Posté par le dans Mieux jouer au golf - Nos conseils techniques

3 conseils basiques pour améliorer son swing avec les fers

Des conseils simples mais très importants pour progresser rapidement au golf

Débutant ou golfeur expérimenté, selon de très nombreux enseignants, le principal frein à la progression chez un amateur de golf est le fait d’oublier les fondamentaux d’un swing, et au fil du temps. A l’heure où il existe quantité d’informations en ligne, et notamment dans le but de vous aider à mieux jouer au golf, cela peut finir par être confusant.  Seul devant la propre feuille blanche de son jeu, les erreurs de parcours peuvent finalement être fréquentes. Alors qu’il existe quantité de pro enseignants qui comptent des dizaines de milliers de suiveurs et parfois plus, l’Anglais Nick Faldo tient lui-aussi une page Youtube (17 000 abonnés) avec des conseils sur le jeu. Au gré des visionnages, nous avons sélectionné 3 conseils qui lui paraissent essentiels pour jouer au golf, et avant de se focaliser sur des préoccupations plus détaillées ou complexes. Des « tips » qui pourront parler à des débutants, mais aussi à des golfeurs plus expérimentés qui pourraient les avoir oubliés… Des conseils simples, mais encore très rarement appliqués sur les Practices Européens...

Découvrez nos formules d'abonnements

Si les conseilleurs ne sont pas les payeurs, Sir Nick Faldo a pour lui une carrière émaillée de six victoires en Majeurs, dont trois Masters (1989,1990 et 1996) et trois British Open (1987,1990 et 1992).

Nick Faldo a clairement été la « star » du golf dans les années 90, et juste un peu avant l’éclosion du phénomène Tiger Woods.

Entraîné par David Leadbetter dès le milieu des années 80, il a même en quelque sorte été le premier à populariser à l’extrême un tandem joueur-coach.

La rupture a d’ailleurs été particulièrement médiatisée pour l’époque. En septembre 1998, CBS News titrait « Faldo vire Leadbetter ».

Les deux hommes avaient travaillé ensemble plus de 15 ans, au point de reconstruire le swing du champion, et ce, dans le but de le rendre plus régulier, et à même de remporter des tournois majeurs, là où la pression était poussée à son paroxysme.

Malgré la fin de cette longue collaboration, les deux hommes étaient parvenus à leur fin…

L’anglais est clairement devenu une référence mondiale pour la qualité de son jeu de fers, et donc son swing.

Autant dire que l’on peut lui apporter un certain crédit, quand il est interrogé sur les trois choses essentielles que devrait faire un amateur pour progresser au golf.

Les observations de Faldo sur le jeu des amateurs

Au cours de sa carrière, Faldo a justement disputé quantité de Pro-Am en préambule de tournois professionnels, ce qui lui donne une plutôt bonne vision du swing des amateurs. Il a observé des phénomènes vraiment récurrents, et beaucoup d’amateurs pourront se reconnaître.

Invariablement, il commente « Au golf, il faut avoir un bon grip, une bonne posture, et un bon alignement. Ce n’est pas plus compliqué »

Toutefois, Qu’est-ce qu’un bon grip ? Qu’est-ce qu’une bonne posture ?

Seul au practice, et mis à part si vous vous filmez ou jouez devant un miroir, finalement, ce n’est pas si évident de s’auto-contrôler, et être certain de justement gripper parfaitement ou d’avoir la posture la plus parfaite.

Faldo insiste donc sur un point qui pourrait être évident pour tous, concernant l’alignement, et ce sera la premier conseil que nous avons eu envie d’illustrer.

Pour Faldo, au practice, tous les golfeurs, et toutes les golfeuses devraient commencer par poser un club au sol, sous forme de baguette de direction.

L'importance de l'alignement selon un champion de golf

La première faute observée par Faldo chez les amateurs concerne des défauts d’alignements. C’est selon lui, et sans doute à juste titre, le premier défaut de la plupart des amateurs.

Selon lui, c’est pourtant, et peut-être le plus facile à régler.

Il est vrai que si vous vous baladez sur un practice de golf en France, vous serez surpris de constater que très peu, peut-être moins de 5% des golfeurs en train de s’entraîner ont le réflexe de poser un club au sol, ou une baguette pour contrôler l’alignement.

Cela peut vous paraître anodin, pourtant, force est de constater que ce conseil est majoritairement peu suivi dans les faits.

Incroyable ?

Le golf est un jeu qui nous demande de lancer un projectile dans une direction… et bien que l’on se serve d’un club de golf pour le faire, notre alignement à la cible est déjà un élément majeur qui préside à la direction de la balle.

Faldo qui n’est pas avare d’anecdotes explique « Au cours d’une partie de Pro-Am, un amateur tape une balle en direction d’un arbre. Je le félicite ! Good Shot et ce dernier reste dubitatif… bien entendu que je le chambrais, pour lui rappeler qu’il avait tapé exactement là où il était aligné. Manque de chance, il avait perdu un coup ! »

Bien entendu, plus un golfeur devient expérimenté, avec un index bas, et moins cette faute devient récurrente. Il y a d’ailleurs là sans doute un lien de cause à effet direct.

Cela étant, quand on débute, et c’est difficile de donner un index précis comme sorte de frontière, mais disons au-dessus de 20 d’index, les fautes d’alignements peuvent être encore assez fréquentes, au point qu’il ne faut pas considérer cela à la légère.

Pour Faldo, clairement, le premier conseil majeur serait tout simplement de viser correctement.

Au-delà d’énoncer un conseil qui pourrait paraître bêtement simple, Faldo explique quelque chose qui pourra parler à tout le monde. Le fait de toujours mettre un club au sol avant de taper une balle, surtout au practice, peut faire gagner du temps, et des sensations.

Faldo rappelle quelque chose que beaucoup d’amateurs ont trop souvent tendance à oublier à son goût : « Nous sommes différents tous les jours. »

Il veut dire que si vous allez jouer tous les jours au golf, chaque jour, vous n’arriverez pas sur vos balles exactement de la même manière, et en conséquence, les « sensations » de la veille pourront être différentes de celles du jour…

Il insiste surtout sur le fait que le cerveau est loin de ne pas enregistrer ce que vous faites, et ce que vous voulez faire… Au contraire, le cerveau adapte en permanence les actions du corps aux situations qui finalement changent.

A tort, vous pourriez croire qu’un practice… c’est toujours un practice. Que le tapis ne bouge pas. Que les cibles ne bougent pas, et qu’en fait, il s’agit de répéter le même geste…

Au contraire, pour Faldo, qui met beaucoup en avant le cerveau comme « l’animal à dompter », il faut se créer des repères au sol, pour justement plus rapidement distinguer les sensations, et les mouvements du jour.

Là-encore, il explique tout simplement que nous ne nous voyons pas jouer (pas d’effet miroir), et tant bien même nous voulons envoyer la balle toujours au même endroit, sans repère d’alignement, c’est plus difficile de distinguer le chemin suivi par le club… pour envoyer la balle vers la cible.

Le fait de ne pas utiliser un repère au sol au practice serait aussi selon Faldo la raison pour laquelle quand un amateur passe du practice au parcours, il s’étonne de rater un coup qu’il pensait pourtant avoir réussi… au practice.

Manque de repère !

« Toute ma vie de golfeur, j’ai commencé par mettre un club au sol pour vérifier mon alignement à la cible… et vous savez pourquoi ? Parce que cela, quoi qu’il arrive, je peux le faire tous les jours ! »

C’est une manière pour lui de répéter sa check-list sur son alignement, mais aussi la position de sa balle dans le stance, et enfin après le contact de vérifier la direction du divot.

C’est simple, mais comme c’est répétitif. Faldo progresse plus vite quand il tape ses premières balles sur le practice pour distinguer la forme du jour, et celle de son swing.

Faldo répète « Tous les meilleurs joueurs du monde travaillent essentiellement trois choses : Grip, posture, alignement ».

A retenir, le propos majeur du champion, pour progresser, il faut pouvoir répéter la même organisation, jour après jour.

Le deuxième conseil de Faldo est aussi une bonne piqûre de rappel. Il fait encore référence à une anecdote, et cette fois concernant Jack Nicklaus qu’il observait quand il était jeune, et nouveau venu sur le circuit.

Avant de taper des balles, l’ours blond faisait systématiquement un échauffement en prenant un club coincé dans le dos par les bras, et il se balançait d’arrière en avant, comme s’il swinguait avec le corp uniquement (les bras bloqués dans le dos par le club).

Quel était son objectif ? Faire une rotation en restant équilibré.

Le deuxième constat majeur fait par Sir Nick Faldo concernant les amateurs, c’est un maximum de compensation en raison de pertes d’équilibres pendant la rotation. Les amateurs sont souvent en perte d’équilibre ou de posture, en raison d’un mauvais transfert du poids, de l’arrière vers l’avant.

En réalisant, toujours avant chaque session de practice, des rotations, le club bloqué dans le dos, l’amateur doit se concentrer sur la qualité de sa rotation… en équilibre, d’arrière en avant, et point clé final, son objectif doit être d’amener le nombril en face de la cible à viser devant soi… au finish.

Ce simple exercice permettait aussi à Nicklaus de travailler son jeu de jambes ou plutôt jeu de pieds…indispensable pour conserver toujours un bon équilibre pendant le swing.

Améliorer la rotation de son corps en prévision d'améliorer son swing

Faldo ajoute un deuxième échauffement avec le même mouvement, mais cette fois en plaçant le club sur la poitrine, les bras croisés.

Dans ce cas, son objectif est de coordonner le travail des jambes, mais aussi les hanches, et surtout les épaules.

Bref, le deuxième conseil basique mais majeur de Faldo, c’est faire une rotation tout en restant tout le temps en équilibre, et en finissant avec le ventre ou plutôt le nombril face à la cible !

Pour Faldo, c’est vraiment le meilleur moyen de sentir ce que doit être une bonne rotation, et donc un bon swing, et ce, pour lutter contre toutes les fautes récurrentes de l’amateur, comme le sway ou le slide, ou encore le pivot inversé.

Il insiste vraiment sur le fait que très souvent les amateurs ne finissent pas correctement face à la cible. Le nombril pointe à droite de la cible, et la balle part en push ou en slice à droite, ou inversement avec des swings par-dessus, le nombril pointe à gauche, et la balle part à gauche.

Faldo nous invite donc à nous demander « Comment faire en sorte que mon nombril termine en face de la cible à la fin de mon swing ? »

Il nous suggère de nous organiser en conséquence. Pour lui, le pied droit doit être libre de se relever après l’impact, et les genoux doivent être limite de se toucher, en même temps que face à la cible à la fin du geste.

Il conseille même de s’entraîner avec un backswing court, mais une organisation concentrée sur le fait de bien terminer face à la cible.

Enfin, son troisième conseil est en référence avec la phrase qu’il a le plus souvent entendu sur les fairways « Je ne veux pas slicer la balle, et l’envoyer à droite ! »

Faldo a toujours été choqué par ce type de phrase, qui sonne selon lui le plus souvent comme une sentence…

Au contraire, pour lui, le golfeur doit se fixer sur une intention plutôt que sur une peur.

« Concentrez-vous sur ce que vous voulez faire, et pas sur ce que vous craignez de faire… »

Pour le champion, c’est complètement différent de se retrouver face à une cible, et de dire, je veux emmener la balle de la droite vers la gauche jusqu’au drapeau, plutôt que de dire, pourvu que je ne la lance pas complètement à droite.

C’est notamment important pour les golfeurs qui s’entraînent, et qui justement apprennent à donner des trajectoires à leurs balles.

Développer une intention plutôt qu'une peur pour son swing de golf

Clairement, Faldo préfère arriver sur une situation et se dire qu’il doit la faire tourner à droite ou à gauche, s’organiser en conséquence, plutôt que de se dire, pourvu qu’elle ne fasse pas si ou cela…

Pour l’amateur, cela suppose de s’entraîner au practice pour avoir dans sa besace au moins les deux solutions techniques nécessaires.

De là, il ne se dira plus « pourvu que je ne slice pas » ce qui en fait signifie qu’il craint une conséquence d’un coup qu’il ne sait pas faire…

En fin de compte, son troisième conseil majeur ou basique, c’est développer une intention d’envoyer la balle…

L’anglais suggère alors de répéter des swings qui correspondent à votre intention de draw ou de fade. Le champion voudrait vous inciter à faire le deuil de la balle tapée parfaitement droite…pour au contraire que vous développiez la connaissance de deux swings : le draw ou le fade.

Entre les deux, c’est la situation qui devra vous faire choisir une intention.

Avant de taper dans la balle, vous n’avez plus qu’à choisir si vous allez attaquer votre cible en draw ou en fade, répéter votre swing de draw ou de fade, et puis vous exécutez.

Avant de taper dans la balle, tenez-vous en arrière, visualisez votre cible, choisissez votre coup, répétez-le, puis venez-vous mettre à l’adresse avec cette intention, pour ne plus faire autre chose que l’exécuter.

En résumé, pour progresser selon Faldo, il n’y a que trois choses à penser :

Surveiller son alignement pour se fixer dans un cadre toujours identique, et notamment toujours savoir positionner son corps dans l’espace, et par rapport à la cible.

Soigner l’équilibre pendant la rotation, et s’évertuer à toujours envoyer son nombril face à la cible au finish.

Développer l’intention d’un coup à réaliser plutôt que de craindre de partir à la faute.

Conseils pour améliorer son swing de golf

Il n’y a là rien de franchement nouveau, ou de franchement novateur. Ce n’est pas un nouveau concept golfique intitulé « comment gagner 10 coups de golf » ou « scorer moins de 90 », pourtant, ces trois principes sont très souvent ignorés par les amateurs, ou plutôt oubliés.

Il faut au contraire les remettre à l’ouvrage tous les jours pour vraiment progresser plus vite.

Crédit photo : Pete Fontaine/Icon Sportswire

Restez informé

Recevez notre newsletter

(Note moyenne de 4.5 sur 4 votes)

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.