Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Le swing Golf : Comment améliorer son jeu de golf?

Il existe une "multitude" de théories sur le swing de golf, mais, il y a bien une seule règle fondamentale, qui soit commune à tous les meilleurs joueurs de golf, et ce dénominateur commun se trouve dans la rotation des hanches!

Un bon swing de golf pour de meilleurs résultats sur le parcours

Découvrez nos formules d'abonnements

Selon les asiatiques, nous avons tous en nous une force intérieure qui nous dirige.

Appliqué au golf, il s'agit d'utiliser au mieux son corps pour transmettre le plus d'énergie possible à son club de golf.

La puissance que vous préparez dans votre backswing doit être libérée à un seul moment clé : lorsque vous libérez vos hanches !

Alors votre force est transmise à vos bras, et à votre club, et enfin votre balle !

Comment faire un bon swing de golf ?

Pour expliquer simplement les bases d'un swing golf, on vous propose de décrire les principales étapes, qui constituent la complexité de ce geste non naturel pour un être humain !

Commençons par le bas du corps avant de remonter progressivement jusqu’à l’action de la tête, car comme vous pourrez le constater, le swing de golf fait intervenir de nombreuses parties du corps humain.

Et le maître mot pour effectuer un parfait geste est COORDINATION !

Premier élément à mettre en place avant de démarrer son geste : le stance, soit l’écartement des pieds au sol pour assurer la stabilité, mais aussi créer l’espace à partir duquel notre corps va se déplacer pendant le swing.

Trop souvent, les amateurs confondent l’ouverture du stance avec la notion de puissance.

Non, le golf n’est pas un sport de puissance mais bien un sport de vitesse.

Ce qui détermine la distance d’une balle projetée par un club de golf, n’est pas la puissance appliquée par le golfeur, mais la vitesse à laquelle le club vient contacter la balle.

Le stance idéal est donc généralement un écartement correspondant à votre gabarit, à savoir l’écart entre vos deux épaules, qui doit donc être similaire avec l’écartement de vos pieds au sol.

Toujours pour bien réaliser un swing, il est important de faire varier la position de la balle à l’intérieur du stance en fonction du club, et du coup à jouer.

Pensez à bien aligner vos pieds en direction de la cible, tout comme les épaules !

Un swing de golf est une action de la droite vers la gauche pour un droitier, et inversement pour un gaucher

Le swing suppose des mouvements mais aussi un cadrage par rapport à la cible, et pour que ce mouvement donne suffisamment de vitesse et de percussion avec la balle, il faut coordonner des actions de résistance, et de traction.

Réaliser un bon transfert

Et contrairement à ce que pensent 90% des golfeurs amateurs, le swing n’est pas un geste de bras !

Les bras ne sont que des outils mis en action par le corps. C’est pourquoi un bon swing de golf part du bas du corps !

Après le stance, la deuxième chose à mettre bien en place, c’est l’ancrage dans le sol !

En caricaturant, il s’agit presque de s’assoir au moment de préparer son swing, et sa posture derrière la balle.

L’ancrage est directement lié à la puissance des jambes, et plus l’ancrage est bon, et meilleur sera le swing de golf.

Assurez-vous d’être parfaitement ancré dans le sol, avant de démarrer votre backswing (démarrage).

Si les jambes sont dans une position dynamique (genou non tendus), les hanches, le ventre et surtout le buste vont véritablement agir comme les patrons du swing !

SI vous ne deviez retenir qu’une seule chose : les hanches sont le cerveau du swing.

Alors que le bas du corps doit rester parfaitement stable, et d’ailleurs pensez à garder le talon droit le plus longtemps possible, planté dans le sol pendant le démarrage et le downswing, les hanches se déplacent à l’inverse de la direction de la balle pour revenir parfaitement en face de la cible.

La direction et la vélocité (plutôt que la puissance) sont données par les hanches. C’est votre atout maître !

Au démarrage du backswing, il suffit de déplacer par les épaules et le haut du corps, les bras vers l’arrière (et non pas l’inverse, le swing n’est pas piloté par les bras) à une vitesse qui n’a pas besoin d’être élevé.

En effet, la création de vitesse nécessaire pour donner de la vélocité et de la distance démarre au sommet du downswing.

En attendant d’atteindre cette position, il est inutile de chercher à accélérer rapidement vers le sommet.

Amenez votre buste au-dessus de votre jambe droite, mais surtout pensez à vos hanches qui commencent un mouvement de rotation vers la droite, le reste suivra.

Attention, il ne s’agit pas de déplacer tout le corps !

D’où, l’idée de résistance et de traction !

Le bas du corps détermine le plan du swing !

Pour que le club opère dans un plan déterminé qui vous permet de viser une cible, vous ne devez pas modifier le plan de swing pendant l’exécution du geste

Pour y parvenir, conservez votre bas du corps ancré, et votre tête vissé sur la balle ! En effet, il faut deux points de fixations ou de résistances pour caler ce plan (en bas et en haut).

La seule partie qui se déplace est celle du milieu, à savoir les hanches et le buste.

Parlons des bras pendant le backswing !

Comme vous l’aurez compris, et à la différence des golfeurs qui sont persuadés que le swing est une action de bras, c’est tout le contraire. Plus vos bras seront passifs et obéiront au véritable patron (les hanches), et meilleur sera le résultat final.

Fin du backswing et déclenchement du downswing

Pour vous aider à être convaincu, les bras ne sont pas responsables, ni de la force, ni de la direction de la balle !

Ne vous en préoccupez seulement en des termes de bras de leviers, chargés de transmettre la vélocité, pas de la créer ou de la diriger.

C’est le parfait retour des hanches face à la cible qui permet au club de revenir square à l’impact et de permettre une trajectoire droite.

Un exemple flagrant pour démontrer l’inutilité des bras dans la direction de la balle de golf : les effets !

En draw ou en fade, c’est la position des pieds, et la gestion du finish qui déterminent la trajectoire de la balle, et en aucun cas, les bras.

Les bras sont donc là pour servir d’arbre de transmission, à condition de bien les placer dans le plan de swing.

Conserver les poignets souples à l’image d’un pêcheur à la mouche qui peut agiter sa canne à pêche avec beaucoup de souplesse pour lancer loin son hameçon !

Lors de la posture, le bras gauche doit être tendu car il doit piloter un mouvement important en fin de geste, le fait que le côté gauche prenne l’ascendant pour tirer le club vers le sol au moment du déclenchement du downswing vers le sol, puis vers la cible au finish.

Les bras ne servent pas à rien !

Les bras servent à emmener le club dans le bon plan. Et notamment quand il se déplace vers l'arrière au backswing.

Veillez à ne pas laisser votre club sortir du plan en étant trop flat (plat) ou l'inverse.

Pour vous aider, pensez à déplacer vos bras dans la continuité de vos épaules sur une ligne imaginaire qui part de la balle et qui va le plus longtemps possible dans un chemin axial en arrière.

Evitez de couper le plan à l'intérieur du chemin ou même à l'extérieur.

De tendu au démarrage, le bras gauche reste tendu vers l’arrière du swing au moment de l’armement.

Le poignet intervient alors pour s’armer, et amener le club à pointer vers le ciel, et même pour les meilleurs vers la direction de la cible, tout en étant exactement parallèle au sol.

Ce qui nous amène à vous parler des doigts, et du grip ! Le club doit être tenu mais pas serré !

Les doigts permettent le fouetté ! Le club doit être tenu dans les doigts et non pas comme souvent dans la paume de la main. En positionnant correctement les doigts, on peut justement créer ce mécanisme de fouetté, indispensable à un swing tonique.

Au sommet du swing de golf, les hanches déclenchent le mouvement d’accélération

Un peu à l’image d’un joueur de base-ball, le bon swing de golf se déclenche par un mouvement de hanche qui se retourne face à la cible, comme une espèce d’impulsion.

Cette impulsion crée la vitesse du swing, et plus cette impulsion est bonne et plus le swing sera efficace.

Cette impulsion n’est pas la même pour tout le monde. D’ailleurs, elle se mesure au trackman à travers la notion de smash factor.

Donc attention de ne pas confondre vitesse ou précipitation. Au-delà d’une certaine vitesse de hanche, vous pouvez perdre la maitrise de votre geste, et rater votre coup.

Comme le golf est un sport de coordination, pendant le temps où vous donnez l’impulsion avec vos hanches, votre côté gauche par l’intermédiaire du bras gauche tire le club violemment vers le sol pour aller chercher l’impact avec le sol.

Frapper la balle n’est pas un objectif ! Au mieux, la balle de golf se situe sur le chemin de votre club !

N’ayez d’ailleurs pas un objectif de balle, mais un objectif de chemin vers la cible !

Au moment où votre club arrive au sol, vos hanches ont pratiquement entièrement pivoté face à la cible.

Ensuite, alors que votre tête est toujours fixée au-dessus de la position supposée de la balle, votre bras gauche tire le club dans la direction de la cible, et ce, le plus longtemps possible.

Les hanches face à la cible après l'impact !

Ne finissez pas trop vite !

En effet, il ne faut pas être obnubilé par le fait de finir vite face à la cible et redressé, mais au contraire, bien laisser passer son épaule droite sous son menton.

Car dans le swing de golf, si on a déjà vu l’importance du plan et de s’ancrer en bas par les jambes, et en haut par la tête, les épaules se déplacent, et toujours avec l’épaule droite qui passe en dessous d’une ligne imaginaire tirée avec l’épaule gauche, et totalement coordonnée avec la vitesse de rotation des hanches.

Ce qui crée le léger retard du club à l’impact de la balle, et donc l’accélérateur nécessaire pour faire voler plus longtemps la balle.

En fin de geste, bras gauche et bras droit sont tendues vers la cible, et longtemps après que la balle soit sortie du club, on peut commencer à se redresser pour finir le geste avec stabilité.

Pour terminer, la tête joue elle-aussi un rôle prépondérant dans le geste de golf.

Pour réussir, il faut arriver à déconnecter notre envie de visualiser la trajectoire de la balle dès l’impact, et au contraire, conservez la tête dans sa fonction de résistance pour préserver le plan de swing.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.