Labo Golf: Comment vraiment tourner les hanches au downswing?

Labo Golf : Comment réellement tourner les hanches au downswing ?

Plus facile à dire qu’à faire ! Vous avez sans doute déjà entendu dans votre vie de golfeur, débutant ou joueur expérimenté, que le downswing s’activait plutôt par une action du bas du corps, plutôt que par une action brusque de rotation des épaules, et donc du haut du corps. Sportif ou pas, c’est plus facile à dire qu’à faire. Trop souvent les vidéastes amateurs et les enseignants dans les magazines ou sur Internet nous expliquent comment il faudrait faire, en omettant tous, à quel point, changer son swing prend du temps, et de réels efforts éprouvants. Quels exercices peuvent réellement nous aider à pivoter d’abord par le bas, et tourner les hanches ? Qu’est-ce qui fonctionne vraiment ?

Découvrez nos formules d'abonnements

La rotation des hanches entre réalité et concept

Fondamentalement, nous avons (sauf handicap sévère) pour la plupart la capacité de tourner nos hanches pour exécuter un swing de golf, sauf que dans les faits, nous sommes, moi y compris, une grande majorité à relativement peu les activer au moment de produire un swing.

Pourtant, quand on regarde les photos des golfeurs professionnels, comme par exemple McIlroy ou la plupart des joueurs du circuit, il est aisé de voir à quel point les hanches sont en avance sur le haut du corps pendant la phase du downswing, et au moins jusqu’à l’impact.

Justement c’est quoi la rotation des hanches chez un golfeur professionnel dans une définition sommaire ?

Le golfeur professionnel active le downswing (la descente du club vers le sol) par une séquence mécanique (biomécanique) qui part des hanches pour se retranscrire au buste, aux épaules, aux bras, et finalement au club, un mouvement de vitesse.

Il lance le club, non pas par l’action des bras, mais bien par l’action des hanches, qui en séquence activent d’autres parties du corps. La transmission de vitesse de segment en segment est la source de création de vitesse de swing.

Les hanches tournent en amont du buste et des bras, et jusqu’à s’arrêter face à la cible pour pouvoir ensuite libérer les bras, qui dans une forme d’accélération violente vont lancer fort le club sur la balle.

Après l’impact, les hanches finissent de tourner vers la cible.

Essayez de lancer un caillou le plus loin possible ?

Vous constaterez que pour lancer le plus loin, il faut qu’il se passe trois choses : Création de l’élan avec le bras qui part dans une direction opposée à la cible, afin de créer de l’amplitude.

Au moment de lancer, il faut que le bas du corps (les hanches) se déplacent, et puis se figent d’un coup, pour que le bras passe devant, et lance le plus fort possible.

Les hanches pivotent et bloquent pour que le bras se libère plus vite.

Pour un swing de golf, c’est exactement pareil.

Les hanches doivent donc en théorie faire trois choses : Partir vers l’arrière opposé à la cible pour créer de l’élan, revenir vers la cible le plus vite possible, et enfin transmettre cette énergie au reste du corps.

Entre les hanches, et les bras, il y a le buste ! Tout fonctionne par transmission segmentaire.

Ce n’est pas « Les hanches directement aux bras. C’est les hanches, le buste, les épaules, les bras, les poignets, et enfin le club. »

Pour avoir joué au Base-ball plus jeune, le mouvement du batteur a quelque chose de génial pour comprendre le swing de golf.

Le batteur lève la jambe gauche (pour un droitier), et la projette en avant pour forcer la rotation des hanches vers l’avant.

Au moment de lever la hanche, il replie le genou de la jambe avant (gauche pour un droitier), et pivote légèrement les hanches en arrière de la cible (idem au golf) pour créer cette vitesse et cette amplitude dont il va avoir besoin pour lancer le buste vers l’avant, et donc les bras à pleine vitesse pour taper la balle.

Si vous mimez le mouvement, vous verrez que naturellement les hanches sont face à la cible, avant que les bras n’arrivent à hauteur de la balle, et l’impactent.

Il y a bien création du retard nécessaire pour maximiser la vitesse de swing.

Les hanches ont tourné, mais plus important encore, et c’est vrai chez les golfeurs professionnels, elles ont bloqué avant l’impact, pour permettre ce lancement des bras vers l’avant, et à pleine vitesse.

En résumé, quand on parle de rotation des hanches chez les pros, elles tournent, elles bloquent à l’impact, et elles finissent de tourner au finish, et face à la cible.

Sur 65 millions de golfeurs dans le monde, il n’y a peut-être pas plus de 5000 golfeurs qui parviennent à réellement faire ce geste idéal !

Soit, même pas 0,01% des golfeurs !

Comment peut-on y arriver ?

Il n’y a pas un physique mieux taillé qu’un autre pour tourner les hanches.

Ce n’est pas parce que nous ne ressemblons pas à Tiger Woods ou Rory McIlroy, et notamment avec un physique athlétique que nous ne pouvons pas tourner les hanches.

John Daly pèse pratiquement 100 kilos, et c’est peut-être le golfeur le plus élastique de l’histoire moderne du golf. Sa rotation des hanches est phénoménale.

Gary Player ne mesure qu’1m68, et est-ce que l’on peut dire de lui que sa rotation est moins bonne que celle de Nicklaus (1m78).

Le physique, la taille ou le poids ne rentrent pas en ligne de compte quand on parle en fait d’une mécanique à créer.

Combien d’entre nous arrivent au practice, et avant de taper la moindre balle, commencent à répéter des mouvements de rotations des hanches dissociées du buste ?

Combien se concentrent sur le fait de seulement tourner les hanches, comme le suggère le pro Jonathan Taylor, illustré ci-dessous ?

Il prend un club de golf, le place devant lui et se concentre sur des mouvements de rotations des hanches en veillant à descendre l’épaule droite sous la ligne des épaules formée avec l’épaule gauche.

Les pros ont bien un préparateur physique, et avant de taper des balles, ils commencent par effectuer des étirements, et des mouvements spécifiques pour préparer le corps au fait de swinguer.

Cela veut bien dire que cette fameuse rotation des hanches n’est peut-être pas si naturelle ? Ce n’est pas nécessairement quelque chose d’innée, et qui ne se travaille pas.

Au contraire, la rotation des hanches demande de faire un vrai travail spécifique.

Pourquoi s’intéresser spécifiquement à la rotation des hanches ?

L’idée de ce sujet m’est venu d’une simple constatation à propos de mon propre swing.

En me filmant, et j’ai plus de 20 ans de golf, je peux bien voir qu’à l’impact, mes hanches ne sont pas du tout en avant par rapport à la cible, et comme sur les couvertures de magazine.

Oui, si je laisse l’image défiler, je peux voir que je tourne globalement les hanches, mais si je zoome et arrête l’image au moment de l’impact, mes hanches sont face à la balle.

Elles n’ont pas vraiment beaucoup tournées. C’est le jour et la nuit entre mon swing et celui d’un pro.

Jusqu’à présent, et réalistement, j’ai toujours swingué ainsi, cela ne m’a pas empêché de taper mon fer 7 jusqu’à 150 mètres.

Cependant, je peux légitimement penser que je n’exploite pas complètement mon potentiel physique, et que je ne réalise pas le mouvement théorisé et idéal.

Pour rédiger cet article, j’ai discuté de ce sujet avec trois enseignants : Rina Rajao au Golf de Tremblay, Guillaume Sauzet et Xavier Bretin de MyGolfLab, consultants pour JeudeGolf.org.

Pour vous rassurer tout de suite, Rina m’a indiqué que pour lui, tourner les hanches n’était pas l’alpha et l’omega du swing de golf. Il peut enseigner à des amateurs sans focaliser sur ce point.

Avec Guillaume, on a dans l’idée de compléter ce sujet en utilisant le MySwing, qui est un outil de mesure, qui peut spécifiquement nous donner la rotation des hanches en temps réel sur un swing, exprimée en degrés.

Pour Xavier, comme pour Rina, ce n’est pas sa clé d’entrée unique pour travailler le swing d’un amateur, cependant, il m’a donné une clé technique qui pourrait bien être pratique, et applicable pour travailler spécifiquement la rotation des hanches.

Avant cela, j’avais regardé, comme vous pourriez le faire, des vidéos sur Youtube d’enseignants expliquant comment « facilement » tourner les hanches.

Facilement ? Le test des méthodes préconisées

De fait, 80 à 90% des golfeurs et des golfeuses sont comme moi, et ils et elles ne les tournent pas beaucoup les hanches !

Dans ce type de sujet (Labo Golf), je suis dans la peau d’un golfeur amateur qui teste des méthodes recommandées par des enseignants.

Je ne prends donc pas pour l’enseignant, mais je me mets bien dans la peau de celui qui reçoit le conseil, pour justement voir comment je le comprends, et ce que l’on peut en retenir.

Si vous tapez « Tourner les hanches au golf » dans un moteur de recherche, vous allez trouver toutes les « vedettes » de l’enseignement en ligne…

Vous avez même des titres ronflants du type « La bonne rotation des hanches » ! Eh oui, il faut comprendre qu’il y a une mauvaise rotation des hanches…

La rotation des hanches est loin d’être le sujet aussi simple que certains voudraient nous faire croire.

Même en lisant cet article, ce n’est pas quelque chose qui va se faire en deux coups de cuillères à pots.

Xavier Bretin a raison : « Cela va vous prendre du temps, et beaucoup de sauts de balles, mais c’est faisable ! Tout le monde en est capable. »

Premier conseil testé : Le secret de la rotation du swing de Golf par Eric Cogorno

Eric Cogorno est un enseignant de golf américain prodiguant des leçons en vidéo.

Basé en Pennsylvanie, il annonce 32 000 abonnés sur sa chaine youtube, et 430 000 vues par vidéos.

Ces chiffres sont à prendre avec des pincettes, comme tous les chiffres diffusés sur Internet à une époque, où pour 50 euros, vous pouvez acheter des centaines de milliers de vues.

Selon une étude de 2018, un tiers du trafic mondial sur Internet est réalisé par des robots, et ce chiffre devrait atteindre 50% dans les 3 prochaines années.

Juger la popularité d’un enseignant sur la seule base de ce type de chiffres est donc prendre le risque d’émettre un jugement erroné. C’est aussi valable pour les youtubeurs français !

Avant d’arriver jusqu’à lui, j’ai épuisé quelques vidéos de conseils plus ou moins appropriés. Sa vidéo m’a paru à la fois compréhensible, et à première vue pertinente.

Eric Cogorno nous incite à réaliser une rotation des hanches, par une mise en pression rapide et soutenue du pied gauche (pour un droitier) avant de déclencher le downswing.

Pour Guillaume Sauzet, il s’agit ni plus ni moins de la reprise d’appui, un élément bien entendu enseigné par les pros français.

Cependant, Guillaume fait une précision importante et que je n’ai pas trouvé dans cette vidéo.

Ce n’est pas une pression sur le pied gauche ! Plus précisément, il faut réaliser une pression sur le talon gauche pour permettre à la hanche de passer en avant.

Dans sa vidéo Eric Cogorno met en avant deux choses qui sur le moment m’ont paru avoir du sens :

Combien, quand, et comment changer la répartition du poids vers l’avant ?

De combien, quand, et comment tourner les hanches ?

Pour lui, la clé consiste à marier ensemble changement de pression au sol, et rotation des hanches.

En résumé, il nous invite à déplacer le poids du corps vers l’avant en même temps que nous tournons.

C’est intéressant, et cela paraît simple.

Sauf que dans les faits, autant pour l’avoir testé, je peux mettre plus vite mon poids sur la jambe avant, autant je ne tourne pas franchement plus vite les hanches vers la cible.

En revanche, il a raison quand il commente le fait que les bons joueurs avancent les hanches vers l’avant en même temps qu’ils tournent.

Vous pourrez regarder la vidéo. Ce que ce pro affirme est cohérent, et juste, mais ce n’est pas pour autant, que c’est facile à mettre en œuvre ou efficace pour un simple amateur.

Pour avoir fait des essais avec le Trackman, j’ai seulement constaté qu’en mettant plus de pression plus rapidement sur la jambe gauche (droitier), je gagnais en vitesse de swing, mais à la vidéo, je n’ai rien de vu de sensible sur une plus rapide rotation des hanches, et surtout une rotation des hanches qui se fassent avant la descente du club à l’impact avec la balle, le but que je recherchais.

Ce système m’incite en fait à être toujours plus actif avec mes bras, et pas forcément avec mes hanches.

Le conseil n’est pas mauvais. Il ne m’est peut-être pas adapté. Vous pourrez tester, mais je crains que cela ne change pas radicalement votre rotation.

Dans sa vidéo, Eric Cogorno démontre l’excellence de son conseil pour son swing. Oui, mais c’est déjà un excellent golfeur, qui a passé plus de dix ans à taper des balles tous les jours…

Ci-dessous, swing avec un fer 5 sans chercher à forcer la rotation des hanches

Ci-dessous, swings en essayant d’activer les hanches toujours avec le fer 5

Ci-dessous, swings en essayant de porter rapidement l’appui sur le talon gauche

Deuxième conseil vu avec Xavier Bretin

Interrogé sur le même sujet, comment activer les hanches plus vite, Xavier qui n’était pas forcément convaincu du fait qu’il fallait se focaliser sur la rotation des hanches en tant que tel, était plutôt sur le fait de créer du mouvement avec le corps.

Pour lui, trop souvent chez les amateurs, le mouvement se résume à descendre les mains, et donc le club du ciel vers le sol, sans autre action du corps.

C’est ce qui crée de l’irrégularité, des grattes, des tops, des slices, etc…

Pour activer la rotation des hanches, son observation consiste à faire quelque chose qui n’est pourtant pas enseigné de prime abord ! Déplacer la tête vers la cible, avant de relancer le club vers le sols.

Au lieu de chercher à déclencher le swing par la rotation des hanches, il faut activer ces mêmes hanches par un mouvement de la tête qui irait vers l’avant.

Il m’a d’abord invité à le produire sur des chips, et sans la balle. Comme si je jouais en aveugle sans chercher à garder la tête bloquée sur la balle.

L’objectif était de percevoir la tête de club arriver dans le sol après avoir tourné, et non pas l’inverse.

J’ai répété l’exercice avec un fer 7 pour un résultat qui m’a paru intéressant.

Ci-dessus, une illustration de mon swing en appliquant l’exercice 1 de Cogogno (en haut), et l’exercice 2 de Xavier (en bas).

Posture et backswing sont identiques (vues 1 et 2 en partant de la gauche) puisqu’il n’y a pas là de modifications à apporter.

En revanche sur le plan 3, on peut voir en haut que les hanches sont faces à la balle à l’impact, et ne tournent pas vers la cible, mais bien après avoir contacté la balle (plan 4).

Sur le plan du haut (exercice Cogorno), la tête reste sur la position initiale de la balle à l’adresse.

Sur le plan du bas (exercice Bretin), on peut voir dès le plan 3 que la tête bouge vers la cible pour essayer de tirer les hanches vers la cible…sans vraiment y parvenir de manière plus notable par rapport à l’exercice 1.

Sur le plan 4 (tout à droite de l’image), je n’ai pas la même position entre le cliché du haut et du bas.

Comme demandé par Xavier, j’ai le haut du corps bien plus en avant, et le buste vraiment face à la cible.

Sur les deux séquences, impossible de dire que je n’ai pas tourné les hanches, sauf que sur le plan 3 qui illustre le moment de l’impact, les hanches sont face à la balle, mais absolument pas déjà tournées vers la cible, ce qui serait pourtant l’idéal à rechercher.

De mon point de vue, je n’atteins pas l’objectif recherché.

Sur ce plan de face illustrant la rotation des hanches pendant le swing avec la méthode 1, les hanches tournent, mais pas assez en amont du contact avec la balle. Ce sont encore trop les bras qui dirigent le mouvement, et bien plus que le corps.

Attention, j’ai même l’impression de glisser vers l’avant plus que je ne tourne au moment de l’impact (voir cliché en bas à gauche).

Avec la deuxième méthode, la seule différence notable est au niveau du troisième plan (en bas à gauche) où les mains semblent revenir plus vite, mais les hanches ne sont toujours pas plus tournées vers la cible.

Bilan du travail sur les hanches

Comme avancé plus haut, il est trop tôt pour que je témoigne d’une amélioration.

Mon mouvement est tellement ancré en moi, que pour changer ce paramètre de rotation des hanches avant l’impact, il me faudra des milliers de frappes, en focalisant principalement sur cet aspect de mon swing, pour réellement installer la correction.

Eric Cogorno ou Xavier Bretin, les deux approches sont intéressantes pour accélérer la rotation des hanches, mais à condition de beaucoup travailler.

Cet article pour illustrer, à la différence de ceux qui affirment vous apporter la solution en 5 minutes et 2 conseils, que c’est loin d’être aussi simple, et que cela va éprouver votre volonté et votre motivation pour réellement changer votre swing.

Mais me direz-vous, pour quelle finalité ? Taper plus fort ? Taper avec plus de régularité ?

En réalité, en agissant plus par le corps, et moins avec les mains, en activant d’avantage les hanches, je peux espérer être plus régulier dans mon contact, et finalement commettre moins de fautes de directions de swings ou de contacts.

Théoriquement, avec un mouvement plus actif des hanches, et la création de plus de retard avec les bras amenant le club au sol, je dois pouvoir gagner de la distance, mais si au moins, je pouvais gagner une plus grande régularité du mouvement, ce serait à coup sur bénéfique pour la carte de score.

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 0 sur votes)

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.