Wright Balance _2 : Comment se détermine un profil de golfeur ?

Dans le premier sujet, nous avons vu qu’un swing de golf correspondrait en fait à un profil. Le grip, le stance, la posture, la séquence du swing, en partant de l’adresse jusqu’à l’impact, seraient en relation avec les notions d’équilibres propres à chaque golfeur ou chaque golfeuse. Dans ce second volet, abordons Comment connaître son profil, et en déduire le bon entraînement pour soi ?

Découvrez nos formules d'abonnements

La méthode Wright Balance : Une question d'équilibre

La méthode Wright Balance qui considère que tout est en relation avec l’équilibre de l’individu commence par mesurer l’interaction entre la rotation des hanches, la rotation des épaules, l’équilibre de la ligne de force située entre vos deux pieds, et le chemin du club avec votre noyau interne.

Au cours de ces recherches, le docteur David Wright a mis en lumière le fait que des changements de postures sont indissociables de la largeur du stance, et du noyau interne propre à chaque joueur.

La posture contribue à l’équilibre, comme à la parfaite symétrie du corps dans l’espace.

Dans un sport où on cherche à lancer une face de club square sur une balle, la parfaite symétrie du corps ne peut pas être une donnée sans importance.

Dans la vidéo ci-dessous, David Wright nous explique comment se tester, pour connaître quelle partie de notre noyau est dominant, et donc en déterminer notre profil entre lower, middle et upper core.

Au démarrage de la vidéo, Wright explique que selon le stance d’un golfeur, la face du club peut être plus naturellement square par rapport à d’autres largeurs de stances.

Toute la question est donc de trouver le bon stance pour soi, et donc la partie du noyau interne qui est dominante pour soi.

Pour trouver dans quel stance, le golfeur est le mieux équilibré, Wright donne un ballon à son golfeur cobaye.

Ce dernier réalise un backswing et se fige au sommet, avec le ballon tenu dans les deux mains.

Le golfeur est dans son stance naturel, celui qui fait appel à sa région interne du corps la plus puissante.

Quand David Wright essaie de le pousser en s’appuyant sur le ballon, le golfeur résiste sans trop de problèmes à cette poussée. Il reste dans sa position.

Autre méthode pour confirmer le test, dans la même position, Wright pousse le ballon vers le haut, et là-encore, le cobaye résiste parfaitement.

Il est dans sa position naturelle où il est le plus fort.

Au sol, Wright a placé une règle sur laquelle sont marquées différentes positions possibles pour le stance.

Cette règle est très précieuse, car elle permet de mesurer les différents stances possibles, et donc le meilleur, celui qui donne le plus de performance. Sur cette règle, le docteur a placé 9 positions possibles pour l’écartement des pieds.

Dès que le joueur ne se trouve plus dans son meilleur stance, Wright peut appuyer facilement sur le ballon, et ce dernier ne va pas pouvoir résister.

Comme on peut le voir sur la vidéo, il n’a aucune résistance à opposer.

En résumé, le test consiste à trouver dans quel stance vous résistez le mieux à une pression exercée sur l’objet que vous tenez dans vos deux mains.

Autre méthode pour tester son noyau interne, et peut-être plus facile quand on est seul.

Placez une baguette d’alignements au niveau de vos hanches, et dans les boucles d’un pantalon.

Quand la baguette est parfaitement square à votre cible, et sur toute sa longueur, autrement dit vraiment parallèle à la règle posée au sol, alors vous tenez votre stance idéal, là où vous résisterez le mieux, et ferez le mieux appel à votre force interne.

Quand le cobaye ressert ou écarte les jambes, et donc son stance, ses hanches tournent légèrement, et la baguette n’est plus parfaitement positionnée.

Pour ma part, sans connaître cette méthode, j’avais déjà observé avec l’aide de la baguette qu’elle n’était pas naturellement en ligne vers ma cible, pensant que j’avais une sorte de déformation de ma posture.

J’agissais alors par compensation pour remettre la baguette en ligne, ce qui me faisait avancer la hanche droite par rapport à la hanche gauche.

Sans que je m’en doute, je compensais en fait et simplement une mauvaise posture, et un stance qui n’était pas le meilleur pour moi.

Pour David Wright qui a déterminé 9 positions de stances avec 9 régions possibles de votre noyau interne, il n’y a qu’une seule position qui vous est propre, et qui détermine votre meilleur swing.

Le stance est donc une première chose à évaluer.

Que se passe-t-il quand vous ne swinguez pas dans votre profil ?

Quand vous n’avez pas conscience des caractéristiques exactes de votre swing, et des ressources de votre corps, vous perdez simplement en force.

La bonne solution consiste à renforcer votre noyau avec des exercices physiques, puis de chercher finement la position idéale de votre noyau interne, pour augmenter votre puissance, et réduire vos risques de blessures.

Dans mon cas, si je suis un joueur Upper Core et que j’essaie de swinguer comme Dustin Johnson, en faisant notamment passer très vite mes hanches avant l’impact, je risque surtout de me blesser et au contraire du but recherché, perdre en puissance, pensant à tort que la source de sa puissance vient de ce mouvement.

C’est vrai pour lui, mais pas pour moi !

Un joueur Upper core fait de toute façon passer ses hanches naturellement après l’impact, ce qui est mon cas.

Si à ma grande surprise, la méthode Wright Balance est encore très peu populaire, et très peu présentée dans les magazines ou sites américains, cela ne veut pas dire que les golfeurs et les golfeuses professionnelles n’en tiennent pas déjà compte dans leurs entraînements.

Par exemple, Anna Nordqvist qui a remporté l’Evian Championship en 2017 travaille régulièrement la force et la symétrie de son noyau interne, en utilisant notamment ce que l’on appelle une « Balance training aid » qui est en fait une sorte de coussin gonflable, à placer sous les pieds.

Le joueur ou la joueuse monte dessus pour parfaitement ressentir l’équilibre, et en tenant compte de son stance idéal.

J’ai déjà pu voir l’espoir français Dimitri Mary, s’entraîner avec cet outil au putting-green. La recherche du meilleur équilibre ne se borne pas aux grands coups. Cela s’applique aussi au putting.

Je l’ai commandé en ligne pour pouvoir approfondir ce sujet, en faire le test, et vous proposer un prochain article.

En attendant, pour poursuivre sur ce sujet, je vous propose un troisième article Etes-vous Upper, Middle ou lower Core ?

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 5 sur 1 votes)

Commentaires   

lovecat2@gmail.com
0 #1 Pas aussi simplelovecat2@gmail.com 05-02-2020 00:01
Bonsoir,

La méthode de détermination n'est pas aussi simple que cela et elle s'adapte à chaque golfeur (poids, taille, longueur des segments). Bref c'est du sur mesure.
Toutes les mesures prises, le tout est entré dans un site web qui en échange de quelques US$ envoie un mail au golfeur qui contient ses "Stance Width Results for Golf".

Il y a aussi des notions d'angles de posture dans la méthode WB.

Tout cela est très bien expliqué par J. Lawson qui réalise toutes les opérations pour chaque patient (golfeur).

La méthode WB permet aussi à partir d'exercices simple de pouvoir "réaligner son corps correctement". Il faut juste avoir SES stances. C'est assez bluffant à tester sur la durée et de constater ce qui se passe.

Etape 2, je retourne le voir ce mois ci pour J. Lawson faire la partie grips. D'ici quelques mois je pourrais éventuellement confronter mes expériences avec l'auteur sur la méthode WB et ses apports dans mon jeu.

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.