Peut-on améliorer le centrage de la balle dans la face avec un exercice simple

Dans la série des conseils et astuces simples à mettre en œuvre au practice, le coach américain Mike Bury nous propose un nouvel exercice, tout aussi simple que le précédent concernant le take-away. Dans sa nouvelle vidéo, il explique travailler la qualité du centrage, et donc du contact de balle avec un fer, en plaçant simplement une head cover de bois à côté de sa balle (entre ses pieds et la balle). Le pro suggère que de cette façon, il décourage les chances de taper en talon, et peut augmenter son smash factor, comme la direction de ses coups. Le lien de cause à effet est-il prouvé ? Une simple astuce peut-elle être à l’origine d’une correction aussi importante ?

Découvrez nos formules d'abonnements

A la recherche du plaisir d’une balle centrée dans la face

Quand vous jouez au golf, vous découvrez assez rapidement, et par exemple quand vous jouez des fers, que le fait de taper la balle au centre de la face amène plusieurs avantages, et inversement, si ce n’est pas le cas plusieurs inconvénients.

Les avantages de taper une balle au centre de la face sont : L’optimisation de la vitesse de balle, un meilleur contrôle de la trajectoire (quoique ce n’est pas suffisant), un meilleur contrôle du spin donné à la balle, et enfin de meilleures sensations ressenties.

Est-ce pour autant une priorité absolue ?

Pour une grande majorité d’entre nous, avant de chercher un centrage de balle parfait, il faut admettre que déplacer le club selon un chemin cohérent avec la cible visée, et placer la face square avec ce même objectif sont prépondérants.

La qualité du centrage, c’est un peu la cerise sur le gâteau, le but ultime.

Il arrive néanmoins qu’un golfeur ou une golfeuse qui arriverait à plutôt bien diriger son club, et sa face, puisse connaître un désagrément par rapport au centrage, en tapant par exemple, un peu en talon, ou à l’inverse un peu en pointe.

Avant de parler de technique, il y a déjà un premier élément à contrôler, c’est le club en lui-même.

Pour avoir été longtemps un joueur avec un swing très « flat », et joué avec des clubs avec un lie non ajusté, je sais ce que c’est de taper plutôt bas en talon dans la face.

Cela n’empêche pas de jouer au golf.

En revanche, le contact de balle n’est pas optimisé, les sensations ne sont pas parfaites, et l’optimum trajectoire n’est pas atteint.

En modifiant le lie de son club, et selon la nature de son swing, on peut facilement améliorer ce problème.

C’est pourquoi, quand vous achetez une nouvelle série, il y a une petite vérification simple et indispensable à réaliser.

Vous pouvez acheter une petite plaque, placer une étiquette adhésive sous la semelle de votre fer.

En tapant une balle de golf sur cette plaque, une trace va apparaître sur l’étiquette, et vous illustrer, par rapport à votre swing, si vous tapez plutôt au centre de l’étiquette, en talon, ou plutôt en pointe.

Avant de parler de technique ou d’exercices pour éventuellement améliorer le contact, c’est la première chose à faire.

En fonction du résultat, il conviendra de faire ajuster le lie des clubs ou pas.

Pour en revenir à Mike Bury, et son exercice, j’ai eu l’envie de tester, et toujours dans le but de trouver un lien de cause à effet, et en réalité, une efficacité de son conseil pour améliorer ma technique.

L’exercice qu’il propose est très simple, et ne nécessite pas d’équipement particulier.

Vous êtes invité placer une head cover entre vos pieds et la balle, si possible le plus près possible de la balle, avec un espace suffisant pour que la tête de club puisse swinguer, et sans toucher la head cover.

Bury précise que c’est un exercice pour travailler les coups décentrés (talon ou pointe).

Comme pour son précédent conseil, c’est un peu sa marque de fabrique, la vidéo se borne à montrer la balle partir de la face.

La caméra, on imagine un simple smartphone, est posée sur le sol, de sorte que l’on ne voit rien d’autre, et par exemple, les mouvements du corps.

Comme c’est un pro de golf, la balle est tapée parfaitement au centre, et sa trajectoire semble rectiligne.

Est-ce vraiment une démonstration du lien de cause à effet ?

Suffit-il de placer une head cover au sol, près de sa balle pour améliorer le contact de balle, et même en enchaînant des dizaines et des dizaines de frappes ?

J’aimerai le croire…

Avec un fer 9, j’ai commencé par répéter une vingtaine de swings, sans chercher à forcer la vitesse de swing, simplement à espérer le meilleur contact possible.

J’ai enregistré les swings avec le Trackman 4, pour avoir des mesures précises, à la recherche d’un éventuel lien de cause à effet, et donc de validation de l’exercice pour progresser.

Sur cette image, à gauche les trajectoires de balles, à droite, la position moyenne des balles dans la face, exprimée sous la forme d'une carte de chaleur. Plus la couleur devient rouge, et plus cela signifie que l'on tape au même endroit.

L'exemple ci-dessus illustre une grande variabilité de points de contacts.

Sous les graphiques, vous trouverez les données comme par exemple club path = chemin de club, ou face ang. = position de la face à l'impact exprimée en degrés.

Side tot. Dispersion totale moyenne...

Premier constat, les trajectoires de balles s’écartent de 7,5 mètres en moyenne sur la gauche du fairway…

Mon chemin de club est pourtant proche d’être neutre ou cohérent avec ma cible (le centre du fairway).

Le centrage de la balle (malgré l’exercice) est en moyenne situé entre le milieu de la face et talon.

Mais plus important, et plus problématique, la face n’est pas square, et plutôt fermée de 3 degrés.

C’est justement ce qui provoque des balles plutôt à gauches de ma cible.

Le fait de placer la head cover n’est en en rien ce qui cause cette face fermée.

Le lien est ailleurs, et nouveau constat, l’exercice est totalement inopérant sur mon centrage de balle.

Cette semaine, un bon ami à moi, m’a rappelé une maxime : Quelle est la différence entre dieu et un enseignant de golf ? Dieu ne se prend pas pour un enseignant de golf !

C’est sévère, et cela ne s’applique pas à tous les enseignants.

Cependant, dans le cas de Mike Bury, et de beaucoup de vidéastes qui donnent des leçons en ligne, c’est quand même révélateur de l’absence de contrôle ou de validation, de ce qui est raconté et délivré aux amateurs de golf.

J’ai néanmoins continué l’expérience, à la recherche du lien de cause à effet, non pas en tant qu’enseignant de golf en ligne, mais en tant qu’amateur qui peut expérimenter avec un Trackman, et simplement réfléchir à ce que l’on pourrait mettre en place.

J’ai finalement appris ou réappris des choses essentielles, et utiles.

Au studio, il se trouve que j’ai un autre accessoire testé il y a quelques mois, et justement dédié au centrage, et au contrôle de la trajectoire de balle : Le Speed Trap mis sur le marché par Eyeline.

J’ai placé 2 des 4 plots à l’intérieur de mon chemin de club. Cela revient exactement au même exercice que celui de Bury avec le Head Cover. Il y a simplement une petite différence.

Le head cover est plat, alors que là, les plots « ferment » vraiment le chemin du club.

Si vous revenez exagérément à l’intérieur, le club rentre en contact avec les plots.

Il faut donc vraiment chercher à les éviter, en deux points, à l’entrée du club vers la balle, et à la sortie du club après l’impact.

Il y a eu un changement mesurable !

Dans cette organisation, mon chemin de club est devenu plus nettement extérieur-intérieur, justement pour éviter les plots, soit -2 degrés contre -0,7 degrés précédemment.

Cela n’a rien changé à la qualité de mon centrage de balle !

En revanche, cela a un soupçon atténué ma tendance naturelle à fermer la face du club.

Au lieu de -3 degrés, j’ai fermé la face à -2 degrés.

Chemin et face ont permis des trajectoires un peu moins à gauches, et une dispersion divisée par deux (seulement 3 mètres à gauche en moyenne).

La qualité du centrage n’est toujours pas un facteur.

Par contre, inconvénient de cet exercice, j’ai franchement swingué moins vite, sans doute par crainte de toucher les plots.

J’ai swingué moins vite (68 mph) alors que d’emblée, je ne cherchais pas à swinguer très vite (75 mph). Ce n’est donc pas un entraînement très réaliste.

Je ne recommande donc pas plus franchement cet entraînement, et surtout que je n’ai pas démontré une amélioration du contact de balle, seulement une modification du chemin.

C’est là où un enseignant de golf compétent et une leçon « en réel » ne peuvent pas être toujours facilement remplacés par une vidéo en ligne.

Dans ma quête de comprendre le lien de cause à effet, toujours avec le Trackman, j’ai finalement trouvé des éléments plus pertinents qu’une head cover ou un gadget.

Chemin de club, position de la face, et centrage sont liés

On ne peut pas isoler la nécessité d’être stable sur ses appuis, de ne pas faire de sway ou de slide, ce qui est finalement un grand basique de l’enseignement du golf.

Autre point clé que j’ai pu observer me concernant, il ne faut pas sur-agir avec les mains, et notamment la main droite qui passe trop vite par rapport à la main gauche.

C’est ce qui me fait fermer la face, en tant que droitier.

Défaut qui est appuyé par un autre « défaut » chez moi, le fait de m’appuyer trop vite et trop fort sur mon appui jambe gauche, ce qui veut en fait dire par opposition, qu’au moment du backswing, je ne vais pas assez appuyer ou prendre appui sur ma jambe droite.

Le seul moyen de le contrôler objectivement, ce serait d’utiliser une plaque de force.

On voit bien que pour améliorer le centrage de la balle dans la face, il n’existe pas un exercice gadget, alors qu’en fait, il faut mettre en place des grands basiques de l’enseignement du swing de golf : équilibre, appuis, action des poignets… et que pour certains de ces grands basiques, notamment les appuis, il faut des outils de contrôle comme une plaque de force !

Ce n’est pas tout !

Pour ma part, je ne pense pas que l’on puisse travailler exclusivement sur le centrage de la balle dans la face, isolé d’un travail sur le chemin du club, et la position de la face square à l’impact.

Les trois éléments se travaillent ensemble.

Dans ce cadre, j’ai continué mon expérience jusqu’à redécouvrir que j’avais une mauvaise perception naturelle de la position de ma balle dans le stance.

Naturellement, pour mon fer 9, je la crois au centre du stance, et en fait, ce n’est pas exactement le cas.

Elle est peut-être d’à peine quelques millimètres trop centre gauche, là où centre droit, ou décalée de quelques millimètres (un soupçon) centre droit, cela présente un impact considérable sur mon résultat, et me fait encore redresser ma face à l’impact.

 

Sur le graphique ci-dessus, on peut voir que ma face n’est plus fermée à qu’à raison de -1,4 degrés à l’impact.

Mes balles sont plus proches du centre du fairway, alors que les impacts sont proches du centre de la face, sans que cela soit parfait (toujours sur une moyenne de 20 frappes).

C’est donc très frustrant.

Il faut se concentrer sur un réglage hyper fin, et pour soi, pour chaque club, de la balle dans son stance, pour améliorer le contact de balle, et la position de la face.

Affiner la position de la balle dans le stance peut avoir un impact bien plus dramatique sur le résultat de votre swing que le fait de placer une head cover sur le sol, en pensant que cela va vous inciter à taper centre de la face !

Encore un élément que j’ai observé, et qui contredit l’idée, j’en suis désolé, que l’on peut améliorer le contact par un simple exercice… au finish, j’ai tendance à scooper la balle, avec un poignet gauche qui s’incurve, au lieu de rester plat… C’est aussi un facteur qui explique que je prenne les balles légèrement entre centre de la face et talon, et combiné à cela, que je ferme la face à l’impact.

Là, il y a un lien de cause à effet, et donc un paramètre à modifier, pour obtenir un résultat concret.

Pour « simplement » améliorer le contact de balle, cela fait beaucoup d’éléments « finalement » fondamentaux à mettre ou à remettre en place, et je doute qu’une vidéo de moins de dix secondes puisse tout traiter.

Il faut parler d’équilibre, d’appuis, d’actions des poignets, dans la zone d’impact, et au finish, de placement de la balle dans le stance, et de vérification du lie du club… et n’étant pas enseignant de golf, j’imagine que j’oublie des paramètres ou comme chaque golfeur est un peu différent, les liens de causes à effets peuvent être différents.

Pour conclure, je me suis prêté à un dernier exercice

J’ai adressé 10 balles en plaçant la balle en face de la tête de club en pointe, puis en talon, dans les deux cas décentrées…pour voir si je pouvais directement influer sur le centrage de la balle à l’impact.

En pointe à l’adresse, c’est toujours un peu mieux qu’en talon, mais l’exercice ne démontre pas que l’on puisse améliorer le contact aussi simplement.

En talon à l’adresse, j’arrive quand même à prendre le centre de la face à l’impact, mais par contre, je ferme plus nettement ma face à l’impact.

Je ne crois pas que l’on puisse dissocier travail sur le chemin, la face, et le centrage.

En fait, il ne faut pas chercher à rentrer dans trop de détail pour améliorer l’un sans les autres, mais au contraire, travailler tous les fondamentaux du swing de golf, dans un seul but, améliorer globalement le contrôle des trajectoires.

Et enfin ne pas prendre pour argent comptant des conseils de golf trop simplistes ou qui surtout ne démontrent pas assez les liens de causes à effets, entre objectifs, corrections et progressions. 

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 5 sur 1 votes)

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.