Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test putter TaylorMade Daddy Long Leg

Découvrez le résultat de notre test d’un putter contrebalancé au nom bizarre, avec une tête tout aussi bizarre, mais aux résultats très surprenants. « Papa a peut-être des longues jambes », mais joue-t-il très bien avec ?

Le putter TaylorMade Daddy Long Leg

Découvrez l'offre US GOLF pour votre prochain putter, cliquez ici

Daddy Long Leg (traduire littéralement Papa a de longues jambes) est un nom peu commun pour un putter.

On pourrait plutôt pensé au nom d’un rappeur (Puff Daddy) plutôt qu’au dernier putter contrebalancé d’une marque très sérieuse, qui a pignon sur rue dans le domaine des équipements pour le golf.

Ceci étant dit, si TaylorMade domine le secteur des bois de parcours, et des fers, avec plus de 40% de part de marché, c’est beaucoup moins vrai concernant les putters, ce qui les incite peut-être à prendre des risques !

En 2013, TaylorMade a donc surfé sur le fait que l’USGA et le Royal & Ancient ont conjointement annoncé la fin de l’ancrage au putting pour 2016, et par voie de conséquences, considérablement remis en cause l’utilisation des belly-putters.

Comme d’autres marques, ils se sont engouffrés dans le segment des putters contrebalancés, à savoir équilibré en poids entre la tête et le grip, pour offrir un centre de gravité plus centré dans le shaft.

Loin d’en être les inventeurs, TaylorMade comme Odyssey se sont appropriés ce type de putters pour contourner le problème de l’ancrage au putting, mais conserver un de ses avantages : des putts plus consistants.

Plus consistant voulant surtout dire plus régulier, et mieux équilibré entre le set up, le swing et l’impact au putting.

Pour réaliser notre test, et comme pour les autres putters testés, nous avons utilisé le système iPing qui mesure plusieurs caractéristiques au putting : la consistance globale, le type de coup, l’angle d’impact, le degré de fermeture ou d’ouverture, le tempo, l’angle de lie au set up et à l’impact, la position du shaft au set up et à l’impact, ainsi que la position des mains au set up et à l’impact.

Dans ce test, nous vous proposerons donc des données subjectives (ressenties du testeur) et des données objectives (mesures iPing) pour vous aider à vous faire votre opinion, d’ici à ce que vous testiez vous-même ce putter.

Précisons que comme tous nos autres tests, celui-ci a été mené sans le concours de la marque, et de manière totalement indépendante au magasin US Golf de Champagne-au-Mont-d’Or qui nous prête la piste de putting et les putters.

Avis subjectif sur le putter TaylorMade Daddy Long Leg

En mains, on découvre un putter vraiment bizarre !

Comme pour d’autres produits TaylorMade, on retrouve la signature par la couleur noir et blanche, bien que la semelle soit rouge, et d’aspect comparable à un phare de signalisation d’une voiture.

Pour les amateurs de pureté et de tradition, passez votre chemin !

On ne sait pas si ce putter ressemble à un avion de chasse ou une espèce de navette spatiale, mais après ce premier regard, et une fois posé au sol, on est agréablement surpris par le fait qu’il repose justement parfaitement à plat, ce qui est un avantage pour un putter, notamment au moment de l’alignement avec la cible.

Semelle du Daddy Long Leg ou avion de chasse ?

C’est donc le premier point que nous distinguons par rapport à la majorité des putters.

Bénéfice sans doute lié à sa forme qui pourrait presque s’apparenter à un carré, sauf que le concepteur a donné un design en queue de fusée à l’arrière de la tête du putter, peut-être pour justement éviter que l’on pense que c’est un carré !

Ainsi le club est très facile à aligner sur la cible, un autre bon point pour un putter !

Troisième constat majeur à faire après qu’il pose parfaitement à plat et que l’alignement en est facilité, le Daddy Long Leg est doté d’un très long grip, ce qui est plutôt inhabituel pour un putter.

Et en fait, vous êtes encouragé descendre vos mains très basses sur le grip, ce qui implique qu’au niveau de la posture, on se retrouve assez voûté au-dessus de la balle.

Ce qui en fait, est complètement voulu par le concepteur de ce putter !

A noter, le grip est assez volumineux, sans doute inspiré des grips supertrokes qui permettent de mieux gérer la pression des mains sur le putter.

En conséquence, on se trouve sur une nouvelle façon de putter à mi-chemin entre un belly-putter et un putter classique, sauf que ce n’est pas interdit par les règles du jeu, et que c’est en théorie plus efficace qu’avec un putter classique.

Verdict !

Indéniablement l’un des trois meilleurs putters que l’on ait testé en 2013 !

Pour enfoncer le clou, notez que si on trouve normal de parfaitement centrer les balles à l’impact avec un putter, souvent on constate que les balles que l’on rentre dans le trou, ne prennent pas exactement le centre du trou, mais parfois arrivent légèrement de côté.

Dans le cas du Daddy Long Leg, il a été intéressant de constater que sur toutes les balles tapées, elles prenaient littéralement le centre du trou à chaque fois !

Performance surprenante et sans doute le fruit de plusieurs paramètres additionnés :

  • le club est parfaitement posé à plat,
  • la forme de la tête favorise un déplacement dans la bonne ligne,
  • le balancier est extrêmement régulier,
  • le grip atténue les mouvements parasitaires des mains.

Contrairement aux belly-putters, la prise en main est très simple, et on peut affirmer que ce putter est facile à jouer (On a pas du tout le même avis au sujet du belly-putter TaylorMade Manta Mid que nous avons testé le même jour).

Seul bémol, il faut bien choisir la bonne longueur de shaft, car le fait de se voûter quand on n’a pas cette habitude entraîne de légères mais palpables tensions dans le bas du dos.

Pour plus de confort, veillez à tester un Daddy Long Leg de la bonne longueur (il existe plusieurs longueurs de shafts) pour justement tenir une bonne position, et moins ressentir d’effets dans le dos après plusieurs putts.

Avis objectif sur le putter TaylorMade Daddy Long Leg (mesures faites avec l’application iPing)

Résultats comparatifs de nos tests de putters

Veuillez cliquer sur le tableau pour agrandir l'image

De tous les putters que nous avons testé en 2013, il arrive en 2ème position pour la note de consistance !

La consistance d’un putt est en fait le croisement de plusieurs facteurs : le type de coup (droit, légèrement courbé ou très courbé), l’angle d’impact et le tempo, le tout devant être répété avec le plus de régularité possible, et peu importe la façon de jouer, tant qu’elle est toujours presque la même.

Pour notre testeur, la note de consistance moyenne est généralement de 19, ce qui est en fait assez élevé, car vous vous apercevrez peut-être que la plupart des putters sont inadaptés.

Les putters qui vous conviennent ne sont pas si nombreux, et quand on réalise ce type de tests, on est obligé de tester une grande variété de produits, et donc par conséquences, beaucoup de putters que l’on ne choisirait pas pour son propre jeu.

Ce n’est pas le signe de mauvaises fabrications, mais au contraire, les fabricants mettent sur le marché beaucoup de produits, pour que tout le monde puisse trouver le bon modèle.

Concernant le Daddy long leg, la note globale de consistance observée a été de 1 (plus le score est proche de 0 et plus c’est excellent).

Pour le type de coup, le Daddy Long Leg s’est avéré parfaitement au putting de notre testeur.

A savoir, un chemin en forme de léger arc entre le backswing, l’impact et la fin du geste.

Sur ce point, rien d’extraordinaire à commenter, sauf que le Daddy Long Leg n’affecte pas négativement la façon de putter du testeur.

Pour l’angle d’impact, sur tous les putts effectués, on a mesuré 1,5° fermé, ce qui est dans la moyenne de tous les putters testés par notre testeur (1.4°).

Sur cet indicateur, il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises notes !Daddy Long Leg posé à plat

C’est simplement une tendance qui suggère que la trajectoire des balles aura une très légère tendance à couper l’axe de trajectoire du putt à gauche pour un droitier.

Bien putter ne signifie pas nécessairement avoir un angle d’impact de 0°, mais surtout de répéter régulièrement le même impact.

A ce stade, cette mesure ne révèle pas de contre-indication pour le Daddy Long Leg.

Pour la mesure du tempo, on trouve 1,9 / 1 alors qu’en moyenne le tempo du swing de notre testeur est de 1,75 / 1.

Soit le ratio entre le temps passé au backswing par rapport au downswing (élan du putter par rapport à la fin du geste, y compris l’impact).

Il n’y a pas de bon ou de mauvais tempo.

L’idée étant d’avoir toujours le même.

Dans ce cas, cette mesure, nous apprend que le balancier induit par le Daddy Long Leg a tendance à allonger ce tempo.

Un golfeur qui appréciera un tempo plus lent pour mieux contrôler ses distances pourra bénéficier de ce putter.

Sur la mesure de l’angle de lie, qui est en fait l’indicateur d’inclinaison du shaft quand vous posez votre putter derrière la balle (set up), et de la même façon quand vous tapez la balle (impact), il faut savoir qu’en moyenne, cette inclinaison est de 20%.

Plus on incline son putter vers le bas, et plus on fait monter cet angle.

Rien de répréhensible tant que le putter reste plat ou en tout cas square à l’impact…

Dans le cas de notre testeur, l’angle de lie au set up avec le Daddy Long Leg est de 18.2° contre 19.1° en moyenne, ce qui confirme que notre testeur tient son club plus droit à l’adresse par rapport à d’autres types de putters. (Rappelez-vous, il est plus facile à poser à plat à l’adresse)

Autre point notable, à l’impact, l’angle de lie a très peu varié (18.4°) qui confirme une certaine stabilité pendant le mouvement.

En moyenne, avec d’autres putters, notre testeur réalise un angle de lie de 18.6°, soit un écart de 0.5° entre le set-up et l’impact.

Dans le cas du Daddy Long Leg, cet écart est plus réduit (seulement 0.2°).

Dernier paramètre, le « shaft lean » qui indique l’inclinaison donné par le golfeur à son putter, à savoir, est-ce qu’il ajoute du loft à son putter en ayant les mains légèrement en arrière de la tête, ou à l’inverse, est-ce qu’il réduit le loft de son putter en ayant les mains légèrement en avant de la tête du putter.

Dans le cas de notre testeur, cet exercice a révélé une tendance à avoir les mains en avant, et donc à enlever du loft au putter.

Pour schématiser, plus un joueur va donner du loft à sa balle, et plus il va avoir tendance à lever la balle. Alors qu’à l’inverse, il aura tendance à compresser la balle sur le sol.

Encore une fois, on peut faire comme on veut, tant que c’est régulier.

Avec le Daddy Long Leg, ce qui est intéressant, c’est le fait que cela atténue particulièrement la tendance de notre testeur.

Au lieu d’avoir au set-up, un shaft lean de 1°, ce dernier tombe à 0.6° tandis qu’à l’impact, le shaft lean n’est plus que de 0.2° au lieu de 1.1° en moyenne.

Mais surtout, fait assez rare, quand notre testeur a pour habitude d’avoir les mains en avant au set-up comme à l’impact, dans le cas du test du Daddy Long Leg, ces mains ont bien été en avant au set-up, mais très légèrement en arrière à l’impact !

C’est-à-dire que sa tendance à enlever du loft a été neutralisé pour pratiquement être sans effet sur les putts joués.

De tous les paramètres ci-dessus, retenez surtout la note de consistance qui révèle que pour notre testeur, ce putter a été particulièrement adapté, sans modifier son style de jeu, et même en neutralisant une tendance prononcée à enlever du loft, et donc un peu de distances sur ses putts.

Pour notre testeur, le verdict est sans appel, il achèterait ce putter Daddy Long Leg !

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.