Posté par le dans Mieux jouer au golf - Nos conseils techniques

De la régularité à l’indépendance golfique : Le chemin idéal pour un golfeur 

Enseignant de golf, Alexis Cocheteux s’est formé auprès de coachs anglo-saxons (Jim Hardy et Chris O’Connell), et a rencontré au cours de son parcours, Hank Haney, connu pour avoir été le coach de Tiger Woods. Désireux d’aider les golfeurs et les golfeuses de tout niveau, il est aussi connu pour donner des cours de golf en ligne, via son site i-golf-pro.com. Très passionné par les questions de régularité au golf, nous lui avons demandé de nous expliquer son concept, et de nous présenter ses principes, qui l’amène à inciter les amateurs, à surtout chercher l’indépendance golfique.

Découvrez nos formules d'abonnements

Alexis Cocheteux : J’ai écrit un livre qui s’intitule “La régularité au golf est-ce vraiment possible ?” 

Si je dois répondre en une phrase à cette question, je dirais que la régularité au golf n'existe pas, mais l’indépendance golfique, oui. 

C'est là, où il faudrait faire une différence entre être autonome au golf, et être indépendant golfiquement.  

Qu'est-ce qu’être autonome au golf ? 

Il faut savoir que lors d'un séminaire avec Hank Haney auquel j’assistais, l'entraîneur de Tiger Woods, nous expliquait, comment Tiger s'entraînait. 

Selon le coach américain, il était coaché 110 jours par an full-time, du matin au soir. 

Si Tiger le faisait, nous tous les autres golfeurs, professionnels ou amateurs, nous n’avons pas de raison d'y échapper. 

A entendre Hank Haney, il n’était pas autonome dans le maintien de sa performance au plus haut niveau. 

De mon point de vue d’enseignant, le golfeur a besoin d'être encadré. 

Il a toujours besoin d'un œil extérieur pour être guidé, parce qu'il y a toujours une différence entre ce que l'on pense faire, et ce que l'on fait réellement. 

Si l’on veut pouvoir optimiser les changements, l'œil extérieur vaut de l'or à condition que cela soit celui d’un expert.  

Pour autant, Tiger Woods est très indépendant golfiquement. C’est vraiment un modèle du golfeur capable se reprendre immédiatement après un coup raté, et suivi juste dans la foulée d’un coup d’exception.

Il rate très rarement deux coups de suite. 

Il arrive parfaitement à individualiser chaque coup, et en tirant le « rideau » après chaque exécution. 

Plus haut, j’écrivais justement qu'il y avait une différence, entre être autonome, et être indépendant golfiquement. 

Gagner en indépendance golfique, c'est quoi ? 

C'est lorsque vous ratez un coup sur le parcours, par exemple au trou n°6, votre capacité à ne pas attendre le 18 pour aller vite au practice, et afin de vous corriger.  

Votre golf peut revenir après un coup raté, et ne pas disparaître, pendant des trous et des trous. 

Pour cela, vous devez être capable de comprendre exactement ce qui s'est passé, et c'est en cela, que l’on peut devenir indépendant golfiquement.  

Cela ne veut pas dire que l’on ne rate aucun coup.

Ça veut simplement dire que lorsqu'on rate, on peut réussir le coup suivant. 

On est indépendant golfiquement, quand on est capable de faire en sorte qu’il n’y ait pas ce que j'appelle “d'hémorragie golfique”.  

Maintenant pour y arriver, il faut se poser la question de comment grandir golfiquement, et pour cela il faut apprendre à se connaître, apprendre à connaître le fonctionnement de son corps, et des bonnes sensations, liées à l’exécution de vos swings.  

Il y a 2 informations importantes à comprendre

On va commencer par la mauvaise nouvelle : Le swing va toujours se dérégler. 

Les paramètres statiques et dynamiques sont très nombreux au golf, et il est utopique de croire qu’une fois réglée, la « machine swing » ne se dérègle plus. Ce serait trop facile.

Nous sommes des humains, et non des robots, et en plus, des paramètres mécaniques, il y a également les paramètres émotionnels qui peuvent aussi déréglés la technique.

Le meilleur exemple en est un coup de 100 mètres.

Il n'y a pas de grandes difficultés à le réussir, et si j’ajoute une pièce d’eau entre vous et le green, beaucoup de golfeurs vont aller « mettre leurs palmes » pour le prochain coup…

La bonne nouvelle, c'est que le swing va se dérégler toujours de la même façon. 

Il est très rare d’avoir un joueur qui alterne une gratte (avec un divot avant la balle), et une balle avec une prise de divot très profond après la balle.

Dit autrement, alterner un coup avec un angle d’attaque trop plat, et un angle d’attaque trop vertical.

En effet, si nous isolons le seul paramètre des bras. Les bras sont swingués de façon verticale ou de façon horizontale.

En d’autres termes, un swing plat aura tendance à proposer un angle d’attaque trop horizontal, tandis qu’un swing vertical engendrera un angle d’attaque trop vertical.

Partant de cela, si nous simplifions à l’extrême, un swing plat donnera des trajectoires plus vers le hook, et un swing vertical plus des trajectoires vers le slice, et ce de façon récurrente.

C'est-à-dire que si vous avez une tendance au slice lorsque vous allez rater, vous allez exécuter toujours ce slice, et inversement, si vous avez plutôt une tendance à rater à gauche en hook, votre tendance sera… quand vous rater un coup, d’avoir des balles à gauche en hook. 

Pour apprendre à vous connaître golfiquement, vous devez apprendre à connaître le fonctionnement de votre corps. 

Nous sommes tous des individus différents. 

Nous sommes tous uniques. 

Nous effectuons tous des rotations spécifiques. 

Nous avons tous un équilibre différent, et des bras qui travaillent différemment dans le swing, verticalement ou horizontalement. 

Nous avons tous des poignets qui s’arment à des moments différents, des mains qui s'activent ou non au moment de l'Impact, etc... 

A partir du moment où vous connaissez le fonctionnement de votre corps, nous appelons cela la biomécanique. 

A partir de ces connaissances, vous allez pouvoir grandir golfiquement.  

Le problème, c'est que cela a été trop longtemps vendu - et c'est encore malheureusement le cas par certains - comme une baguette magique.  

Il ne suffit pas uniquement de connaître le fonctionnement de son corps (dit autrement connaître ses préférences motrices ou plus largement sa biomécanique).

En effet, vous pouvez connaître votre biomécanique, mais toutefois, ne pas progresser au golf. Pourquoi? 

Parce que selon moi, elle doit être appliquée à votre vol de balle, et à votre contact de balle. 

Reprenons simplement le slice et le hook. 

Si quelqu'un slice lorsqu’il manque ses coups, je dois utiliser sa biomécanique pour corriger son slice, et la même chose pour son hook. 

Prenons le cas d’un slice : Il est coutume de demander à un golfeur qui slice de swinguer plus plat.

Mais si ce joueur est « doté par la nature » de bras qui doivent fonctionner verticalement, nous n’allons pas lutter contre sa nature.

En effet, en dehors du fait qu’il ne pourra pas le faire, nous pouvons le blesser. Nous devrons donc personnaliser la solution, et ce, en intégrant d’autres facteurs biomécaniques, pour ainsi diminuer la face de club ouverte, par rapport au chemin du club. 

Une fois que l’on a fait ça – puisque j’affirme que le swing se dérègle toujours de la même façon, et produit toujours les mêmes coups - vous allez devoir intégrer votre changement technique, dans votre routine, dans votre swing d’essai, afin de ne pas jouer en cogitant en même temps, 10 000 pensées techniques. 

Dans votre routine, et au travers de votre swing d’essai, vous allez devoir répéter le geste recherché de façon exagérée. 

Il y a toujours une différence entre ce qu'on croit faire, et ce qu'on effectue réellement. 

Il existe également une différence entre ce qu'on envoie au cerveau, et ce qu'il en reste avec balle.  

L’exemple le plus parlant est la routine de Miguel Angel Jimenez qui effectue un « huit », un coup d’épaule, en revenant par-dessus, dans la descente de son swing d’essai, pour ne pas avoir de balle en hook, et notamment à cause de son swing plat.

Une fois votre biomécanique connue, et le fonctionnement de vos coups d’essai compris, oui on peut gagner en indépendance golfique. 

Oui, on peut diminuer l'irrégularité au golf. 

Et, nous pouvons surtout augmenter le plaisir du jeu. 

Pour ceux qui veulent en savoir plus j'ai créé ma méthode 3C, pour plus de Constance, de meilleurs Contacts et une meilleure Concentration sur mon site.

Pour cela je vous invite dans un premier temps, à découvrir mon approche, dans ce livre totalement offert qui est “La régularité au golf est-ce vraiment possible ?” 

Et pour ceux qui veulent en savoir plus, je vous invite à une webconférence totalement gratuite, dans laquelle je vais détailler ces 3 étapes de ma méthode 3c que j’ai créé pour pouvoir construire votre “maison Régularité “. 

Crédit photo : Andrew Bershaw/Icon Sportswire

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 4.6 sur 5 votes)

Commentaires   

billard.luc@gmail.com
+2 #2 Votre ressentibillard.luc@gmail.com 08-05-2020 15:13
Y a t'il des gens ayant pris une leçon de golf avec Alexis Cocheteux ou sui vi une ou plusieurs de ces formation de golf vidéos en ligne? Il y a sur son site des commentaires élogieux. J'aimerai donc avoir vos ressentis.....?
J'attends vos retours
bernard.pellegrin@wanadoo.fr
+1 #1 Biomécaniquebernard.pellegrin@wanadoo.fr 07-05-2020 21:01
Comment connaître sa biomécanique??
Merci!

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.