup de fer 7 au milieu du fairway, mais dans le fait de ne pas rater un coup dans un rough en pente et sous un arbre…

Petit rappel technique pour ceux qui veulent faire varier les trajectoires avec le même club

Dans la vidéo ci-après, je veux vous rappeler quelques fondamentales techniques pour réaliser, soit une balle basse qui roule, soit une balle haute qui va s’arrêter plus rapidement sur le green.


Pour un chip balle basse, maintenez vos balles basses après l’impact, et surtout dégagées par rapport au corps, et notamment des hanches, ce qui permet d’obtenir un corps qui reste plus bas.

Pour un chip balle haute, pivotez et conservez vos bras beaucoup plus près du corps, ce qui entraîne un redressement en fin de geste, et provoque une trajectoire plus haute avec un club pointant vers le ciel.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.