Quelle influence du placement de vos épaules à l’adresse sur vos trajectoires de balles?

On a beau dire… s’agissant de la technique au golf, beaucoup de choses ont à voir avec les fondamentaux d’un swing. Quels sont les fondamentaux ? Le grip, la posture, les appuis, l’alignement…et pourtant, nous, les amateurs, passons souvent du temps à chercher des remèdes miracles ou des solutions le plus souvent compliquées. Pourtant, le plus souvent, il nous faut réfléchir le swing selon une relation de causes à effets. Cependant, j’admets qu’il faut savoir identifier ces relations. Qu’est-ce que je fais ? Et quelle conséquence sur le vol de ma balle ? Autre facteur qui peut concourir à nous perdre, nous, moi, ne savons pas toujours segmenter notre recherche d’améliorations, et le plus souvent, nous changeons trop de paramètres en même temps, au risque de ne pas savoir quel cause à produit quel effet. Récemment, alors que je testais un nouveau bois de parcours, je topais quelques balles, et surtout balançaient des coups à gauche ou à droite, hors de contrôle. Le conseil d’un pro qui passait par là, a suffi à me remettre dans le droit chemin. Comment le simple placement d’une épaule peut changer profondément la trajectoire d’une balle ? C’est ce que je vous propose de vous raconter ci-après…

Découvrez nos formules d'abonnements

Après plus de 20 ans de golf, je ne rêve plus. Je ne transformerai jamais mon swing, je ne pourrai qu’apprendre à le dominer.

Comme l’enseignement du golf revient sans cesse et invariablement aux fondamentaux que ce soit pour un golfeur amateur ou même un golfeur professionnel, la nature profonde d’un swing, le sien, est souvent terriblement ancré en soi.

Cela présente pourtant un avantage, notre tendance ou erreur naturelle une fois identifiée doit appeler la même correction. Il n’est plus question de fatalité, mais de savoir-faire.

Il y a une vérité que beaucoup d’entre nous refusons parfois d’entendre, et sur laquelle la filière a tendance à broder, pour ne pas dire mystifier : Pour bien jouer au golf, il faut taper des milliers de balles, jouer des centaines de parties…

Pour corriger un aspect seulement du swing, il faut encore taper des milliers de balles. Non, il n’y a pas de miracle au golf. Un golfeur 20 d’index ne va pas devenir 0 d’index, simplement en changeant de club.

A ce propos, et parfois, j’ai pu désarçonner, le matériel compte pour une partie infime de la performance d’un joueur de golf, même amateur, et au contraire, tout joueur de golf gagnerait à développer sa culture golfique pour développer surtout sa faculté d’adaptation, y compris avec un matériel de golf inadapté.

Comme se plait à le rappeler Adam Young, pour le coup, un coach qui a un temps d’avance sur beaucoup d’autres, et une véritable pensée de l’enseignement du golf, il faut développer des skills, des aptitudes, et donc travailler sa capacité à s’adapter.

Le golf est tout sauf un jeu prévisible. Il y a trop de facteurs extérieurs.

Vous voulez gagner de la vitesse de swing ? il faudra taper des milliers de balles ! Vous voulez changer votre contact de balle ? il faudra taper des milliers de balles !

Vous voulez changer la trajectoire de vos balles ? Vous n’aurez besoin que de quelques balles, et peut-être même une seule ! Par contre, pour en faire un réflexe, un savoir-faire, un automatisme, il vous faudra des milliers de balles.

Le point commun à tous les bons joueurs, c’est qu’ils ont tous tapé beaucoup de balles. Ce qui les distingue, c’est la vitesse à laquelle ils ont tapé ces milliers de balles, en journées, en semaines, en mois, ou en années.

Concernant donc la trajectoire de balle qui reste un élément essentiel au golf, on peut se perdre, je me suis perdu, à chercher la solution pour enfin la rendre prédictible.

On devrait toujours se questionner de la manière suivante : La conséquence que j’observe est générée par quelle cause ?

Une balle qui tourne à gauche ou à droite pour un droitier ? Quelle est le rapport entre le chemin de club, et la position de ma face à l’impact ?

Le chemin de déplacement du club dans l’espace d’arrière vers l’avant est un paramètre essentiel, comme la position de la face à l’impact, ouverte, fermée ou square.

Les deux sont mises en rapport, pour comprendre la déviation d’une balle à gauche ou à droite, et surtout sa courbure.

J’omets volontairement la place de l’impact de balle dans la face, qui elle aussi contribue à la trajectoire, mais je ne veux pas vous perdre en trop de détails, pour bien rester sur l’essentiel.

Depuis que j’observe des amateurs ou des professionnels avec le Trackman, je n’ai encore pas croisé un golfeur qui n’a pas une tendance naturelle ancrée, soit un chemin de club plutôt extérieur-intérieur ou intérieur-extérieur.

En revanche, les professionnels, à la différence des amateurs, savent aller de l’un à l’autre, en fonction de la trajectoire dont ils ont besoin.

Dans mon cas, c’est une trajectoire intérieur-extérieur qui revient le plus naturellement, et en plus associé à une tendance à jouer en remontant, notamment au driver.

Car, quand on parle trajectoire, il faut aussi prendre en compte l’angle d’attaque du club vers le sol ou vers le ciel, descendant ou remontant.

Pour un fer, il est crucial de présenter un angle d’attaque descendant, et ce pour compresser la balle, et donc lui transmettre le maximum d’énergie.

Pour un driver, étant donnée la longueur du manche, la forme de la tête, l’angle doit être remontant, surtout pour une balle jouée sur un tee surélevé.

En revanche, beaucoup de golfeurs, moi y compris, font l’erreur de jouer les bois de parcours comme un driver, et pourtant, la balle n’est pas sur un tee.

Le bois 3 ou le bois 5 impose un angle d’attaque descendant.

Or, pour un golfeur qui présente un chemin intérieur-extérieur prononcé, c’est souvent corrélé à un angle d’attaque remontant, d’où des tops, des balles mal contactées, et pour un droitier, des balles qui peuvent tourner à gauche, surtout si la face est square ou pire fermée à l’impact.

Pour contrôler la trajectoire d’un bois de parcours joué au sol, un bois 5 par exemple, idéalement, il faut chercher en plus de l’angle d’attaque descendant, un chemin moins intérieur-extérieur,

Comment y parvenir ?

C’est là où le simple placement d’une épaule à l’adresse peut avoir une incidence directe, et sans chercher quelque chose de plus compliqué.

Dans mon cas, au moment où je tapais des balles, et échouait à bien contrôler mes trajectoires, un enseignant passe derrière moi, et constate de visu les chiffres du Trackman à l’écran.

Son conseil va être simple : « Au lieu de jouer ton club avec l’épaule droite (droitier) abaissée par rapport à la ligne formée avec l’épaule gauche, au contraire, remonte cette épaule… et ce, pour changer ton chemin de club qui est trop intérieur-extérieur. »

Il poursuit « Plus ton épaule droite est abaissée, et plus cela t’incite à jouer en remontant avec beaucoup de chemin intérieur-extérieur. En fait, tu ne peux pas vraiment faire autre chose qu’enrouler la balle de droite à gauche.  En remontant ton épaule à l’adresse, seule correction à faire, et même en orientant tes deux épaules à gauche de ta cible, tu vas créer le mouvement inverse, un chemin extérieur-intérieur qui dans ton cas, ne sera pas très prononcé venant d’un fort chemin intérieur-extérieur, et donc mieux neutraliser tes trajectoires de balles. »

Ce conseil a eu un effet immédiat. J’ai arrêté de toper les balles ou de les balancer de droite à gauche.

Le smash factor qui traduit la qualité du centrage de la frappe était au plus haut.

Je vous ai illustré un exemple de frappe au bois 5, en encadrant en rouge toutes les données sensibles, puis en vert dans le second graphique, les mêmes données pour un deuxième coup radicalement différent, plus long, et plus performant. Par le déplacement de mon épaule seulement, j'ai changé l'angle d'attaque, et la direction du swing.

Bref, on en revient toujours au fondamentaux, et en l’occurrence, le cas présent la posture, et plus particulièrement le placement des épaules.

Pour un droitier, trop de balles qui tournent de droite à gauche ? Peut-être tester de remonter l’épaule droite à l’adresse ?

Trop de balles qui tournent de gauche à droite, peut-être tester d’abaisser l’épaule droite à l’adresse ?

Sur les deux graphiques ci-dessus, j'illustre toujours les deux mêmes coups, mais j'ai voulu en plus, vous illustrer le point d'impact dans la face, et qui explique aussi le smash factor. Quand ma frappe est trop remontante, je suis aussi susceptible de toucher la balle plus bas dans la face, alors qu'à l'inverse, en modifiant le placement de mon épaule droite, je me donne plus de chances de toucher la balle au centre de la face.

Dans mon cas, j’ai réellement vérifié l’immédiateté du changement de chemin de club en mouvementant simplement la place de l’épaule droite.

Et la magie de cette expérience, c’est qu’elle n’est pas valable que pour moi, ou que pour les golfeurs qui présentent un chemin intérieur-extérieur, car il suffit d’inverser la logique.

Comme cité plus haut, le danger de toutes corrections, c’est de les mélanger toutes en même temps, de sorte qu’on ne sait plus quelle correction produit un effet, et lequel.

Enfin, pour ma part, comme pour tous les amateurs, pour installer un réflexe, un automatisme, il faut répéter et taper des milliers de balles pour ne plus y penser, et le faire instinctivement sur le parcours.

Quel que soit votre problème de swing, pas de mystère, pas de miracle, toujours revenir aux fondamentaux…

Restez informé

Recevez notre newsletter

(Note moyenne de 5 sur 3 votes)

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.