Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

En difficulté au petit-jeu? Maîtrisez votre centre de gravité!

En difficulté au petit-jeu? Maîtrisez votre centre de gravité!

Beaucoup de golfeurs et de golfeuses rencontrent très souvent la même difficulté dans le secteur du petit-jeu, et en particulier pour les approches à moins de 20 mètres du green, secteur où à l’inverse, les pros et les meilleurs amateurs performent le plus pour sauver des PARs. Je vous propose d’examiner une raison assez peu évoquée, et vous livrer une clé de succès facile à mettre en œuvre, et pourtant déterminante.

Découvrez nos formules d'abonnements

Préambule sur la problématique du petit jeu pour un golfeur amateur

Dans le domaine du petit-jeu, la variété des coups est très importante, et réveille l’éventail créatif de tout golfeur quel que soit son niveau.

Que vous ayez un coup type « bump and run » , que vous visiez un drapeau en bord de green relativement peu défendu ou que vous deviez « lober » un bunker avec peu de places pour poser la balle sur le green juste derrière, le niveau de difficulté de chacun de ses coups n’est finalement pas l’élément clé de la difficulté que vous rencontrez, et pourtant d’un coup à l’autre, ce n’est vraiment pas le même exercice.

Non, pour un amateur en difficulté globalement dès qu’il s’agit de jouer un petit coup ou un demi-swing, le problème est ailleurs.

Pour comprendre ce qui cloche, il faut revenir à l’apprentissage du golf dès son point de départ !

Souvent, en tant que golfeur débutant, la première préoccupation est de faire voler la balle le plus loin possible.

Cette préoccupation ne quitte jamais vraiment les golfeurs, et ce des années après leurs débuts.

Au moment d’appréhender le petit-jeu, la plupart du temps, l’amateur aborde cet aspect du jeu avec la même attitude et la même organisation que pour le grand jeu.

De ce point de vue, c’est un peu de la faute de nous autres enseignants quand nous voulons simplifier les premiers mots ou les premières explications fournies à un grand débutant, en évoquant le fait que quel que soit la distance, nous devons toujours produire le même geste ou le même swing, seul varie le club. Après, quand le golfeur progresse, on commence à introduire la notion de variation d’amplitude.

Pour ne pas effrayer le joueur, on a donc tendance à simplifier en évoquant ce fameux geste unique quel que soit la situation.

En réalité, il faut être plus précis…

Si un amateur aborde le petit-jeu sur les bases du jeu long, il est tout à fait prévisible que ce qu’il va produire va être justement imprévisible !

Vous l’aurez compris, mon premier propos consiste à distinguer grand jeu et petit jeu.

L'importance du centre de gravité...

Pour entrer dans le détail, je vais vous demander de considérer un set-up (organisation/adresse) d’un swing de golf au petit-jeu sous l’angle de trois cercles distincts.

Le moteur et les segments. Comprendre qui commande quoi

Le premier cercle est celui que j’ai dessiné sur la photo ci-dessus, et qui encercle la tête de club (en bleu).

Ce cercle est en fait celui qui va se déplacer le plus, et le plus rapidement tout au long du swing.

Le deuxième cercle est celui qui entoure les mains (en rouge). Par rapport au club, les mains vont se déplacer sur une amplitude bien plus réduite, et bien moins rapide que la tête de club.

Le dernier cercle (en jaune) situé au niveau du bas ventre, à hauteur du nombril symbolise le pivot du corps humain.

Le centre de gravité

Bien que le nombril ne soit pas au millimètre près le centre de gravité de tous les individus, le fait de parler de nombril est un bon outil pour que les amateurs s’en souviennent, et focalisent dessus au moment d’effectuer une approche en maintenant un bon équilibre.

Le nombril se déplace moins et moins vite que la tête de club

Par rapport aux deux autres cercles, celui autour du nombril est clairement celui qui se déplace le moins, et le moins vite.

A ce stade, et si vous avez lu mon précédent article consacré à la dissociation segmentaire, vous avez peut-être déjà compris où je veux en venir. A savoir, l’enchaînement et l’amplification des actions qui contribuent à produire un coup de golf, partant d’un élément moteur, et d’éléments qui suivent ou subissent l’impulsion donnée par le moteur.

Notez aussi qu’au moment de vous parler de petit-jeu, je ne vous parle pas du tout des bras !

Ce sur quoi 99% des amateurs en difficulté au petit-jeu focalisent.

Au contraire, pour progresser au petit-jeu, je vous encourage à ressentir ce qui se passe sur ce troisième et dernier cercle autour de votre nombril.

De mon point de vue, l’erreur la plus importante commise par les amateurs consiste à déplacer ce troisième cercle très vite et sur une grande amplitude, un peu à la manière d’effectuer un grand coup.

Savoir produire de bons coups au petit comme au grand jeu, implique de savoir régler finement son corps, et en particulier, le déplacement de son centre de gravité, pour maintenir son équilibre, et contrôler la vitesse donnée à la tête de club.

Sur la question spécifique de l’équilibre, n’oubliez pas que si vous perdez l’équilibre au cours du swing, il y a de grandes chances que vous modifiez le plan de swing, et que le club ne revienne pas là où il devrait, ce qui entraîne socquette, gratte, et toutes sortes de désagréments.

En résumé, ne cherchez pas à faire une approche avec le même fonctionnement qu’un grand coup !

Comment travailler le petit-jeu ?

Tout d’abord, commençons par aborder la question du grip sur une approche.

Sur une échelle de 1 à 10 de pression portée sur le grip (voir mon article sur la pression de grip qui détruit le swing), pour une approche, je vous recommande d’opter pour une pression…de 1 !

Admettez que le seul moyen de déplacer un club de golf correctement, est de le faire à partir du déplacement du nombril d’arrière en avant, de manière douce, et rythmée.

Instantanément quand vous admettez cette notion, vous comprenez comment le corps tourne et ralentit le release de la tête de club, ce qui contribue à une meilleure gestion du petit-jeu.

Varier les difficultés tout en conservant la même gestion de votre centre de gravité

Une fois cette notion maîtrisée, commencez par des petits chips simples à quelques mètres de votre cible, puis augmentez la distance, ce qui demandera de plus en plus de contrôle…

Pour pousser plus loin l’exercice, variez les angles d’attaques (amplitude), les lies, et l’angle de fermeture de la face pour varier les trajectoires.

Le fait de mieux appréhender ce qui se passe au plus près de votre centre de gravité (j’aurai envie de l’appeler centre névralgique), vous pouvez mieux ralentir et contrôler tout ce qui va découler par la suite (le reste de la chaîne de production), et donner moins de vitesse à la tête de club au moment de l’impact, car c’est là, tout l’enjeu du petit-jeu !

A vous de jouer, et bon golf !

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.