Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Circuits PRO de golf

Race to Dubaï 2015: Le flop-5 des golfeurs européens

Ils n’auront pas marqué l’année dans le bon sens. Au contraire, ils vont traverser l’année dans la plus grande discrétion, or, ce sont des grands noms du golf européen, et pour certains d’anciens membres de l’équipe européenne de Ryder Cup. Retour sur la saison de ceux qui ont plutôt déçu en 2015.

Découvrez nos formules d'abonnements

Graeme McDowell n’a pas retrouvé sa grinta habituelle !

McDowell est le parfait exemple de la difficulté de bien jouer sur deux tours dans une seule et même saison. Se partageant entre les USA et l’Europe, « McDo » n’a jamais réellement trouvé le bon rythme.

Seulement 64ème de la Race après 17 tournois joués pour 466 000 euros de gains, on ne peut pas dire que le nord-irlandais ait négligé le circuit européen.

Pas de coup d’éclat, et un symbole, son cut manqué sur l’Open de France qu’il a pourtant remporté deux années de suite, et pour lequel, il faisait office de favori.

Dans la partie maudite avec Lee Westwood et Alexander Levy, les trois stars de l’Open de France sont passées à la trappe au soir du cut.

Depuis, sa saison n’a pas été émaillée de performances retentissantes. Au contraire, même si un léger mieux a été entre aperçu à Hong-Kong, il n’a toujours pas accroché le moindre top-10 depuis le Dubaï Desert Classic disputé en Février dernier.

Romain Wattel : Un flop qui aurait pu être un top !

Romain Wattel figure dans notre flop dans la mesure où de la même génération que Dubuisson, il n’a pas encore connu son grand soir, et le temps passe…

Dans un sport où le niveau est très serré, y compris avec les meilleurs amateurs qui tapent à la porte du professionnalisme, il ne faut rien lâcher.

Après une saison 2014 qui l’avait vu entrer timidement dans le top 100 mondial, il n’a pas réussi à passer le cap et depuis reculé au 164ème rang.

Sa saison a été assez paradoxale, et parfois au cours des tournois.

Par exemple, leader à mi-chemin de l’Open d’Italie avec les meilleures stats du tournoi, il n’arrive pourtant pas à gagner.

Deuxième du Hassan II, septième en Inde, huitième en Chine et donc dixième en Italie, il a connu quelques hauts, malheureusement contrebalancés par 11 cuts manqués sur 25 tournois disputés, et pas encore la capacité d’aller au bout, et de gagner son premier succès sur le circuit européen.

Pour Romain, bien que la saison ne soit pas mauvaise, il ne peut pas s’en contenter. Au contraire, il a démontré qu’il avait les capacités pour scorer au niveau des meilleurs. Il peut et il doit faire mieux.

Marcel Siem se perd en chemin…

L’allemand Marcel Siem a un lien particulier avec la France puisqu’il a remporté son premier grand succès à Paris pour l’Alstom Open en 2012.

Depuis, il a remporté au moins un tournoi chaque année, se hissant dans le top 60 mondial en 2014, ce qui lui a aussi permis de disputer des tournois outre-Atlantique, et se laisser tenter par l’expérience PGA Tour.

Comme pour beaucoup avant lui, cette hypothèse ne lui a pas souri !

Désormais tombé au-delà de la 120ème place mondiale, l’allemand n’a remporté aucun tournoi en 2015, ni même fait mieux que 24ème à l’Open…de France.

Nous l’avions lui aussi suivi, et comme un symbole, il avait égaré son drive sur le 3 pour ne jamais retrouvé sa balle, un peu à l’image de son chemin de croix depuis 18 mois.

On a perdu le soldat Manassero !

Et que dire de la saison de l’italien Matteo Manassero, seulement 167ème de la Race ?

Plus jeune vainqueur sur l’European Tour en 2010, auteur d’un début de carrière stratosphérique chez les pros, l’italien est en fait l’ombre de lui-même depuis plus d’un an !

Au point qu’il a chuté au-delà de la 500ème place mondiale !

A 22 ans, il est déjà l’ombre du plus jeune prodige du golf européen aperçu au début des années 2010.

Sur 22 tournois joués en 2015, il n’a passé que 6 fois le cut !

Son meilleur résultat est intervenu en Chine, tournoi où il n’a joué que deux tours sous le par, ce qui semble bien être sa principale difficulté aujourd’hui.

Nicolas Colsaerts peine à redevenir le bombardier belge

Dernier membre emblématique de notre flop 5, le belge Nicolas Colsaerts, encore un grand talent européen en perdition, et membre de l’équipe européenne de Ryder Cup en 2012.

Le bombardier belge avait pourtant tous les atouts pour devenir la star du circuit.

Son départ pour le circuit américain en 2013 lui a coûté sa confiance, et à ce jour, il n’en s’est toujours pas complètement remis.

Parmi les meilleurs européens avant son départ, il peine aujourd’hui à se maintenir dans le top-100 européen, et s’est même fait dépasser par Thomas Pieters au titre de numéro un belge.

Très engagé sur le circuit avec 24 tournois disputés en 2015, il a manqué 1/3 de cuts pour à l’inverse seulement deux tops-10.

Cependant, de petits signes laissent penser que Colsaerts pourrait petit à petit revenir à son meilleur niveau, et de nouveau se mêler à la bagarre au sommet en 2016.

Principal animateur du dernier Portugal Masters qu’il a finalement terminé à la 18ème place, il a réussi à jouer un tour en 64 !

Conclusion, dans notre flop-5 de l’année 2015 sur le circuit européen, vous noterez la présence de trois golfeurs qui ont joué ou jouent encore à temps partiel entre USA et Europe pour un résultat relativement désastreux et qui fait penser à l’histoire de « Qui part à la chasse perd sa place ! »

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.