Gagner 7 à 10 mètres de distance avec ses fers (sans changer de clubs de golf ou de swing)

Quand vous vous intéressez à vos statistiques de greens pris en régulation, peut-être constatez vous que le plus souvent, dans les facteurs d’explications de coups manqués, vous trouvez « court du green » ! Quel que soit nos niveaux de jeux, nous manquons tous de distances avec nos clubs. Les marques l’ont bien comprises, pour proposer chaque année, de nouvelles trouvailles allant dans ce sens. Au détour d’une expérience sur ma série, j’ai fait une découverte intéressante, et qui remet bien en perspective le fait de configurer ses clubs pour soi…

Découvrez nos formules d'abonnements

Pourquoi finalement faudrait-il avoir besoin de distance supplémentaire quand on joue au golf?

J’essaie chaque jour d’apprendre des nouvelles connaissances, et de ne pas être fermé à aucune nouvelle idée.

Mon métier implique d’être toujours curieux, et d’éviter de tomber dans le piège du « Moi, je sais » ou au contraire de figer une idée ou un savoir, pour ne « jamais » le remettre en question.

Apprendre, c’est finalement un chemin, un parcours, une courbe d’expérience.

Le golf est un sport à la fois merveilleux et enrichissant.

Il y a tellement de facteurs qui rentrent en ligne de compte, pour prendre du plaisir, s’améliorer ou performer, que le terrain d’investigation est immense.

Vous aurez peut-être perçu une évolution dans mes choix de sujets sur le matériel et la technique.

Alors que je n’arrive plus à vraiment me faire d’illusions sur les sorties de nouveaux clubs, j’explore le fait de composer son club, entre grip, manche et tête, ce qui nous promet encore un beau réservoir de performance supplémentaire.

Il ne s’agit pas de nouvelle technologie. Il ne s’agit pas de marketing. Il ne s’agit pas non plus de fitting chez un expert.

Il s’agit de sentir, mesurer, se tromper, trouver par hasard, et en fait, affiner, bichonner, cultiver la connaissance, et le feeling de son sac de golf.

En une phrase : Continuer à apprendre sur son jeu…

Très souvent, et peut-être trop souvent, on a envie de se faire plaisir en changeant sa série, et pour cela on se donne des objectifs plutôt rationnels : Gagner en distance, Gagner en contrôle, Gagner en toucher, Gagner en précision.

Des nouveaux clubs, et en particulier une série de fers doivent le plus souvent apporter un bénéfice d’usage.

Pour ma part, j’ai récemment changé de série pour des fers lames, comprenant enfin après des années de pratiques, l’incidence de l’offset sur le chemin de club, et par conséquent la dispersion.

Par rapport à mon chemin de swing, je devais éviter tous les clubs « modernes » avec des lofts très fermés, et par conséquent, beaucoup d’offsets.

C’est ce qui favorisait des balles en hook.

Régler la dispersion, ce n’est pas encore mieux jouer au golf. Ce serait si simple, et notre sport, le golf, a ceci d’extraordinaire qu’il nous challenge de multiples façons.

Moins à gauche, moins à droite, il n’en demeure pas moins que je manque encore 45% de greens trop court.

Un mauvais drive entraîne souvent un coup impossible pour trouver le green sur le coup suivant, de même qu’un coup à plus de 135 mètres ne représente pas si souvent une opportunité de green en régularité.

Gagner en distance n’est pas une fin en soi.

En revanche, taper un fer 8 au lieu d’un fer 7 pour parcourir 135 mètres peut être un avantage.

Le plus souvent, on croit qu’une lame est un club très difficile à jouer, et à l’inverse, un club super-improvment plus facile.

La segmentation des clubs selon leurs lofts présente beaucoup d’intérêt.

Cependant, cela ne doit pas vous interdire de faire des choix qui prennent plus en compte toutes les caractéristiques de vos clubs, et par rapport à vos véritables besoins.

Le résultat de l’expérience que je vais vous présenter ci-après est finalement le fruit du hasard.

Je cherchais initialement un truc, une solution, une astuce pour réduire la dispersion, et j’ai finalement trouvé une source d’accroissement de la distance, et alors que pourtant j’utilise des lames Z-Forged, dont ce n’est pas la fonction première…

N’oublions jamais qu’un club de golf… c’est finalement un grip, un manche, et une tête, et que l’on peut intervenir sur ces trois composants…

Un grip peut-il tout changer ?

Ce sujet fait le lien avec plusieurs sujets déjà écrits et à venir.

Dans la foulée du test du grip MCC4+ Align, et de l’article sur le Swing Weight, ce qu’il faut savoir ou ne pas croire, et avant de vous parler de Wright Balance, à l’invitation de Yannick, un abonné, j’ai donc testé des nouveaux grips pour mes fers.

Son argument consistait à me demander si des grips d’une largeur constante sur toute la longueur pouvait ralentir ou calmer l’action des mains dans la zone d’impact.

Son objectif était bien de trouver plus de précision ou plutôt moins de dispersion.

J’ai mené plusieurs tests avec une série Mizuno MP-18 MMC, en testant d’abord un club avec un grip conventionnel, et ensuite le nouveau grip. J’ai ensuite joué sur le parcours avec la série complète. Puis, j’ai changé ma série Z-Forged en tapant d’abord avec les grips standards, puis avec les nouveaux grips.

Un autre paramètre à varier : La taille des grips.

Si j’écoute les conseils des vendeurs pour la taille des grips qui devrait me convenir, il s’agirait de grips standard avec 2 couches d’adhésifs.

Est-ce que vous savez faire la différence entre une ou deux couches ? Dans les mains, sous le grip, c’est pratiquement imperceptible.

En revanche, entre un grip standard, et un grip midsize, la différence est colossale.

Vous découvrez qu’avec un grip standard, vous avez vraiment la sensation que vos mains sont en contact avec l’acier ou le graphite du manche, alors qu’avec le Midsize, vos mains sont posées plus confortablement sur le club. Ce n’est à ce stade que mon avis personnel.

A propos du test, j’ai aussi comparé des grips conventionnels, à savoir plus large au butt, et plus fin à l’entrée.

Ma préférence et la suite de ce test ont finalement porté sur des grips de largeurs constantes sur toute la longueur, les fameux MCC4+ que j’ai monté sur les 13 clubs du sac, du driver aux wedges.

Est-ce qu’ils calment les mains dans la zone d’impact et empêchent de balancer en hook ou en slice, dès le début de l’expérience au Trackman, je n’ai rien relevé de tel.

Un bon coup d’épaule, une mauvaise synchronisation du haut et du bas du corps, et la balle part dans la direction que vous cherchez à éviter…

Au cours du premier essai, j’ai d’abord cru que les grips plus larges MCC4+ atténuaient mon angle d’attaque qui avait le défaut d’être un peu trop prononcé, combiné avec un point bas de mon arc de swing trop lointain après la balle (conséquence : Gros divots)

La difficulté d’un tel test pour trouver des causes à effets, c’est d’arriver à réellement distinguer quelles causes pour quels effets.

Ci-dessus, pour démarrer l’expérience, je tape une dizaine de balles avec mon fer 9, la même balle (Z-Star), et en studio avec des conditions externes neutralisées, puis je vais changer le grip, le laisser sécher, et tester un autre club…

Ci-dessus, je reprend le fer 9 avec le grip changé, midsize et de largeur constante sur toute sa longueur, ce qui a donc surtout un effet sur la main droite, qui repose sur plus de matière qu’habituellement avec un grip conventionnel.

Avec la même intention de jeu, je réalise « sans forcer » une augmentation de la vitesse de swing de 78 à 81 mp/h. Le Smash Factor est lui aussi amélioré, passant de 1.19 à 1.21.

Résultat, la vitesse de balle augmente de 92 à 98 mph…

Le gain de distance au carry pour le même club est de 8 mètres, et simplement en changeant de grip !

En revanche, aucun autre changement sur la trajectoire : Même angle d’attaque, même point bas de l’arc de swing, même spin loft, même taux de spin donné à la balle, même position de la face à l’impact…

Avec plus de vitesse, logiquement la balle atteint un pic maximum de hauteur plus élevé.

Je tape toujours un club qui a des caractéristiques de lames, mais juste plus loin…

Besoin de changer de série pour gagner en longueur, changez peut-être vos grips !

C’est un brin provocateur de ma part, je le concède… Simplement, cela doit vous inciter à prendre en compte toutes les caractéristiques de vos clubs : Têtes, manches, mais aussi les grips…

Avant de changer les grips, j’avais pris le soin de réaliser d’autres petites mesures.

Mon fer 9 monté initialement sur un manche acier stiff NS PRO Modus 3 de 114 grammes, avec un grip Golf Pride MCC Align standard, sur 2 couches d’adhésifs, était équilibré en D1, pour un poids total du club de 430 grammes.

En mettant le grip Golf Pride MCC4+ Align, et une troisième couche, le poids total du club est monté de 20 grammes supplémentaires. L’équilibre du swing weight est descendu en C8.

Ce n’est pas le seul fait de changer le grip qui a provoqué un changement de vitesse de swing.

Non seulement, je l’ai alourdi, mais en plus, j’ai changé son équilibre.

Dans ce sens, cela m’a été favorable.

C’est là qu’il convient de ne pas édicter une règle immuable pour tous.

Plus que de changer de série pour une autre, sauf si les rainures sont trop abîmées, il est plus intéressant de jouer au « Mécano », et de chercher la meilleure configuration possible :

Quelle taille et quel poids de grip ? Quel longueur de manche, quel poids de manche, quel point de flexion ? Quelle tête, quel poids de tête, quel offset ?

Dans mon cas, le fait de choisir un grip plus lourd à modifié l’équilibre de mon club, finalement plus lourd en butt, mais plus précisément plus lourd sur toute la longueur du grip.

Je pourrai peut-être retrouver le swing weight initial de mon club… en plombant la tête.

L’expérimentation peut aller plus loin.

Avec des bandes de plomb placées au dos et proches de la semelle, je peux encore changer les paramètres de mon club.

Cela pourra faire l’objet d’une prochaine expérience…

Je n’ai pas vérifié seulement le fer 9, mais tous les clubs de la série jusqu’au fer 4.

Ci-dessus, pour le test du fer 7, j’ai voulu réaliser un autre type d’essai.

Habituellement, sur un test, je fais attention de tester des choses comparables, et il m’arrive d’enlever des résultats qui sont des erreurs, et qui me sont imputables.

Quand on compare deux clubs, il faut s’assurer que ce n’est pas le testeur qui tape bien ou moins bien.

Dans le cas présent, j’ai tapé 10 balles consécutives en acceptant qu’il pourrait y avoir un déchet qui me serait imputable.

L’idée était de répéter le même test, après avoir changé le grip, pour constater si le nouveau grip pouvait avoir une quelconque influence sur ma régularité.

Difficile de statuer sur le fait qu’un autre grip améliore véritablement la régularité ou prévient mieux des fautes que l’on pourrait commettre.

Comme vue précédemment, les seuls véritables changements se situent au niveau de la vitesse de swing, et l’amélioration du smash factor, ce qui conduit à une augmentation de la distance.

Le fer 7 qui pesait initialement 410 grammes équilibré en D1 a pris 20 grammes supplémentaires pour un équilibrage en C7.

Dans ce cas, j’ai gagné en moyenne 10 mètres au carry, et malgré trois balles mal contactées.

Bilan du test

Ci-dessus, un tableau qui résume la totalité de l’expérience du fer 9 au fer 4, tous des clubs Z-Forged.

Dans le cas du fer 7, du fer 6 et du fer 5, j’ai allongé mes distances moyennes de plus de 10 mètres.

Au global de la série, le gain de distance au carry est de 8 mètres.

Au niveau du spin ou des conditions de lancement, les changements sont marginaux, de sorte que la roule donnée à la balle ne varie pas vraiment. J’ai simplement gagner de la distance sans modifier les caractéristiques propres à une lame, à savoir le contrôle de profondeur.

L’angle d’attaque du club vers le sol ne change pas avec le grip.

S’agissant de la position de la face, ce qui était la recherche initiale, je n’arrive pas encore à me forger un avis définitif.

Quand j’ai commencé le test, je n’arrivais pas à démontrer que cela avait une quelconque incidence.

A la fin du test, quand on regarde les données, on pourrait croire qu’il y a un soupçon de mieux… Je n’ai sans doute pas les outils et les connaissances, pour être affirmatif à ce sujet.

Le but de cet article n’était pas de se mettre dans la peau d’un clubfitter, mais plutôt de vous éclairer et vous inciter à faire des expériences sur vos clubs.

Vous avez acheté une configuration initiale, ce qui ne vous empêche pas de la faire bouger, soit en changeant les grips, soit en ajoutant du plomb sur les têtes…

Dans mon cas, comme déjà écrit dans le précédent sujet, les grips MCC4+ Midsize ont agi comme une véritable révélation.

J’impute l’augmentation de la vitesse de swing à plus de poids du club, mais aussi un plus grand confort, qui a pour résultante une plus grande confiance pour mon mouvement.

La prochaine question que je devrais me poser : Est-ce que le fait de tenir un club plus lourd et un grip plus volumineux change mon équilibre corporel, et ma façon de déplacer le club ?

La réponse peut-être avec le prochain article à rédiger : La méthode Wright Balance…

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 5 sur 1 votes)

Commentaires   

golfnswing@gmail.com
0 #1 Et oui !golfnswing@gmail.com 24-12-2019 13:59
Merci Laurent pour cet ode au fitting dans lequel le grip occupe toujours une place importante.
Mais attention à propos du swingweight, vos analyses sont erronées. Ajouter du poids en tête pour retrouver un certain swingweight qui a baissé parce que l'on a mis un grip plus léger est une hérésie absolue. Cela a pour effet d'augmenter fortement le moment d'inertie du club, et c'est cette valeur, et pas le swingweight qui impacte vos sensations dans le swing et votre swing. A l'inverse, ajouter du poids dans le grip est pratiquement sans incidence sur le moment d'inertie

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.