Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Comment obtenir un plan de swing correct ? Les 3 questions à se poser

Comment obtenir un plan de swing correct ? Les 3 questions à se poser

Pour bien jouer au golf en dehors de l’aspect physique, mental ou tactique, il faut arriver à mettre en place techniquement quelques paramètres fondamentaux, comme la direction du swing, la position de la face square à l’impact, et aussi développer un plan de swing cohérent avec l’ambition de produire un geste efficace, et finalement consistant. A l’aide d’un Trackman, j’ai mené plusieurs expériences et me suis basé sur les écrits d’un pro australien, pour décortiquer les notions utiles à la compréhension du plan de swing, et la relation avec la qualité d’un coup de golf pour un amateur.

Découvrez nos formules d'abonnements

Qu’est-ce que le plan de swing ?

Comme d’autres indicateurs du swing de golf, le plan de swing est justement mesuré chez tous les golfeurs, qu’ils soient pros ou amateurs, par des outils radars tels que le Trackman ou le FlightScope.

Selon la définition de Trackman, le plan de swing est tout simplement un angle vertical formé entre le sol et l’arc de cercle formé par le déplacement du club dans l’espace, plus particulièrement sur la partie basse de l’arc de swing, soit un peu avant l’impact, et un peu après l’impact.

Si vous voulez une image, la mesure du plan de swing se fait à hauteur des genoux au downswing jusqu’à la hauteur des genoux au follow-through (avant/après impact), soit environ 75 centimètres avant et après la position de la balle.

Finalement, au golf, c’est la seule chose qui compte pour résumer la qualité de l’impact!

Tout ce qui se passe longtemps avant ou longtemps après est plus anecdotique.

Comme les 14 clubs du sac n’ont pas tous la même longueur, et le même loft, le plan de swing peut varier.

Disons que sur les clubs les plus courts et avec des lofts très ouverts, le plan de swing peut facilement être plus élevé (soit plus vertical) du fait que tout simplement, le golfeur ou la golfeuse se tient plus près de la balle.

Pour être très explicite, avec un driver, le club le plus long et avec le moins de loft, le plan de swing sera moins vertical et autour de 48 degrés par rapport au sol chez un pro (49,4 degrés chez un joueur qui joue autour de 18), alors que pour un fer 6, ce plan pourra monter autour de 57 à 61 degrés selon les joueurs.

Le driver est plus long que le fer 6. Le joueur se tient donc plus loin, et le mouvement est un petit peu moins vertical.

Bien entendu, la taille et la posture naturelle du joueur vont influer directement sur le plan de swing.

Si vous mesurez 1m90 ou 1m60, le plan de swing ne sera pas comparable.

Trackman nous informe qu’un pro présente en moyenne un plan de swing de 48 degrés au driver, et plus l’index du joueur augmente, et plus ce plan semble augmenter…

Pour une femme, c’est le même phénomène.

Simplement, comme les femmes sont un peu plus petites, le plan de swing est légèrement moins prononcé d’un à deux degrés en moyenne (47 degrés pour une joueuse pro).

Expérience sur le plan de swing pour un amateur

Partant de cette définition, j’ai voulu tenter une petite expérience au trackman, en modifiant mon grip, pour voir si je pouvais trouver une corrélation entre plan de swing, direction du swing et dispersion.

J’ai même testé l’accessoire ou t-shirt d’entraînement « Swing shirt » dans l’espoir de modifier le plan de swing avec un fer 6.

Puis j’ai reproduit les exercices les plus fréquemment conseillés par les différents enseignants qui prodiguent des conseils en vidéo sur le net.

Alors qu’habituellement, le plan de swing que je mesure pour un fer 6 avec le trackman tourne autour de 60 degrés, j’ai d’abord voulu estimer la valeur chez un joueur professionnel, et pris en référence, Sir Nick Faldo.

Pour Faldo, Trackman fournit les données d’un coup de fer 6 tapé tout droit avec très peu d’effet latéral.

Avec une vitesse de swing de 93 mph, ce qui serait pratiquement ma vitesse au driver, il expédie son fer 6 à 183 mètres.

Ce qui est appréciable dans son swing, c’est que sa direction est à 0 degré alors que son chemin est légèrement ouvert à l’extérieur (1,9 degrés) et sa face à contrario légèrement fermée à l’intérieur (-1,3 degrés), ce qui nous donne une trajectoire droite qui termine à 3 mètres du centre du fairway… car la relation entre le chemin de club et la face est très faible.

Son plan de swing est alors de 57,8 degrés contre 60 degrés pour ma part. Toutefois, il mesure 1m91 alors que je mesure 1m83.

A titre indicatif, avec le driver, son plan de swing est de 47-48 degrés en moyenne.

En travaillant sur mon grip, et avec le swing shirt, je ne suis pas parvenu à modifier significativement mon plan de swing, ou alors d’à peine un degré. En réalité, j’ai modifié d’autres paramètres, comme le chemin du club ou la position de la face.

D’où 3 questions : Est-ce que le plan de swing est si prépondérant dans la qualité du swing ? Le plan de swing n’est-il tout simplement pas la résultante de la posture naturelle ? Faut-il chercher spécifiquement une correction du plan de swing avec la dispersion ?

Pour tenter de répondre à ces questions, c’est là que je me suis intéressé aux écrits de l’australien Troy Vayanos, un golfeur descendu de 27 à moins de 4 d’index, passionné de golf depuis une trentaine d’années.

L’expérience de Troy Vayanos

Il commence son argumentation par « Avez-vous des difficultés pour taper des coups de golf solides ?

Ce qui signifie « Est-ce que vous centrez la balle dans la face, et donnez le maximum de vitesse possible à la balle ? »

Selon l’expérience de cet australien, si vous tapez de gros slices, il y a alors des chances que votre plan de swing soit justement hors du plan idéal, et cause de multiples problèmes.

En seulement quelques lignes, on comprend donc qu’il y a bien un lien de cause à effet direct entre plan de swing et qualité du coup tapé.

Dans mon exemple précédent, en réalité, le plan de swing n’est pas tout à fait l’origine de problèmes de dispersion. C’est toujours le chemin du club et/ou la face qui en sont à l’origine.

Pourtant, Vayanos estime que nous sommes 90% d’amateurs à ne pas swinguer dans le plan idéal !

Optimiste, il considère néanmoins qu’en quelques corrections et ajustements, tous les golfeurs peuvent bénéficier de gros progrès.

Ainsi, il nous propose deux clés pour améliorer ce fameux plan de swing.

Classiquement, en premier lieu, il aborde la question de la rotation. C’est la rotation qui déplace le club autour du corps, et lui donne sa profondeur.

En second lieu, le fait de plier le coude droit (pour un droitier) permet justement de créer de la hauteur et un mouvement vertical pour le plan de swing.

Son premier conseil consiste à prendre un club, se mettre à l’adresse, et faire une rotation déclenchée par les épaules. Dans ce cas, vous créez votre propre plan de swing.

Jusque-là, rien de bien extravagant…

Deuxième conseil… Prenez le club avec votre bras droit et élevez-le avec votre épaule, et ensuite pliez le coude.

Dans ce cas, le club doit se déplacer dans une position verticale, à savoir pointer vers le ciel. C’est l’étape dite d’élévation.

Troisième conseil… Reprenez la posture avec seulement le bras droit et commencez à tourner par l’action de vos épaules.

Ainsi, vous pouvez créer élévation et rotation pour créer le bon plan de swing.

Il ne reste plus qu’à ramener les deux mains sur le club, et tourner, tout en combinant élévation et flexion du coude droit, pour créer le plan parfait.

A ce stade, il ne faut pas laisser le bras gauche pousser contre le corps, ce qui peut déplacer le club trop derrière le corps, et ainsi altérer la direction du club.

Ceci étant, beaucoup de golfeurs connaissent des difficultés et sortent du plan. Soit le joueur déplace son club trop en arrière à l’intérieur ou trop à l’extérieur au moment du takeaway.

Dans les deux cas, le swing sort immédiatement du plan, et il faut alors un grand nombre de compensations pour ramener le club square à l’impact.

Et plus il faut faire de compensations, et moins c’est facile à répéter, et moins le swing est régulier.

La première cause de ce problème semble être le fait que les golfeurs, et j’en fait partie, déclenchent le haut du corps en premier au moment du downswing, et c’est ce qui fait que le club revient sur la balle selon un angle trop « raide ».

Cela cause une sortie du plan de swing, et par conséquent du slice ou du pull.

Le conseil que l’on retrouve souvent pour travailler le mouvement consiste à se poser devant un miroir pour suivre le déplacement du club pendant le swing. Troy Vayanos n’échappe pas à la règle et poursuit…

Premier conseil : Déplacez le club depuis la position à l’adresse avec très peu de mouvements des poignets pour rester dans l’idée d’un arc de swing. Il faut laisser les « gros muscles » travailler comme la poitrine et les épaules.

Deuxième conseil : Au moment du downswing, il faut laisser les mains suffisamment relax pour laisser le club naviguer dans le plan, et ne pas, à nouveau, trop exagéré l’angle vertical de descente.

Il faut s’assurer que les jambes actionnent le moment du downswing. On en revient au fait d’avoir un bas du corps plus actif.

En conclusion, un plan de swing correct est vital pour progresser, et surtout, ne pas créer d’autres compensations.

Trop vertical ou trop horizontal, vous risquez de ne pas taper la balle de manière consistante.

Un bon plan de swing permet de mettre plus facilement la face du club square à l’impact, et donc favoriser un contact plus franc.

Par rapport à mes trois questions initiales...

Est-ce que le plan de swing est si prépondérant dans la qualité du swing ?

Oui, visiblement, puisque le plan de swing permet de ramener la face de club square plus facilement, et sans trop de compensations.

Le plan de swing n’est-il tout simplement pas la résultante de la posture naturelle ?

Oui, mais le plan de swing peut être altéré par un mauvais mouvement, et par exemple au niveau des poignets lors du takeaway.

Guillaume Sauzet, consultant pour jeudegolf.org recommande alors d’utiliser un stick d’alignement dans le prolongement du grip de votre club. Ce grip prolongé permet de situer le déplacement du club dans le plan.

Troy Vayanos vous conseillerait d’acheter un petit laser à fixer au bout du grip pour visualiser sur le sol, si votre club est en fait toujours dans le plan.

Faut-il chercher spécifiquement une correction du plan de swing avec la dispersion ?

Oui, si le plan de swing permet de mettre plus facilement la face square, alors il y a un lien de cause à effet pour réduire la dispersion, mais ce n’est pas suffisant, si la direction du swing ou la face ne sont pas alignées dans l’axe.

J’en viens désormais au déroulement complet de mon expérience, et l’application pratique des conseils proposés.

Cas concret

Le 14 janvier dernier, je testais un fer 6, et je ne me préoccupais pas du plan de swing.

Naturellement, sur une dizaine de balles, Trackman le mesurait en moyenne à 60,6 degrés.

En complément de cette donnée, nous allons garder à l’esprit plusieurs indicateurs :

Vitesse de swing à 81,2 mph

Vitesse de balle à 109,7 mph

Smash factor à 1.35

Distance au carry 139,5 mètres

Angle d’attaque à -5 degrés

Chemin du club à -4,3 degrés (à gauche de la cible)

Angle de la face à -3,9 degrés (à gauche de la cible)

Relation de la face au chemin à 0,4 (en ligne)

Direction du lancement à -4 degrés (à gauche de la cible)

Dispersion par rapport au centre du fairway à 8,9 mètres à gauche

15 jours plus tard, je commence par tester un changement de grip en alignant les deux pouces le long du grip.

Le changement consiste à ne plus croiser le pouce droit sur le grip pour plus instinctivement pointer « les deux pouces » vers le ciel, dans le but de créer un plan de swing plus vertical.

C’était purement une intuition ou hypothèse que je voulais vérifier.

Notez sur l’écran ci-dessus, qui résume une quinzaine de frappes, que la vitesse de swing est plutôt similaire.

Le smash factor a légèrement baissé (1.33) mais c’est plutôt imputable à un changement qui demande à être ancré dans les habitudes.

En revanche, la distance au carry augmente (143 mètres), et c’est à mettre en relation avec le fait que les balles sont mieux centrées dans la face.

Le chemin de club est à 0,5 degrés (dans l’axe).

Ce qui explique la tendance des balles à droite est en fait la face de club ouverte à 3,1 degrés.

La direction du lancement est passée de 4 degrés à gauche sur le précédent test à 2,6 degrés à droite !

Le plan de swing a légèrement baissé de 60,6 à 58,3 degrés.

Test suivant, j’essaie le swingshirt pensant justement que cela pourrait grandement corriger le plan de swing, tout en maintenant l’idée des deux pouces dans l’alignement du grip.

La vitesse de swing reste comparable malgré l’entrave du swingshirt. Le smash factor baisse encore à 1.32.

Finalement, l’expérience n’est pas très concluante. Le chemin de club n’est pas tout à fait dans l’axe mais plutôt légèrement à gauche (-2,4 degrés) alors que la face est à droite (2,7 degrés).

La relation entre le chemin et la face augmente à 5,1 degrés…. Compensations… Compensations…

Surtout, le plan de swing ne parait pas réellement et notablement abaissé. Il est de 59,4 degrés.

De là, je teste un exercice de backswing qui consiste à démarrer le swing avec le club amené directement dans le bon plan sans passer par l’étape du takeaway.

Cela consiste à amener le club parallèle au sol, et en direction de la cible.

De là, on peut démarrer le backswing. Ce n’est pas très naturel, et cela diminue la vitesse de swing.

La vitesse de swing chute de 4mph. Le smash factor reste à 1.32. Du coup, la distance au carry baisse à 129,4 mètres.

En revanche, on note que les balles sont mieux « axées ».

Le chemin de club est proche de 0 degré et l’angle de la face plus proche de l’axe (1,1 degrés). La relation entre face et chemin est plus neutre (1,3 degrés).

La direction du lancement est plus dans l’axe à 0,7 degrés.

La dispersion chute à 2,9 mètres en moyenne à droite du centre du fairway, et le plan de swing est mesuré à 58 degrés.

Bilan, cet exercice change surtout… le chemin du club plus que le plan du swing.

De là, j’essaie de reproduire le même chemin de club, mais cette fois sans supprimer l’étape du takeaway, pour établir si j’arrive à mémoriser le mouvement normalement.

La vitesse de swing ne remonte pas, car je suis très/trop concentré sur le mouvement et le placement du club dans l’espace. En revanche, le smash factor recommence à s’améliorer (1.34).

Le chemin de club n’est pas aussi parfait et recommence à légèrement dévier à gauche (-1,6 degrés) alors que la face est square (0,2 degrés).

La relation entre chemin et face reste acceptable (1,8 degrés) et la direction du lancement pratiquement neutre (-0,2 degrés).

En revanche, le plan de swing revient à 60,9 degrés, soit la position initiale et à priori naturelle.

A ce stade, on peut considérer que j’arrive à modifier le chemin du club, l’angle de la face et la direction du lancement qui jouent sur la dispersion, mais pas sur le plan de swing.

Cette expérience n’a pas la prétention d’être une vérité absolue démontrée par un enseignant.

C’est simplement l’application des conseils les plus standards que l’on peut retrouver par un amateur non expert.

La mesure que l’on peut faire de ces corrections pour découvrir que la modification du plan de swing n’a rien d’instinctif ou d’immédiat, alors que le fait de modifier le chemin du club et l’angle de la face jouent plus significativement sur la dispersion.

Concernant le plan de swing idéal pour un fer 6, je constate que Nick Faldo est mesuré à 57,8 degrés (mesure 1m91), Tony Finau (golfeur pro) à 57,2 degrés alors qu'il mesure 1m93 et Brooks Koepka (vainqueur de l’US Open 2017) à 61,6 degrés... qui mesure comme moi 1m83.

Soit quatre degrés d’écarts pour trois swings rigoureusement tapés dans l’axe…

Le plan de swing paraît surtout correspondre à la morphologie de chaque joueur, et tant qu’il est cohérent, il est moins prépondérant que l’angle de la face ou le chemin de club dans la dispersion.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.