Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Améliorer le contrôle de son swing de golf: Le coup du cintre!

 

Toujours à l’affût d’un nouvel accessoire à tester pour écrire un article, je suis récemment tombé sur une aide à l’entraînement appelée le « Hanger », qui se traduit littéralement par « cintre » en français.  A un clic d’acheter ce gadget, me faisant peu d’illusions sur la réalité « thérapeutique » d’un énième accessoire censé me révolutionner mon golf, j’ai lu quelques commentaires négatifs sur la fragilité du produit, qui casserait au bout de cinquante swings, et parallèlement les commentaires dithyrambiques du coach Chris Ryan, un pro anglais qui s’exprime sur Youtube. C’est là que je me suis arrêté sur une très ancienne vidéo, expliquant les bienfaits d’un simple cintre, pour travailler son swing. Dans cet article, je vais peut-être vous faire économiser l’achat d’un outil à 100 dollars port inclus, et prouver/expliquer à quoi cela peut réellement servir. Pour une fois, un « gadget » m’a apporté énormément, et va rentrer durablement dans mon processus d’entraînement.

Découvrez nos formules d'abonnements

Sur JeudeGolf, on a investi dans un Trackman pour justement contrôler et vérifier les promesses des diseuses de bonne aventure, et dieu sait qu’elles sont nombreuses sur Internet.

Ils sont nombreux à nous donner des conseils, et nous expliquer comment ils vont révolutionner notre jeu en quelques conseils.

Après plus de vingt ans de golf, je suis toujours très curieux de savoir comment c’est possible de simplifier un jeu aussi complet, aussi complexe.

Au-delà des enseignants en ligne qui déclament sans prouver ou annoncent sans démontrer par A+B, vous avez les publicités pour les fabricants de gadgets et accessoires pour améliorer le jeu de golf.

Prenant soin d’illustrer un accessoire bénéfique avec le concours d’un golfeur classé 0 d’index, on nous explique comment on va transformer notre jeu avec un simple outil.

La durée de la publicité est souvent malheureusement trop courte pour expliquer en détail le cheminement partant du problème pour arriver à la solution.

Sur les réseaux sociaux, un nouveau terrain de chasse, ses publicités ont moins de 10 secondes pour attraper notre attention. Plus la promesse est forte, plus la ficelle est grosse, et plus c’est censé nous convaincre.

Pas commercialisé en France par un distributeur, mais acheminé directement des USA, le « Hanger » a même déjà réussi à se faire copier, et à priori, il existerait déjà des contrefaçons.

Mis à part Chris Ryan, qui dans une vidéo publiée sur Youtube, je n’ai pas trouvé d’avis vraiment argumentés ou positifs au sujet de cet accessoire.

https://www.youtube.com/watch?v=Ne4dWegCmUs

J’ai été freiné dans l’achat par les commentaires d’internautes américains, laissant entendre que cet accessoire qui se fixe sur un grip d’un fer ou d’un bois casse facilement ou ne s’adapte pas à tous les grips convenablement.

Sachant qu’il faut trois ou quatre semaines pour se faire livrer, j’étais hésitant à l’idée de jeter 100 dollars par la fenêtre, sans pour autant avoir l’idée de l’article que je pourrai écrire, sauf à dire que c’était peut-être une énième désillusion.

Je n’avais pas réellement à ce stade, la compréhension de ce qu’un tel objet pourrait apporter au swing, en revanche, j’ai vite compris qu’à la maison, j’avais sans doute plein de cintres en plastiques qui traînaient ici ou là, et pourquoi ne pas essayer de comprendre la fonction dans un premier temps, et voir après, si ce type d’outil pourrait se justifier à l’achat.

On est très loin de l’accessoire ergonomique et étudié pour le confort.

J’ai fixé le cintre sur le côté gauche de mon grip à l’aide d’un gros scotch pour emballage industriel, et de manière très sommaire.

La tige en plastique du cintre n’est pas si imposante.

Au final, ce n’est pas impossible de gripper son club normalement. C’est bien plus le revêtement du scotch qui nous éloigne des bonnes sensations d’un grip traditionnel.

Autre bémol de l’outil maison, par fortes températures, vous transpirez plus vite, et le scotch n’adhère pas très bien à la sueur.

Pour la durée d’un simple essai, ce serait bien suffisant.

Le principal objectif était double : Maintenir le cintre sur le club, et recréer son intérêt technique.

Quel intérêt technique ?

Placer le cintre dans le prolongement du grip, pour contrôler le chemin du club, le plan du club dans l’espace, et enfin la face du club à l’impact.

Ce simple cintre n’a rien de moins que pour fonction de vous faire sentir la bonne position du club dans l’espace, et mieux encore, l’action des poignets.

C’est une énorme promesse pour un swing de golf.

Pourtant, il ne m’a pas fallu plus de 2 ou 3 swings pour être réellement conquis par cette trouvaille bricolée, et taper quelques-uns de mes meilleurs coups de golf.

Pourquoi ?

Mon swing, comme beaucoup d’amateurs, contient de nombreuses imperfections, et notamment à l’impact, sur vingt frappes, ma face de club ne revient jamais vraiment de la même façon sur la balle.

J’ai pu le vérifier avec précision au Trackman.

J’ai travaillé sur tous les aspects possibles, en vidéo, avec un enseignant, avec un trackman, à chercher un peu partout les grosses différences entre ce que je réalise, et ce qu’il faudrait produire dans l’idéal.

Jusqu’à présent, un aspect du swing me paraissait très nébuleux : L’action des poignets au démarrage au backswing, au sommet du swing, au downswing, et à l’impact.

Jusqu’à présent, je faisais au mieux, sans être certain qu’à chaque étape, c’était la bonne action.

En vidéo, je pouvais pourtant constater que cela ne paraissait pas vraiment idéal, avec un club très horizontal à la montée, et une sorte de boucle instinctive pour verticaliser le plan du club avant de repartir vers le sol.

Comment contrôler les poignets quand on ne le voit pas dans son dos ou derrière sa tête ?

Comment ramener les poignets, et donc la tête de club avec du retard tardif ?

Avec le cintre dans le prolongement du grip, cela crée des limitations ou plutôt des repères, des bornes pour les mouvements des poignets, au démarrage, au sommet du backswing, au downswing, à l’impact, et bien après.

Du début à la fin du swing, l’idéal est de sentir le cintre contre son avant-bras gauche tout du long. A l’inverse, il ne faut pas sentir le cintre venir contre l’avant-bras droit, synonyme sans doute de faute technique.

Ce guide est assez facile à suivre, et le résultat a été relativement spectaculaire pour moi, notamment avec un fer 8.

Passé la phase d’appréhension, j’ai commencé à noter un véritable contrôle de la trajectoire, tout bonnement parce qu’il y avait moins de variation de la position de la face dans la zone d’impact. Du coup, le contact avec la balle était nettement amélioré.

Le cintre sert à nous indiquer des mouvements parasitaires des poignets.

Dans mon cas, j’avais une énorme tendance à « scooper », à savoir le poignet droit passait trop en-dessous du poignet gauche dans la zone d’impact pour relever la balle, et réduire la qualité de la compression, tout en embarquant la balle vers la gauche.

Schématiquement, à l’impact, je cherche à lever la balle plutôt qu’à la compresser vers le sol. Cela se joue en une fraction de seconde.

Avec le cintre, le changement le plus notable que j’ai observé, est une position du poignet gauche plus proche de l’idéale au sommet du backswing (plus plat), et surtout plus plat à l’impact et après l’impact.

C’est ce moment clé qui améliore considérablement la qualité du contact, et surtout le contrôle de la trajectoire.

En dehors des photos qui servent à démontrer les changements sans trucages sur la position de mes poignets, je peux prouver mes dires avec les résultats du trackman !

Ci-dessous, une série d’une vingtaine de swings réalisés sans le cintre…

A l’origine de ce sujet, je venais d’aller jouer 9 trous, et j’ai recommencé à balancer fortement mes balles à gauche. Je ne comprenais pas vraiment pourquoi, alors que je pensais avoir juguler le problème.

Sur ce graphique, on peut voir que naturellement, avec un fer 8, mon chemin de club (club path) est à 4 degrés intérieur-extérieur, alors que ma face est en moyenne à 0 degrés (square).

Malgré la face square, les balles partaient à gauche à cause du chemin trop intérieur.

Il y a donc deux problèmes à traiter : Le chemin du club trop intérieur, et les poignets qui ne sont pas toujours parfaitement placés sur la balle. Attention, une moyenne à 0,3 degrés ne veut pas dire que tous les coups sont tapés « squares ». Il y a des coups à +1 ou -1 degré, et parfois plus…

A l’extrême, pour un même coup de fer 8 tapé à 125 mètres, je pouvais envoyer la balle à plus de 25 mètres à gauche, quand en plus du chemin intérieur, la face était plus fermée à l’impact… sans doute à cause des poignets…

J’ai essayé de corriger sans le cintre avec toujours un chemin intérieur, et un différentiel face/chemin de 4,5 degrés, ce qui explique la courbe de la balle sur la gauche.

Si la face part dans la même direction que le chemin du club pour aller jusqu’à la balle, le rapport est neutre, et la balle part dans l’axe sans courber, si tant est que vous tapez dans l’axe, chemin et face compris.

En essayant la correction du cintre, notez comme le ratio face/chemin a légèrement baissé (-4,1 degrés).

J’ai toujours une tendance naturelle à ramener le club par l’intérieur vers l’extérieur, mais cette fois je l’ai réduit à seulement 2,6 degrés.

Puis en travaillant à nouveau sur une nouvelle série de frappes avec le cintre, (toujours une vingtaine), j’ai baissé le chemin du club pour le ramener plus en ligne, avec une face square, et un rapport de la face au chemin encore réduit.

J’ai considérablement réduit la plage d’écart entre les balles les plus à gauche, et les balles les plus à droite du fairway.

Pour illustrer, non pas une moyenne, mais une très bonne balle, ci-dessous on peut voir que je tape un « trait » avec un chemin de seulement 1,7 degrés, proche du 0 absolu (neutre) avec une face parfaitement square (0,3 degrés).

Le smash factor est élevé pour un fer 8 (1.36) ce qui favorise une distance importante sans développer une vitesse de swing considérable (77 mph).

Avec de telles valeurs, sur le parcours, il ne peut rien m’arriver. La balle ne va pas bouger de sa trajectoire.

J’en viens au véritable bénéfice que j’ai mesuré avec le Trackman.

Sur des séries de 21 frappes, avec le cintre, j’ai commis seulement 6 fautes de placements de la face à l’impact au-delà de 1 degré trop fermé ou trop ouvert à la cible.

Sans le cintre, sur la même série, je suis monté à 15 sur 21 !

J’ai pratiquement divisé par 3 mes fautes de faces à l’impact, et quand j’ai refait le test au practice en extérieur. J’ai pu constater le plaisir d’enchaîner des frappes rectilignes, et plusieurs d’affilées.

Pour moi, c’était presque du jamais vu.

J’ai déjà tapé de très bonnes balles, mais pas en séquence aussi régulière.

Le changement significatif apporté par le cintre, c’est un placement plus régulier de la face du club dans la zone d’impact.

En plus, c’est un outil pédagogique décisif pour placer les poignets pendant tout le mouvement, chose que je trouve la plus difficile à comprendre pour un élève ou à enseigner pour un professeur.

Il faut une expérience importante pour commencer à comprendre comment bien placer les poignets, et ce, pendant tout le mouvement, et encore en plus de 20 ans de golf, la preuve en est que j’ai toujours du mal à le faire.

Maintenant, le prochain enjeu, c’est d’appliquer la correction sans le cintre, et ce n’est pas la partie la plus simple : Avancer sans béquille.

Le « Hanger » est vendu comme un accessoire d’aide à la mémoire musculaire.

C’est un outil pour mémoriser le bon geste.

De mon point de vue, c’est possible à condition de taper des milliers de balles.

Pour un golfeur débutant, c’est un pas dans la bonne direction que de commencer avec cet outil pour déjà partir avec de bonnes bases.

Pour un golfeur plus expérimenté comme moi, il va falloir effacer toutes les anciennes sensations avant d’incorporer les nouvelles.

C’est un mensonge d’affirmer que cela va se produire comme par magie avec un outil ou un autre.

Il va falloir taper des milliers de balles pour intégrer la correction, mais au moins, là, j’ai la bonne direction pour le faire.

Dans un prochain article, je vais détailler ce même test avec un driver, et là, j’ai déjà fait d’autres constatations.

C’est en fait plus compliqué, car le club est plus long, cela va plus vite, et cela engage plus physiquement. J’ai déjà noté que l’usage du cintre pouvait me créer des petits impacts et douleurs sur le poignet gauche (je suis droitier), ce qui n’était pas le cas avec un fer.

Au contraire, j’ai eu un plaisir réel à taper des balles droites comme jamais, et avec un impact, une compression vraiment supérieure.

Je vous invite à tester en récupérant un cintre dans votre dressing. Au pire, si vous le cassez, cela ne vous aura pas coûté bien cher.

Je ne vois pas très bien d’ailleurs comment casser, sauf à taper fort dans la terre avant la balle, et bloquer la tête de club à l’impact. Personnellement, je n’ai testé que sur tapis.

De tous les accessoires et conseils que j’ai essayé, clairement, c’est celui qui me paraît le plus utile, et le plus décisif pour comprendre ce qu’il se passe pendant un swing de golf.

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 5 sur 1 votes)

Commentaires   

admin
0 #2 merciadmin 06-07-2019 12:56
Bonjour
Si vous voulez, vous pouvez nous envoyer la photo et votre commentaire à . Nous l'ajouterons en mentionnant votre nom comme auteur.
En vous remerciant,
poldijean@gmail.com
0 #1 Fixation du cintre amélioréepoldijean@gmail.com 04-07-2019 18:14
En coupant la base du cintre, on peut la faire pénétrer dans la base du grip et fixer l’autre extrémité sur La jonction grip / shaft .
Comme cela le grip reste normal sans les inconvénients du ruban adhésif.
Je peux envoyer la photo si quelqu’un m’explique comment faire dans cette zone de commentaire.
Poldi

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.