2021 : Bilan et bonnes résolutions pour progresser sur le parcours

Le début d’une nouvelle année, surtout pendant l’hiver où les opportunités de jouer sur le parcours sont parfois plus rares en raison de la météo, coïncide avec un moment idéal pour faire le bilan de l’année écoulée, et en déduire les axes de progressions. Pour éviter les paliers de non-progression au golf, il faut avoir une claire vision du chemin à suivre. Le jeu sur le parcours se décompose en plusieurs compartiments distincts : Driving, approches, petit-jeu et putting. Si vous avez baissé votre index en 2020, quel compartiment du jeu vous a le plus aidé ? Et à l’inverse, quel est celui qui vous a freiné ? Avez-vous une vision exacte de votre jeu, et de ce qui vous pose réellement le plus gros problème ?

Découvrez nos formules d'abonnements

La première équation à résoudre quand on a l’ambition de progresser, et améliorer ses qualités ou compétences sur le parcours, est une évidence : Il faut jouer, et en fait, beaucoup jouer.

Si, en 2020, vous avez joué moins de 5 parties réparties sur 12 mois de l’année, dont certains ont été contraints par le confinement, parler de progression est plus délicat.

Il faut donc jouer, et prévoir de jouer de plus en plus, mais il faut aussi avoir une claire vision de son jeu, que ce soit 70, 80, 90, 100 ou 110 coups et plus par parties.

Avoir une vision claire pourrait se résumer à observer où part la balle de votre club, et où elle atterrit, sur la cible, ou à gauche, à droite, trop loin, trop court.

En règle générale, tous les golfeurs, et toutes les golfeuses ont une idée assez représentative des coups qu’ils manquent le plus souvent. Pas forcément pourquoi, et même quand on est expérimenté. Je m’inclus dans cette liste.

Jouer, et donc mesurer son jeu, c’est important pour comprendre.

Quand on parle de mesurer son jeu, le mieux est d’avoir un outil ou une aide pour distinguer des tendances sur 5, 10, 20, 50 parties, et plus.

L’index ou le nombre de coups par parties n’est malheureusement pas un indicateur suffisamment pertinent.

Le golf n’est pas un jeu d’un seul tenant. Le golf, c’est au moins quatre compartiments, et quatre compétences distinctes : Driving, Approches, Petit-jeu, et putting.

Celui qui veut vraiment progresser doit donc distinguer ces quatre compartiments pour se fixer des objectifs réalistes et pertinents, car le plus souvent, un golfeur est rarement homogène.

Même les pros ont des points forts, et des points faible. McIlroy aimerait peut-être avoir le putting de Jason Day, et Jordan Spieth, le driving de McIlroy…

Rien de mieux pour faire le bilan que d’évaluer son jeu dans le temps, et par compartiments.

Comme vous le savez, j’utilise le système Arccos depuis plusieurs saisons (j’ai acheté les capteurs, et le logiciel). Ce n’est pas une publicité pour ce système plutôt qu’un autre.

Pour justement évaluer mon jeu dans le temps, je n’ai pas changé d’outils, et par exemple « basculé » pour le système ShotScope, qui propose d’autres avantages.

En 2020, j’ai comptabilisé 26 parties de 9 et 18 trous. Ce n’est pas encore assez pour réaliser une progression significative, mais tout de même plus que mon régime usuel.

Sur cette saison, je me suis inscrit à 7 compétitions, et baissé provisoirement mon index à 13.9 au lieu de 15.3. Je précise provisoirement compte tenu du nouveau système WHS.

Si comme moi, vous pourrez faire le différentiel d’index pour établir si vous avez gagné ou perdu en niveau de jeu en 2020, personnellement j’espérais mieux, et me sentais capable de jouer à un chiffre.

Faire le bilan, c’est aussi tenir compte des moyens et des objectifs. Je n’ai pas atteint mon objectif.

Comment l’atteindre en 2021 ?

Si je dois me fixer un premier objectif de jouer au moins 30 parties de 18 trous, techniquement, je dois être vraiment lucide sur les axes de progressions, pour ne pas perdre de temps.

Mis à part si vous êtes à la retraite avec plus de liberté de temps, pour un actif, le temps d’entraînement est compté. Tout le sujet, ce n’est pas le temps à passer à l’entraînement, c’est l’efficacité de ce temps.

Arccos présente un avantage et un inconvénient.

L’application me donne mon niveau de jeu en coups gagnés sur le parcours par rapport à un niveau de jeu visé, et par compartiments de jeu… c’est l’avantage.

En revanche, l’application ne donne pas une claire vision de l’évolution de ces mêmes indicateurs dans le temps.  C’est l’inconvénient.

Et c’est justement ce que je vous propose de suivre.

Que vous suiviez vos indicateurs avec un outil comme Arccos ou un autre, il me semble crucial de mesurer l’évolution sur un, deux ou trois ans.

Arccos comme d’autres outils sans doute donne une partie de la réponse, et dommage, ne va pas jusqu’au bout du principe.

J’ai donc compilé de mon côté un tableau qui m’apporte la réelle vision du bilan technique de mon jeu.

Je vous explique le tableau ci-dessus :

Il s’agit de mon jeu comparé à un golfeur d’index 13, en nombre de coups gagnés ou perdus, et par compartiments du jeu.

L’évolution de ces indicateurs est donnée par le nombre de parties entre les 3, 5, 7… et jusqu’à 50 dernières.

Compte tenu du fait qu’en 2020, j’ai joué plus de 25 parties, toutes les lignes sauf 50 concernent ma saison 2020, et 50 synthétisent sans doute 2019, et 2018.

Faire un bilan sur les 3 dernières parties jouées ne présente pas un intérêt, sauf à distinguer des tendances.

Ce tableau se lit de bas en haut.

Entre 50 et 25 parties jouées, on peut lire que mon jeu s’est amélioré de 2,3 coups sur le parcours en moyenne (de – 5 coups perdus par rapport à un golfeur 13 d’index à seulement -2,7 coups perdus), et correspond plus ou moins bien à l’évolution de mon index, de 15,3 à 13,9.

Les colonnes driving, approches, petit-jeu et putting répartissent la provenance des coups perdus ou gagnés.

Par exemple, sur les 50 dernières parties où j’ai en moyenne perdu 5 coups par rapport à un golfeur d’index 13, la majorité provenait du driving (-3,1 coups perdus).

Le putting me permet de gagner 0,7 coups par rapport à ce même golfeur 13 d’index.

25 parties plus tard, mon jeu a donc évolué avec deux progrès notables : J’ai encore gagné 1 coup sur les greens, et 1 coup perdu de moins depuis le tee de départ.

En revanche, et c’est ce qui m’a motivé cet article, depuis quelques temps, je constate que je m’éloigne de mon « pic de forme », et sans tableau, je vois bien que mon jeu de fers se révèle assez dysfonctionnant !

C’est pour cela que j’ai construit ce tableau, et pour le quantifier.

Plus je joue, et plus mon jeu de fers s’effrite au point que je perds plus de 6 coups sur le parcours ! C’est insurmontable pour atteindre n’importe quel objectif.

L’an passé, sans faire ce bilan aussi clairement, j’avais bien senti qu’il fallait que je progresse au driving, trop erratique, et qui me coûtait des pénalités ou balles perdues sur le parcours.

Ce que j’ai gagné au driving, je l’ai perdu avec les fers ! Reste à savoir la raison, si c’est la distance ou la précision, ou pire, les deux…

Une précision s’agissant du putting… vous ne pouvez pas échapper à la question de la météo ou de la saison.

Ainsi, beaucoup de golfeurs expérimenteront comme moi un pic de résultats en été, et moins en hiver.

Donc, si à ce stade, j’ai une vision très précise du bilan de la saison 2020, et un axe de progression urgent, les fers. Je n’ai pas encore la cause, la raison, ou mieux la solution.

Du constat à la recherche de solutions

Pendant un temps, j’ai pensé que c’étaient les clubs puisque j’ai changé de fers en octobre 2019, et donc à peu près au début de ce nouveau cycle de 25 parties jouées en 2020.

J’ai pensé que jouer des lames sur des terrains très gras en ce moment était un handicap lourd à surmonter.

J’ai en réalité découvert une raison beaucoup plus objective… et qui prouve une fois encore, que c’est bien le golfeur qui swingue, et pas les clubs !

Comme Hank Haney, le célèbre coach l’a écrit à propos de Tiger Woods, le « Big Miss », il y a souvent, pour ne pas dire toujours au moins un paramètre en cause.

Dans mon cas, à l’aide d’une séance au Trackman, j’ai constaté un manque chronique d’angle d’attaque sur mes fers.

Je vous illustre ce point avec l’exemple ci-dessous.

Pour ce coup de fer 7 à 135 mètres au carry, la balle s’échappe de 20 mètres à gauche de la cible (le centre du fairway).

A l’évidence, la faute est une face fermée, et non pas square (vers la cible) à l’impact…C’est une cause, mais une autre cause plus profonde se dissimule… : Un manque flagrant d’angle d’attaque vers le sol.

Avec un angle remontant de +1.2 degrés alors qu’il faudrait entre -2 et -4 degrés pour un fer 7, en tant que droitier avec un chemin de club naturellement intérieur-extérieur, ce chiffre traduit le fait que je me relève trop vite dans la zone d’impact, que je cueille la balle, et en tournant, de ce fait, j’enroule la balle sur la gauche.

Le problème à régler, ce n’est pas comme je le croyais : La face fermée… mais le manque d’angle d’attaque.

Sur le coup suivant, cette fois, pour le même swing, la même tendance à créer un chemin intérieur-extérieur, en me forçant à mettre plus d’angle d’attaque (-3,5 degrés négatif en descendant vers le sol), la face n’est plus du tout fermée à l’impact, et la balle nettement moins à gauche de la cible.

Entre les deux coups, la seule chose qui a réellement changé, et donné une influence sur le résultat, c’est l’angle d’attaque.

En 2021, mon seul axe de progression et d’entraînement sera consacré à faire ce qui est le moins naturel pour moi : Donner un angle d’attaque plus descendant sur mes coups de fers.

Pour arriver à cette conclusion, et si j’ose dire ce bon diagnostic qui va me faire progresser, il m’a fallu établir un tableau évolutif de mon niveau de jeu réel par compartiment sur mes 50 dernières parties, détecter que sur les 10 dernières, mon jeu de fer s’est notablement dégradé.

De là, en cherchant pourquoi sur une simple séance au Trackman, j’ai découvert ou je me suis remémoré que mon angle d’attaque n’était pas assez marqué.

Et vous, au-delà de jouer plus en 2021, quels sont les compartiments du jeu qui vous ont aidé ? Quels sont les compartiments ou les coups qui vous ont pénalisé, et pourquoi ?

Si vous arrivez à une réponse la plus précise possible, vous gagnerez réellement du temps sur votre temps d’entraînement, et de progression.

Je ne vous incite pas à acheter Arccos ou un autre système, mais vous aurez besoin d'un outil de mesure précis pour analyser votre jeu. Ensuite, une séance avec votre pro au Trackman doit vous permettre de choisir un paramètre sur lequel vous concentrez.

De mon expérience de modeste amateur, je crois qu'il faut se concentrer sur une chose à la fois.

De même que par exemple, dans mon cas, avant de penser à jouer 10 d'index, je vais déjà essayer de jouer 13, puis 12, puis 11...

Je vous souhaite, à tous et à toutes, le meilleur golf possible en 2021.

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 5 sur 1 votes)

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.