Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Mieux jouer au golf - Nos conseils techniques

Le secret de Cabrera-Bello pour des coups de fers plus consistants

Le secret de Cabrera-Bello pour des coups de fers plus consistants

L’espagnol Rafael Cabrera-Bello a été une des rares satisfactions de l’équipe européenne de Ryder Cup à Hazeltine. Pour ceux qui le suivent depuis un certain temps, et notamment les spectateurs de l’Open de France, Rafa est loin d’être une révélation. Au contraire, c’est l’un des joueurs européens les plus consistants depuis plusieurs saisons. Comme tout bon golfeur professionnel, il a ses trucs pour se préparer dans de bonnes conditions avant une partie de golf…

Découvrez nos formules d'abonnements

Pour cet article, Rafa Cabrera-Bello a accepté de nous répondre, et de commenter ses photos en exclusivité...

Séance de practice avec le champion Rafael Cabrera-Bello

Le practice n’est jamais du temps de perdu pour un golfeur professionnel. Contrairement à ce que nous pourrions croire, nous les amateurs, c’est toujours l’occasion de peaufiner la technique, même pour un golfeur expérimenté et dont on pourrait croire que le fait de taper des balles, est surtout l’occasion d’un échauffement.

Bien entendu, c’est l’occasion de sentir l’humeur du moment, et surtout la forme du moment.

Dans le cas de Rafa Cabrera-Bello, c’est l’occasion de peaufiner un des éléments clés du jeu de golf.

Petit rappel sur le niveau de performance de l’espagnol…

Classé cinquième de la Race à quelques semaines de la fin de la saison, l’espagnol a déjà disputé 20 tournois en Europe cette saison.

Lauréat de deux titres en carrière sur le circuit pro le plus relevé, il n’a pourtant pas encore gagné cette saison, mais a tout de même complété cinq top-5, dont justement une quatrième place lors du dernier Open de France, où nous avions pu le voir se préparer, et le suivre sur le parcours.

Il sait se distinguer dans les grands rendez-vous.

Cinquième aux JO, ses meilleurs résultats l’ont été le plus souvent dans les gros tournois, ce qui explique le fait que malgré l’absence de victoires, il occupe un classement très élevé à la Race 2016.

Troisième du dernier championnat du monde de match-play...jouer contre Cabrera-Bello est rarement une partie de plaisir.

Jimmy Walker a pu apprécier de près la qualité du jeu de l’ibère au cours de sa défaite sèche 3 à 2, lors des simples du dernier jour à Hazeltine.

Sur le tour depuis 2009, ce n’est pas un hasard s’il a fait partie de l’équipe européenne cette saison.

Encore une fois, bien que sans victoire, il réalise actuellement une de ses saisons les plus solides, avec une moyenne de coups la plus basse en carrière, soit 70.38 pour le compte du circuit pro européen.

Longiligne (1m87), on pourrait croire qu’il est très long au drive.

Pourtant, sa moyenne est raisonnable (259 mètres en 2016) comparée aux 299 mètres du sud-africain Hayden Porteous, plus long frappeur sur le continent européen.

Sa moyenne de fairways pris en régulation n’est pas plus extraordinaire (60%) quand Simon Wakefield tutoie les 82%, toutefois sans driver aussi loin que Rafa.

Pourtant, Cabrera-Bello est le huitième meilleur scoreur de l’année sur le circuit !

Et pour cause, il prend 76% de greens en régulation, ce qui le place dans les 6/7 meilleurs golfeurs en Europe, et à la faveur d’un jeu de fers puissant et précis.

Son putting est peut-être son seul point faible. Avec autant de greens pris en régulation, Cabrera-Bello pourrait jouer encore plus bas sans une moyenne de putts par tour de 30.4 contre 27 pour les meilleurs dans cet exercice.

Le truc en plus de Rafa...

Pour soigner son principal point fort, le ténébreux espagnol a recours à une astuce toute simple, et loin des gadgets électroniques que beaucoup voudraient nous vendre pour parfaire notre alignement ou notre plan de swing.

Au premier abord quand nous l’avions photographié au practice à Saint-Quentin-En-Yvelines, nous n’avions pas encore perçu sa méthode d’entraînement. C’est en revisionnant les clichés que nous avons découvert son truc à lui, et puis testé de notre côté.

D'autant qu'à bien y regarder, au cours des deux dernières années de présence à Paris, et à chaque séance de practice, Rafa utilise systématiquement la même méthode d'entraînement.

Au lieu de se servir d’une baguette posée au sol pour surveiller son alignement, cette baguette chère à notre consultant, Jean-Nicolas Billot, Rafa utilise un miroir d’aide à l’alignement habituellement utilisé…au putting, et posé sur un putting-green !

Astucieux, l’espagnol a placé sous ce miroir ultra-léger et tenu par une coque en plastique, deux balles en guise de support, afin justement de surélever la vitre.

Que peut-il chercher avec cet outil ?

Pour avoir testé la même opération, Cabrera-Bello contrôle tout simplement l’alignement, et la hauteur de ses épaules.

Ceci dit, il mesure 1m87 et effectivement la position de la vitre dépend beaucoup de la taille du sujet…

Vous pouvez faire comme l'espagnol, et placez la plaque avant la balle, ce qui double l'intérêt, puisqu'en plus d'aligner vos épaules, la plaque sert à empêcher un chemin de club trop intérieur, sinon, vous contactez la plaque !

Alors que des applications et des caméras pullulent sur le net pour vous proposer comment améliorer et autocontrôler votre swing. Premier constat, un pro comme Cabrera-Bello aborde la chose avec beaucoup plus de simplicité.

Certes le miroir mesure un petit 30 cm x 10 cm, et ne se prête guère à être transporté dans un sac de golf à trépied.

Mais en termes d’installation, c’est beaucoup plus simple à « configurer » qu’une caméra.

Deuxième constat, Cabrera-Bello n’a pas besoin de se filmer sous tous les angles pour travailler et optimiser son swing de golf. Précisons encore une fois qu’il s’agit de l’un des dix meilleurs swings en Europe !

Troisième constat, avec cet outil, l'espagnol apporte un soin particulier à contrôler son set-up à l'adresse, pour un retour immédiat.

De notre point de vue, quel est le principal bénéfice ?


Tout d’abord, précisons que le miroir utilisé par l’espagnol ressemble grandement à un modèle de la marque Eye-Line, utilisé dans le cadre du travail d’alignement des épaules au putting.

Ce type de miroir présente plusieurs lignes horizontales, noires et rouges, ce qui permet de contrôler la hauteur et l’espacement des épaules.

Vous placez le miroir devant vous, et sous vos yeux, puis vous prenez votre adresse à la balle.

Au premier coup d’œil (à condition d’avoir placé le miroir à la bonne hauteur), vous pouvez voir comment vous placez naturellement vos épaules.

Dans le cas de notre « testeur », ce dernier a toujours tendance à avoir les épaules légèrement rentrées, ce qui va de pair avec un dos légèrement voûté, due à une posture assise répétée, à la différence d’un golfeur pro qui passe son temps dehors ou à faire de la gym.

D’un simple coup d’œil, vous pouvez corriger cette position, et déplacez vos épaules de façon à les étirer un peu plus, et surtout à les aligner de manière parallèle.

Ainsi, vous pouvez vous assurer qu’elles soient sur la même ligne, et notamment à l’aide des lignes tracées sur le miroir.

C’est donc le premier bénéfice de ce petit accessoire : Vous aidez à placer vos épaules de manière plus cohérente.

Pour Cabrera-Bello, il s’agit sans doute d’un rappel !

Ce n’est pourtant pas le seul bénéfice.

Alors que l’on pourrait être tenté que de se concentrer sur les épaules, ce n’est pas pour autant que vous ne tournez pas les hanches. D’ailleurs à vitesse réelle, vous n’avez ni le loisir, ni le temps de vous regarder dans la glace !

Cet outil ne sert qu’à la phase du set-up ou à répéter des gestes préparatoires.

En revanche, pour ceux qui ont la fâcheuse tendance de faire du sway ou de créer un pivot inversé à cause d’un haut du corps peu stable ou qui bouge trop, c’est un anti-faute très intéressant.

En gardant justement une position du haut du corps plus neutre, vous améliorez notablement votre contact de balle.

Effet immédiat garanti !

En résumé, c’est un excellent moyen de conserver un haut du corps (épaules-tête) plus stable pendant le swing, et donc produire un contact plus solide.

Qu'en dit Rafa lui-même ?

Interrogé via twitter, l'espagnol n'a mis que quelques minutes pour nous répondre, signe d'une très grande gentillesse et disponibilité.

"J'utilise cette plaque pour mon alignement. Avec cette dernière, je peux contrôler ma tête, mes épaules, mes hanches, et mes genoux pour m'assurer que tout est square. Je peux aussi contrôler mon club au sommet du backswing."

Poursuivant "Je peux voir si mon club sort du plan, et même si ma face est square au sommet ou ne l'est pas. C'est pour moi un feedback instantané."

Enfin, il précise "Bien entendu, je peux contrôler toutes ces choses sur mon swing de practice, et pas, pendant un véritable swing joué à pleine vitesse en essayant de taper la balle."


Merci Rafa pour cet exercice utile, et qui ne nécessite pas d’investir dans une caméra à 200 euros !

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.