Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Mieux jouer au golf - Nos conseils techniques

Améliorez la précision de vos approches pour baisser votre index

Améliorez la précision de vos approches pour baisser votre index

C’est presque une évidence mais pour mettre la balle au fond du trou dans un nombre de coups limités sur un parcours de golf, il est nécessaire de se rapprocher du trou au maximum de ses possibilités en-dehors du green. Une étude menée sur les joueurs de golf professionnel a permis de confirmer ce qui fait vraiment la différence sur une carte de score, soit la précision des approches ! Et ce quel que soit le niveau de jeu des golfeurs !

Découvrez nos formules d'abonnements

Comme disent les anglais « So what ? »

« Et alors ? » Combien d’amateurs passent une heure de practice à taper des coups de fers et des bois, au lieu de répartir ce temps entre 30% pour le jeu long, 30% pour le jeu d’approches à moins de 100 mètres, et moins de 50 mètres, et enfin 30% du temps sur et autour du green ?

La majorité des golfeurs que je croise sur un practice ne passent pas assez de temps à travailler ce qui est pourtant le facteur de score.

Oui ! Les meilleurs professionnels gagnent des points au driver ou au putting, mais comme on a encore pu le voir dans le match entre Rory McIlroy et Jason Day en demi-finale des championnats du monde de match-play à Austin, ce qui fait surtout la différence, c’est la qualité du deuxième ou troisième coup.

L’exemple du match Rory McIlroy versus Jason Day aux derniers championnat du monde de Match-Play

Si on prend l’exemple du trou 12 disputé entre les deux meilleurs golfeurs de la planète, c’est ce Par-5 qui a finalement déterminé l’issu du match, puisque Day a pris une avance de « One up » sur ce trou, pour ne plus jamais laisser McIlroy revenir.

Depuis le tee de départ, Rory était alors encore au niveau de Jason Day.

Il tape alors un drive puissant pour parcourir 288 mètres sur la partie droite du fairway. Il lui restait 247 mètres à parcourir pour atteindre le green.

Sur son deuxième coup, Rory a tapé un coup à 216 mètres qui lui a permis de se rapprocher du green, et ne se laisser plus que 45 mètres pour son coup d’approche !

Une gestion parfaite de son trou jusque-là, et une position idéale pour aller chercher un birdie.

A noter, McIlroy était toujours sur la droite du green, là-aussi une position supposée idéale tenant compte du fait que le trou était dans la partie arrière et droite du green.

Jason Day a lui aussi tapé un drive puissant, et atteint 294 mètres sur la partie gauche du fairway. Il lui restait 244 mètres à parcourir jusqu’au green.

Soit pratiquement la même distance à jouer que son adversaire, sauf que lui a pu jouer un coup qui pouvait prendre le risque de rouler, car il avait la longueur du green devant lui, quand McIlroy en étant à droite du trou, pouvait en fait voir l’eau derrière le green.

En résumé, Day avait la possibilité de jouer le green en risquant la longueur mais pas la largeur. A l’inverse, McIlroy pouvait jouer le green sur sa largeur, mais pas en longueur considérant les risques d’erreurs.

A la différence de McIlroy, Jason Day a attaqué le green en deux avec un coup porté à 232 mètres en coupant quelque peu la trajectoire sur la gauche du green.

Ce deuxième coup d’une audace magistrale lui a permis de s’approcher à 11 mètres du trou.

Relativement loin par rapport à la définition d’une approche précise, mais exceptionnel pour un coup tapé à plus de 230 mètres.

En admettant que l’on se donne une marge d’erreur de 10% pour un coup d’approche. A 230 mètres, cela engendrerait une marge d’erreur de 23 mètres !

Jason Day a donc pris un bel avantage tactique sur McIlroy, mais à ce stade, la messe n’était pas dite.

Le choix plus prudent de McIlroy pouvait encore payer à condition de réussir son approche à moins de 50 mètres, une position dans laquelle, un joueur de son niveau excelle.

Depuis cette position, McIlroy a posé la balle à 7 mètres du drapeau.

Une précision qui ferait rêver beaucoup d’amateurs, mais qui était en fait insuffisante pour lui permettre de partager le trou !

Il ne restait guère que quatre mètres de moins pour arriver au trou, et ce, par rapport à son rival en seulement deux coups sur le green.

A onze mètres du trou, Jason Day a amené son putt à 60 centimètres du trou, pour finalement rentrer le coup suivant pour birdie.

A dix mètres du trou, un pro de ce niveau est très souvent capable de mettre sa balle à moins d’un mètre.

C’est là où McIlroy a perdu en assurant trop, ou ne mettant pas assez la pression sur son adversaire.

Son pari aurait été réussi, si au lieu de se mettre à 7 mètres du mat, son approche avait été à deux mètres maximum !

A nouveau, en appliquant, la règle fictive de 10%, à 45 mètres, sa marge d’erreur n’aurait pas dû être de 7 mètres, mais de 4,5 mètres.

Pour finir, son putt de 7 mètres a terminé à 1,50 mètres du mat pour se laisser seulement un putt pour sauver le par.

Le trou a été perdu, et derrière, sur les six trous qui lui restait, il n’a jamais pu refaire son retard.

Il est très probable que dès qu’il a vu Jason Day se mettre à onze mètres du drapeau en deux coups, McIlroy est senti la pression sur ses épaules. Et c’est sans doute cette pression qui lui a fait rater son avant-dernier putt.

Une partie de golf en championnat du monde se joue à ce niveau de détail.

Que disent les chiffres du PGA Tour concernant la qualité des approches ?

Pour en revenir à l’étude faite sur les pros aux Etats-Unis, sont considérés comme des coups d’approches, les coups tapés à plus de 90 mètres du green, en excluant les coups de départs sur les par-4 ou les par-5.

Ensuite, les coups d’approches sont découpés en plusieurs catégories.

Une première catégorie de coups tapés de 135 à 180 mètres fait déjà une différence sur la carte de score entre les meilleurs pros, et les joueurs moyens.

De cette distance, 135 à 180 mètres, les pros touchent les greens dans 71% des cas.

Coller la balle à 7 mètres, semble même être la bonne « note » pour ces pros depuis cette distance.

Un golfeur comme le sud-africain Tim Clark s’en est fait une spécialité.

A l’inverse, dans les mêmes conditions, un golfeur d’index 15 ne va toucher le green que dans 22% des cas.

La différence avec les pros est énorme.

Les coups sont souvent trop courts, et en-dehors de la ligne.

Bien entendu, améliorer sa ligne de visée est important, mais il est encore plus important de trouver la bonne longueur pour son coup.

Le bon conseil pour un amateur tiendrait en fait dans trois actes

Premièrement, parfaitement mesurer la distance réalisée avec chaque club de son sac ! Il devrait par exemple connaître avec exactitude sa portée avec un fer 5 !

Deuxièmement, il faut admettre que pour bien jouer au golf, il faut des compétences de « topographes » et de « météorologues ».

Il est très important de prendre en compte la force et la direction du vent, de même que la nature du terrain comme par exemple, si le green est en montée ou en descente par rapport à la position de la balle sur le dernier coup d’approche.

Vent ou vallons ont une importance énorme sur la précision des coups.

Troisièmement, savoir prendre en compte, et analyser les deux facteurs précédents pour toujours choisir le bon club.

Si les amateurs ne touchent que 20% de greens en régulations, on pourrait imaginer qu’ils se trompent dans 50 à 80% des cas !

A l’origine, ce sujet a peut-être pu vous paraître anodin, mais quand on prend en compte le taux d’erreur par rapport au résultat final, ce n’est plus vraiment anodin.

Mon conseil en plus pour gagner en précision sur les coups d’approches

Nous avons vu précédemment que pour gagner en précision, il était nécessaire de connaître ses distances par clubs, être capable d’évaluer le terrain et le vent, et enfin pendre une bonne décision de choix de clubs, tenant compte de ces éléments.

Jusque-là, un certain nombre de golfeurs expérimentés ne vont pas avoir tomber de leurs chaises.

Pour améliorer nettement la précision de vos approches, je vous recommande un élément en plus, partant d’une observation.

Sur le parcours, combien de fois tentez-vous d’atteindre vos distances maximales ?

Si vous tapez au mieux votre fer 7 à 135 mètres, vous ne vous laissez pas de marges d’erreurs, en prenant systématiquement ce club pour cette distance.

D’ailleurs, sitôt la balle tapée, vous êtes souvent stressé à l’idée d’avoir bien tapé votre meilleure réalisation, avec pour conséquence de vous relever instinctivement plus rapidement, ce qui a un effet négatif sur la qualité du coup.

Je vous recommande d’aborder le problème sous un autre angle !

Plus haut, je faisais part du besoin d’étalonner ses clubs.

Plus important que de savoir à quelle distance maximum vous allez avec chaque club, prenez en compte votre moyenne.

Sur le parcours, vous pourriez tout aussi bien réduire le stress en partant du principe de sur-cluber systématiquement, tout en raccourcissant votre grip jusqu’au milieu.

Objectif double : Assurer la distance tout en augmentant le contrôle de votre swing !

Toujours à 135 mètres, au lieu de taper votre fer 7 à son maximum, vous optez pour un « petit » fer 6 avec les mains avancées au milieu du grip.

Vous cherchez surtout à taper votre coup en rythme pour assurer un finish parfaitement contrôlé, plutôt que de risquer un déséquilibre en fin de geste sur un coup tapé à 110%.

Ainsi, vous vous autorisez une certaine forme de marge d’erreurs plutôt que de chercher à systématiquement taper votre meilleur coup.

A vous d’essayer, bon golf !

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.